• INTRODUCTION

     

    Avec cette série je vous amène avec moi pour découvrir le ministère tel que je le vis depuis plus de 40 ans.

    Vous y trouverez des présentations de certains des ministères d'Ephésiens 4, notamment l'apôtre, l'évangéliste et le pasteur. J'aborde également dans cette série une formation à la prédication, facette du ministère essentielle pour toute personne voulant communiquer efficacement la Parole de Dieu. Pour les pasteurs et responsables d'églises une stratégie de vie d'église pour réussir dans l'évangélisation y figure.

    Mon profond souhait pour chaque personne qui prend le temps d'étudier cette série de messages, est qu'elle puisse capter le cœur du ministère et l'esprit d'un homme ou d'une femme de Dieu. Pour vous permettre de découvrir les enseignements dans l'ordre qui vous intéresse, vous pouvez cliquer sur les titres qui vous ouvriront l'étude choisie. Si par cette série vous pouvez être encouragé et instruit dans votre service pour Dieu, le travail fourni en aura valu la peine. 

     

    Les preuves d'un homme de Dieu

     

    Les pionniers de l'Evangile

     

    Redécouvrir le ministère de l'Apôtre

     

    Le ministère de l'Evangéliste

     

    Philippe et l'Ethiopien

     

    Le leader productif

     

    Le Pasteur entrepreneur

     

    Devenir un communicateur écouté de tous

     

    La prédication annexes 1, 2, 3, 

     

    Une stratégie d'église pour l'évangélisation

     

    Une église qui invite

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LE MINISTERE DE LA RECONCILIATION

     

    Texte : Actes 20 :22-24

    INTRODUCTION

    Paul a déclaré « pourvu que j’accomplisse ma course et le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus. »

    Avez-vous le désir aujourd’hui « d’accomplir le ministère que vous avez reçu du Seigneur Jesus » ?

    Tout chrétien engagé répondrait AMEN ! 

    Une fois devant plusieurs chrétiens engagés j’ai posé cette question : « combien connaissent ce ministère reçu du Seigneur Jésus ? » Tout le monde était gêné.

    MAIS dire avec Paul « pourvu que j’accomplisse le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus » n’a aucun sens si on ne comprend pas son ministère.

    C’est une frustration pour beaucoup de chrétiens motivés – ne pas comprendre leur ministère…

    Est-ce que toi, cher lecteur, tu connais ce ministère auquel tu es appelé ?

    Il faut que nous réglions ce problème une fois pour toute.

    Pour comprendre sa place dans le plan de Dieu, il faut être certain de bien comprendre le plan de Dieu.

     

    LE SUPER PLAN DE DIEU 

    Colossiens 1 :19-22

    Le plan de Dieu peut être résumé en un seul mot : « réconciliation »

    Il veut transformer trois catégories de l’être humain :

    ENNEMI          en    AMI

    ETRANGER      en    FILS/FILLE

    PECHEUR        en    SAINT

     

    Ce plan de réconciliation du monde est rendu possible – par le sang de Jésus versé à la croix.

    Avant notre conversion à Christ, nous étions au centre du plan de Dieu mais maintenant nous ne le sommes plus !

    Nous, en tant que Chrétiens, nous devenons ces instruments pour accomplir son plan.

    Le super plan de Dieu n’est pas le bonheur personnel terrestre de chaque Chrétien. Notre bonheur sur terre est une conséquence secondaire, c’est tout.

     

    Le centre du plan de Dieu c’est "EUX", ceux qui doivent être réconciliés…pas NOUS. 

     

    Le problème de l’église c’est que pour les chrétiens, le centre du plan de Dieu n’est pas le monde mais eux-mêmes. Ceci est venue avec tellement d’accent sur la louange et les besoins des chrétiens

    Paul naufragé accroché à une planche au milieu de la Méditerranée, n’est pas un problème pour Dieu…mais pour Paul, oui. Cependant, si par ce moyen Dieu peut sauver le gens qui ont récupérer Paul, le plan a marché.

    Pour bien comprendre le plan de Dieu et ce qui n’est pas le plan de Dieu essayons de voir plus clair avec des simples schema :

    1. LA CONCEPTION EVANGELIQUE DU PLAN DE DIEU :

    Dieu a envoyé Christ dans le monde afin que le monde soit réconcilié à lui.

     

    2. LA CONCEPTION CLASSIQUE DE L’EVANGELISATION :

    Dieu a envoyé l’église de Jésus Christ dans le monde pour l’évangéliser.

     

    3. LA CONCEPTION PROPHETIQUE :

    Il doit y avoir beaucoup d’activité puissante entre l’église et le monde spirituel : intercession, combat spirituel, prophétie, onction.

    Quand tout cela est au bon niveau, Dieu enverra le REVEIL et le monde sera sauvé.

     

    4. CONCEPTION DE L’EGLISE CONTEMPORANE

    Dieu bénit l’église contemporaine avec des finances et des talents de tous genres.

    L’église bénit le monde par des actions humanitaires et par la musique chrétienne.

    Le monde dit « merci, c’est bien ce que vous faites » mais ne se réconcilie pas avec Dieu pour autant

     

    5. CONCEPTION BIBLIQUE DU PLAN DE DIEU    

    Avant de l’élaborer lisons   2 Corinthiens 5 :17-20  

    Dans le plan de Dieu il y a des « ministres de la réconciliation ». C’est nous, tous Chrétiens

                Donc, le plan de Dieu :

    Dieu a envoyé Christ dans le monde pour le salut de l’être humain.

    Christ envoie des « ministres de la réconciliation » dans le monde comme instrument de salut.

    Et le rôle du Saint Esprit ? Actes 1 :8

    Le Saint Esprit est déversé sur ces ministres de la réconciliation pour leur donner la puissance d’être ses témoins dans le monde entier.

     

    LE MINISTERE DE LA RECONCILIATION

    Maintenant que la réconciliation du monde est possible à travers le sang de Jésus, Dieu envoie des ministres de la réconciliation dans le monde au nom de Christ.

     

    3 GRANDES LECONS A TIRER DE 2CORINTHIENS 5 :18-20

     

    1. UN MINISTERE DONNE A UNE PERSONNE

    Quel est le mot qui change tout à ce passage ?

    Le mot « NOUS » !

    V18 Ceux qui sont réconciliés, c’est nous

    V18 Christ nous a donné le ministère de la réconciliation

    V19 Il a mis en nous la parole de la réconciliation

    V20 nous faisons, donc, fonction d’ambassadeurs pour Christ

    V20 Comme si Dieu exhortait par nous, « soyez réconciliés avec Dieu »

     

    NOUS...ce n’est pas « JE » - l’apôtre Paul; Ce n’est pas « ILS » - les apôtres

    « Nous », c’est TOI et MOI – Paul s'adresse à tous les chrétiens de l’église de Corinth

     

    La GRANDE VERITE – Dieu n’a qu’un ministère à donner – le ministère de la réconciliation- et il le donne à une personne …NOUS

    Le problème c’est qu’en France nous comprenons peu la notion du collectif. Nous comprenons surtout l'individu …MOI

    Illus. A Paris un des grands problèmes est les crottes de chiens. Les parisiens marchent en regardant les pieds quand les touristes regardent en haut. A une certaine époque la Mairie de Paris a essayé de régler le problème des crottes de chiens par différents moyens : moto crottes, amendes, toilettes chiens, gants gratuits. La dernière tentative : appel à la responsabilité civiques – des panneaux dans tout Paris sur lequel était dessiné le maître avec une pelle derrière le chien qui était « en position ». Inscription « J’aime mon quartier, je ramasse »

    Mais cette campagne n’avait aucune chance de réussir. Les gens ne pensent pas « mon quartier » mais « mon chien ».

    Dieu, lui,  ne traite pas avec MOI. Il traite avec NOUS. Il a donné UN ministère à UNE personne…NOUS.

     

    2. NOUS AVONS TOUS RECU LE MEME MINISTERE

    La réaction classique des chrétiens : "Mais nous n’avons pas tous reçu les mêmes dons!"

    Dans nos milieux charismatiques/pentecôtistes nous avons fait une grande erreur.

    Notre raisonnement est celui-ci :

    • Nous avons tous reçu un ministère différent
    • Notre ministère est en fonction des différents dons que nous avons reçus.
    • Si nous découvrons nos dons, nous découvrirons notre ministère.

    Ceci a produit une génération de Chrétiens qui se regardent dans la glace et qu’ils se disent « Miroir, beau miroir, quels dons merveilleux, Dieu a-t-il caché en moi ? » Et le miroir répond, « Pas grand-chose… »

    Alors, parce qu’on ne voit pas trop, on dit une bêtise comme « J’ai le ministère de ranger les chaises, passer l’aspirateur etc » Mais ça ce n’est pas un ministère, c’est une tache dans l’église qui doit être fait. Comme les poubelles à la maison. On doit les sortir sinon elles ne seront pas vidées !

    Dans 2Corinthiens 5 :18-20 c’est une autre logique : comprends ton ministère et exerce-le avec ce que tu as et qui tu es.

    Le but du ministère n’est pas pour se réaliser, s’épanouir, exprimer ses dons mais d’accomplir une mission qui nous a été confiée.

    Illus. Imaginez le Président de la République qui m’envoie à New York pour être son ambassadeur aux Nations Unis. Mais après quelques mois il apprend que je conduis des taxis. Il m’appelle. « Que fais-tu ? Je t’envoie comme ambassadeur pour me représenter et tu conduis un taxi !

    « Mais M. le Président, ils sont superbes les taxi jaune à New York et j’aime beaucoup conduire et , en plus, je suis un très bon conducteur. Mais ne t’inquiète pas, je travaille pour toi. Tous mes passagers, je leur dis d’aller en France et visiter la Tour Eiffel.  Quoi ?!! Je ne t’ai pas envoyé pour faire ce que tu aimes faire mais pour faire ce que je te demande, d’utiliser tes compétences pour être mon ambassadeur. »

     

    Parfois en écoutant les Chrétiens, j’ai l’impression que l’église est comme l’émission « Star Academy », où les gens veulent montrer ce qu’ils savent faire et être découverts.

     

    Illus. Un pasteur venu pour la première à une rencontre pastorale que j’organisais, m’a interpellé à la pause café : « Je veux te partager quelque chose…ma femme chante bien, quand elle chante elle a une onction, quand elle chante les gens sont bénis, elle est disponible. » Je lui ai répondu, « Oui, mais nous non, on n’est pas disponible. » Il croyait nous servir mais en fait il voulait se servir de nous.

    La priorité pour le chrétien n’est pas de connaître ses dons MAIS de comprendre LE ministère et de le faire avec ce qu’il a et qui il est.

    Illus. Vincent aime la rue et le risque. Denise, NON. Elle est remarquable avec les enfants. Moi, les enfants me regardent de travers, « Tu vas nous dire quoi, toi ». « Denise, viens vite »

    Le ministère de la réconciliation se fait comme on peut le faire.

     

    3. ON NE DOIT PAS SE LIMITER A NOS DONS

    Pour exercer le ministère de la réconciliation on ne doit pas se limiter à ce qu’on aime faire, à ce qu’on sait faire, à ses dons.

    Le mot « MINISTERE » signifie SERVIR

    Qui servons-nous dans ce ministère de la réconciliation ? Réponse : la personne qui a besoin d’être réconciliée.

    Je ne peux pas faire ce qui me plait mais ce qui les aide.

     

    Illus. Tu lis dans Luc 10 :1-5 les paroles de Jésus : « dans quelque maison que vous entriez dites d’abord « Que la paix soit sur cette maison ! »

    Est-ce que vous avez essayé de le faire ? Frapper chez les voisins, entrer, déclarer, partir. Rentré chez toi, tu te félicites devant Dieu d’avoir accompli à la lettre la Parole de Dieu. Sauf que tu n’as rien fais pour réconcilier ton voisin. Bien au contraire. Ce sera la dernière fois que tu entreras chez lui.

     

    Je ne me pose pas la question : qu’est-ce que je sais faire mais « qu’a-t-il besoin que je fasse pour l’aider à se réconcilier avec Dieu. »

     

    Illus. En arrivant d’Australie nous avons aménagé un appartement à Nîmes. J’étais encore très australien et un vrai homme australien un samedi après-midi lavait sa voiture (à l’époque). Je dis à Denise « Chéri, aujourd’hui je vais laver la voiture. »           

    Elle me répond : « C’est bien, mon mari,  je suis fier de toi. » Je descends avec mes seaux et je commence à laver ma voiture garée devant l’immeuble en mettant du savon partout. Et voilà qu’une voiture arrive et se gare à coté de la mienne. Une femme sort de la voiture, une dame de l’immeuble que je n’avais pas encore rencontré. Elle me voit et dit « Monsieur, votre voiture va briller. Quand vous avez terminé vous pouvez faire la mienne » « Oui bien sûr » j’ai répondu et nous avons rigolé. Elle est partie et j’ai eu l’idée, « je l’aurai cette femme ». Alors j’ai commencé à laver sa voiture en mettant de la mousse partout. Elle me voit de sa cuisine et sort sur le balcon en criant un juron suivi de « Il l’a fait, il l’a fait. Je plaisantais, Monsieur. Monter prendre l’apéro. » J’ai vite rincé la voiture, vidé les seaux et je suis monté pour frapper à sa porte. Elle était avec son mari. « Ah vous m’avez eu, mais d’où venez vous ? Pourquoi êtes-vous venu d’Australie ? C’est quoi un pasteur ? La porte était maintenant ouverte : « Je suis heureux que vous m’ayez posé cette question » et j’ai pu partager m’a foi.

    Est-ce qu’il y a eu il y avait 20 ans auparavant un prophète qui est venu pour m’annoncer que j’aurai un grand ministère de laver les voitures qui conduira au salut ? Non !

    Si tout ce que je dois faire pour rentrer chez les gens et leur parler de Jésus, c’est laver leur voiture, alors je laverai leur voiture !

     

    Je suis à leur service dans ce ministère de la réconciliation parce qu'au centre du plan de Dieu...

    c'est EUX et non pas MOI.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LA PECHE AUX HOMMES

     

    Texte : Matthieu 4:18-22

    Dans la vie courante nous utilisons facilement le nom d’un animal pour décrire le comportement où le caractère d’une personne.

    Nous parlons de celui qui a une mémoire d’éléphant ou qui est têtu comme un âne.

    La Bible fait pareil lorsque Jean-Baptiste décrit les Pharisiens comme « race de vipères» – Matthieu 3:7, ou quand Jésus parle de ceux qui le suivent comme «des brebis» – Jean 10 pour faire ressortir le caractère d’un de ses disciples … docile, obéissant, grégaire et capable d’entendre et de suivre la voix d’un berger.

    Afin que nous puissions comprendre la nature même de quelqu’un qui ne connaît pas le salut et la vie éternelle en Jésus-Christ, le Seigneur Jésus indirectement utilise l’image d’un poisson. Il envoie ses disciples comme « pêcheurs d’hommes » v19 


    L’image de la pêche nous sera très utile pour comprendre comment gagner une âme à Christ.

    Une première précision est nécessaire.

    Si la première image de pêche que nous avons est celle de la ruse et un combat violent pour attraper un poisson avec une canne, une ligne et un hameçon, au temps de Jésus la première image était celle d'un filet lancé à la mer et ramené au rivage.

    Pour la pêche aux hommes, je ne retiens pas l'image de la pêche à l'hameçon mais le lancement du filet de l'amour de Dieu. 

     

    BONNE PECHE OU BON PECHEUR 


    Il y a des parties de pêche qui sont particulièrement réussies. Même le débutant jette sa ligne et attrape un poisson.

    Mais quand les poissons se font rares, seul le pêcheur expérimenté, avec une connaissance du poisson, en attrapera.

    Ceci est également le cas dans l’évangélisation quand les poissons « ne se jettent pas dans la barque ». C’est celui qui comprend le chemin qui mène au cœur d’un être humain qui « l’attrapera » pour Jésus.

     

    Les disciples de Jésus ont connu, à deux reprises, la pêche miraculeuse relatées dans Luc 5:4,6 ; Jean 21:5,6.

    Cependant, Jésus a compté sur l’expérience de Pierre pour en attraper un seul – Matthieu 17:27.

    La pêche miraculeuse ne nous appartient pas mais attraper un poisson avec une ligne est notre vrai défi.

     

    LA PSYCHOLOGIE DU POISSON 

    En vue d’ « attraper » un poisson, essayons de le comprendre et de comprendre ses réactions.

     

    1. ON TROUVE CERTAINES ESPECES DE GROS POISSONS UNIQUEMENT DANS LES EAUX PROFONDES – Luc 5:4,6 


    Une vie chrétienne superficielle ne produira jamais de belles conversions. Les belles prises sont dans les eaux profondes, là où le chrétien a une relation profonde avec Dieu. 
    Sa consécration, sa vie de prière et son amour pour les âmes perdues doivent être marqués par cette profondeur.

     
    Anne une femme stérile, a eu un fils parce que son cri est venu du fond du cœur – 1Samuel 1:9-19.

     

    2. LE COMPORTEMENT DU POISSON EST SURTOUT DOMINE PAR SON BESOIN DE NOURRITURE 


    Le pêcheur expérimenté connaît les besoins du poisson et lui proposera comme appât ce qu’il aime.
    Pour la perche – le ver de terre ; la carpe – le maïs ; la brème – un asticot et 
    le brochet – un vif. 


    Le pêcheur d’hommes connaît les besoins de l’homme moderne. Il répondra à ses besoins : s’affranchir de son passé, le courage pour faire face au présent, l’espérance pour l’avenir, l’accueil sans jugement, un parler franc et simple.

     

    3. IL FAUT UN MATERIEL DE PECHE ADAPTE AU POISSON QUE NOUS PECHONS 


    A chaque pêche sa technique.

    C’est également le cas dans l’évangélisation – on aborde des jeunes de la banlieue et des jeunes universitaires différemment.

    Le Français, n’est ni un Africain, ni un Américain. Il a besoin d’une approche auquel il peut répondre : intelligente sans être intellectuelle, personnelle sans un manque de respect, profonde et vraie sans être lourde.

     

    4. LE REPONDANT DU POISSON DEPENDRA EN GRANDE PARTIE AUX CONDITIONS METEO – L’ATMOSPHERE 


    Les gens sont extrêmement sensibles à ce qu’ils ressentent. L’expérience nous apprend que pour s’ouvrir au message de l’Evangile, un inconverti doit ressentir la sincérité, la joie, la simplicité.

     
    Les gens de mauvaise vie allaient à Jésus plutôt que vers les Pharisiens parce qu’il les accueillait – Luc 15:1,2

     

    5. IL Y A UNE GRANDE VARIETE DE POISSONS QU’ON PEUT ATTRAPER

     
    Certaines espèces sont prises et gardées alors que d’autres sont remises à l’eau.

    Dans l’évangélisation il faudra faire un tri des personnes qui répondent – Matthieu 13:47,48

    Ceci nous aide à mieux accepter les déceptions.

     

    LA PROMESSE DE JESUS

    La déclaration de Jésus à ses disciples dans Matthieu 4:19,20 est une promesse pour chaque personne qui vient à lui. « Je ferai de vous des pêcheurs d’hommes ».

     
    Ces « pêcheurs d’hommes » sont également l’accomplissement d’une promesse faite par Dieu dans Jérémie 16:15
    « J’enverrai beaucoup de pêcheurs et ils les pêcheront ».

    Je vous souhaite, à tous mes lecteurs, "Bonne pêche!"

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • ETABLIR UNE BONNE CONNEXION AVEC LE NON CHRETIEN

    NE BONNE CONNEXION AVEC 

    Texte : 1Corinthiens 9:19-24

     

     La technologie dépend énormément d'une chose...une bonne connexion, sans quoi rien ne peut marcher. Les appareils ne peuvent pas se "parler" et travailler ensemble. La connexion est également très importante dans les relations humaines. 

              Dans ce passage de 1Corinthiens 9, Paul exprime sa consécration entière pour l’Evangile : « je fais tout à cause de l’Evangile ». Mais il va plus loin. Il déclare clairement son objectif et sa stratégie pour l’atteindre.

     

    L’OBJECTIF DE PAUL

              Il n’y va pas par quatre chemins. Paul veut gagner des personnes à Christ.

    Il identifie plusieurs catégories de personnes et chaque fois, le but de son action est le même…. les « gagner ».

    Au v24 il écrit avec beaucoup de bons sens « courez de manière à le remporter ».

              Ce n’est pas juste courir qui permet de gagner mais de courir d’une certaine manière. Il y a une manière de courir qui ne gagne rien et une manière de courir pour gagner l’être humain.

     

    LA STRATEGIE DE PAUL

              L’apôtre explique sa stratégie pour gagner des personnes à Christ « Je me suis fait tout à tous » v22.

              Il doit s’adapter à toutes les différentes personnes en étant sur la même longueur d’ondes comme deux chauffeurs de poids lourds qui veulent se parler par radio. Ils doivent régler leur CB sur la même longueur d’ondes.

     

              Paul veut devenir « comme » chaque catégorie pour lui permettre de les interpeller.

              Dieu a fait pareil dans la personne de Jésus. Il est devenu « comme » l’homme afin de le sauver.

              Personne ne sera gagné à Christ si l’évangéliste ne sait établir une bonne connexion, un bon niveau de communication avec le non chrétien.

     

              Sans la bonne connexion, l’évangéliste n’est qu’un vendeur de produit que personne ne veut. Il n’a pas de « clients ».

              Cependant la bonne connexion sans l’objectif de gagner, c’est le vendeur qui a beaucoup de clients mais qui n’achètent rien.

     

    COMMENT ETABLIR UNE BONNE CONNEXION

    Pour établir cette bonne connexion avec une autre personne pour partager sa foi trois choses sont indispensables.

     

    1. Etablir la confiance

             Dans un sondage fait auprès des membres d’une église, 80% des membres sont venus la première fois accompagnés d’une personne qu’ils connaissaient dans l’église. Ils sont venus parce qu’ils avaient confiance dans la personne qui les avait invités.

              L’efficacité dans la mission d’amener des âmes à Christ dépend largement de notre capacité d’établir la confiance.

              Ceci ne doit pas forcément prendre des années. Par notre approche, très vite un inconnu peut se sentir en confiance.

              S’il sent la pression ou un discours religieux il reste sur la défensive. S’il sent le respect et l’ouverture. Il s’ouvre.

     

    2. Trouver les points sensibles

     

              Chaque personne a ses points sensibles – des domaines de souffrance, des sentiments d’injustice, des pressions du moment, des blessures du passé.

              Parfois, les points sensibles sortent comme des geysers. D’autres fois ils sont cachés dans le souterrain de leur cœur.

              Souvent, quand une personne est en confiance, elle se sent soulagée d’en parler.

              C’est à l’évangéliste de découvrir dans ce qu’elle dit, ce qui représente un point sensible.

     

              La clé – poser la bonne question.

              Des questions personnelles mais respectueuses qui permettent à la personne de s’ouvrir peu à peu, à son rythme.

              – Avez-vous, à un moment, essayé de prier ?

              – Quelles valeurs souhaitez-vous communiquer à vos enfants ?

              – Que pensez-vous des gens qui ont la foi ?

     

              Des questions remplies de sagesse conduiront les conversations naturellement vers les domaines personnels.

     

    3. Soulever des sujets facilement abordables

     

              Des sujets difficilement abordables : le péché, le salut, le jugement, le ciel, l’enfer, la repentance.

              Des sujets facilement abordables : les racines religieuses, la foi personnelle, la prière, aimer l’autre.

              Pour établir une bonne connexion nous commencerons avec des sujets où la personne a des points de repère dans sa vie.

              Elles se sent tout de suite dans un vrai partage et pas devant une montagne.

     

              Pour gagner l’être humain, il doit d’abord y avoir un réel rapprochement et un niveau de communication où la personne veut parler et veut entendre.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • OUVRIR LE CŒUR DU NON CROYANT

     

    Texte : Apocalypse 3:20  ;  Luc 11:5-10

     

    INTRODUCTION

     

    Dans le passage de Luc

    Un homme s’est enfermé chez lui avec toute sa famille derrière une porte fermée

    Il a prévu d’y rester toute la nuit mais un ami viendra et essayera de lui faire ouvrir la porte de sa maison.

     

    L’ami essaie plusieurs approches

    1. L’amitié
    2. La compassion – un homme a faim
    3. Enfin, l’importunité – « si tu n’ouvres pas la porte je frapperai toute la nuit. Personne ne dormira, mauvaise journée pour tous demain »

     

    Quand quelqu’un a fermé sa porte – certaines approches ne réussiront pas à l’ouvrir mais si on trouve la bonne, la porte fermée s’ouvre.

     

    LES 7 CHOSES QUI REFERMENT LES GENS AUJOURD’HUI

     

    Ce n’est pas pour les apprendre mais pour les identifier et les éviter !

     

    1. UN PARLER RELIGIEUX

    Les chrétiens témoignent à partir de leurs vérités bibliques : Jésus t’aime, Il est mort sur la croix pour toi, Il veut être ton ami, La Bible dit que

    Tout cela peut sonner comme du catéchisme – un système de croyances qui tombe sur une personne.

     

    2. UN PARLER MORALISATEUR

    C’est faire la leçon aux gens. Ce qu’ils doivent et ne doivent pas faire.

    La conviction de détenir la vérité produit beaucoup de jugements.

    Exemple : Certains évangéliques voit le SIDA comme la punition de Dieu pour la perversion sexuelle. Le monde réagit en disant que nous devons tout faire pour trouver le remède pour toutes ces pauvres personnes qui souffrent. Laquelle des deux attitudes serait l’attitude de Jésus ?

     

    3. L’IMPRESSION D’INTOLERANCE

    Lors d’une convention de jeunes en Norvège, un grand jeune homme blond m’a posé la question : “Que pense-tu de l’homosexualité ?”. J’ai compris qu’il me tendait un piège, pour voir mon niveau d’intolérance. Voici comment j’ai répondu : « Je respecte la liberté d'un individu de faire des choix sexuels, une liberté que donne notre société, comme je demande aux autres qu’on respecte ma liberté de faire des choix chrétiens. Cependant, la nature nous enseigne que pour la reproduction c’est toujours mâle et femelle. Donc, c’est contre nature. Pour ce que je crois moi, il faut lire Romains 1 »

    Il a été désarmé par ma réponse.

     

    4. LA TENSION

    Quand il y a débats, polémiques, discussions, d’accord pas d’accord, les cœurs se ferment et nous pouvons perdre les relations.

    Illus. Quand certains étudiants devant la fac de Jussieu à Paris où j’évangélisais avec un tableau d’animation s’opposaient à moi, je leur tendais la main et je leur disais : « Tu t’appelles comment ?  Aujourd'hui, je me suis fais un ami. ». Chaque fois il me serraient la main avec le sourire.

     

    5. DES EXPLICATIONS THEORIQUES

    Expliquer pourquoi Jésus est mort sur la croix n’est pas simple. Il faut presque faire un résumé de l’Ancien Testament pour bien l’expliquer. J’aime utiliser l’image d’une flèche venue du ciel qui a atterri à Jérusalem portant un message de la part de Dieu.

    Dans les traités évangéliques on essaie d’expliquer de la Genèse à l’Apocalypse.  Mais l’Evangile n’est pas essentiellement une explication mais une invitation:  « viens ». Les explications peuvent devenir compliquées, lourdes et même ennuyeuses si c’est notre première approche. La connaissance viendra plus tard.

     

    6. COMMENTER L’ACTUALITE

    Tout le monde est gavé des infos et des images de l'actualité à la télé et sur internet.

    Les chrétiens n’ont pas la même vue sur le monde que les non croyants que ce soit le conflit Israëlo-Palestinien, l’avortement, la politique droite-gauche. Les discussions sur l’actualité ne conduisent généralement pas vers le spirituel.

    Même si on est d’accord le niveau reste très superficiel.

     

    7. LE TEMOIGNAGE PERSONNEL TROP EXTREME

    Les chrétiens ont une réaction différente du non croyant par rapport à des témoignages chocs.

    En écoutant le témoignage d’homme : « j’ai tué 1 homme, violé 5 femmes, dévalisé 10 banques, passé 30 ans en prison mais Jésus m’a sauvé » Le chrétien crie : ouais ! Le non croyant : tu fréquentes un drôle de monde. !

    Lors d’une convention en Australie, j’ai entendu un prédicateur américain, devant une salle pleine, témoigner d’avoir vu un ange qui faisait un mètre de hauteur, habillé en tutu rose qui dansait sur son lit pendant la nuit. Le chrétien crie : Alléluia ! Le non croyant pense : mais qu’est-ce qu’il fume, celui-là ?! Si tu es un chrétien qui voit des anges en tutu rose, gardez cela pour vous, ce ne sera pas très utile en voulant ouvrir le cœur de la personne !

     

    LES 7 CLES QUI OUVRENT LE CŒUR DU NON CROYANT

     

    1. LA BONTE ET LA GENTILLESSE

    La bonté et la gentillesse se retrouve dans la liste des 9 fruits du Saint Esprit  Galates 5 :22

    La gentillesse est également l’expression de l’amour dans 1Corinthiens 13

    Dans 2Timothée 2 :23-26 Paul dit à Timothée qu’il peut même retourner ses ennemis en étant « affable ».

     

    Illus. Un missionnaire occidental en Chine avait beaucoup de mal à parler avec les chinois. Il parlait très mal le chinois et il trouvait les gens très méfiants. Un jour pendant qu’il se promenait il a vu un homme tirant une charrette. Il avait beaucoup de mal à traverser un pont sur la rivière avec sa charrette chargée. Spontanément il s’est mis à pousser la charrette et à aider le chinois à passer de l’autre coté. De l’autre coté quelque chose d’extraordinaire s’est produit…le chinois lui a fait un grand sourire et l’a remercié. Le missionnaire était très étonné de ce bon contact. Alors tous les jours il se mettait à coté de se pont et il aidait tous ceux qui venaient avec une charrette chargée ramassant aussi le fruit et légumes qui tombaient. L’efficacité de son ministère a commencé à coté de ce pont.

     

    Illus. Mon beau-père avait toujours été anti église. Quand Denise, mon épouse, s’est convertie à l’âge de 13 ans, il a dit qu’il ne voulait pas sa fille dans l’église. Quand sa fille a présenté un jeune pasteur comme son futur mari, ce n’était pas la grosse chaleur. Il est quand même venu au mariage, mais en reculant, et en plus il y avait 700km à faire. Nous avons eu une cérémonie de mariage bien pentecôtiste avec de la louange, des prophéties, une prédication et l’imposition des mains. Les photos de la cérémonie montrent dans l’auditoire beaucoup de mains levées louant Dieu mais au 2ème rang les visages étaient fermés. Après la cérémonie et pendant le buffet, tout le monde est venu féliciter mon beau père et lui serrer la main. Il croyait avoir remporter des élections ! Le lendemain dans la voiture sur le chemin du retour, il a dit à ma belle mère « Si j’habitais cette ville j’irais dans cette église ». Qu’est-ce qu’il l’a retourné ? Ce n’était pas la cérémonie mais la bonté et la gentillesse.

     

    Illus. Dans notre église en Australie il y avait une dame qui avait compris ce principe. Elle était redoutable au niveau de bonté et de la gentillesse : coup de fil, carte d’anniversaire, courrier, invitation à dîner, invitation à prendre le café, visite à l’hôpital, gâteaux, cadeaux. Tous les moyens étaient bons. Elle était personnellement responsable pour entre 30 et 40 personnes converties et dans l’église. Son outil principal ? La bonté et la gentillesse.

     

    2. LA SINCERITE 

    Le non croyant doit nous voir comme des gens vrais, profonds, courageux. C’est d’autant plus important parce que la société associe aller à l’église à l’hypocrisie.

    Les gens ont tellement l’habitude de l’intérêt personnel

    Illus.  Quand nous étions jeunes mariés je suis allé une fois avec Denise quand elle voulait s’acheter une robe. Elle en a essayé une avec la vendeuse en extase « Ca vous va parfaitement etc » J’ai dit « Denise enlève ça, c’est un sac. La vendeuse était prête à dire n’importe quoi pour avoir l’argent de Denise et l’argent de Denise c’est aussi mon argent !

    Ce que nous sommes touche les gens plus que ce que nous disons.

    Paul dit que nous sommes des lettre connues et lues de tous les hommes – 2Corinthiens 3 :2,3

     

    Quand vous allez chez des amis et leur chien ne vous connait pas, que fait-il ? Il vous renifle pour connaître votre odeur. Mais il n’y a pas que les chiens qui font cela. Les gens le font aussi. Ils veulent connaître notre « odeur ».

      

    Pour s’ouvrir à nous, ils doivent nous découvrir comme des gens vrais :

    • Nous ne faisons rien par intérêt personnel
    • Nous ne sommes contre personne
    • Nous n’imposons rien
    • Nous n’avons pas de produit à vendre
    • Nous ne sommes pas les justiciers de Dieu

    Nous sommes des gens de cœur ;

    Nous avons une expérience qui a changé nos vies et elle est trop belle pour ne pas la partager avec d’autres.

     

    3. LA SIMPLICITE

    Le non croyant répond à la simplicité. C’est une approche qui est

    • Décontractée, personnelle, naturelle
    • Avec un intérêt pour les gens
    • Etre ouvert, chercher le contact

     

    L’utilisation du prénom est très important pour communiquer la simplicité. Le prénom c’est le départ d’une relation personnelle.

    Illus. Après une soirée concert dans une brasserie de St. Germain en Laye où j’avais interprété mes chants, nous sommes aller prendre un pot avec les gens qui étaient venus au concert. Le lundi matin à la mairie de St Germain on parlait du concert. Ce qui avait surtout marqué les gens, ce n’était pas tellement mes chants ou mes histoires racontés avec tableau, mais ils ont dis à leurs collègues « Le pasteur s’est attablé avec son public » ! C’est surtout ça qui les a marqués.

     

    Dans les Evangiles, Jésus se mettait à table avec tout le monde : ses amis proches, ses disciples, les pharisiens, les gens de mauvaise vie etc

    En fait, avant de commencer son ministère Jésus a jeûné 40 jours. Après cela il a mangé pendant 3 ans et demi !

     

    « Se mettre à table » c’est de réduire la distance entre eux et nous.

    On parle, on passe du temps ensemble, on apprend à se connaître et on s’ouvre le cœur.

     

    Luc 10 :5-9

    En envoyant les 70 évangélistes, Jésus leur dit « dans quelques maisons que vous entriez mangez ce qu’on met devant vous. » J’appelle communément cette approche « l’évangélisation par la bouffe »

    C’est dans cette simplicité de cœur qu’on peut partager le message du Royaume de Dieu.

     

    4. L’HUMOUR

    Rire ensemble, c’est créer une ambiance de détente mais aussi établir une complicité.

    Illus. Un jour j’étais dans une salle de restaurant rapide et en face de moi il y avait 2 filles qui ont attrapé le fou-rire. Tout le monde dans le resto riait avec elles et pas un d'entre nous comprenait pourquoi.

     

    Rire ensemble – c’est dire à l’autre « on se comprend »

    Une des premières choses qui m’a attiré à Denise qui est devenu mon épouse, c’est qu’on riait beaucoup ensemble. J’étais pasteur des jeunes et elle une bénévole dans l’église. Un jour j’ai eu une pensée « Vincent, est-ce que tu veux passer toute ta vie à rire ? OUI ! Alors épouse-la. » C’est ce que j’ai fait et effectivement, nous avons passé plus de 40 ans à rire ensemble.

     

    Avec les années qui passent on perd et on gagne : on perd les cheveux et les dents et on gagne les rides et les kilos.

    Mais si tu ne deviens pas aigri par les événements de ta vie tu ne perdras pas ton sens de l’humour.

     

    L’humour, c’est la joie partagée.

    Et la joie c’est le 2ème fruit du Saint Esprit dans la liste de Galates 5 :22

    Et dans une ambiance de joie, le Saint Esprit agit.

     

    Luc 15 :8-10 Parabole de la drachme perdue

    Dans sa recherche la femme est stressée et seule mais quand elle trouve la pièce perdue elle est joyeuse et elle a une joie à partager avec ses voisines.

    Quand elle trouve, elle devient source de joie pour les autres.

    Quand je vois un chrétien triste, je pense « est-ce que tu as trouvé la pièce ? » Tu me donne l’impression de n’avoir rien trouvé.

     

    La joie dans nos vies attire des gens à nous et ils découvrent la source de notre joie.

    L’humour ce n’est pas raconter des blagues tout le temps – c’est fatiguant

    C’est voir le coté joyeux de la vie.

     

    Dans la rue la joie a un coté très attractif pour le public.

    Illus . Une fois je racontais une histoire avec mon tableau sur les sosies. Un attroupement s’était formé et dans le public j’ai vu un jeune black avec des cheveux très bouclés, dense et il portait un bonnet de couleurs très vives. J’ai dit au public que j’avais beaucoup de plaisir de leur présenter un ami à moi, « Bob Marley ». Tout le monde s’est retourné. Le black aussi. Et ils ont tous rit. La foule a doublé. J’ai continué à faire référence à Bob.  A la fin de l’histoire j’ai ajouté : « Si mon histoire vous a plu j’ai une invitation pour vous ». Les gens se sont rués sur l'invitation. A la fin il ne restait plus qu’une personne, Bob, et j’ai pu lui parler de Jésus.

     

    5. L’ECOUTE SANS REACTION

    Les évangéliques sont les champions du monde de la réaction :

    « Tu fais quoi ! tu crois à quoi ! tu vas où ! C’est pas possible ! »

     

    Beaucoup se sentent les assistants personnels du Saint Esprit – « t’inquiète pas Saint Esprit, je m’en occupe ! »

     

    Si tu veux que quelqu’un ouvre son cœur, apprends à l’écouter sans être sur la défensive.

     

    Le non croyant va assez souvent nous sortir des choses où il faudra mordre sa langue.

     

    4 EXEMPLES DE DECLARATIONS :

    Je vais tester votre réactivité évangélique avec des déclarations qu'on peut entendre:

    • « Je suis déjà chrétien j’ai été baptisé en tant que bébé »
    • « Je crois que toutes les religions conduisent à Dieu »
    • « Moi, je prie Marie, la vierge Marie, et elle m’exauce »
    • « Je vais de temps en temps consulter ma voyante »

    Ces expressions peuvent produire une éruption volcanique chez l’évangélique.

     

    C’est le moment de vous rappeler que le 3ème fruit de l’Esprit c’est la PAIX et que le 9ème fruit de l’Esprit c’est la MAITRISE DE SOI !

     

    Alors comment répondre à ces 4 déclarations sans réagir ?

    • « Je suis déjà Chrétien j’ai été baptise en tant que bébé » - Je me réjouis que tes parents ont eu le souhait que Dieu bénisse ta vie.
    • « Je crois que toutes les religions conduisent à Dieu » - Je crois qu’il y a du bon dans toutes les religions et surtout des gens sincères.
    • « Je prie Marie et elle m’exauce » - Dieu voit ta sincérité. Quand j’ai découvert Jésus j’ai appris qu’on pouvait aller vers lui directement.
    • “Je vais de temps en temps voir ma voyante » - Dieu voit ton cœur qui cherche des réponses pour ta vie.

     

    N’oublions jamais que c’est Dieu qui juge et que le seul qui peut convaincre de pêché c’est le Saint Esprit. 

    Si nous voulons que les gens s’ouvrent à nous ils faut leur laisser s’exprimer avec franchise.

     

    6. PARLER VRAI

    Quand nous disons des choses vraies sur la vie, des choses remplies de bon sens, les gens honnêtes se retrouvent et la confiance s’installe.

     

    Quand nous parlons avec le bon sens les gens sont obligés d’être d’accord.

    • Je trouve que nous sommes dans une société de plus en plus superficielle
    • On s’occupe beaucoup de l’extérieure mais l’homme à l’intérieure va mal.
    • L’amour aujourd’hui, ce n’est pas aimer, c’est faire l’amour. Ce n’est pas pareil.
    • Ce qui importe, ce n’est pas la religion mais la foi.
    • Si tu veux la foi, personne ne peut te la donner. Il faut s’adresser directement à Dieu.
    • Chacun doit faire son propre cheminement
    • Dieu ne s’impose pas. Si tu ne veux pas de lui, il te laissera tranquille.

    Illus. Un étudiant de fac venue entendre l’Evangile pour la première fois, m’a dit après la réunion : « J’ai trouvé assez douteux ton truc » J’ai répondu : « Bon, la foi c’est un don. On l’a ou on ne l’a pas. » « Alors c’est foutu pour moi ? » m’a-t-il dit. « Apparemment. » Ma réponse l’a déstabilisé. Il ne l’attendait pas.

    • J’ai du mal à croire en l’homme quand je vois tous ce qu’il fait.
    • La seule personne qui peut prouver l’existence de Dieu, c’est Dieu lui-même.

     

    Dans un aéroport il faut passer la sécurité, un détecteur de métal. Il réagira s’il y a présence d’un objet métallique.

    Dans le cœur des gens honnêtes, il y a un détecteur de vérité. Quand ils entendent parler le bon sens, la sonnerie se déclenche « C’est vrai, ce qu’il dit ».

     

    Jésus nous a dit que la vérité a une puissance pour libérer l’homme - Jean 8 :32 « Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira »

    Quand le non croyant honnête entend des choses vraies, il les reconnait et il s’ouvre.

     

    7. PRONONCER DES CHOSES POSITIVES SUR LA PERSONNE

    En France comme dans toute l’Europe, nous respirons une aire négative. La critique est partout et souvent ça part du principe qu’on va aider les gens en leur disant ce qu’ils font mal :

    Père à son fils : fiston, je vais t’aider, je te dirai ce que tu fais mal. Merci Papa.

    C’est également le cas dans d’autres relations

    Les profs aux élèves, les patrons aux ouvriers, même les pasteurs aux Chrétiens.

     

    Mais si une voiture roule à l’essence, l’être humain roule à l’encouragement.

    Alors si quelqu’un commence à prononcer des choses positives sur les gens – quel changement radical!

     

    La première réaction des gens : qu’est-ce qu’il veut?

    La deuxième réaction : encore, encore.

     

    Le dimanche est pour moi l’occasion d’arroser les gens avec de l’encouragement :

    • A un enfant : Tu as grandi autant depuis la semaine dernière !
    • A un jeune : Tu as 18 ans, tu es un homme
    • A un ado : Tu as quel âge ? 14 ans et demi. Allez, on va appeler ça bientôt 15 ans
    • A une dame : Ta nouvelle coiffure, super

     

    Jésus l’a fait avec Nathanaël. Il était arrogant et méprisant de tout ce qui venait de Nazareth.

    Quand Jésus l’a vue il aurait pu le reprendre mais au contraire, il lui dit : « Voici un Israëlite en qui il y a aucune fraude. » Nathanaël bouleversé : Tu es le Fils de Dieu !! Jean 1:47

     

    Le gens reçoivent si peu d’encouragement. Si vous prononcer des choses positives sur leur vie…ils s’ouvriront.

     

    Illus. J’ai compris ce secret un jour quand a coté de notre église à Evry dans un grand parc, beaucoup de motards sont arrivés. Quand ils se retrouvent c’est pour admirer les motos des uns et des autres. J’ai demandé aux hommes s’ils voulaient venir avec moi pour aller à leur rencontre. Plusieurs ont dis OUI dont un homme qui était zélé mais qui manqué de sagesse. J’avais déjà du rattraper des situations avec lui. J’ai décidé de le prendre avec moi. Nous avons trouvé les plus affreux de tous les motards – de véritables gorilles, laids, un bon argument pour la théorie de Charles Darwin, avec des poils qui sortaient de tous les trous de la tête. J’ai essayé de témoigner avec le plus grand des deux. Il m’a répondu « Mon dieu est ma bécane ». J’ai dit à mon ami, « Bon, on ne peut pas aller plus loin avec eux, partons » Alors mon compagnon se tourne vers le grand motard et il lui dit « De toute façon tu peux dire ce que tu veux, moi je vois Jésus en toi » J’ai pensé quelle ânerie ! Je voyais plutôt le diable en lui que Jésus.  Mais le grand motard l’a regardé, étonné, et lui dit « C’est vrai ? » J’ai pensé, c’est pas possible. Il a été touché.

    Je ne vous demande pas de dire à tout le monde « Je vois Jésus en toi » parce qu’il faut être honnête. Mais j’ai pu voir à quel point, quand on dit quelque chose de positif sur les gens, cela les ouvre.

     

    CONCLUSION

    Pour ouvrir la porte du cœur fermé, Dieu nous a donné un trousseau de 7 clés. Si on apprend à les utiliser nous verrons des cœurs fermés s’ouvrir pour être touché par l’amour de Jésus.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • GAGNER DES AMES AVEC LE SAINT ESPRIT

     

    Texte :   Jean  6 :37-44

     

    INTRODUCTION

    L’évangélisation aujourd’hui pose deux problèmes :

    1. Pour tout l’effort il n’y a pas beaucoup de résultats
    2. Les chrétiens ne s’enflamment pas trop pour l’évangélisation

     

    Les chrétiens ont tendance à fuir l’évangélisation pour plusieurs raisons :

    1. La déception et le découragement au niveau répondant
    2. L’approche produit des tensions dans les relations – c’est une approche de confrontation qui met tout le monde mal à l’aise.
    3. L’obligation et la culpabilité
    4. La crainte d’être rejeté par l’autre

     

    Pour être libéré de ces poids et trouver l’efficacité il est indispensable de comprendre deux choses :

    1. Quel est le rôle du Saint Esprit dans la conversion d’une âme à Christ
    2. Quel est notre rôle dans sa conversion.

     

    LE PROCESSUS DE LA CONVERSION

    La conversion n’est pas un événement isolé dans une vie mais un processus dans lequel il y a plusieurs étapes.

     

    Nous pouvons tracer les 4 étapes de la conversion dans les deux versets  Jean 6 :37 & 44

     

    1. V37 « Tous ceux que le Père me donne »

    Le point de départ du salut est le libre choix de Dieu.

    C’est difficile de comprendre humainement mais cela s’appelle "la grâce" et "l'élection". 

    La grâce n’est pas un dû. C’est un don gratuit. Et Dieu décide à qui il la donnera

     

    Le peuple élu de Dieu est un peuple qui ne s’est pas auto-proclamé. Il est un peuple naît d’un choix de Dieu.

     

    Nous sommes dans le grand débat de la souveraineté de Dieu quand il s’agit du salut – la prédestination

    Dieu est libre de faire son choix mais il ne le fait pas d’une façon arbitraire.

     

    Le mot « prédestinée » est un mot biblique utilisé par l’apôtre Paul. Mais ce mot n’est pas au début du processus du salut.

    Regardons Romains 8 :29,30

    Le processus commence par « Ce qu’il a connu d’avance » - la préscience de Dieu.

     

    Dieu a une dimension de connaissance qui nous échappe complètement.

    NOUS – nous connaissons le passé et le présent

    DIEU – il connait le passé, le présent ET l’avenir

     

    Dieu voit dans le futur comment une personne va répondre à sa grâce et en fonction de ce qu’il, voit, il fait son choix de la personne.

    C’est parce qu’il connait d’avance, que Dieu choisit une personne

     

    Jésus l’a exprimé de cette façon en Jean 15 :16

    « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, mais moi je vous ai choisis… »

    Il ne faut jamais oublier que le salut ne vient pas d’un homme ou d’une institution religieuse mais de Dieu.

     

    LE VERSET CLE POUR COMPRENDRE LE ROLE DU SAINT-ESPRIT EST JEAN 6 :44

     

    2. V44 Le Père attire la personne à Jésus.

    • Le Saint Esprit commence à toucher le cœur
    • Il travaille les pensées
    • Il utilise les circonstances
    • Il provoque des rencontres avec ceux qui ont la foi
    • Il peut intervenir surnaturellement

     

    3. Avec l’action du Saint-Esprit, la personne garde toujours sa responsabilité – elle doit « venir » à Jésus

    C’est la réponse personnelle au travail de Dieu dans son cœur.

    L’homme reste responsable pour ses choix à lui.

    Il garde son libre arbitre.

    Il peut encore refuser ce que Dieu fait dans son cœur par amour de son péché ou du monde.

    A lui de se décider de suivre Jésus et de se détourner de sa propre voie.

     

    4. V37 « Je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi »

    Jésus le reçoit et lui accorde le salut.

    Il ne doit pas réfléchir. Il reçoit toujours, la paix dans le cœur et le pardon du péché

    C’est une nouvelle naissance – il devient enfant de Dieu

    Illus.  J’ai fait la connaissance d’un homme non chrétien, Raoul de prénom, dont la femme était chrétienne et fréquentait notre assemblée en Australie. Il n’était pas contre que sa femme et ses deux fils viennent à l’église. En fait, il les amenait à l’église tous les dimanches. Un jour j’ai rencontré Raoul dans la rue et nous avons discuté : Pourquoi ne viens-tu pas avec ta famille ? Il m’a répondu : « Je crois en Dieu mais je ne peux pas accepter qu’il aime l’homme. Il l’a créé sachant qu’il irait en enfer. » Impossible de lui faire changer d’avis. Peu de temps après cette conversation Denise et moi, nous sommes partis en voyage en France pendant 6 semaines. Au retour j’ai posé la question aux anciens de l'église : « Alors, quelles sont les nouvelles ? » Bonnes ! Raoul s’est converti. Non. Oui !  (J’étais sceptique vu la conversation avec lui) A Jésus ?! Oui. Dimanche suivant je vois Raoul arriver avec sa famille. Pendant la louange il lève les mains. A la fin de la rencontre je lui ai dit « Qu’est-ce qui s’est passé ? » Il m'a expliqué qu'une nuit il a fait un songe où il a vu le visage de Jésus très triste et qui le regardait. Après quelques secondes le visage s’est détourné de lui. Il s’est réveillé et il savait que c’était sa dernière chance. Alors il s’est levé, s’est mis à genou et a donné sa vie à Jésus.

    J’étais content et heureux pour lui, mais je l'avoue, j'étais frustré! ! Moi, je m’esquintais à essayer de le convaincre sans le moindre progrès. Et le Saint Esprit lui donne un songe et c’est bon.

    On retrouve les 3 étapes dans la conversion de Raoul :

    1. Le Père l’a attiré à Jésus par un songe - avec lui il fallait les gros moyens!
    2. Raoul a répondu à ce que Dieu faisait
    3. Jésus n’a pas discuté. Pas si vite…  Non, il l’a immédiatement accepté.

     

    LA CLE D’UNE CONVERSION EST LE TRAVAIL DE DIEU DANS LE CŒUR 

    Ce qui se passe dans le cœur décide tout le reste chez l’homme

    Illus. Dans sa jeunesse, mon plus jeune frère soignait son look : voiture de sport, lunettes de soleil, cheveux un peu long. Un jour ma mère lui dit : Philippe va chez le coiffeur. Mais il ne voulait pas.

    Maman a insisté alors sous pression et en reculant, il est allé chez le salon de coiffure. Mais, il y avait une jeune coiffeuse là et était belle et très sympa. Quand mon frère est rentré, Maman était satisfaite. Mais le lendemain Philippe s’est regardé dans la glace et il trouvait qu’elle n’avait pas suffisamment coupé. Alors il est retourné en courant au salon de coiffure, cette fois avec une rose. Pour la petite histoire ils se sont mariés et ils ont fait beaucoup d’enfants!

    Ce qui ce passe dans le cœur décide finalement, ce que vont faire les gens.

    Ce principe fondamental pour la vie est également vrai pour comprendre la conversion.

     

    QUEL EST DONC LE ROLE DU SAINT ESPRIT ET QUEL EST NOTRE ROLE ?

    1. Quel est le rôle du Saint Esprit? 

    Le Saint Esprit travaille et adouci le cœur pour attirer la personne à Jésus.

    C’est un travail intérieur que nous ne pouvons pas faire.

    Si nous essayons de faire ce travail – il y aura pression, stresse - nous deviendrons frustrés, découragés, critiques et nous risquerons de briser les bonnes relations que nous avons avec les gens

    Le travail du cœur est le travail du Saint Esprit.  Si nous essayons de changer les cœurs à sa place le témoignage sera pour nous un grand fardeau.

     

    2. Quel est notre rôle ?

    Deux choses

    • Découvrir ce que le Saint Esprit fait dans le cœur de la personne.
    • Là où il y a des signes que le Saint Esprit attire la personne à Jésus, d’aider la personne à comprendre le chemin du salut présenté dans la Bible

    Illus. On dit que je suis un commercial et je vends l’Evangile au gens. MAIS moi, je ne vends rien du tout. Je me vois plutôt comme sage-femme. Si une femme enceinte vient à l’hôpital, la sage-femme va l’aider à accoucher de l’enfant. La sage-femme n’a pas mis l’enfant dans le ventre de la future maman. Le père s’en est occupé. Mais elle comprend ce qui se passe et accompagne la femme dans l’accouchement : « Allez pousse, pousse, et il vient ». Cependant, si une femme arrive en clinique mais elle n’est pas enceinte, la sage-femme peut dire « pousse, pousse » mais il n’y aura pas de bébé!

     

    Illus. J’étais en visite dans une église sur la côte est de l’Australie, une région où il y a de très belles plages. J’ai demandé au pasteur de me prêter une canne à pêche et tôt le matin je suis allé à la pêche. J’étais jusqu’à ma taille dans l’eau. Il était 6 heures du matin. J’ai pris un premier poisson, puis un second, puis un troisième. J’étais heureux. A cette heure-là du matin il y a toute une population qui se promène le long des plages. Et voilà qu’un vieillard me regardait en train d’attraper mes poissons. C’était plus fort que lui. Il voulait les voir de près. Alors il est venu jusqu’à moi dans l’eau. « Tu peux me montrer tes poissons. Oh ils sont beaux. » La conversation a commencé. Je lui ai posé la première question : « Vous êtes ici en vacances où est-ce que vous habitez ici en tant que retraité. Je suis retraité en vacances ! Vous venez d’où. D’Ipswich. Ipswich ?

    J’étais pasteur à Ipswich pendant 6 ans. Est-ce que vous avez lu dans les journaux qu’une église a acheté la fonderie dans la ville et l’a transformée en église ? Oui. Eh bien, c’était moi le pasteur qui a conduit cette opération. Ah, bon. Est-ce que vous êtes un homme croyant ? Er, er, oui, j’étais anglican mais ma mère a changé alors on est devenu des presbytériens. » Tout cela était très loin !

    Je l’ai invité à venir à la réunion que j’animais dans la ville. Et il m’a répondu : « Merci mais je n’aurai pas le temps.  (un retraité en vacances qui n’a pas le temps ? !) Il montrait aucune sensibilité à Dieu.

    Je ne pouvais rien faire de plus. Alors je lui ai dit « passez de bonnes vacances et à la prochaine ».

    Ma responsabilité devant Dieu se terminait là pour le moment.

    MAIS imaginez si ce vieillard se promenait en se posant des questions sur la vie et la mort. Ses amis disparaissent un à la fois. Imaginez qu’il disait ; « Dieu, si tu es vrai, donne-moi un signe. Tiens, ce pêcheur vient de prendre un poisson. » Alors dans de ce cas de figure mon rôle prend une tout autre dimension.

     

    PIERRE ET CORNEILLE

    Actes 10 :1-8

    Corneille, un officier de l’armée romaine est travaillé par le Saint Esprit depuis un certain temps.

    Dieu allait l’attirer à Jésus en lui envoyant un ange pour le mettre en contact avec Pierre pour entendre l’Evangile et être sauvé.

    Dieu a quand même utilisé les grands moyens pour lui !

     

    Le problème, c’est que Pierre, de son coté, n’était pas du tout disposé à essayer de gagner cet homme à Jésus.

    • D’abord, Corneille n’était pas juif et Pierre pensait que seuls les juifs pouvaient être sauvés.
    • Ensuite, Pierre voit cet officier comme un soldat de l’armée d’occupation qui a envahi son pays.

    Si Pierre le croissait dans la rue, habillé en uniforme d’officier, il aurait totalement ignoré le travail de Dieu dans son cœur.

     

    Si Corneille croissait Pierre dans la rue, il n’aurait jamais soupçonné que ce vieux barbu de marin pêcheur juif avait les paroles de la vie éternelle qu’il recherchait.

    Dieu a du préparer chacun pour ce rendez-vous.

     

    Quand je me promène dans les rues, je me demande combien de Corneille suis-je en train de croiser sans le savoir?

    Ce serait beaucoup plus facile si chaque Corneille portait un badge « Je m’appelle Corneille ». Mais ce n’est pas le cas.

     

    Alors je me promène avec mon thermomètre spirituel et les gens que je croise je leur dis : « ouvrez la bouche, SVP.  Bon, merci, bonne journée. » Mais si le thermomètre spirituel indique une recherche spirituelle, je leur dis : « Ah, allons boire le café, parlons. »

    Je gratte la surface pour voir ce qu’il y a à l’intérieur.

     

    Quand je travaille avec ce que fait le Saint Esprit, le fardeau de l’évangélisation est remplacé par une aventure passionnante de découvrir l’œuvre du Saint Esprit dans les coeurs.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHERCHER L’AME PERDUE

     

    Texte : Jean 1:40-46  (noter le mot « rencontrer » ou « trouver » dans la lecture)

     

    INTRODUCTION

    V41 André a rencontré son frère Simon et l’a conduit à Jésus

    V43 Jésus a rencontré Philippe – copain à André et Simon

    V45 Philippe a rencontré Nathanaël et l’a amené à Jésus

     

    Ce sont les premiers disciples, les premiers qui suivront Jésus et cela commence par une personne qui rencontre une autre personne.

    André a rencontré Simon, Jésus a rencontré Philippe, Philippe a rencontré Nathanaël.

    Tu peux ajouter ton nom a la liste. Il y a eu probablement une personne qui t’a rencontré et qui t’a amené à Jésus. Sinon, c’est Jésus lui-même qui t’a cherché comme ce fut le cas pour Philippe.

     

    C’est la stratégie de Dieu pour répandre son salut : UNE PERSONNE RENCONTRE UNE AUTRE PERSONNE

     

    Pourquoi Jésus, est-il venu sur la terre ?

    Il a guéri mais il n’est pas venu pour cette raison.

    Il a délivré les opprimés des démons mais il n’est pas venu pour cette raison.

    Il a enseigné le Royaume de Dieu à la foule mais il n’est pas venu non plus essentiellement pour cette raison.

     

    Jésus nous le dit lui-même dans Luc 19 :10

    « Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu »

     

    Cette déclaration vient à la fin de la rencontre avec Zachée.

    Question : Zachée a-t-il cherché Jésus, ou Jésus a-t-il cherché Zachée ?

    Zachée (comme beaucoup d’Européens d'ailleurs) était curieux mais pas demandeur. Il voulait voir à distance sans se mouiller.

    C’est Jésus qui est allé le chercher dans son arbre. Zachée est l’exemple classique où le Fils de l’homme est venu « chercher et sauver ce qui était perdu »

     

    LE BOITEUX A LA PISCINE DE BETHESDA

    Dans Jean 5 un homme paralytique est guéri par Jésus miraculeusement. Mais il y aura une deuxième rencontre entre Jésus et cet homme. La première était pour la guérison mais la deuxième était pour le salut.

    Jean 5:10-14

    V14 Jésus le « trouva » dans le temple. Ce mot pourrait donner l’impression d’une rencontre par hasard.

    Ce n’est pas du tout le cas. Le mot « trouva » utilisé dans le texte n’est pas le mot utilisé pour une rencontre fortuite mais une rencontre suite à une enquête bien menée.

    Nous pouvons imaginer Jésus qui envoie ses disciples à la piscine de Bethésda se renseigner d’où venait l’homme que Jésus avait guéri.

     

    L’HOMME AVEUGLE

    Nous avons un deuxième exemple qui ressemble beaucoup à ce qui s’est passé avec le paralytique. L’homme aveugle est guéri par Jésus mais il y aura une deuxième rencontre qui le conduira au salut.

    Jean 9 :35-38

    V35 Jésus trouve l’homme

    Une nouvelle fois Jésus retrouve un homme ayant mené une enquête. C’est le même mot utilisé qu’en Jean 5.

     

    Illus.   Pasteur à Evry en région parisienne, de temps en temps j’étais invité à assister à l’inauguration de nouveaux locaux pour une université qui s’installait dans la ville. J’y allais dans le but de rencontrer des personnes bien placée dans la société. Un soir d’inauguration je me suis trouvé dans une grande salle où 1000 personnes étaient présentes. En parlant avec quelqu’un que je connaissais j’aperçois une femme blonde s’est approchée de moi et s’est arrêtée à ma gauche. Elle commence à se pencher vers moi. J’étais mal à l’aise et je me demandais ce qu’elle faisait. J’ai demandé à la personne avec laquelle je parlais si elle la connaissait. Non. Elle est partie. Ouf !  15 minutes plus tard je parlais avec quelqu'un de la Chambre de Commerce et la femme blonde est revenue et m’a fait le même coup. Je me suis demandé ce qu’elle faisait. Tout à coup j’ai compris. Elle m’avait certainement vu sur la place publique avec mon tableau d’animation racontant mes histoires et se demandait qui j’étais. Elle essayait de lire mon nom écrit en petit sur le badge. Je me suis dit, « zut, c’est une occasion de loupée.  Comment la retrouver dans la foule ? » Idée ! Je me mettrai à côté de la table du buffet. Tout le monde passe et repasse. Ils ne viennent pas tellement pour les speechs mais plutôt pour le buffet somptueux ! J'ai eu raison. Je l’ai vu s’approcher je me suis dis « comment commencer une conversation avec une blonde ? » Je me suis lancé avec la première chose qui m’est rentré dans la tête. « Est-ce qu’on se connait ? Oui, je vous au vu dans l’Agora devant un tableau. » Son nom était Claire et elle m’a dit qu’elle ne croyait pas en Dieu. Je lui ai répondu « mais Dieu croit en vous, Claire. Jamais vous n’avez pensé ce matin en vous levant que vous parlerez avec un pasteur. » Pendant 20 minutes je lui ai parlé de l’amour de Jésus pour elle et elle a été touchée. Mais ce n’est pas terminé. Quand on cherche il faut chercher. « Claire, j’aimerais vous inviter à un concert Gospel que j’organise mais je n’ai pas d’invitation sur moi. Où est-ce que je peux vous l’envoyer ? Ici, à mon travail à l’université. » J’ai noté son adresse sur mon calepin. Le lendemain à mon bureau je lui ai envoyé une invitation avec un petit mot. Malheureusement elle n’est pas venue et je ne l’ai plus revue mais j’ai quand même cherché cette dame blonde.

    On ne va pas réussir chaque fois mais on ne trouvera personne si on ne cherche pas.

    Chercher c'est ça, ni plus ni moins !

    Et c’est par ce moyen qu’une personne peut être sauvé.

     

    LES PARABOLES

    Jésus nous a donné plusieurs paraboles où il s’agit de chercher et de trouver des hommes.

     

    LA BREBIS PERDUE  - Luc 15

    Le berger qui ne peut accepter qu’il ait perdu cette brebis. Il va à sa recherche jusqu’à ce qu’il la trouve.

     

    LA PIECE PERDUE  - Luc 15

    La femme cherche avec détermination. La pièce a une grande valeur pour elle. Il faut qu’elle la retrouve. Elle cherche et elle trouve.

    C’est une image de Dieu qui cherche et trouve les hommes

     

    LES NOCES – Matthieu 22

    Les invitées ne veulent pas venir au festin. Le roi appelle ses serviteurs

    Matthieu 22:9,10 « Allez donc dans les carrefours et appelez aux noces tous ceux que vous trouverez. Ces serviteurs allèrent dans les chemins rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, méchants et bons, et la salle des noces fut pleine de convives. »

    Les méchants et les bons, on les prend tous !

     

    STEPHANIE

    Un mois de juin à Paris, j’ai rencontré devant mon tableau une jeune fille de 17 ans, Stéphanie. Nous avons bien parlé et dans la conversation elle m’a posé beaucoup de questions sur Dieu. Dans la semaine qui a suivi j’ai reçu une lettre de Stéphanie par laquelle elle me posait les mêmes questions. J’ai pris le temps pour bien répondre et j’ai envoyé mon courrier espérant qu’une communication régulière s’installerait. J’ai attendu son deuxième courrier mais il n’est pas arrivé. J’ai senti son cœur touché et je ne voulais pas l’abandonner. Pendant 5 mois je l’ai invité à de nombreuses reprises à des soirée jeunes, à des concerts, à des matinées visiteurs, chaque fois en lui envoyant un petit mot par la poste. Mais je n’ai reçu aucune réponse de sa part pendant tout ce temps. Juillet, août, septembre, octobre, novembre…rien !

    En novembre j’organisais un concert Gospel à l’église et j’ai pensé à Stéphanie. Pour une n-ième fois je lui ai envoyé un mot avec l’invitation. Manque de chance cette semaine-là, la poste a fait grève mais, à ma grande surprise, une lettre est quand même arrivée dans ma boîte à lettres… elle venait de Stéphanie. Dans son courrier elle me remerciait pour toute l’attention que je lui portais et elle m’a expliqué tous les problèmes qu’elle avait connus les derniers mois. Sa foi en Dieu était faible mais elle voulait se confiait à lui. Elle m’a dit combien elle aimait la musique Gospel et qu’elle allait essayer de venir au concert le lendemain. Cette lettre m’a fait tellement chaud au cœur !  

    Le lendemain, soir du concert, j’étais dans l’entrée de l’église. Je saluais tout le monde mais je ne les voyais même pas. Je cherchais un seul visage. Et je l’ai vu, venant de l’obscurité du parking. Elle était accompagnée de sa mère et sa sœur. « Bonsoir Stéphanie. Je suis très heureux de te revoir. Bonsoir, Madame. Entrez et prenez place. » Elles se sont assises contrer le mur sur ma droite. Le concert était superbe. A la fin, j’ai fait un appel pour ceux qui voulaient donner leur vie à Jésus. La première main qui s’est levée était celle de Stéphanie. S’étant avancée à l’appel, j’ai pu la prendre par les épaules et la conduire à Jésus.

    Les paroles de Jésus à la fin de l’histoire de Zachée me sont revenues avec force…

    « Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui est perdu »

     

    André a cherché Simon

    Jésus a cherché Philippe

    Philippe a cherché Nathanael.

     

    Chercher n’est pas compliqué. C’est aller avec l’amour de Dieu dans son cœur, vers une personne et avec la grâce de Dieu, l’amener à Jésus.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • S’IL Y A UN DIEU D’AMOUR 
    POURQUOI LA SOUFFRANCE EXISTE-T-ELLE ?

    Pourquoi posons-nous cette question ?

    Tout simplement parce que chaque jour nous sommes confrontés à une souffrance réelle dans le monde. 
    C’est peut-être nous-mêmes qui souffrons ou un proche. Elle est peut-être provoquée par les images insupportables vues à la télé chaque soir aux infos de 20 heures.

     

    LA PART DE L’HOMME

    Nous allons certainement reconnaître que l’homme lui-même est responsable pour beaucoup de cette souffrance dans la vie.
    Son orgueil et sa soif du pouvoir sont à l’origine des guerres et des conflits. Son égoïsme brise les cœurs de ceux qui l’aiment et son obsession pour l’argent le pousse à faire les pires choses. 
    Mais évidemment, ceci n’explique pas toute la souffrance 
    humaine.

     

    DIEU AU BANC DES ACCUSES

    Certains réagissent et accusent Dieu de punir sans raison. D’autres disent qu’il est indifférent, lui qui pourrait tout changer en un clin d’œil. Pour d’autres encore, il est un « petit » Dieu, impuissant pour changer quoique ce soit. Et pourtant, on aimerait tellement croire que Dieu nous aime et prend soin de nous.

     

    LA SOURCE DU MAL

    C’est une phrase écrite par Jean, l’ami de Jésus, qui donne l’explication : « nous savons … que le monde entier est sous la puissance du malin » – la Bible : 1Jean 5:19.

    Qu’il le comprenne ou non, l’homme est confronté à des puissances du mal qui cherchent à détruire son bonheur temporel et éternel. Derrière le mal, il y a le malin.


    La Bible va encore plus loin. Elle appelle le malin « le Dieu de ce siècle »,  le voleur qui vient pour « dérober, égorger et détruire » 
    – 2 Corinthiens 4:4; Jean 10:10

    La souffrance humaine est donc le résultat directe des forces du mal très actives dans le monde.

     

    ET DIEU DANS TOUT CA ?

    Comme les sapeurs pompiers qui viennent pour sauver les victimes d’un incendie, Dieu est là pour répondre à ceux qui se tournent vers lui.
    « Venez à moi vous qui êtes fatigués et chargés et je vous donnerai du repos » a dit Jésus. 
    C’est lui qui a déclaré « l’Esprit du Seigneur est sur moi...pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour renvoyer libre les opprimés »
    – Matthieu 11:28; Luc 4:18,19

    Loin d’être responsable du mal ou d’être passif face au mal, Dieu dans son Amour pour l’homme veut le toucher, le guérir, le libérer. Ceci est possible lorsque l’homme avec humilité se confie à Dieu de tout son cœur. Alors, il connaîtra la réponse à la prière de Jésus « mais délivre nous du mal » 
    – Matthieu 6:13

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • SI LES INNOCENTS SOUFFRENT  ET LES MECHANTS PROSPERENT, 
    DIEU N’EST-IL PAS INJUSTE ?

     

    Cette question vient souvent en tandem avec la première question que nous avons abordée concernant le mal dans le monde. Qui pose cette question ? C’est la personne irritée par les injustices apparentes de la vie. Elle est peut-être elle-même victime d’une injustice ou de malchance. Les circonstances de la vie ne lui sont pas favorables sans qu’elles soient pour autant responsables pour ses difficultés.

    Cette question peut être également un cri du cœur, impuissant devant les injustices faites à d’autres ou face à des personnes méchantes qui semblent agir en toute impunité.

     

    L’INJUSTICE, CE N’EST PAS LOGIQUE

    Notre logique humaine, quand nous sommes peinés, est assez simpliste. Elle raisonne de cette façon : « l’injustice existe, donc, un Dieu juste ne peut pas exister. Si Dieu existe il doit être arbitraire et capricieux, sinon il est indifférent à ce qui nous arrive ». Ceux qui ont grandi sur les bancs d’une église diront peut-être « Dieu nous fait porter notre croix » pour une raison inconnue sauf « aux voies impénétrables » de Dieu. 
    Mais cette réponse n’est pas celle de la Bible.

     

    DIEU A SA LOGIQUE A LUI

    Dieu a une autre vue sur la vie que la notre. Il s’intéresse en premier lieu à la prospérité de l’âme, cette partie spirituelle intérieure et profonde en chacun de nous. Notre prospérité physique et naturelle est secondaire parce que ces choses sont passagères tandis que l’âme vivra éternellement. Jésus l’a exprimé très succinctement « et que servirait-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perdait son âme » Matthieu 16:26

    Mais c’est vrai, face aux difficultés imméritées de la vie cette réponse n’apportera pas tout le réconfort espéré.


    NOS CHEVEUX SONT COMPTES

    Jésus l’a dit. Dieu nous connaît intimement et attache une grande valeur à nos vies. Il a même compté nos cheveux 
    – Matthieu 10:29-31. 
    Cependant, ce n’est pas pour cela que nous ne subissons pas les lois de la nature, une nature bien imparfaite qui produit des forts et des faibles. 
    Si Dieu n’est pas à l’origine de tout ce qui nous arrive (voir réponse à la question 1) pour celui qui l’aime, Dieu s’engage à utiliser chaque circonstance de la vie pour nous faire du bien
    – Romains 8:28. 
    Est-ce de la résignation et un certain fatalisme ? Non. Au contraire, c’est de vivre une aventure avec Dieu. 
    Nous pouvons traverser toutes les épreuves de la vie sachant que nous ne sommes pas seuls, mais que Dieu est avec nous pour nous faire du bien.

     

    C’EST LA FIN QUI COMPTE

    Les comptes seront réglés avec le méchant au jugement final. 
    La Bible est formelle. Jésus a dit également qu’il est préférable d’aller au ciel avec un pied plutôt que d’aller en enfer avec deux. Cela donne à la vie une perspective plus large et, finalement, plus juste – Matthieu 18:8.
    La prospérité de l’âme maintenant et éternellement est la priorité de Dieu. 
    C’est pourquoi un riche peut être malheureux et un pauvre joyeux.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • COMMENT PEUT-ON CROIRE EN DIEU 
    QUAND IL Y A TANT DE GUERRES 
    AU NOM DE DIEU ?

    Effectivement, la liste est longue : au Proche Orient Juifs contre Musulmans, en Irlande du Nord Catholiques contre Protestants, dans les Balkans Orthodoxes contre Catholiques, en Inde Hindous contre Musulmans, en Indonésie Musulmans contre Chrétiens etc.

    Il y a de quoi être écœuré de la religion.

     

    LE VOILE EST LEVÉ SUR LES RELIGIONS

    Finalement, peu importe la religion, l’homme se sert de Dieu pour mener sa politique nationale ou ethnique. La religion devient un mobilisateur idéologique qui rassemble un peuple pour faire face à un ennemi. Parfois elle donne même une raison pour faire la guerre (guerre sainte).
    Mais Dieu lui-même, où est-il dans ces guerres d’hommes ? ...très très loin.

     

    LA FOI C’EST AUTRE CHOSE

    Si la religion est un système de dogmes et de pratiques liés à une histoire et à une culture qui s’imposent aux hommes, la foi est, au contraire, un cheminement personnel que chacun doit vivre pour lui-même.

     
    Dans les différentes religions certains individus s’interposent entre Dieu et les hommes et se présentent comme intermédiaires divinement investis. Mais la foi qui animait les premiers chrétiens du temps de la Bible, ceux réellement dignes de porter ce nom, n’avaient aucun intermédiaire humain. Paul, auteur d’une partie importante de la Bible, fait cette déclaration «il y a un seul Dieu et un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme» –Timothée 2:5

    La foi est sur un terrain plus sûr quand elle a directement à faire à Dieu lui-même.


    A QUOI SERT L’ÉGLISE ?

    Elle n’est heureusement pas Dieu sur terre à qui l’homme doit rendre des comptes. Non, une église doit être avant tout une communauté qui accueille et qui accompagne chacun dans sa démarche de foi personnelle en Dieu. 
    Quand elle perd sa vocation spirituelle primaire elle cherchera à exercer une influence politique et tous les dérapages deviennent possibles ! Jésus n’a-t-il pas dit à Ponce Pilate «mon royaume n’est point d’ici bas». – Jean 18:36

     

    LE PRINCE DE PAIX

    Si les Nations Unis cherchent à rétablir la paix entre Etats en conflit, Dieu cherche à établir sa paix dans chacun de nos cœurs. 
    La foi, c’est donc cette découverte de la paix avec Dieu pour vivre avec la paix de Dieu. Dans l’intimité de ce cœur à cœur avec Dieu nous sommes très loin des attentats meurtriers et des champs de batailles religieux.
    Paul, cet ex-persécuteur religieux devenu disciple de Jésus, dit de ce dernier : «il est notre paix lui qui … a renversé le mur !» – Ephésiens 2:14.

    La religion construit des murs, mais la foi les renverse et les remplace par des ponts.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • PEUT-ON VRAIMENT S’APPUYER SUR LA BIBLE
    QUAND IL Y TANT 
    D’INTERPRETATIONS POSSIBLES ?

    Pourquoi pose t-on cette question ? Elle est surtout lancée par une personne qui n’a jamais lu la Bible. Il est possible qu’elle veuille s’y mettre et demande quelques conseils. Mais très souvent cette question est posée par quelqu’un qui veut esquiver la Bible et s’en débarrasser rapidement.


    COMMENT LIRE LA BIBLE POUR LA COMPRENDRE

    En tout, la Bible est composée de 66 livres (Bible non catholique) dont 39 dans l’Ancien Testament et 27 dans le Nouveau Testament. 


    Ils ont été écrits par de nombreux auteurs sur une période de treize à quinze siècles. Nous y trouvons des livres historiques, poétiques, de sagesse, prophétiques, des récits, des lettres d’enseignement des exhortations et des révélations.


    Le meilleur conseil pour celui qui veut commencer à lire la Bible c’est de la lire comme on lirait tout autre livre. 90% de la Bible n’ont besoin d’aucune interprétation particulière. Le sens est claire et peut être compris au premier degrés.


    Y A T IL DES CHOSES A SAVOIR ?

    Oui. Le principe de base c’est que la Bible interprète la Bible. Quand le lecteur se retrouve devant quelque chose qu’il ne comprend pas, il ne doit pas chercher une interprétation à lui mais se demander s’il n’y a pas une explication dans un autre passage de la Bible.

    Pour cette raison, des enseignements bibliques ont toute leur Importance. Une fois que l’interprétation est saisie alors on peut appliquer le principe du passage à notre vie personnelle aujourd’hui.


    UN EXEMPLE

    Dans l’Évangile de Luc au chapitre 15 et les versets 3 à 7, nous avons la célèbre parabole de la brebis perdue. Comment l’interpréter ? 
    Jésus veut-il donner un cours à la foule sur la manière de s’occuper de son troupeau et les dangers que peut courir un mouton. 
    Bien sûr que non.


    Jésus parle de quelqu’un qui s’éloigne de Dieu. Le verset 7 nous confirme que c’est bien cette interprétation qu’il faut donner à cette belle histoire. 


    Une fois que nous avons cette clé nous pouvons bien comprendre le sens de la parabole. La brebis s’éloigne du troupeau et se perd. La bonne nouvelle c’est que le berger ne met pas une croix sur cette brebis. Il la cherche là où elle s’est perdue. Quand il la retrouve il la ramène sur ses épaules parce que sur ses propres pattes la brebis s’est perdue. Le retour est une occasion de grande joie. 
     

    Ailleurs, dans le même évangile – Luc 19:10, Jésus explique clairement ce qu’il voulait faire passer comme message dans la parabole de la brebis perdue « car le fils de l’homme (Jésus) est venu chercher et sauver ce qui était perdu »

    Le berger c’est Jésus lui-même et la brebis perdue, c’est moi, et si c’est moi, c’est aussi toi, cher lecteur.

    Voilà l’interprétation de ce passage de la Bible. C’est simple et cela nous touche tous de près.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • POURQUOI DITES-VOUS QUE LA BIBLE 
    EST LA PAROLE DE DIEU ?
    N’EST-ELLE PAS UN LIVRE COMME LES AUTRES ?

     

    Poser cette question n’est pas forcément rejeter la Bible, mais c’est lui refuser une dimension surnaturelle.

    De nos jours il est à la mode de s’intéresser à la Bible sur le plan culturel sans même croire au Dieu de la Bible. Cependant, ces mêmes Ecritures se déclarent Parole de Dieu.


    De quel droit peut-elle se réclamer d’inspiration divine ?

     

    UN DOCUMENT FIABLE

    L’archéologie confirme l’authenticité de la Bible. Les découvertes successives des fouilles révèlent que les auteurs des différents livres de la Bible avaient le soucis d’être précis dans les récits qu’ils ont rédigés. 


    Dans le cas du déluge, au temps de Noé toutes les civilisations antiques de l’hémisphère nord parlaient d’une inondation aux dimensions bibliques à la même époque ! Les études géologiques confirment les conclusions anthropologiques.

     
    Un autre exemple de la fiabilité de la Bible serait les allusions au fait que la terre était ronde et non plate plus de 2000 ans avant cette découverte par la science 
    – voir Esaïe 40:21,22; Proverbes 8:22, 23,31

     

    DES PROPHÉTIES ÉTONNANTES

    Dans l’Ancien Testament nous avons plusieurs passages qui annoncent la venue d’un Messie de la part de Dieu qui devait sauver son peuple. Des centaines d’années avant la venue de Jésus des détails précis sur sa naissance, sa vie, sa mort et même sa résurrection sont donnés.

    En voici quelques illustrations :
    Une vierge l’enfantera – Esaïe 7:14 (700 ans avant Jésus-Christ)
    Un enfant qui sera un avec Dieu le Père – Esaïe 9:5 (600 ans avant Jésus-Christ)
    Il serait né à Bethlehem – Michée 5:1 (750 ans avant Jésus-Christ)
    Il donnera sa vie pour les hommes – Esaïe 53 (600 ans avant 
    Jésus-Christ)
    Il mourra à Jérusalem transpercé –Zacharie 12:10,11 (800 ans avant Jésus-Christ)
    il sera crucifié – Psaumes 22:17 (1000 ans avant Jésus-Christ)
    Il sera enseveli dans la tombe d’un riche – Esaïe 53:9 (600 ans avant Jésus-Christ)

    Il y a d’autres détails qui sont révèles dans ce passage tels que les soldats romains qui tirent au sort la tunique de Jésus – Psaumes 22:19

    DES EFFETS PUISSANTS

    L’autre aspect de la Bible qui nous permet d’affirmer qu’elle est bien Parole de Dieu est l’effet qu’elle produit. Jésus a parlé d’une expérience spirituelle comme une source d’eau vive qui jaillit et qui désaltère pour toujours ceux qui ont soif. – Jean 4:13,14.

    Il a également parlé de recevoir la lumière de la vie – Jean 8:12. Nombreuses sont les promesses de bénédictions qui retombent de la part de Dieu sur ceux qui méditent les textes de la Bible et leur obéissent.

    Il suffit de poser la question à ceux qui répondent à cette invitation pour savoir s’ils sont désaltérés spirituellement, s’ils ont la lumière pour les guider et s’ils vivent les bénédictions que Dieu promet. 
    Dans d’innombrables cas la réponse sera sans hésitation …OUI. 


    Celui qui lit la Bible avec un cœur ouvert découvre un Dieu qui confirme sa Parole et l’accomplit dans la vie de la personne.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LA SCIENCE ET LA FOI, 
    NE SONT-ELLES PAS CONTRADICTOIRES ?

     

    Apparemment NON si l’on interroge les nombreux scientifiques qui croient en un Dieu surnaturel et personnel. Et pourquoi même se poser cette question comme si les deux étaient d’éternels rivaux se battant pour l’esprit de l’homme.

    Comme disait un vieil oncle «quand on veut une tomate on va chez le marchand de légumes et quand on veut une saucisse on va chez le boucher ».

    LES DEUX MONDES

    L’homme qui se limite à ses 5 sens pour acquérir la connaissance (la vue, le toucher, le goût, l’odorat et l’ouïe) connaîtra bien ce qui est visible, le monde naturel, mais ne se doutera pas de l’existence d’un monde invisible et spirituel. 


    Le poisson connaît bien le monde aquatique mais ne peut pas imaginer le monde terrestre.
    Ce n’est pas pour cela qu’il n’existe pas.
    Cependant certains animaux comme le crocodile connaissent les deux. 

    D’OU VIENT LE CONFLIT ?

    N’est-ce pas tout simplement parce que les hommes de foi se sont prononcés d’une façon catégorique dans les domaines de la science et que les hommes de science se sont prononcés d’une façon catégorique dans les domaines de la foi ?

    Quand le scientifique veut prouver par la science que Dieu n’existe pas il ne fait plus de la science mais du scientisme. Il a une thèse à défendre à tout prix. Mais quand la religion dit que la science n’a rien à lui apprendre sur sa connaissance du monde et de l’homme elle s’enferme dans le dogmatisme. 

    PRENONS UN EXEMPLE MARQUANT

    Création ou évolution ? Celui qui croit à la création de la terre et de l’homme par Dieu selon le récit biblique ne possède pas tous les détails de cette création. Pourquoi ne pourrait-il pas croire également au principe de sélection naturelle et accepter que la Bible reste silencieuse sur des questions comme la préhistoire ? 

    Le scientifique qui veut tout expliquer par un Big Bang demande à son public d’avoir beaucoup de foi et d’imagination pour penser que le monde est devenu ce qu’il est purement par hasard, et il ne faut surtout pas lui demander d’où est venu l’impulsion pour le Big Bang !

    LUC, HOMME DE SCIENCE, HOMME DE FOI

    Personnage important du Nouveau Testament de la Bible, Luc est médecin de formation exerçant sa profession à l’époque de l’Apôtre Paul – 30 à 65 ans après Jésus-Christ. Il est également auteur de deux livres de la Bible (l’Évangile de Luc et Actes des Apôtres).

    Ce scientifique comprend ce qu’est la foi. Il l’explique en citant un des disciples qui rencontra Jésus sur une route après sa résurrection « Notre cœur ne brûlait-il pas au dedans de nous lorsqu’il nous parlait en chemin et nous expliquait les Écritures » – Luc 24:32

    Pour Luc, la foi ce ne sont pas des croyances religieuses stériles, mais c’est le cœur qui brûle ayant rencontré Jésus. 


    Ce médecin a le désir d’aider toute personne sincère et en 
    recherche à connaître les faits concernant Jésus.

     
    Il commence son Évangile avec ce préambule « Il m’a aussi semblé bon après avoir fait des recherches avancées sur toutes ces choses depuis leur origine, de les exposer par écrit d’une manière suivie – Luc 1:3

    Un scientifique rigoureux qui écrit avec un cœur allumé par la flamme de la foi … c’est possible. 

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • POURQUOI DIEU NE RÉPOND-IL PAS 
    À TOUTES LES PRIÈRES ?

    Normalement la personne qui pose cette question a vécu une déception.

    Quelque chose qu’elle ne maîtrisait pas mais qui était très important pour elle ne s’est pas produit. C’était une chance remarquable pour Dieu de montrer la réalité de son existence et qu’il écoute le demandeur. Mais c’est l’échec… en apparence.

    La personne se sent soit abandonnée soit elle culpabilise «Je ne le mérite pas, Dieu me punit, il écoute les autres mais pas moi ».

     

    DES CONDITIONS À RESPECTER

    Si certains critères ne sont pas en place une banque refusera un prêt ou un travail ne sera pas proposé à un demandeur d’emploi.


    Dieu aussi a des conditions avant de pouvoir répondre à une prière. Celui qui sollicite Dieu face à un problème doit demander selon la volonté de Dieu. Il doit le faire avec foi et ferveur. Il priera ayant un désir de communion avec Dieu et ne s’adressera pas seulement à lui comme on le ferait avec le Père Noël.


    Les passages de la Bible qui présentes ces conditions sont les suivants : Matthieu 6:5; Jean 14:14; Jacques 1:6,7; 
    Jacques 4:3, Jacques 5:16, 1Pierre 3:7, 1Jean 3:22 et 
    1Jean 5,14.

     

    QUAND UN PARENT DIT « NON »

    Heureusement que maman ne donne pas du chocolat à « junior » chaque fois qu’il en réclame ! Et parfois papa doit interdire la télé lorsque les examens approchent. Pourquoi ? Parce qu’un parent a une vue sur la finalité d’une chose que l’enfant n’a pas .


    C’est vrai que chacun de nous n’a qu’une perspective humaine sur une situation. Mais nos pensées ne sont pas les pensées de Dieu, dit la Bible.


    Nous ne comprenons pas toujours pourquoi Dieu n’intervient pas quand on le lui demande. Cependant il a une autre vue sur notre vie et il veut notre bien à moyen et long terme (éternité) et pas seulement à court terme (maintenant).

     

    ALORS SUR QUOI POUVONS-NOUS COMPTER ?

    Il sait comment donner de bonnes choses à ses enfants même si il leur permet de vivre en manque à différents moments de la vie. Il ne les laisse pas dans une épreuve qui dépasse leur capacité à la supporter.

    L’apôtre Paul dans sa mission d’annoncer l’Évangile de Jésus dans tout l’Empire Romain a vécu beaucoup de souffrances. Cependant, il a exprimé toute son assurance : « Je puis tout par celui (Christ) qui me fortifie » – Philippiens 4:13


    Il y a une expression en anglais qui peut être traduite « quand les moments durs de la vie viennent les plus costaux se révèlent » …
    On peut l’appliquer à la vie spirituelle …..C’est devant les épreuves de la vie qu’on découvre la réalité de notre confiance en Dieu.

     

    OUI, SES VOIES SONT IMPÉNÉTRABLES PARFOIS

    La raison pour laquelle Dieu n’intervient pas dans certaines circonstances ne peut pas toujours être expliquée selon notre logique. Mais Jésus a été formel, Dieu connaît nos besoins avant même qu’on ne lui formule une prière.

    La meilleure explication est celle-ci : dans son amour Dieu veut d’abord former nos caractères pour ensuite se servir de nous dans la vie des autres. Après tout, papa n’a t il pas formé notre caractère en nous laissant assumer des responsabilités et affronter des défis ?

    La promesse et le conseil de Jésus pour chaque personne sont très simples « Cherchez d’abord son royaume … et toutes choses vous seront données par dessus ». Le « pardessus » c’est Dieu qui nous l’accorde et nous sommes avec lui, toujours bien habillé. —Matthieu 6:33

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LE PROTESTANT, EN QUOI EST-IL DIFFÉRENT
    DU CATHOLIQUE ?


    C’est une question souvent posée dans un pays de culture religieuse catholique.

    Le mot « protestant » est connu mais ce qu’il signifie l’est beaucoup moins.

    Poser cette question peut venir d’un simple intérêt culturel ou révéler la recherche d’une expression de foi autre que celle que la personne a connue.



    LA RÉFORME

    Le mouvement œcuménique depuis les années 60 a surtout mis en évidence les points de concordance entre le catholicisme et le protestantisme. Cependant, les différences sont toutefois bien réelles et ne peuvent être esquivées.

    Elles remontent au 16ème siècle et la Réforme provoquée par Martin Luther en Allemagne, réforme qui a secoué le christianisme de l’époque.



    LAISSONS TOMBER LES CARICATURES 

    La méconnaissance du protestantisme conduit à des conclusions superficielles « les pasteurs protestants ont le droit de se marier, c’est bien » et des conceptions même erronées « mais vous les protestants, vous ne croyez pas à Marie » (le Protestant croit à tout ce que dit la Bible sur Marie, le reste non).



    OU SONT LES DIFFÉRENCES FONDAMENTALES ?

    En fin de compte, elles remontent à une question d’autorité. Le catholique romain s’appuie sur l’autorité du Pape et sur 2000 ans de tradition d’église.

    Le protestant ne reconnaît que l’autorité finale de la Bible et ses enseignements selon la déclaration capitale de la Réforme « sola scriptura » (rien que les Écritures).


    De ce désaccord sur la question d’autorité viennent toutes les divergences sur le rôle de l’église, le rôle du prêtre, le salut de l’homme, l’efficacité des sacrements, la prière aux saints et, bien sûr, la question culte ou messe. Cette liste est loin d’être exhaustive.

    Évidemment, tous ces sujets ne peuvent pas être abordées en profondeur dans le cadre de ce fascicule.


    QUELQUES CONSÉQUENCES 

    Le Catholique voit l’Eglise comme dispensatrice de grâce et de salut
    Le Protestant voit la grâce de Dieu reçue personnellement uniquement par la foi.


    Le Catholique voit plusieurs intermédiaires entre Dieu et les hommes et il les prie (Marie, les saints).
    Le Protestant réaffirme les Ecritures qu’il n’y a qu’un seul intermédiaire entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ –1Timothée 2:6


    Le Catholique voit la messe comme essentiellement un sacrifice avec une présence littérale du Christ dans l’Eucharistie.
    Le Protestant voit le culte comme l’occasion de célébrer Dieu, d’annoncer sa Parole et se souvenir du Sauveur par la Sainte Céne, à laquelle Christ est présent spirituellement dans le pain et le vin. 


    BIBLE OU TRADITIONS RELIGIEUSES

    Tout en respectant les convictions de chacun, il est cependant important de souligner quelques faits concernant les Evangiles:


    1. Les appellations Catholiques et Protestants n’apparaissent à aucun moment dans toute la Bible. 
    2. Le mot « église » n’est utilisé que deux fois dans les propos de Jésus. Son soucis est clair : la vie spirituelle de l’individu. 
    3. Jésus a parlé de la venue du Saint-Esprit qui lui succéderait sur terre. Dans les évangiles il n’y a pas de projection d’institution qui le remplacerait. L’église devait être tout simplement la communauté de ceux qui suivaient Jésus. 

    Nous découvrons dans le Nouveau Testament de la Bible une interpellation d’être fidèle aux Ecritures plutôt que de s’appuyer sur des traditions religieuses rajoutées ensuite. 


    Pour le lecteur souhaitant étudier des textes de la Bible qui présentent ce contraste voici quelques références :  –Matthieu 22:29, Marc 7:9, Actes 17:10,11; Colossiens 2:16:17; 2 Timothée 3:16

    PARLONS CLAIREMENT

    Jésus n’est venu faire ni Catholique, ni Protestant, mais des personnes transformées par son amour. Ce qui compte c’est être Chrétien… un vrai ! 

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Y-A-T-IL DES PREUVES
    DE LA RÉSURRECTION DE JÉSUS ?

     

    C’est une question fondamentale pour la personne qui veut mettre sa foi en Jésus.

     
    Est-ce qu’il nous est demandé de croire à une belle histoire fictive où sommes-nous devant un événement certes surnaturel, mais lequel, à la lumière d’une investigation, tient debout ?

     

    UN ENJEU DE TAILLE

    L’apôtre Paul a dit que si la résurrection de Jésus n’avait pas de fondement de vérité, toute la foi chrétienne serait vaine et le chrétien serait le plus malheureux des hommes –1Corinthiens 15:17-19

    Les ennemis de Jésus ont également compris l’enjeu de la résurrection.

    Les prédictions qu’il ressusciterait étaient bien connues des Pharisiens et ces adversaires acharnés de Jésus ont pris des précautions exceptionnelles pour éviter toute possibilité de la disparition du corps de Jésus 
    – la mise en place d’une énorme pierre à l’entrée de la tombe
    – une garde de cinq soldats romains placée à l’entrée – Matthieu 27:64-66

     

    LA DISPARITION DU CORPS

    Il y a trois faits incontestés par l’histoire :
    Jésus est mort sur une croix à Jérusalem
    Il a été enseveli
    Son corps a disparu dans la nuit du deuxième au troisième jour après sa mort.

    Les quatre hypothèses possibles de la disparition du corps


    Les Pharisiens eux-mêmes ont enlevé le corps. 
    Impossible Ils ne l’ont jamais présenté pour démentir la prédication de la résurrection par les premiers chrétiens .

    2. Les disciples ont enlevé le corps. Impossible ! Comment au 
    raient-ils réussi face à la grosse pierre et la garde romaine ?Impossible ! le changement de l’état psychologique des disciples – passant de la dépression et de l’incrédulité à la joie et le courage – n’aurait pas pu être possible, s’ils avaient monté une tromperie – Marc 16:10; Luc 24;52,53

    Impossible ! Jamais les apôtres n’auraient accepté le martyr pour une tromperie – Actes 5:40-42 


    3. Quelqu’un d’autre, que les Pharisiens et les disciples, a enlevé le corps de Jésus. Impossible ! Jamais les disciples n’auraient pu prêcher la résurrection avec une telle certitude, sachant qu’à tout moment quelqu’un pouvait présenter le corps  – Actes 4:33


    4. La résurrection de Jésus a vraiment eu lieu. Paul déclare que plus de 500 personnes avaient vu Jésus ressuscité. Si cela était faux, il aurait perdu toute crédibilité – 1Corinthiens 15:6

     

    LES SOURCES EXTÉRIEURES AU NOUVEAU TESTAMENT

    Bien qu’il n’y ait pas de preuves scientifiques extérieures au Nouveau Testament de la résurrection de Jésus, il y a toutefois des indications et des arguments de poids.


    1. Les recherches archéologiques prouvent systématiquement
    que la Bible est un document historique sérieux et fiable.


    2. Malgré le peu d’attention que le ministère de Jésus a attiré en dehors de la Palestine pendant les trois années, des écrivains et historiens non-chrétiens font référence à Christ. 
    C'est le cas du célèbre historien juif Joseph Flavius et des écrivains romains Tacite et Suetone. Les historiens s’y intéressent lorsque le christianisme commence à gagner du terrain.


    3. En 125, la lettre envoyée par un chrétien du nom de 
    Quadran à l’empereur Hadrian invitant une vérification des témoignages des chrétiens pour faire taire les accusations.


    4. Un rapport établi par Ponce Pilate, après la fin de son mandat de gouverneur de la Judée qui a duré 10 ans. Il fait référence aux miracles que Jésus avait opérés.


    IL Y A UNE PREUVE VISIBLE DE LA RÉSURRECTION

    Cette preuve est dans la vie des chrétiens qui disent avoir reçu Jésus-Christ dans leur vie et manifestent une transformation de vie surprenante.


    Paul dit tout simplement aux chrétiens « vous êtes ressuscités en lui… par la foi » – Colossiens 2:12
    Ce même auteur de la Bible explique comment une vie est transformée lorsqu’elle est « en Christ ».


    Elle est libérée des passions, des esclavages, des effets du passé qui étaient à l’origine de la mort spirituelle. Christ ressuscité, communique une puissance de vie à la personne qui maintenant marche en nouveauté de vie – Romains 6:4; Colossiens 2:13

    Le septique cherchera à expliquer la transformation d’une vie « en Christ » comme étant d’ordre psychologique parce qu’il n’accepte ni l’explication de la Bible, ni le témoignage de la personne.

    Le fait est néanmoins incontournable.

    C’est la déclaration du père quand le fils prodigue rentre à la maison pour demander pardon et être réconcilié.
    « Car mon fils que voici était mort et il est revenu à la vie; il était perdu, et il est retrouvé » – Luc 15:24

    Une vie transformée par Christ parle plus que tous les mots.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • PEUT ON TROUVER LA FOI 
    QUAND ON NE L’A PAS ?

    Il faut d’abord se poser la question pourquoi n’avons-nous pas la foi ?

    PAS EVIDENT

    Les réponses ne sont pas difficiles à repérer:

    – des années d’éducation scientifique ont produit une société de cartésiens. On nous a dit que la vérité se découvrait par le moyen du doute et aujourd’hui, c’est logique, le doute règne.
    – des siècles d’abus de pouvoir par l’église incite à une réaction de rejet du religieux
    – l’hypocrisie de nombreux croyants et les guerres à répétition au nom des religions (voir la question : Comment peut-on croire en Dieu quand il y a tant de guerres au nom de Dieu ?)
    – la souffrance et l’injustice de la vie sont mises aux pieds de Dieu sans chercher plus loin. 
    – la peur des sectes qui manipulent ceux qui veulent croire à quelque chose.

    Avec tout cela il est plus facile de ne pas croire plutôt que d’avoir la foi en Dieu ... et pourtant l’homme garde toute sa capacité de vivre une dimension spirituelle et croire en Dieu.

     

    LA CHAUDIÈRE

    La plus belle image de la foi chez une personne est celle de la chaudière. 
    On peut acheter une chaudière et la fixer sur un mur. Elle a le potentiel de chauffer toute la maison. Mais pour l’instant elle est éteinte, sans vie.

    La deuxième étape, c’est l’allumage. Chose étonnante, une veilleuse s’allume. La chaudière commence à fonctionner. Il y a un feu qui habite dans la carrosserie. Cependant, les radiateurs restent inanimés. La maison ne connaît aucun changement de température. Elle est froide.

    Il faut une troisième étape …..le thermostat. On le remonte et tout de suite, on entend le bruit de la chaudière qui se met en route. 
    A l’intérieur, la veilleuse est remplacée par un feu envahissant. En quelques instants tout change, les radiateurs prennent vie, on peut littéralement sentir la chaleur se dégager. Le froid est remplacé par la chaleur.


    Tout être humain est comme une chaudière fixée au mur. Pour certains la veilleuse de la foi n’est pas allumée mais le potentiel est là.
    Pour d’autres, la foi est lancée mais il n’y a pas beaucoup de changement. Pour d’autres encore, le thermostat est activé et la transformation est manifeste. 

    Cher lecteur, à quelle étape est la chaudière de votre cœur par rapport à la foi ?

     

    UN DON A RECEVOIR

    La Bible dit qu’avant tout, la foi en Dieu n’est pas un dû mais un don. Pourquoi certains croient-ils sans le moindre problème alors que d’autres ont tant de mal ?


    Dieu aurait-il des favoris alors que d’autres sont exclus d’office ?
    Bien sûr que non !
    Jésus dit « je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi » » – Jean 6:37


    La question est là « aurais-je l’humilité de venir tout simplement à Jésus  ? »
    Même un athée peut faire cette prière « Dieu, si tu es là, je ne veux pas seulement te découvrir à ma mort – montre toi que je puisse croire ! »

    Aujourd’hui, Dieu tend à chacun le don de la foi .
    Les Écritures le confirment « Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité » – 1Timothée 2:4

     

    DEVENIR ENFANT DE DIEIU 

    Maintenant, comme avec tout cadeau, on peut l’accepter ou le refuser. Le choix nous appartient.

    Si nous écartons notre orgueil humain et acceptons l’invitation de Dieu, une chose remarquable se produit ...nous devenons son enfant et Dieu devient notre père.

    La Bible dit ceci concernant Jésus : « mais à tout ceux qui l’ont reçue, à tous ceux qui croient en son nom elle (la lumière que Jésus donne) a donné le pouvoir de devenir enfant de Dieu » – Jean 1:12


    L’éternité se décidera pour chaque personne autour de ce choix.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 1 : LA CHUTE DE L'HOMME PERDU

     

    INTRODUCTION A L'EPITRE AUX ROMAINS

    Paul écrivait à une église qu’il ne connaissait pas. Son objectif n’est pas de régler des questions internes à l’église mais d’exprimer son désir de lui rendre visite. Il veut surtout profiter de l’occasion, compte-tenu qu’il n’y a pas de problèmes spécifiques à régler, de faire un exposé théologique de son enseignement et expliquer les conséquences pour la vie du chrétien.

    Les questions fondamentales et particulièrement sensibles de la justification par la grâce et non par les œuvres de la loi sont abordées. Pour le Juif attaché à son judaïsme, c’est une bombe qui tombe.

    Cette épître a été écrite de Corinthe probablement au début de l’année 57 après j.c. Elle deviendra la pierre angulaire de l’enseignement de Paul dans les églises du premier siècle.

     La vérité autour de laquelle l’épître tourne est exprimée en Romains 5:1 « Etant donc justifiés par la foi nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ ».

     

    ROMAINS 1    

    Ce premier chapitre se découpe en 4 parties :

    1. v1-7 Salutations et présentation

    2. v8-15 Paul exprime son cœur pour les Romains – par la prière et le désir de leur rendre visite.

    3. v16,17 Le thème annoncé

    4. v18-32 La dégénération de l’homme perdu.

     

    LE THEME ANNONCÉ   v16-17

                Dans ces deux versets nous retrouvons les termes qui vont marquer cette épître – l’Evangile, le Salut, la Justice de Dieu, la Foi.

    L’ÉVANGILE – le message puissant de Dieu par lequel les hommes sont sauvés.

    LE SALUT« soteria » – sauvé des maladies physiques, des dangers éternels, du mal

    dans le monde, de l’emprise du péché inné, de la perdition future, du jugement et châtiment de Dieu, pour vivre le bonheur de la présence éternelle de Dieu.

    LA FOI – loyauté, fidélité, endurance, conviction de cœur, l’abandon dans une confiance

    totale, s’appuyer sur des réalités invisibles, l’assurance de choses promises. Mais aussi – la Foi : dans le sens de la vérité biblique chrétienne.

    LA JUSTICE DE DIEU – la justification, être justifié non dans le sens de se justifier, mais perçu par Dieu comme étant juste dans un état non coupable.

    En Jésus Christ, Dieu voit le pêcheur comme s’il n’avait jamais péché. Dieu voit la personne comme étant juste non par mérite, mais parce qu’elle s’est revêtue de Christ – celui qui est juste. Une relation nouvelle est possible. 

    C’est le verset 17, une reprise de Habacuc 2:4, qui sera pour Martin Luther en 1517 l’étincelle qui embrasera la Réforme protestante contre les abus du catholicisme romain de l’époque… « le juste vivra par la foi ».

     

    LA DÉGÉNÉRATION DE L’HOMME PERDU   v18-23

    Paul est très systématique dans la présentation de l’homme dans son état de péché.

    • Dieu s’est fait connaître à l’homme
    1. Par intuition v19, selon la version Parole Vivante « en effet nul n’est dépourvu de la notion du vrai Dieu. Tous les hommes ont une connaissance innée de lui, lui-même l’ayant placée avec netteté dans leur cœur ».
    2. Visiblement v20 – par la création   – Voir Psaume 19:1-5. 

    Parce-que l’homme peut connaître Dieu par ces deux moyens, il est donc inexcusable.

    • L’homme n’a pas glorifié Dieu comme Dieu v21  

    – glorifier « doxazo » – donner à une personne sa juste valeur et lui apporter l’honneur qui lui est dû.

    – il ne lui a pas rendu grâces

    Tous les problèmes partent de ce point. Les conséquences s’enchaînent dans une progression infernale…

    1. Il s’égare dans ses pensées et son cœur est plongé dans les ténèbres

    2. Il devient fou – la folie, selon la Bible, est de remplacer Dieu par l’homme et les choses créées. v22,23.

    3. Dieu les livre à l’impureté – une impureté de cœur, qui empêche une personne de voir Dieu – Matthieu 5:8 –. Ceci produit la convoitise, le déshonneur du corps, le mensonge et l’idolâtrie v24,25.

    4. Dieu les livre à des passions infâmes – citée particulièrement est l’homosexualité v 26,27. La décadence morale à Rome était tristement célèbre. 14 des 15 premiers empereurs étaient homosexuels.

    5. Dieu les livre à leurs sens réprouvés.

     

    • Une fois qu’un homme a un sens réprouvé il se livre à tous les maux imaginables

    Paul donne une liste de 20 caractéristiques que nous reconnaissons chez l’homme moderne.

    • Toutes espèces d’injustices – n’accorde pas les droits ni à Dieu ni à l’homme
    • Méchanceté – désirer faire le mal, corrompre, tricher, nuire
    • Cupidité – matérialisme, ambition personnelle, convoitise sexuelle
    • Malice – incapable d’actes de bonté
    • Envie – jalousie, ressentiment
    • Meurtre – haine dans le cœur
    • Querelle – abattre l’autre pour prendre sa place
    • Ruse – calculateur, manipulateur
    • Malignité – chercher le mal chez l’autre, une nature de mal
    • Rapporteur – murmurer par derrière
    • Médisant – critiquer ouvertement
    • Impie – vouloir supprimer Dieu
    • Arrogant – orgueilleux, mépris des autres
    • Fanfaron – vantard, prétentieux, vouloir impressionner les autres
    • Ingénieux au mal – expérimentation avec le mal
    • Rebelle aux parents – rejet d’autorité
    • Dépourvu d’intelligence – abandon de la raison et du bon sens
    • Dépourvu de loyauté – trahison, manquant de parole et d’engagements
    • Dépourvu d’affection naturelle – un cœur insensible dans les relations
    • Dépourvu de miséricorde – un cœur insensible face aux besoins humains

     

    Pour Paul, l’homme perdu n’est pas essentiellement bon. Ayant abandonné Dieu, il s’est progressivement livré au mal. L’épître est lancée. Le plan de Dieu pour sauver l'homme se prépare.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 2 : COMMENT DIEU VA-T-IL JUGER L'HOMME ?

     

    Paul développe sa pensée et son enseignement d’une façon systématique. Au premier chapitre il a montré les conséquences pour l’homme dans son état spirituel de perdition d’avoir refusé d’honorer Dieu ; il chute progressivement vers un état profond de péché. Parce qu’il a remplacé le Créateur par la créature, Dieu l’abandonne à l’impureté de cœur et les passions infâmes au point où il n’a plus qu’un sens réprouvé. Maintenant l’homme fait le mal et l’approuve pleinement.

    Ce second chapitre aborde la question – Comment Dieu va-t-il juger l’homme ?

     

    Les 4 parties de ce chapitre sont les suivantes :

    1. v1-11               Le Juif est condamnable
    2. v12-16              La responsabilité du païen
    3. v17-24              L’hypocrisie religieuse
    4. v25-29              Le vrai Juif

     

    LE JUIF FACE AU JUGEMENT DE DIEU

                Les Juifs avaient la notion de race privilégiée à l’abri du jugement de Dieu. C’est au peuple d’Israël qu’appartenaient l’adoption, la gloire, les alliances, la loi, le culte, les promesses et les patriarches … – Romains 9:5.

    Il leur semblait impossible que Dieu les juge comme il jugerait les païens pour leurs péchés.

    Paul renverse cette mentalité élitiste dans ce chapitre et dans toute l’épître. Il annonce que le jugement de Dieu tombe en fonction des actes   v2

     

    Il donne 4 raisons pour lesquelles le Juif est condamnable :

     1. Ils méprisaient la bonté, la patience et la longanimité de Dieu v4

     2. Leur cœur était endurci v5   Ils refusaient de reconnaître leur péché. Ils étaient impénitents.

     3. Dieu juge chacun selon ses œuvres et non selon sa race v6  Paul ne présente pas la foi comme étant coupée des œuvres. Si l’homme est sauvé par la foi, il sera jugé par ses œuvres – Matthieu 16:27, Jacques 2:14.

     4. Dieu juge le mal là où il se trouve. Il n’y a pas de favoris v9-11

                Si le Juif est le premier à être béni, il sera également le premier à être jugé.

     

    LA RESPONSABILITE DU PAIEN    v12-16

                Si le païen, qui n’a pas la possibilité de connaître la loi de Moïse, se comporte selon la moralité de Dieu, il montre que la loi de Dieu est écrite dans son cœur et qu’il écoute sa conscience.

                L’homme sera jugé par ses actes et non par le moyen par lequel il connaît le bien et le mal.

                Cependant, le jugement final sera fait par Dieu, par Jésus-Christ v16

     

    EN RESUMĖ - TABLEAU COMPARATIF

    Romain 2:6 (Dieu) qui rendra à chacun selon ses oeuvres.

        

    JUIF AVEC LA LOI   LES OEUVRES LE JUGEMENT
    PAIEN SANS LA LOI LOI ECRITE DANS LE COEUR LES OEUVRES LE JUGEMENT
    CHRETIEN AVEC LA FOI LA PAROLE DE DIEU LES OEUVRES

    LE JUGEMENT

    Soit perdre son salut 2Pi 2:20-22

    Soit perdre sa récompense 1Co 3:15

    Soit recevoir sa récompense Mt 25:21


    Le chrétien, sauvé par la grâce de Dieu par la foi en Jésus Christ, sera jugé pour ce qu’il aura fait de ce salut : soit il rétrograde et le perd, soit il est sauvé mais perd sa récompense, soit il est sauvé avec récompense.

    L’HYPOCRISIE RELIGIEUSE   v17-24

                Jésus avait déjà exposé longuement l’hypocrisie des pharisiens – Matthieu 23. Paul à son tour, montre à quel point les Juifs qui connaissent la loi de Dieu agissent en contradiction avec cette loi. L’apôtre parlait certainement en se rappelant ce qu’il avait été lui-même en tant que Pharisien.

               L’hypocrisie est à deux niveaux – une attitude de supériorité et un comportement contradictoire.

    L’attitude de supériorité

    Tu te donnes le nom de Juif v17.

    Tu te reposes sur la loi v17.

    Tu te glorifies (comme étant) de Dieu v17.

    Toi qui connais la volonté de Dieu (par les Ecritures) v18.

    Toi qui peux discerner selon la loi v18.

    Toi qui te flattes d’être conducteur des aveugles v19.

    Toi qui te flattes d’être la lumière de ceux qui sont dans les ténèbres v19.

    Toi qui te flattes d’être le docteur des insensés et maître des ignorants v20.

     

    Le comportement contradictoire – allusion aux 10 commandements

    Tu enseignes les autres mais pas toi-même v21.

    Tu prêches de ne pas voler mais tu voles v21.

    Tu dis de ne pas commettre d’adultère mais tu le fais toi-même v22.

    Tu as en abomination les idoles mais tu pratiques des sacrilèges v22.

    Tu fais une gloire de la loi, mais tu déshonores Dieu en la transgressant v23.

     

    A cause de l’hypocrisie religieuse des Juifs, les païens se moquent de Dieu   v24

     

    LE VRAI JUIF   v25-29      

    Trois mots parlent du même peuple

    Hébreu  –   qui implique l’origine et la langue ;

    Israël   –   qui implique la relation avec Dieu et la religion, et son histoire

    Juif – qui parle de la race à distinguer des païens

                 

                Paul va profondément choquer le Juif dans l’enseignement qui suit.
    Il répond aux questions – qu’est-ce qu’un vrai Juif aux yeux de Dieu ? et quel peuple est vraiment le peuple de Dieu ?

                Sa conclusion est une révolution :

    v29 « le Juif, c’est celui qui l’est intérieurement ; et la circoncision, c’est celle du cœur selon l’Esprit ».

                Etre Juif n’est pas une question d’apparence ou d’appartenance à une race. La circoncision, signe extérieur de la première alliance avec Abraham (voir Genèse 17:9-14), est complètement sans valeur si la loi de Dieu est violée.

                Paul déclare que le vrai Juif n’est pas de la race juive mais celui qui a connu une conversion de cœur envers Dieu par le Saint-Esprit.

                Jésus avait déjà fait cette distinction en parlant de ce qu’est un fils d’Abraham. – Jean 8:37-40.

               

    Pour terminer ce chapitre qui fait trembler le judaïsme, Paul fait un jeu de mots qui cache une vérité profonde.

    v29 « La louange de ce Juif ne vient pas des hommes mais de Dieu ».

    Le mot traduit « louange » dans la langue grecque du Nouveau Testament est l’équivalent du mot « Judah » en Hébreu.

                Paul dit que la nature "juive" de cet homme n’est pas engendrée par les hommes mais par Dieu.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 3 : EN CHRIST, L'HOMME PERDU EST JUSTIFIE

     

                La pensée de Paul se développe de chapitre en chapitre. L’homme a déshonoré Dieu et subit les conséquences – Dieu le livre à un état profond de péché (chapitre 1). Le jugement de Dieu n’est pas en fonction d’appartenance à une race mais en fonction des actes commis par un individu. Le juif est donc aussi condamnable que le païen (chapitre 2).

                Dans ce troisième chapitre Paul aborde la question de la justice de Dieu, non pas dans le sens de l’application de ses jugements, mais dans le sens d’être juste devant Dieu, juste à ses yeux.

    Le chapitre peut-être découpé en 5 sections :

    1. v1-8                La justice de Dieu et la responsabilité de l’homme  
    2. v9-18              Tous coupables devant Dieu   
    3. v19, 20           La justice de Dieu et la foi
    4. v21-26            La justice de Dieu et la foi en Christ  
    5. v27-31            Relation entre la loi et la foi   

     

    LA JUSTICE DE DIEU

                L’homme est incrédule (v3), menteur (v4), et pêcheur (v7). Il mérite que le jugement de Dieu tombe sur lui.

                Mais Dieu réagit différemment. Il saisit l’occasion du péché de l’homme pour révéler sa fidélité (v3) et sa gloire (v7).

                Immédiatement, les Juifs attaquent Paul en disant qu’il est laxiste, qu’il encourage le péché en présentant le péché comme l’occasion de voir la fidélité de Dieu (v8).

                L’apôtre rejettera cette conclusion à plusieurs reprises dans l’épître.

     

    LA CULPABILITÉ DE L’HOMME

                Etant livré par Dieu à son sens réprouvé (1:28) l’homme et complètement dominé par la puissance du péché : « tous sont sous l’emprise du péché » (v9)

                Paul s’adresse particulièrement aux juifs qui se croyaient justes devant Dieu du simple fait d’être né juif – « tous », « pas un seul », « nul », « aucun » (v9-12)

                Le pécheur pêche avec sa bouche, ses lèvres, sa langue, ses pieds. Tous les membres du corps sont des instruments par lesquels l’emprise du péché se manifeste.

    Paul révèle sa formation rabbinique. Il veut convaincre ses lecteurs par la force de ses arguments, ses preuves (v9) et ses citations de l’Ancien Testament (v10-18) qui étaient irréfutables pour le Juif.

                Il cite Psaume 14:1-3; Psaume 5:9; Psaume140:4; Psaume 10:7; Esaïe 59:7,8 et Psaume 36:2.

     L'INEFFICACITE DE LA LOI

                Paul scandalise le Juif. Il dit que sa loi reçue par Moïse directement de la part de Dieu révèle le péché, mais cette même loi est impuissante pour rendre l’homme juste devant Dieu.

    La loi expose le péché et condamne l’homme mais n’a pas de pouvoir de le libérer de cette condamnation.

     

    LA FOI EN JESUS CHRIST

                Les versets 21-26 sont le cœur de l’enseignement de ce chapitre.

    Paul évoque trois images fortes qui auraient parlé à des Juifs qui habitaient à Rome. 

     

    1. LE TRIBUNAL

    Dieu, en tant que juge, doit se prononcer sur l’homme coupable.

    L’homme est clairement coupable et devrait être condamné. Mais Dieu décide de lui donner une chance d’être innocenté. Il peut recevoir la justification par la foi en Jésus.

    Selon la notion de justice juive, ce que Paul dit présente Dieu comme un juge corrompu qui déclare innocent quelqu’un de toute évidence coupable. – voir Proverbes 17:15.

    La justification par la foi en Jésus-Christ est simplement le fait que la juste colère de Dieu contre le péché de l’homme est tombée sur Jésus à la croix.

    Celui qui met sa foi en Jésus est libéré de toute condamnation du péché parce que Jésus a porté le jugement à sa place.

    Par la foi, le pécheur s’approprie ce que Jésus a accompli et reçoit la faveur de Dieu. Il est donc justifié.

     

    2. LE SACRIFICE v25.

    L’image du sacrifice à Dieu est évoquée par l’expression « victime propitiatoire »

    Dans l’ancienne alliance, l’homme devait offrir de nombreux sacrifices. A chaque occasion un animal devait être sélectionné, préparé, et sacrifié. L’homme s’identifie à la victime qui était une offrande afin que Dieu, en colère, à cause du péché, soit apaisé.

    Cependant, aucun animal sacrifié ne pouvait libérer l’homme de l’emprise du péché qui l’habitait.

    La foi en Jésus et son sacrifice à la croix, non seulement gagne le pardon pour l’homme, mais elle brise également la puissance du péché qui pousse l’homme à commettre l’iniquité.

    Le mot « propitiation » signifie l’acte qui couvre une offense afin qu’une amitié soit restaurée.

     

    3. L’ESCLAVAGE v24

    « La rédemption qui est en Jésus-Christ »

    La rédemption était le paiement d’une rançon à un ravisseur pour libérer un otage.

    Un esclave pouvait devenir un homme libre si quelqu’un payait le prix de son rachat. Il devenait un « racheté ».

    L’homme, esclave du péché, a été racheté par le sang de Jésus versé à la croix. S’il met sa foi en Jésus Christ, il est un homme libre ne devant plus vivre sous la servitude du péché.

    Un chrétien, né de nouveau, est donc « le racheté du Seigneur » – I Pierre 1:18,19.

     

    JUSTIFIE PAR LA FOI

    C’est la révolution que Paul provoque pour le Juif.

    Dieu a donné les dix commandements à Moïse mais le cœur de l’homme n’était pas changé par cette loi.

    La foi en Jésus change le cœur, libère du péché et permet de recevoir le pardon éternel de Dieu. Obéir aux dix commandements et vivre d’une manière agréable à Dieu devient maintenant possible. 

    La personne est justifiée aux yeux de Dieu par sa foi en Christ .

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 4 : LA FOI D’ABRAHAM, NOTRE EXEMPLE

     

    Récapitulation des chapitres précédents

                L’homme par son péché a violé la justice de Dieu. L’humanité entière se retrouve condamnable devant Dieu. La loi donnée à Moïse ne pouvait pas justifier l’homme. Jésus a payé le prix pour la rédemption de l’homme. Par la foi en Jésus, être juste devant Dieu est maintenant possible.

     

    Contenu du chapitre 4 : 5 sections

    1. v1-8  Les œuvres ne justifient pas
    2. v9-12 La circoncision ne justifie pas
    3. v13-15 La loi ne justifie pas
    4. v16-22 La foi d’Abraham
    5. v23-25 La justification de celui qui est en Christ.

    ­ Le verset clé du chapitre est le verset 3 « Abraham cru à Dieu et cela lui fut imputé à justice »

     

    LES OEUVRES NE NOUS RENDENT PAS JUSTE DEVANT DIEU

    Paul explique les conséquences éventuelles si l’homme pouvait, par ses propres œuvres, se rendre juste devant Dieu.

    1. L’homme se vanterait de ses réussites v2
    2. L’homme se verrait en compétition avec les autres v2
    3. L’homme manquerait de reconnaissance envers Dieu (un salaire dû) v4
    4. L’homme serait écrasé par le poids de ses échecs v6  

     

    L'EXEMPLE D'ABRAHAM

                Paul cite le nom d’Abraham 7 fois dans ce passage.

    Il s’appuie sur celui qui était le patriarche fondateur du peuple juif parce que Paul veut convaincre le juif sincère de la vérité de son enseignement sur le salut par la grâce.

    En invoquant l’exemple d’Abraham, il veut montrer qu’il n’apporte pas une nouvelle doctrine, mais que le salut par la grâce, par le moyen de la foi est un retour aux sources.

    Le Musulman se réclame d’Abraham parce qu’il est le père d’Ismaël – l’enfant de la chair produit lorsqu’il a essayé par lui-même d’accomplir la promesse de Dieu. – voir Galates 4:22-31 

    Le Juif se réclame d’Abraham parce qu’il a fait alliance avec Dieu et reçu le signe extérieur de la circoncision. Par cette oeuvre il a obéi à Dieu et préfigure l’obéissance à la loi donnée à Moïse.

    Le Chrétien se réclame d’Abraham parce qu’il a cru à la promesse de Dieu et que par la foi, il a obtenu ce qui lui a été promis – un fils pour sa femme Sarah – voir Galates 3:6-8.

     

    LA CIRCONCISION

                L’apôtre Paul aborde une question de grande importance qui fera trembler le judaïsme et qui aura des conséquences majeures pour le chrétien.

                La question est celle-ci : Abraham était-il agréable à Dieu parce qu’il s’est fait

    circoncis ou s’était-il fait circoncis parce qu’il était agréable à Dieu ?

                La question du baptême chrétien est directement liée à cette dernière

     

    Paul rappelle l’histoire d’Abraham à ses lecteurs   v10,11

    Il a reçu la justice de Dieu dans son état incirconcis.

    Après avoir été rendu juste, il s’est fait circoncis comme sceau de l’alliance.

    L’appel de Dieu à Abraham et la bénédiction sur sa vie se situe dans Genèse 15:6.

    La circoncision d’Abraham vient à partir de Genèse 17:10 – 14 ans plus tard.

    Le verset clé « Abraham eut confiance en l’Eternel qui le lui montra à justice » est répété deux fois par Paul v3 et v22.

    Il cite Genèse 15:6 : Abraham est déjà juste devant Dieu sans avoir été circoncis.

     

    La conclusion fracassante de Paul    v11-12

    Abraham n’est pas le père spirituel de ceux qui sont circoncis, mais de ceux qui ont la foi en Dieu comme Abraham lui-même a cru.  Voir Jean 8:37-39

     

    LE BAPTEME CHRETIEN

    Un parallèle est fait avec la circoncision. On se fait baptiser parce qu’on a la foi et non pas pour l’obtenir. Colossiens 2:11,12.

     

    LES DEUX RÉGIMES SPIRITUELS CONTRADICTOIRES   v13-16

    D’une part il y a – la loi, la transgression et la colère   v15

    D’autre part il y a – la promesse, la foi et la grâce    v16

     

    LES ÉTAPES DE LA FOI

                Le mot traduit « foi » dans le Nouveau Testament ne parle pas de croyance ou d’affirmation intellectuelle. Il pourrait être traduit « faire confiance à, s’appuyer sur, s’identifier à, être convaincu de, entrer dans, se soumettre à, s’accrocher à, s’abandonner à »

    La foi fait sortir l’homme de sa confiance dans ses propres capacités et le fait entrer dans la capacité de Christ.

     

    Les 10 étapes de la foi d’Abraham qui reçoit la justice de Dieu   v17-22

    1. La foi reçoit une promesse de Dieu v16
    2. La foi met sa confiance dans le Dieu qui fait l’impossible v17
    3. La foi produit l’espérance – rempart contre le découragement v18
    4. La foi ne faiblit pas v19
    5. La foi ne prend pas en compte les circonstances physiques v19
    6. La foi n’admet pas le doute mais réaffirme la promesse v20
    7. La foi rend fort v20
    8. La foi produit la louange v20
    9. La foi produit une personne pleinement convaincue v21
    10. La foi reçoit la justice de Dieu v22

               

    Cette promesse de justice de Dieu est faite non seulement à Abraham, mais également à nous tous qui croyons à la mort et résurrection de Jésus notre Seigneur  v24-25

    Si pour le Juif, la référence dans l’Ancien Testament, est Moïse, pour le Chrétien, la référence est Abraham - Galates 3:24-29.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 5 : LA VICTOIRE DE LA GRACE SUR LE PECHE

     

    Récapitulons l’enseignement de Paul dans les 4 premiers chapitres

    • L’homme déshonore Dieu et provoque sa propre chute dans un état de péché (Romains 1)
    • L’homme sera jugé en fonction des œuvres qu’il a commises (Romain 2)
    • Tous sont coupables, mais Dieu veut justifier l’homme (Romains 3)
    • L’homme reçoit la justice de Dieu par la foi (Romains 4)

                Le chapitre 5 est la suite de cet enseignement et développe les conséquences d’être justifié pour le chrétien.

    Les trois sections du chapitre sont les suivantes :

    1. v1-5     La vie du chrétien justifiée
    2. v6-11   Réconcilié par la mort de Jésus.
    3. v12-21 Le péché et la grâce, Adam et Jésus contrastés

         

    DES VERSETS MEMORABLES                                                                                                     

                La première partie de ce chapitre contient des versets à mémoriser telles sont leur signification pour le chrétien :

    • v1  « Etant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ »        

    C’est le thème central de l’épître et résume la relation que nous avons avec Dieu en Jésus-Christ.

    • v5   « Or l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint Esprit qui nous est donné. »

    L’amour de Dieu est maintenant dans nos cœurs. Nous pouvons aimer comme Dieu aime !

    • v8   « Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. »

    Tel est l’immense amour de Dieu, qu’il a voulu donné la preuve non pas à ces enfants mais à celui qui méritait le jugement.

     

    JESUS EST MORT POUR LE PECHEUR

                Le pécheur vit comme ennemi de Dieu (v10) – mais Dieu n’est pas l’ennemi de l’homme. L’homme en tant que l’ennemi de Dieu mériterait sa colère (v9)

    Dieu éprouve de l’amour pour son ennemi. Jésus donne sa vie pour lui (v6)

    Celui qui a la foi en Jésus-Christ est justifié aux yeux de Dieu (v1)

    Une fois juste aux yeux de Dieu, l’homme peut maintenant être réconcilié dans sa relation avec Dieu (v10)

    Maintenant justifié et réconcilié, l’homme peut être sauvé pour partager éternellement la gloire de Dieu (v10, v2)

     

    • Justification – l’homme ne porte plus la condamnation pour le péché
    • Réconciliation – l’homme n’est plus l’ennemi de Dieu. Il est son ami.
    • Salut – les conséquences éternelles du péché sont annulées. La gloire de Dieu l’attend.

    Le plan du salut est maintenant clair :

    LA CREATION - LE PECHE - LA CHUTE - JESUS - LA GRACE - LA FOI - LA RECONCILIATION - LA GLOIRE

     

    LA VIE D'UN HOMME JUSTIFIE ET RECONCILIE A DIEU 

    v2 La foi donne accès à la grâce.  L’image est celle d’un fils et non d’un serviteur qui se présente devant un roi.

    v1 L’homme rentre dans une relation de paix. L’image est celle d’un navire qui a été bafoué par les tempêtes en plein océan mais qui entre dans les eaux calmes du port.

    Il reçoit 4 bénéfices :

    1. Il a la paix avec Dieu. Ceci est avant tout relationnel. La paix avec Dieu engendre la paix de Dieu.
    2. Il se réjouit (se glorifie) de la gloire à venir.
    3. Il remporte des victoires au milieu des afflictions par la persévérance.
    4. Il a l’espérance : une assurance ferme des promesses de Dieu et une pleine confiance en Dieu.

    L’homme craintif agit pour se sécuriser, mais l’homme qui a une ferme assurance peut aimer l’autre v5 – voir 1Jean 4:17,18.

    L’homme justifié et réconcilié vit sa foi avec assurance, joie et espérance dans une attitude de victoire.

     

    CONTRASTE ENTRE ADAM ET JESUS

                Paul aborde longuement la question d’Adam parce qu’il est celui qui a provoqué la chute de l’homme et sa séparation de Dieu. Adam est également important parce qu’il est celui que Dieu avait crée à son image afin de vivre en communion avec lui. Celui qui était ami est devenu ennemi. Dieu veut le regagner comme ami.

    La mort de Jésus avait comme objectif principal de renverser l’effet de la désobéissance d’Adam.

    Jésus a accepté de s’identifier à l’ennemi de Dieu afin de le rétablir en tant qu’ami.

    Dans le contraste de Jésus avec Adam, Paul souligne deux similitudes et trois différences.

     

    LES SIMILITUDES

    1. Par une transgression, la condamnation a atteint tous les hommes.

    Par un seul acte de justice, la justification s’étend à tous les hommes v18

     

    2. Par un seul acte de désobéissance, beaucoup ont été rendus pécheurs

    Par un seul acte d’obéissance, beaucoup sont rendus justes v19.

     

    LES DIFFERENCES

    1. Par la mort, le péché s’est répandu sur tous les hommes progressivement.

    Mais en Jésus, la grâce de Dieu s’est répandue sur tous en même temps par une surabondance v15, v20.

     

    2. Un seul péché a produit le jugement. Les nombreux péchés ont conduit au don gratuit de la vie éternelle v16.

    Dieu a une façon de calculer qui n’est pas la nôtre. 

    Pour Dieu : un péché = condamnation mais beaucoup de péchés = justification !

     

    3. Par la transgression la mort a régné, par le don gratuit de la vie éternelle, nous régnons en Jésus-Christ v17

     

    Le chapitre se termine avec une victoire écrasante de la grâce sur le péché.

    La grâce surabonde !

    C’est une grâce qui non seulement annule tout effet de péché mais qui dépasse et submerge la mort que le péché a produit v20.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 6 : EN CHRIST, UNE AUTRE FACON DE VIVRE

     

    L’enseignement de ce livre remarquable du Nouveau Testament est présenté d’une façon systématique, commençant dans les premiers chapitres, par la chute de l’homme, le jugement de Dieu et l’inefficacité de la loi pour rendre l’homme juste aux yeux de Dieu.

    Dans les chapitres 3 à 5, Paul aborde les thèmes de la justification par la foi et la réconciliation de l’homme pécheur à Dieu.


                Il peut maintenant traiter des questions de l’identification à Christ et la sanctification.


    Ce chapitre 6 peut être divisé en deux sections :

    1. Libre du péché par l’identification à Christ v1-11
    2. Libre du péché par la sanctification v12-23

    Le verset 22 résume bien l’enseignement de ce passage :

    « Mais maintenant, étant affranchi du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. »

     

    L'IDENTIFICATION  vv1-11

    L’étroite identification à Jésus dans sa mort, son ensevelissement et à sa résurrection donne la victoire sur le péché et la puissance de vivre une vie nouvelle

    Les références concernant l'identification à Christ sont nombreuses 

    v3   Baptisé en Jésus-Christ, en sa mort

    v4   Enseveli avec lui, comme Christ est ressuscité… nous aussi

    v5   Si nous sommes devenus une même plante avec lui, conformité à sa mort,  conformité à sa résurrection

    V6  Le vieil homme crucifié

    v8  Mort avec Christ, nous vivons aussi avec lui

    v11 Regardez-vous comme vivants pour Dieu en Jésus Christ

     

    Les deux vérités fondamentales de la vie chrétienne victorieuse sont :

    1 – Se voir « en Christ » ;

    2 – Comprendre que Christ est « en nous » Colossiens 1:27

     

    LA SIGNIFICATION  DU BAPTEME D'EAU

    Cet acte d’engagement permet à l’homme justifié par la foi, de s’identifier pleinement à Christ et de se libérer de la puissance du péché.
                Par le baptême le nouveau converti témoigne de sa mort avec Christ au vieil homme (sa nature de pécheur) et de sa résurrection avec Christ en une vie nouvelle. v4

     

    Les 3 symboles du baptême 

    MOURIR : Le nouveau converti à Christ descend dans l’eau. Il est mort à la vieille nature. L’homme pécheur ne doit pas être réhabilité, il doit mourir.

     

    ETRE ENSEVELI :  Il est recouvert par les eaux comme un enterrement. Quelqu’un mort et enterré n’est plus condamnable. Sa vie passée n’est qu’un souvenir qui suscite des actions de grâces à Dieu pour la résurrection qui suit.
                Pendant son ensevelissement Jésus a remporté la victoire définitive sur la mort – voir Apocalypse 1:18; Ephésiens 4:7-10; Colossiens 2:15

     

    RESSUSCITER :  Il ressort de l’eau. Comme Jésus a été ressuscité par la puissance du Saint Esprit, le baptisé sort de l’eau pour vivre une vie nouvelle dans la puissance de l’Esprit.  Romains 8:11.

    Paul témoigne de cette nouvelle vie, étant mort et ressuscité en Christ – Galates 2:20

     

    Le baptême biblique est uniquement pour ceux qui confessent Christ comme Sauveur

    Le baptême est une confession de foi de celui qui a choisi de s’identifier avec Christ plutôt qu’avec la puissance du péché. C’est une déclaration d’intention de comment la personne vivra sa vie. Un bébé ne peut pas « se faire baptiser ».

     

                Pour respecter le sens du mot baptême (immergé, plongé) et les symboles qu’il représente, il est indispensable que ce baptême se fasse par immersion.

     

    Trois grandes vérités dans cette première partie du chapitre

    1. La grâce de Dieu ne peut jamais être un prétexte pour le péché. v1,2
    2. Devenir chrétien n’est pas adopter une culture, une religion, une moralité, mais entrer dans une union profonde avec Christ lui-même. Cette union permet un changement de moralité et de comportement v4,5.
    3. Celui qui entre dans la voie chrétienne ne doit plus être esclave du péché. Pour être libéré de la puissance du péché, un homme doit être « en Christ » v6

     

    LA SANCTIFICATION   v12,13

                Un homme justifié par la foi, réconcilié à Dieu, identifié à Christ, peut-il encore pécher ?

    Malheureusement, la réponse est « oui » !

     

    Pour une victoire sur le péché dans la vie d‘une personne, l’identification doit être suivie de la sanctification.

    La sanctification, c’est ne plus livrer ses membres à l’iniquité et l’impureté mais de les livrer à des actes qui plaisent à Dieu.

    L’homme choisit qui ses membres serviront – Dieu ou le péché.

     

    Les exhortations bibliques concernant les membres

                Pensées (Philippiens 4:8) yeux (Matthieu 6:22,23) oreilles (Ephésiens 5:4-7) bouche (Ephésiens 4:25,29) mains (Ephésiens 4:28) pieds (Proverbes 4:20-27).

    La sanctification doit se manifester en particulier face aux tentations sexuelles v19 – voir 1 Thessaloniciens 4:3-15 

    v19 « pour arriver à la sainteté » – nous ne sommes pas parfaits mais la sainteté est un processus, un cheminement qui se fait en nous.

     

     L’image de l’esclave    v15-23

                Le chrétien passe de l’esclavage du péché pour devenir l’esclave du Dieu de grâce et miséricorde v22

                L’esclave ne sert pas deux maîtres, il est la propriété d’un seul.

                Un salarié met à disposition de son patron une partie de son temps.

    L’esclave est entièrement au service de son maître.

     

                Un verset classique qui résume l’enseignement de l’épître : Romains 6:23

    « Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus Christ, notre Seigneur. »

    Le péché reçoit un salaire. L’esclave du péché reçoit son salaire mérité, c’est la mort.

    L’esclave de Dieu reçoit un don immérité – la vie éternelle en Jésus-Christ.

     

    POUR RESUMER LA SANCTIFICATION SELON PAUL

    2 convictions + 2 actions = sanctification

     

    2 convictions  v11    se regarder comme étant mort au péché

                                  se regarder comme étant vivant pour Dieu en Jésus-Christ

     

    2 actions        v13   ne pas livrer ses membres au péché

                                  offrir ses membres à Dieu comme des instruments de justice

     

    Je me vois « en Christ » mort au péché ; Je me vois « en Christ » vivant pour Dieu.

    Je ne pratique plus le péché. Je pratique ce qui plait à Dieu. je suis sanctifié.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 7 : LA VICTOIRE SUR LA CHAIR

     

    Dans le chapitre précédent, Paul établit les bases de la sanctification et une vie chrétienne victorieuse.

    Il nous a donné une simple formule :

    Deux choses à comprendre - nous sommes morts au péché et vivants pour Dieu.

    + deux choses à faire - ne plus livrer nos membres au péché, mais pour ce qui plaît à Dieu.

    Nous avons dans cette dernière phrase l’explication de la sanctification.

     

    Le chapitre que nous abordons maintenant développe le thème d’une vie chrétienne victorieuse.

    Nous pouvons le diviser en trois parties :

    1. v1-6   Libéré de la loi
    2. v7-13 La puissance du péché et la loi
    3. v14-25 La puissance du péché et la chair

     

    LIBÉRÉ PAR LA MORT – LA PARABOLE DE PAUL

    Il est important de comprendre la parabole de Paul de la femme, affranchie du mari par la mort de ce dernier.

     L’homme est lié à la chair et se trouve sous son autorité comme une épouse sous l’autorité de son mari.

    Si la personne se tourne vers Jésus sans être libérée de l’emprise de la chair, c’est un adultère spirituel. Elle ne peut être sous l’autorité des deux à la fois.

    Comme à la mort du mari, la femme est libérée de son autorité et peut se donner à un autre, ainsi, une personne qui meurt à sa chair en s’identifiant à la mort de Christ est libérée du pouvoir de la chair, pour se mettre sous l’autorité du Saint Esprit.

    Maintenant, elle est sous le régime de l’Esprit (v6) et peut porter des fruits pour Dieu v4

     

    COMMENT LA LOI A-T-ELLE EXCITÉ LE PÉCHÉ CHEZ L’HOMME ?    v7-13

                Paul ne dit pas que la loi est péché. Elle ne produit pas le péché. Elle l'identifie et l'excite mais ne peut ne le pardonner ni en libérer le pécheur.

    Comment une personne saurait-elle que convoiter est péché si la loi n'avait pas déclaré: "Tu ne convoiteras pas. " v7

                 Maintenant, le pécheur prend conscience que ce qu'il fait est péché. Le fait que cela lui est interdit provoque la chair et stimule l'envie de convoiter. La tentation que produit l'interdit est à l'origine du péché dans le jardin d'Eden - Genèse 3:1-6

                Si la loi n’avait pas dit à l’homme « Tu ne commettras pas d’adultère » il aurait commis l’adultère sans prendre conscience du mal aux yeux de Dieu.

    Maintenant qu’il sait que l’adultère est péché, la chair qui est en lui veut davantage commettre l’adultère.

                C’est le même principe que l’affiche « peinture fraîche – ne pas toucher »

    Nombreux sont ceux qui touchent pour voir si la peinture est toujours fraîche.

     

    DE QUI PAUL PARLE-T-IL ?

                Quand Paul parle de l’homme qui dit « Je ne fais point ce que je veux et je fais ce que je hais » (v15), beaucoup s’y retrouve, mais parle-t-il de l’homme inconverti ou du chrétien imparfait ? La réponse se trouve en comprenant les 3 conditions spirituelles possibles chez l’homme :

    L’homme naturel – l’inconverti sous l’emprise du péché 1 Corinthiens 2:14

    L’homme charnel – le chrétien dominé par ses désirs charnels 1 Corinthiens 3:1-3

    L’homme spirituel – le chrétien conduit par le Saint-Esprit 1 Corinthiens 3:1; Galates 6:1

     

    Ces trois conditions peuvent être identifiées par ses désirs et ses capacités.

     

     

    L’HOMME

    NATUREL

     

    INCONVERTI AVEC

    SA VIEILLE NATURE

    DE PECHEUR

     

    1.     IL N’A AUCUN DESIR DE PLAIRE À DIEU

    2.     IL N’A AUCUNE CAPACITE DE PLAIRE À DIEU

     

    L’HOMME

    CHARNEL

     

    NÉ DE NOUVEAU MAIS

    LE PECHE CONTINUE A LE

    DOMINER PAR LA CHAIR

     

    1.     IL A LE DESIR DE PLAIRE À DIEU

    2.     IL N’A PAS DE PUISSANCE POUR PLAIRE À DIEU

     

    L’HOMME

    SPIRITUEL

     

    NÉ DE NOUVEAU IL A

    REMPORTE LA VICTOIRE

    SUR LA CHAIR

    PAR LE SAINT-ESPRIT

     

    1.     IL A LE DESIR DE PLAIRE À DIEU

    2.     IL A LA PUISSANCE POUR PLAIRE À DIEU

          

              Dans les versets 14 à 25 Paul nous parle du chrétien qui a des désirs de plaire à Dieu, mais qui reste charnel, parce qu’il n’a pas crucifié la chair pour laisser le Saint-Esprit le conduire. Il veut donc faire la volonté de Dieu, mais n’arrive pas à la mettre en pratique.

     

                Il s'agit bien du témoignage de Paul en tant que jeune converti à Jésus

    Paul avait grandi avec une pleine dépendance sur la loi des Pharisiens. 

    Quand il s'est converti à Jésus, ses désirs ont changés. Cependant, parce qu'il s'appuyait toujours sur la loi, il n'avait pas la victoire dans sa vie personnelle.

    C'est la révélation de la grâce de Dieu et la puissance du Saint Esprit dans la vie d'un Chrétien qui a tout changé pour lui.

    Ce qu'il a vécu personnellement allait devenir un élément essentiel de son enseignement pour l'église primitive.

    Voir également le conflit dont Paul parle, entre la chair et l'Esprit dans Galates 5:16-25 

     

    LA DELIVRANCE DE LA DOMINATION DE LA CHAIR

                Paul, dans la période de sa vie chrétienne où la chair continuait à le dominer, était poussé au désespoir. Lui, qui aimait Jésus, ne pouvait pas se résigner à vivre esclave du péché.

                Dans son angoisse il a crié « Misérable que je suis, qui me délivrera de ce corps de mort ? » v24

                C’est à ce moment que Paul détourne son regard de lui et reconnaît la grâce de Jésus dans sa vie. C’est Jésus qui le libère du poids de la condamnation de la loi et c’est Jésus, qui par le Saint Esprit, le libère de l’emprise de la chair

    « Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur ! »  v25

                Dans le chapitre suivant, l’apôtre nous expliquera comment Jésus a fait de lui un homme spirituel.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 8 (première partie) : L’HOMME SPIRITUEL

     

            Nous pouvons distinguer trois hommes différents dans l’enseignement de Paul.

    1. L’homme naturel sous l’emprise du péché. Il n’a pas le souci de faire la volonté de Dieu. – voir chapitre 1.

    2. L’homme charnel Il veut faire la volonté de Dieu, mais se trouve impuissant pour l’accomplir – voir chapitre 7

    3. L’homme spirituel L’objectif de Dieu pour chaque chrétien – chapitre 8

    Ce chapitre 8 est l’un des chapitres les plus mémorables de tout le Nouveau Testament. Les vérités sont puissantes et nous permettent de comprendre qui est l’homme spirituel et comment il réagit.

     

    Le chapitre se découpe en trois sections :

    1. 1. v1-13 Le triomphe de l’Esprit sur la chair
    2. v14-30 La manifestation des fils de Dieu
    3. v31-39 La victoire des fils de Dieu

     

    QU’EST-CE QU’UN HOMME SPIRITUEL ?

    V5 nous donne une bonne définition d’un homme spirituel

    « Ceux qui vivent selon l’Esprit s’affectionnent aux choses de l’Esprit »

    Donc l’homme spirituel est celui qui n’agit pas selon les désirs de la chair, mais qui marche par l’Esprit.

     

    QUE SIGNIFIE MARCHER PAR L’ESPRIT ?

    Le chrétien charnel est né de nouveau par le Saint Esprit. Cependant, il se laisse conduire par les choses charnelles de la nature humaine :

    – ses sentiments      

    – ses propres capacités

    – ses raisonnements

    – en s’appuyant sur les circonstances.

    Il ne connaît pas la victoire d’une manière constante dans sa vie chrétienne.

               

    Celui qui marche selon l’Esprit écarte les raisonnements de la chair. Il s’appuie sur la puissance du Saint Esprit communiquée par la Parole de Dieu pour vivre sa vie chrétienne  –  Galates 5:16-25

    Un exemple : Luc 5:5, après une nuit de pêche, bredouille, Jésus ordonne à Pierre de retourner là où les eaux sont profondes pour réessayer.

    La réaction charnelle : nous sommes fatigués, nous sommes les professionnels de la pêche, nous avons tout essayé. Il fait jour, c’est le plus mauvais moment.

    La réaction spirituelle : Jésus, sur ta parole, je jetterai le filet V5  Il agit selon la parole de Jésus et non dsur ses propres raisonnements. Une pêche miraculeuse en résulte.

     

    LES CARACTERISTIQUES DE L'HOMME SPIRITUEL DE ROMAINS 8

                Paul veut identifier celui qui marche selon l’Esprit et non selon la chair.

    Il fait plusieurs déclarations qui identifient l’attitude et le comportement de l’homme spirituel.

     

    1. Verset 1 « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ »

                 L'homme spirituel comprend ce que Jésus a accompli pour lui à la croix. Il sait qu'il a été, une fois pour toutes, pardonné par Jésus. Il a pleinement accepté le pardon de ses péchés. Il est en paix.

                 Quand le diable viendra pour essayer de le déstabiliser et l’accuser avec les choses du passé – culpabilité, honte, condamnation, faiblesse, l’homme spirituel connaît sa position en Jésus-Christ. La condamnation ne peut plus le toucher.

     

    2. Verset 2 «En effet, la loi de l’Esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. »

                L’homme spirituel a des convictions fermes. Il sait que le péché et la mort n’ont plus de pouvoir sur lui. Le Saint Esprit est maintenant celui qui fait la loi dans sa vie.

                Ces choses sont au passé. Elles sont déjà accomplies. Par la puissance de l’Esprit, l’homme ne se bat pas pour la victoire – Il la possède déjà.

                Il a le désir de plaire à Dieu et maintenant possède la puissance pour le faire.

     

    3. Verset 16 « L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. »

                C’est l’assurance de sa relation avec le Père céleste. Il est convaincu d’être né de Dieu, enfant de son Père céleste, sauvé par le sang de Jésus, et en route pour le ciel.

                Il ne doit plus le demander, il est entré dans cette réalité.

     

    4. Verset 15 «Et vous n’avez point eu un esprit de servitude pour être encore dans la crainte, mais vous avez reçu un esprit d’adoption par lequel nous crions « Abba Père » ».

                Les richesses du père iront au fils le jour où il atteint sa majorité. Un enfant adoptif est intégré à l’héritage du véritable fils. Il pourra partager l’héritage avec ce dernier.

    Après l’Ascension, Jésus a reçu son héritage. Le chrétien devenu enfant de Dieu devient son héritier et le co-héritier de Christ v17.

                L’homme spirituel comprend ce qu’il possède aujourd’hui et vit dans cette dimension.

     

    5. Verset 26 « De même aussi l’Esprit nous aide dans nos faiblesses car nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables. »

    L’homme spirituel n’est pas à l’abri de toute faiblesse. Face à cette faiblesse, il a l’arme de la prière et surtout de la prière inspirée et conduite par le Saint Esprit qui est en lui.

    Il est important de noter que ce n’est pas le Saint Esprit qui prie pour nous, mais que c’est lui qui nous aide à prier efficacement.

    Voir la relation faiblesse humaine et puissance de Dieu 2 Corinthiens 12:7-10

     

    6. Verset 28 « Dieu fait concourir toutes choses au bien de ceux qui l’aiment car c’est conformément à son plan qu’ils ont été appelé» (version Colombe)

    « Dieu fait » est absent dans la version Louis Segond

    Cette promesse s’applique uniquement à ceux qui ont répondu à l’appel de Dieu et reçu son amour.

                Dieu a sous son contrôle, tout ce qui se passe dans la vie de quelqu’un qui l’aime.

    A noter : Dieu n’est pas à l’origine de tout ce qui se passe dans la vie d’un chrétien, mais il promet de toujours utiliser ces événements pour son bien.

    L’homme spirituel est pleinement convaincu de la véracité de cette promesse. Il peut compter dessus.

     

    Si Romains 8:1 règle la question de la condamnation

        Romains 8:28 règle la question de la peur

     

    Marc 4:35-41 Jésus dort dans la barque pendant la tempête parce qu’il est imprégné de Romains 8:28. Les disciples l’avaient oublié, la peur les a gagnés.

    La priorité de Jésus n’est pas de changer les circonstances, mais de changer les hommes face à leurs circonstances.

     

    Ce merveilleux trésor qu’est Romains 8 n’est pas terminé. La suite arrive…

    .

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 8  (deuxième partie) : L’HOMME SPIRITUEL…suite

     

    RESUME DES SIX PREMIERES CARACTERISTIQUES DE L’HOMME SPIRITUEL

    1. Il est libre de toute condamnation du passé v1
    2. Il possède la victoire sur le péché par le Saint Esprit v2
    3. Il a une pleine assurance d'être un enfant de Dieu v16
    4. Il ne vit pas comme esclave mais comme fils co-héritier de Christ v15
    5. Il est puissamment aidé dans ses faiblesses et dans la prière par le Saint Esprit v26
    6. Il a une pleine assurance que Dieu se sert de ses circonstances pour son bien  v28

     

    CINQ NOUVELLES CARACTERISTIQUES DE L'HOMME SPIRITUEL

    1. Verset 29-30 « car ceux qu’il a connus d’avance il les a aussi prédestinés ...il les a aussi appelés ...il les a aussi justifiés … ;il les a aussi glorifiés »

                Ces deux versets nous donnent un aperçu de la gloire de l’éternité.

    Il y a cinq étapes très importantes vers la gloire

    Etre connu d’avance – voir Psaume 139:13-16

    Etre prédestiné – voir Jean 15:16

    Etre appelé  – voir 1Pierre 2:9

    Etre justifié  – le pardon, la justification par la foi – Romains 3:21-26

    Etre glorifié – la destination finale – Colossiens 3:4

                Paul utilise le passé composé pour parler de ces cinq étapes dans l’ascension spirituelle du chrétien. Dieu nous voit en Christ déjà « glorifié ». Par un retour à une vie de péché, l’homme peut encore perdre son salut. Cependant, pour celui qui reste fidèle, il connaît déjà une dimension de la gloire éternelle.

                Paul a ses yeux sur la gloire à venir. Il n’a pas peur de souffrir « au temps présent » Romains 8:18

    L’homme spirituel a une perspective de gloire future pour sa vie. Tout ce qu’il fait est influencé par la perspective de la gloire qui l’attend.

     

    2. Verset 32 « lui qui n’a pas épargné son propre fils, mais qui l’a livré pour nous tous comment ne nous donnera-t-il pas aussi, toutes choses avec lui ? »

    Dieu donne mais jusqu’à quelle limite ? Paul répond que s’il nous a donné Jésus il n’y a plus rien qu’il ne nous donnerait pas.

                Des versets tels que Matthieu 17:11 et Philippiens 4:19 sont vrais parce que Dieu a pourvu lui-même pour le plus grand besoin chez l’homme.

    Romains 8:1 règle le problème de culpabilité

    Romains 8:28 règle le problème de crainte

    Romains 8:32 règle le problème d’angoisses et de soucis

                L’homme spirituel ne sera pas forcément riche et sans besoins matériels mais il sera dans le contentement que lui donne sa confiance en Dieu qui pourvoit à tous ses besoins – Philippiens 4:11-13.

     

    3. Verset 34 « Christ est à la droite de Dieu et il intercède pour nous »

                La signification de cette déclaration est importante. Avant la victoire sur le diable à la croix, nous découvrons que celui qui se présentait devant le trône de Dieu était Satan. Son objectif était de porter des accusations nous concernant, devant Dieu. -voir Apocalypse 12:10 et Job 1 et 2.

                Après sa défaite, Satan doit laisser la place à notre avocat de défense Jésus – 1Jean 2:1 c’est Jésus qui interpelle le Père nous concernant, plaidant notre pardon et notre innocence par son sang versé. C’est une véritable scène de tribunal.

    Quand l’homme se repent, Jésus demande au Père de lui pardonner

    Quand l’homme prie, Jésus demande au Père de l’exaucer

    Quand l’homme adore, Jésus demande au Père d’accueillir son adoration

    Quand l’homme se met à son service, Jésus demande au Père de le récompenser - voir Hébreux 4:14-16; 7:25

     

    L’homme charnel ne comprend pas cette vérité fondamentale. Il se présente lui-même devant Dieu avec sa propre justice, ses faiblesses et ses bonnes œuvres.

     Mais le procureur redoutable, le diable, l’ennemi de nos âmes, continue à l’accuser.

         L’homme spirituel comprend que c’est Jésus qui intercède pour lui, auprès du Père.

     

    4. Verset 37 « Mais dans toutes ces choses, nous sommes plus que vainqueurs, par celui qui nous a aimés »

    L’homme spirituel n’est pas vainqueur, il est « plus que vainqueur »

    « Plus que vainqueur » parle de la qualité écrasante de la victoire.
    Cependant l’expression fait allusion à l’attitude de victoire avant même que le combat soit achevé. Il ne se bat pas pour la victoire, mais il se bat avec la victoire déjà acquise.

     

    Dans Romains 8:35, Paul nous donne une liste de tous les problèmes de la vie. Comment peut-on être « plus que vainqueur » au milieu de ses difficultés ?

    Sa suprématie est établie sur des déclarations certaines :

    Romains 8:31 –  si Dieu est pour nous, qui sera contre nous

    2Corinthiens 2:14 – grâces soient rendues à Dieu qui nous fait toujours triompher

                La détermination d’imposer la victoire de Jésus face au diable et ses agissements est également indispensable

    – Romains 16:20

     

    5. Verset 38-39 « J’ai l’assurance que… (liste d’obstacles) …ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur ».

    L’homme spirituel vit parfaitement assuré… il est affranchi du passé, serein devant le présent et confiant quant à l’avenir.

    Tout ce qui peut venir de ce monde ou d’un autre ne lui fait pas peur. Comme l’a dit Jésus de la brebis, rien ne peut le ravir ni de sa main, ni de la main du Père. – Jean 10:28

     

    CONCLUSION

    En créant Adam à son image, Dieu cherchait un ami avec qui partager sa gloire. L’ami l’a trahi. Il est devenu par la puissance du péché, l’homme naturel.

    Jésus est venu pour ouvrir le chemin de la réconciliation et la restauration. Ce qu’il cherche n’est pas un homme charnel, avec des bonnes intentions et motivations sans être capable de se libérer de l’emprise de la chair.

    L’Esprit de Dieu fait un travail chez l’homme pour faire de lui un homme spirituel qui de nouveau marchera avec son Dieu pour l’éternité.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 9 : DIEU FAIT SES CHOIX

     

                  La lecture de la version Parole Vivante peut simplifier la lecture de ce chapitre.

                Dans les chapitres 1-8 l’apôtre Paul a présenté systématiquement son enseignement sur la question fondamentale – être justifié aux yeux de Dieu. Il a clairement expliqué qu’être juste devant Dieu ne vient pas par les œuvres de la loi et ne se limite pas aux Juifs. Maintenant le salut est accessible à tous par la foi en Jésus-Christ.

                Les chapitres 9-11 sont une trilogie où Paul s’étend sur les conséquences de son enseignement pour les Juifs et les païens (non Juifs)

                Le thème de ce chapitre 9 qui aborde des questions controversées  elles que la souveraineté de Dieu et son libre arbitre.

    Les sections du chapitre sont les suivantes :

    1. v1-5              Le fardeau de Paul pour le peuple d’Israël
    2. v6-9              Qui est véritablement le peuple de Dieu ?
    3. v10-29          La souveraineté absolue des choix de Dieu
    4. v30-33          Qui est juste aux yeux de Dieu ?

     

    QUATRE VERSETS CLES

             L’apôtre déclare que c’est Dieu seul qui décide qui sera sauvé et sur quelle base il le sera.

    1. Verset 11 (version Parole Vivante) « afin que le dessein d’élection de Dieu subsiste sans dépendre des œuvres et par la seule volonté de celui qui appelle».

    Dieu a un plan. Il prend ses décisions en fonction du plan qu’il a fixé d’avance. Il ne nous demande pas notre avis.

     

    2. Verset 15 « Je ferai miséricorde à qui je fais miséricorde »

    La miséricorde de Dieu n’est pas un droit. Elle est purement une grâce. Dieu n’est pas tenu d’accorder sa miséricorde universellement. Il a le droit absolu de sauver, de bénir et d’utiliser celui qu’il souhaite.

     

    3. Verset 16 « Ainsi donc, cela dépend, ni de celui qui veut, ni de celui qu court,

    mais de Dieu qui fait miséricorde »

    La vie chrétienne ne tourne pas autour de la volonté de l’homme mais de la volonté de Dieu.

    L’essentiel pour tout être humain c’est de connaître la volonté de Dieu, être dans la volonté de Dieu, faire la volonté de Dieu, permettre à Dieu d’agir selon sa volonté, de s’impliquer dans ce que Dieu fait, plutôt que de lui demander de s’impliquer dans ce que nous faisons !

    La question de « qui est au service de qui  » ? peut-être évoquée à ce point. Dieu n’est pas là pour nous servir. Nous sommes là comme ses serviteurs.

     

    4. Verset 18 « Ainsi, il fait miséricorde à qui il veut et il endurcit qui il veut »

    Pour comprendre cette parole il faut comprendre ce que la Bible enseigne sur le cœur de l’homme par rapport à Dieu. 

                Avant la conversion à Christ, le cœur de l’homme est une pierre spirituellement parlant.  Par la nouvelle naissance l’homme né de l’Esprit reçoit un nouveau cœur envers Dieu – un cœur de chair – Ezéchiel 36:26.

                Quand Paul dit que Dieu durcit le cœur d’un homme, il signifie que Dieu le laisse dans son état d’intransigeance et de dureté.

     

    DEUX EXEMPLES TIRES DE L'HISTOIRE D'ISRAEL

    1. ESAU ET JACOB v10-13

    Ils étaient jumeaux. Dans le vendre de leur mère, ni l’un, ni l’autre n’avait fait le bien, ou le mal. Le seul critère de sélection est la préscience de Dieu qui voit la fin depuis le début.  Dieu aurait du sélectionner Esaü parce qu’il était le premier né des deux. Cependant, Dieu déclare « j’ai aimé Jacob et j’ai haï Esaü » v13.

                Le sens de haïr est « aimer à un moindre niveau ».

    La Bible dit que Dieu n’a pas de favori – Actes 10:34

    Dieu ne fait pas de distinction entre hommes et femmes, Juifs et païens, jeunes et vieux, riches ou pauvres. Il sélectionne une personne librement pour accomplir son plan.

    Il n’est donc pas injuste, ni arbitraire. Il est Dieu !

     

    2. PHARAON v17,18

    Dans la confrontation entre Moïse et Pharaon pour la libération du peuple d’Israël de son esclavage en Egypte, Dieu a exprimé son intention de durcir le cœur de Pharaon, afin que sa puissance divine puisse être manifestée – Exode 7:3

                Une question morale est soulevée par cette déclaration – Si Dieu durcit le cœur de quelqu’un, ne devient-il pas une victime de Dieu ne portant plus la responsabilité de ses actes ?

                Judas, celui qui a trahi Jésus, en est un autre exemple.

     

    La réponse est simple. Dieu provoque l’homme méchant afin que toute sa méchanceté monte en surface.

    • Pharaon était un homme cruel et méchant, bien avant la confrontation avec Moïse. Il n’était pas le pharaon qui avait accueilli Joseph et sa famille. Exode 1:8-22
    • Judas était un traître bien avant qu’il ne trahisse Jésus. Il volait l’argent de la caisse – Jean 12:5,6

     

    Donc, Dieu peut miraculeusement changer le cœur d’un homme par sa miséricorde ou provoquer l’homme pour que toute sa méchanceté se révèle.

     

    LA REACTION CONTRE LES CHOIX DE DIEU

                Devant Dieu, l’homme rebelle crie « Ce n’est pas juste ».

    Les deux réactions sont soit exprimées, soit restent cachées dans le cœur

    1. verset 20 – « Pourquoi m’as-tu fait ainsi ? » Les choses que nous ne pouvons pas changer doivent être acceptées, telles que ses origines et son apparence …
    2. verset 21 – Comment il se sert de nous – un vase d’honneur et un vase d’usage vil.

     

    Pour comprendre l’action de Dieu l’image du potier est très importante

    – Il est maître de l’argile. L’argile n’a aucune réclamation à lui faire v21

    – De la même masse il fait le vase qu’il veut v21

    – Dieu révèle sa gloire sur les vases qu’il a créés v22,23 – voir Esaïe 64:8

     

    CONCLUSION

                Paul nous rappelle que nous avons un Dieu qui veut manifester sa miséricorde. Il prépare des vases d’avance d’une telle façon que quand sa miséricorde les remplit ils deviennent le moyen par lequel Dieu fait connaître la richesse de sa gloire v23       

    C’était le cas pour Israël en Egypte. C’est le cas pour nous aujourd’hui.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 10 : COMMENT VIENT LE SALUT D’UN ETRE HUMAIN

     

    Tout au long de cette épître remarquable, Paul nous montre que la loi donnée à Moïse ne peut pas rendre l’homme juste devant Dieu. Il établit clairement que le salut ne vient que par la grâce de Dieu par le moyen de la foi. Le salut n’appartient pas exclusivement au peuple d’Israël mais à tous les hommes.

     

    Au chapitre 9 l’apôtre aborde une question très sensible : le droit de Dieu de sauver celui qu’il veut sauver. Après avoir souligné la souveraineté de Dieu maintenant, la responsabilité de l’homme est réaffirmée – l’homme doit prêcher l’Evangile pour que d’autres soient sauvés. Ceux qui ne sont pas sauvés doivent répondre personnellement à l’Evangile pour l’être. 

    Le chapitre 10 est un des très grands passages sur le salut dans le Nouveau Testament.

    Les divisions du chapitre

    1. v1-5 Israël n’est pas justifié par la loi
    2. v6-13 Le salut par la foi
    3. v14-17 Comment vient la foi
    4. v18-21 Dieu juge Israël

     

    LES CINQ ETAPES DU SALUT

                L’apôtre Paul identifie 5 étapes pour qu’une personne reçoive le Salut.

    Elles peuvent être résumées par les verbes : Envoyer – Prêcher – Entendre – Croire – Invoquer.  Ils sont traités dans l’ordre inversé dans les versets 14,15.

     

    1. ENVOYER v15 « Comment y-aura-t-il des prédicateurs s’ils ne sont pas envoyés ».

    Dieu a décidé d’utiliser des hommes envoyés en mission plutôt que des anges pour le salut de l’être humain.

    L’église est essentiellement une église missionnaire envoyée par Jésus – Marc 16:15

    Il l’a revêtue de puissance afin qu’elle puisse réussir dans sa mission

    Le Saint Esprit a été donné pour que les chrétiens puissent être des envoyés Actes 1:8

     

    Pour celui qui accepte d’être un envoyé de Jésus avec la bonne nouvelle du salut, quelque chose de surprenant arrive – ses pieds deviennent « beaux » v15.

    Quand il bouge et marche dans la cause de l’Evangile, il reçoit une beauté spirituelle que rien d’autre ne peut lui communiquer.

    Le mot grec traduit « beaux » parle d’un éclat qui vient avec la maturité. Un chrétien ne peut accéder à la maturité sans être impliqué dans la mission de l’Evangile.  

     

    2. PRECHER v14 « Et comment en entendront-ils parler s’il n’y a personne qui prêche ? »

    Au chapitre 1, Paul nous a déjà dit que l’homme peut connaître Dieu jusqu’à un certain niveau en observant la nature v20.

    Par ses ouvrages on peut découvrir Dieu dans sa grandeur, sa puissance et sa sagesse.

    Cependant, le plan du salut de Dieu en Jésus Christ ne peut être connu que par un seul moyen – quelqu’un doit l’annoncer.

    Le mot grec traduit « prêcher » ne se limite pas à la prédication publique du haut d’une chaire. Prêcher pourrait être traduit proclamer, déclarer, ou présenter. Toute tentative de communiquer l’Evangile est « Prêcher ».

    Un homme ne peut pas en sauver un autre. Mais Dieu a voulu sauver l’homme par le moyen de l’annonce de l’Evangile par des intermédiaires humains.

    Paul appelle cela « La folie de la prédication » 1 Corinthiens 1:21

     

    3. ENTENDRE v14  « Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler ? »

    La foi vient de ce qu’on entend v17. Ce verset mérite d’être mémorisé. Entendre ne signifie pas le sens de l’ouïe, la capacité d’entendre des mots, Il porte le sens de recevoir un message et le comprendre.

    Cette ouverture de cœur qui accueille une parole comme venant de Dieu est source de la foi et condition sine qua non du salut – voir Actes 4:4, Matthieu 13:14,15

    Un homme peut ne pas entendre l’Evangile ou devenir lent à comprendre –  Hébreux 5:11

     

    4. CROIRE v14 « Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas cru ? »

    Croire est le résultat direct d’entendre. Aux versets 9 et 10 nous avons des précisions sur la nature même de la foi qui reçoit le salut

    C’est croire « dans son cœur », que Dieu a ressuscité Jésus des morts.

     

    Le mot traduit « croire » ne parle pas de croyances théoriques et intellectuelles, mais d’assurance, confiance, dépendance, engagement, par rapport à ce que l’on croit.

     

    Croire avec son cœur est le seul moyen d’être justifié aux yeux de Dieu, lui être agréable, et de recevoir de sa part –voir Hébreux 11:6 et Jean 7:38

     

    5. INVOQUER v13  «Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé »

    La foi doit obligatoirement produire une confession publique, une déclaration avec sa bouche v9,10 (des versets à mémoriser également).

    « Confesser le Seigneur Jésus » oralement et publiquement aurait des conséquences déterminantes :

    – Pour le juif, le titre « Seigneur » est le même que « l’Eternel ». Ce serait de déclarer que Jésus est le Dieu de l’Ancien Testament.

    – Pour le païen, confesser « Jésus » comme « Seigneur » rendrait le culte à l’empereur romain comme Seigneur impossible.

     

    La confession publique du Seigneur Jésus est une condition pour être sauvé – Matthieu 10:32.

    Le mot traduit « invoquer » ne signifie pas une prière demandant à Dieu de nous sauver.

    Cette phrase « invoquer le nom du Seigneur » a deux significations :

              1. Prendre sur soi-même le nom d’un autre afin de s’identifier pleinement à lui.

    Exemple : la mariée qui prend le nom de son époux le jour de leur mariage.

              2. Apporter son amour et son adoration à celui que nous invoquons.

    Pour être sauvé par Jésus un homme doit s’engager à lui et lui donner son amour.

     

    CONCLUSION

    Avant de terminer ce passage exceptionnel, Paul donne une perspective qui peut nous encourager par rapport à tout notre entourage et nos bien-aimés qui aujourd’hui ne sont pas sauvés

    « J’ai été trouvé par ceux qui ne me cherchaient pas. Je me suis manifesté à ceux qui ne me demandaient pas » v20.

    Il y a de l’espoir pour tous !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 11 :  QUI EST LE PEUPLE DE DIEU ?

     

    L’apôtre Paul continue à développer le thème principal de cette épître – l’homme est justifié devant Dieu uniquement par la foi en Jésus-Christ (Romains 5:1).

    Les conséquences de cette vérité sont nombreuses pour le Juif qui se croyait juste devant Dieu du simple fait qu’il soit de la race juive.

     

    Au chapitre 9 nous apprenons que Dieu a supprimé l’exclusivité du salut au peuple d’Israël – voir Matthieu 21:4.

    Au chapitre 10 nous découvrons que le salut de Dieu appartient à celui qui croit au message de la vie éternelle en Jésus-Christ.

    Au chapitre 11, Paul explique l’attitude de Dieu envers le peuple d’Israël aujourd’hui, maintenant que la nouvelle alliance est établie.

     

    Le chapitre peut être découpé en quatre parties :

    1. v1-10 L’attitude de Dieu envers Israël
    2. v11-22 Les païens sont greffés au plan de Dieu
    3. v23-32 La miséricorde de Dieu envers Israël
    4. v33-36 Les voies merveilleuses de Dieu

     

    L'ATTITUDE DE DIEU ENVERS ISRAEL

    Paul est catégorique – Dieu n’a pas rejeté le peuple d’Israël. C’est la conséquence logique de son enseignement sur le salut. Une personne n’est pas sauvée parce qu’elle est juive, mais elle n’est pas condamnée d’office parce qu’elle est juive. Tout dépendra de la foi qu’elle manifestera en Jésus Christ.

     

    LE RESTE 

    L’apôtre Paul utilise l’histoire d’Eli (v2-4) pour aborder une question sensible. Israël avait tué les prophètes envoyés par Dieu et semblait s’être rebellée contre Dieu en tant que nation entière ! Mais Dieu répond à Eli qu’il y avait un reste de 7000 hommes qui étaient restés fidèles.

    Ce qu’il enseigne est une révolution : au sein d’une nation d’Israël qui s’est endurcie, il y a un reste, les élus, qui ont reçu la grâce de Dieu.

     

    Dans plusieurs passages, Paul fait une distinction entre Israël nationale et Israël spirituelle (le reste).

    Romains 2:28,29  « Le Juif, ce n’est pas celui qui en a les apparences …

    C’est celui qui l’est intérieurement »

    Philippiens 3:3 «  Les circoncis, c’est nous qui rendons à Dieu notre culte par

     l’Esprit de Dieu, que nous glorifions en Jésus Christ »

    Galates 3:29 « Si vous êtes à Christ, vous êtes donc la descendance

     d’Abraham, héritiers selon la promesse ».

    Galates 6:15, 16 –  l’Israël de Dieu « c’est d’être une nouvelle création »

    Galates 4:25,26 La Jérusalem actuelle …. La Jérusalem d’en haut.

     

    C’est « le reste » au sein de la nation d’Israël, qui, en se tournant vers Jésus pour être justifié devant Dieu, sera sauvé. Avec les païens qui se tourneront également vers Christ ils constitueront l’Israël de Dieu. Ceux qui s’endurcissent, qu’ils soient Juifs ou païens, ne recevront pas la grâce du salut.

     

    L’enseignement de Paul sur cette question peut être représenté par un simple schéma.


    Le "reste" d'Israël qui croit en Jésus + les élus parmi les païens qui croient en Jésus  = L'église de Jésus Christ, peuple de Dieu.

     

     COMMENT COMPRENDRE LA POSITION DES PAIENS

                L’image de l’olivier est très parlante.

    Il y a deux oliviers. L’olivier franc (Israël spirituel) et l’olivier sauvage (les païens).

    La racine de l’olivier franc est le peuple élu par Dieu

    Les branches retranchées de l’olivier franc – les juifs qui s’endurcissent et qui rejettent la grâce de Dieu en Jésus Christ

    Les branches greffées à l’olivier franc – les païens qui se convertissent à Christ. Ils ne deviennent pas juifs de nationalité, mais ils intégrent le peuple spirituel de Dieu.

     

    Une nouvelle nation spirituelle est formée faite de personnes juives et non juives qui se sont converties à Jésus-Christ – voir 1 Pierre 2:9,10 ; Romains 9:24-26.

     

    LA CONVERSION DES JUIFS A JESUS CHRIST 

    Un juif peut se convertir à Jésus Christ v12

    Cependant seulement quelques-uns seront sauvés v14

    Si un juif se détourne de son incrédulité, lui qui a été retranché du plan de Dieu, peut être de nouveau greffé v23

    Tout Israël sera-t-il sauvé ? Non, pas plus que la totalité des païens v25.

    Paul parle de l’élection de Dieu qui dépend de sa prescience v2.

    La totalité du « reste » d’Israël et la totalité des païens élus seront sauvées.

    Un salut universel ne s’applique ni aux païens, ni aux juifs dans le contexte de la nouvelle alliance.

     

    LES VOIES IMPENETRABLES DE DIEU

    Comme à la fin du chapitre 8, Paul est transporté par la révélation qu’il reçoit par le  Saint Esprit v33-36.

    Il déclare que l’homme ne peut pas logiquement comprendre les voies de Dieu. La grâce et l’élection ne rentrent ni dans la sagesse, ni dans la pensée de l’homme. Ce n’est cependant pas à l’homme que reviennent toutes choses mais à Dieu.

     

    Paul identifie quelques-unes des voies insondables de Dieu

    1. Dieu donne l’élection à qui il veut v7
    2. Dieu répond à la foi dans le cœur v20
    3. Dieu est un Dieu qui est à la fois sévère et bon v22
    4. Les dons et l’appel de Dieu sont irrévocables v29
    5. Dieu utilise la désobéissance pour mieux manifester sa miséricorde v32

     

    Pour accepter l’enseignement de l’apôtre Paul, l’homme, avec tous ses raisonnements humains, doit s’humilier et reconnaître que Dieu est réellement Dieu.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 12 : VIVRE EN TANT QUE PERSONNE SAUVEE

     

                Avec ce chapitre nous entamons la troisième partie de cette épître qui présente l’essentiel de la révélation reçue par Paul.

    1. Les chapitres 1 à 8 – Paul présente la doctrine du salut par la grâce. L’homme est justifié par la foi et réconcilié à Dieu.
    2. Les chapitres 9 à 11 – le salut de Dieu par la grâce est accessible aux païens comme aux Juifs.
    3. Les chapitres 12 à 15 – Paul explique aux Romains comment, concrètement, un chrétien doit vivre sa vie chrétienne.

     

    LE VRAI DEFI

    Comprendre ce chapitre 12, c’est avant tout comprendre les deux premiers versets. Le reste suit.

     

    VERSET 1

    • Par les compassions de Dieu – pour Paul c’est toujours le point de départ, la grâce de Dieu
    • Je vous exhorte – une expression forte qui pourrait être traduite « je vous implore » montrant l’importance de ce qui suivra.
    • Offrir vos corps – le salut de Dieu entraîne des conséquences directes et concrètes pour le quotidien du chrétien. Le salut appelle à une consécration de sa vie.
    • Un sacrifice vivant saint – le sacrifice « mort » est présenté une seule fois celui « vivant » est offert tous les jours. Offrir son corps, c’est accepter de devenir sanctifié. Ceci est agréable à Dieu – c’est ce que Dieu cherche chez le chrétien.

     

    VERSET 2

    • Ne vous conformez pas au siècle présent – le mot « schematizo » traduit «conformer» parle d’un décalage entre les désirs du cœur et les actes concrets.

    C’est le problème du compromis chez le chrétien – il désir être spirituel mais il est mondain et charnel.

    L’hypocrisie – c’est être sale à l’intérieur avec une apparence spirituelle

     – voir la condamnation des pharisiens par Jésus Matthieu 23:25-28

    Le compromis – c’est être sincère à l’intérieur, mais chercher l’approbation du monde – voir le problème du disciple secret Jean 12:42,43.

    La transformation du chrétien mondain se fait par le renouvellement de l’intelligence

    Ce qui se passe au niveau des pensées déterminera le comportement – Ephésiens 4:22-24

    Le chrétien est appelé à porter le casque du salut qui protège les pensées des mensonges du diable – Ephésien 6:17

    Il est appelé à choisir les pensées qu’il souhaite méditer – Philippiens 4:8

     

    Pour transformer ses pensées il y a trois étapes :

    1. Renoncer à une façon de penser qui n’est pas de Dieu
    2. Découvrir la pensée de la Parole de Dieu qui remplace l’ancienne pensée
    3. Appliquer systématiquement la pensée de la Parole de Dieu à ses propres pensées.

     

    Exemple : Le non pardon. La pensée mondaine c’est la vengeance. La Parole de Dieu appelle le chrétien à pardonner, comme Dieu nous a pardonnés. Chaque fois que des pensées d’amertume surgissent, réaffirmer le pardon de Dieu envers cette personne.  Ephésiens 4:32

    L’intelligence renouvelée est la clé pour connaître la volonté de Dieu

    Les critères pour discerner la volonté de Dieu – savoir ce qui est plein de bonté, qui est agréable à Dieu et qui rentre dans le plan parfait de Dieu.

     

    LE RESTE DU CHAPITRE DÉCOULE DE CES DEUX VÉRITÉS

    Il présente le comportement et l’attitude du chrétien dans 3 domaines :

    1. L’attitude envers soi-même
    2. La qualité de vie chrétienne
    3. L’attitude et le comportement envers les autres

          (Voir le tableau en annexe)

     

    DEUX VÉRITÉS PUISSANTES POUR TERMINER LE CHAPITRE

    1. Verset 20 « amasser des charbons ardents sur sa tête (de ton ennemi) »

    Ceci ne parle pas de jugement ou de malveillance, mais parle d’un moyen de transporter les braises du feu d’un autre pour allumer son propre feu chez soi.

    Amasser des charbons ardents sur sa tête nous parle d’aider notre ennemi à commencer son feu chez lui, un feu qui lui apportera lumière, chaleur et la possibilité de se nourrir. La vérité est, donc, donne à ton ennemi, et tu le gagneras.

     

    2. Verset 21 « surmonter le mal par le bien »

    Pour vaincre le mal, il faut plus de bien – pour vaincre le diable, il faut plus de Dieu – pour vaincre ce qui est négatif, il faut plus de positif – pour vaincre la haine, il faut plus d’amour – pour vaincre la tristesse, il faut plus de louange.

    Le chrétien n’est pas appelé à consacrer sa vie à déraciner le mal, mais à le surmonter par la quantité de bien qu’il produit.

    Exemple : un bain d’eau froide sera transformé bain d’eau chaude non en vidant l’eau froide mais en y ajoutant continuellement de l’eau chaude.

     

    Ce chapitre montre toute la force de l’enseignement de Paul. Ayant reçu une révélation extraordinaire de la grâce de Dieu et la révolution qu’elle produit, ayant amené ses lecteurs dans des moments d’inspiration sublime, Paul revient à la vie, au vécu, au quotidien de chaque chrétien.

     

    Etre sauvé, c’est vraiment vivre autrement !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires