• Semer pour une belle moisson

    SEMER POUR UNE BELLE MOISSON

    Texte : Luc 10 :1,2

    Jésus nous révèle un des noms de Dieu :  « Le Maître de la Moisson »

    Dans son enseignement il se sert de l’image de l’agriculture pour présenter Dieu qui veut rassembler tout être humain. 

    Si nous creusons cette image dans les paraboles de Jésus dans Matthieu 13 nous découvrons que...

    Le champ – c’est le monde

    Le propriétaire du champ – c’est Dieu

    La semence – c’est l’Evangile

    Les ouvriers ce sont les Chrétiens

    La moisson - les gens qui reçoivent l’Evangile et se convertissent à Christ

    Gardant cette image en tête, nous allons regarder de près 3 passages le prophète Esaïe qui nous parlent de la semence.

    Les principes contenus dans ces 3 passages sont essentiels si nous voulons récolter une moisson.

    1. ESAIE 28 :23-26 LA PARABOLE DU CULTIVATEUR

    Esaïe nous pose une question :

    V24 « Celui qui laboure pour semer, laboure-t-il toujours ? Ouvre-t-il et brise-t-il toujours son terrain ? »

    Le problème c’est que l’ouvrier avait bien fait son travail au niveau de la PREPARATION du terrain

    Avec la charrue il retourne la terre ; il l’a fait respirer, il enlève les pierres, il aplanit la surface.

    Il regarde son champ mais n’est pas satisfait. ALORS IL RECOMMENCE…plusieurs fois même.

    Il devient coincé dans la préparation.

    Il ne sait pas passer à la deuxième étape, celle de semer la semence dans le champ.

    Je crois qu’ici nous avons une parabole qui expose un problème chez beaucoup de chrétiens motivés aujourd’hui.

    L’image de retourner la terre dans la Bible s’applique au renouvellement spirituel du croyant : un retour à Dieu, s’humilier, prier, renouvellement d’amour.

    Il y a un bon travail qui se fait au niveau du renouvellement spirituel du chrétien – un retour à Dieu, la louange, Sa Parole, l’intercession, la consécration, la sanctification.

    MAIS maintenant que la terre est retournée, il ne sait pas comment passer à l’étape suivante – semer pour moissonner une récolte.

    Le Maître de la Moisson demande aux ouvriers de semer. La moisson doit passer par là.

    MAIS notre réponse est souvent :  « Ah Seigneur, je ne me sens pas tout à fait prêt »

    Illus. J’ai connu un jeune homme qui voulait servir Dieu. Il a fait une année d’école biblique et il a commencé un travail parmi les jeunes de sa ville. Mais il ne se sentait pas assez formé. Il a arrêté son groupe de jeunes pour suivre des cours de théologie. Ensuite il a fait plusieurs stages de formation. Il a recommencé un groupe de jeunes et ça marchait. Mais il trouvait qu’il n’avait pas suffisamment de bases. Alors il a quitté le group pour aller à l’étranger pour faire encore une année d’école biblique à temps plein.

    Il est devenu l’étudiant professionnel – toujours se former pour finalement, ne rien produire.

    Beaucoup de Chrétiens parlent comme ce labourer dans la parabole d’Esaïe « Je ne suis pas prêt. J’ai besoin de recevoir plus du St Esprit, d’être plus libre en moi-même, de mieux connaître la Parole, de plus de maturité, d’être mieux formé ».

    C’est vrai tout cela, MAIS

    Dieu dit : «Tu veux une moisson ? Commence à semer ! »

    Dans cette parabole, Dieu dit même à l’agriculteur COMMENT il fut semer

    Il lui donne « des instructions ». 

    V25  « le froment par rangées, l’orge à une place marquée et l’épeautre sur les bords »

    Comment faut-il semer selon les instructions de Dieu ? La réponse : SYSTEMATIQUEMENT

    Deux possibilités de semence :

    1. Ponctuellement – de temps en temps, un peu ici, un peu là.
    2. Systématiquement – d’une façon ordonnée, délibérée selon un plan bien précis.

    LE « SYSTEMATIQUEMENT » DOIT ENTRER EN NOUS, doit devenir une façon de faire, une façon de vivre.

    Les Chrétiens très « charismatiques » ont du mal à travailler systématiquement. Ils veulent toujours se sentir inspirés.

    La clé de la semence, c’est la régularité pour déposer des graines de la Parole de Dieu dans la terre.

    Illus. Quand je suis arrivé en France le Saint Esprit m’a parlé « tu as appris à pêcher à la ligne. Je t’apprendrai à pêcher au filet. »

    J’ai compris qu’il fallait toucher beaucoup de monde en même temps. Mais je ne savais pas comment. IL ME FALLAIT UN OUTIL.

    Mon épouse et moi-même sommes arrivés en Juin 1986. Au mois de juillet nous avons assisté à un congrès pour évangélistes à Amsterdam organisé par Billy Graham. Pendant la semaine je me suis inscrit à un atelier sur « la prédication en plein air ». Je n’avais jamais fait ça et je voulais voir l’approche. Dans un amphithéâtre avec 200 personnes présentes, un jeune colombien arrive sur scène avec un grand tableau et en quelques instants a présenté un message d’une façon très originale. Il a dit « Un jour un Chrétien est venu dans mon village avec un tableau et j’étais dans l’attroupement. Je me suis converti. Moi, j’étais conquis ! Convaincu que c’était pour moi en France j’ai pris contact avec les organisateurs. Quelqu’un est venu d’Angleterre chez nous à Nîmes pour m’apprendre. Je me suis entrainé pendant 3 mois, une heure par jour dans mon bureau.

    Maintenant j’avais un outil qui me permettait de travailler systématiquement et durer dans le temps.

    Quand vous trouvez votre moyen de semer systématiquement et vous vous lancez avec détermination…

    Vous vous qualifiez pour une PROMESSE de Dieu qui se trouve dans le deuxième passage du prophète Esaïe.

     

    2. ESAIE 30 :23 LA PROMESSE DE DIEU

    « Alors il répandra la pluie sur la semence que tu avais mis en terre ».

    Qui met la semence en terre ?...moi

    Dieu, que fait-il ? Il fait tomber la pluie sur ce champ semé.

    Partout les chrétiens prient que Dieu déverse sa pluie (la grâce, « le réveil ») sur la terre. Mais la pluie sur un champs qui n’a pas était semé produit quoi ? …la boue et non une moisson

    La semence en terre attire la promesse de pluie, et le résultat ?

    « le pain que produira la terre sera savoureux et nourrissant »

    C’est une belle moisson !

    Si tu sèmes systématiquement la bénédiction de Dieu viendra !

    Même si elle se fait attendre, elle viendra parce que semer systématiquement, c’est selon les instructions de Dieu.

    C’EST UN PRINCIPE DE BASE POUR MON EVANGELISATION ET POUR TOUT CE QUE JE FAIS DANS LA VIE

    Illus. Il y a quelques années je me suis mis à apprendre à pêcher en eau douce. Un gendarme dans l’église m’a prêté un DVD sur la pêche au brochet en rivière. Ils sortaient des monstres ! J’ai été accroché. Je voulais absolument en attraper un comme ça. J’ai acheté mon matériel de pêche. Mon ami m’a montré comment pêcher avec des vifs. J’étais très motivé et j’ai décidé d’appliquer les « instructions » de Dieu…systématiquement. Tous les lundis j’allais à la pêche au brochet. Je l’ai fait pendant une année allant au même endroit, sous la pluie, dans le froid, et le vent et même quand il neigeait. Après un an …RIEN. A l’église on avait appris que je voulais prendre un brochet et tous les dimanche un petit garçon venait me voir, « Pasteur, as-tu pris ton brochet ? » « Sois poli, Rudy. Je te le dirai »

    Après un an j’ai pensé que peut-être il fallait changer d’endroit. Alors j’ai trouvé un autre endroit. Après plusieurs mois bilan…toujours rien. Et tous les dimanche Rudy venait me voir : « Pasteur est-ce que tu as pris ton premier brochet ? Non, mais ça va venir »

    C’était un 8 mai, férié pour la victoire en Europe, au lac de Bretigny. Après 2 heures j’ai remonté une petite rivière et j’ai trouvé un endroit ou la berge était remplie d’ortilles. Super, les autres pêcheurs ne viennent pas ici. J’ai frayé un chemin en me faisant piquer plusieurs fois. Pas grave. Lançant mon vif, il nageait avec un grand sourire. Avec moi il ne risquait pas grand chose. Tout d’un coup le bouchon plonge. J’ai un départ ! Une foule se rassemblait derrière de moi sur le chemin. J’ai fait comme si j’en prenais toutes les semaines. « Seigneur, aide-moi ! » J’ai ferré et j’ai senti le poids du poisson. Quelqu’un derrière moi a pris l’épuisette. Et toc. J’avais mon premier brochet. Victoire ! Le seul problème c’est qu’il était un peu petit. Pas de taille légale même en tirant un peu sur la queue. Je l’ai remis à l’eau. Mais le soir j’ai rêvé du moment magique où j’ai ferré. J’ai mis 3 jours pour m’en remettre. Ca valait la peine et tout le temps passé.

    Quelques mois plus tard j’ai pris mon deuxième – un monstre - de 5kg et 86cm. Je ne l’ai pas remis à l’eau celui là.

    Si tu sèmes systématiquement la Parole de Dieu autour de toi – d’une façon sensible à chaque individu – cette promesse est pour toi

    « Alors il répandra la pluie sur la semence que tu auras mise en terre et le pain que produira la terre sera savoureux et nourrissant. »

    Le troisième passage dans Esaïe qui nous parle de semer est surprenant

     3. ESAIE 32 :20 UN SEMUER HEUREUX

    « Heureux vous qui partout semez le long des eaux et qui laissez sans entraves le pied du bœuf et de l’âne. »

    AS-TU COMPRIS LE PRINCIPE ? Non ?

    Effectivement, c’est un verset difficile à comprendre

    MAIS quand j’ai vu « heureux vous qui semez »  moi qui veux être un semeur « heureux » alors j’ai cherché à comprendre ce qui est exprimé ici.

    J’ai cherché dans toutes les traductions sans trouver. Mais dans la version anglaise AMPLIFIED BIBLE j’ai découvert le sens de ce verset.

    Cette version cherche à amplifier le texte pour donner la richesse du sens original. 

    « Heureux êtes vous quand vous semez partout votre semence le long des eaux lorsque la rivière quitte son lit. La semence coulera et s’enfoncera dans la boue. Quand les eaux reculent la semence poussera. Après plusieurs jours tu la retrouveras transformée en moisson abondante et le bœuf et l’âne se nourriront librement. »

    Dans la vie de chaque personne il y a des moments difficiles où la rivière quitte le lit et inonde – on ne maîtrise plus.

    C’est un moment riche en potentiel pour la semence.

    S’il y a un chrétien qui sème partout systématiquement il sera là au moment où une personne est débordée par la vie – la souffrance, la solitude, l’inquiétude. 

    Cette semence semble disparaître dans la boue – mais plus tard quand le soleil brillera cette semence poussera et deviendra une abondante moisson !

    Illus. Un vieux pasteur conduisait les obsèques d’un homme qui laissait une fille de 20 ans. La fille était dans une grande tristesse d’avoir perdu son père. Le pasteur s’est approché d’elle et lui a posé une question, « Comment t’appelle-tu ? Elle répond, « Christine » Il lui dit « Christine, tu as Christ dans ton nom, mais as-tu Christ dans ton coeur pour qu’il t’apporte la paix et la force pour traverser cette épreuve ? »

    Elle n’a pas répondu mais elle avait été touchée par cette parole. Quelques semaines plus tard, une amie chrétienne a invité Christine à venir à l’église.  Elle est allée et elle a reçu Jésus dans son cœur ce jour là.

    La semence dans la terre, la pluie tombe du ciel et la moisson sort de la terre. Ce n’est vraiment pas compliqué !

     

    « Comprendre la moissonLa croissance de la semence »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :