• Le Bon Samaritain 1

    LE BON SAMARITAIN 1 :

    COMMENT INTERPRETER LA PARABOLE ?

    Texte : Luc 10:25-37

    INTRODUCTION

    C'est l'une des plus connues de toutes les paraboles de Jésus. C'est l'histoire puissante d'un homme mourant sauvé par un étranger.

    Il y a plusieurs façons de comprendre cette parabole.

    Sans aucun doute, l'histoire peut être interprétée de façon humanitaire et être le moteur de l'action sociale chrétienne envers des personnes souffrantes de notre société.

    Mais le travail humanitaire est-il le véritable but de Jésus en racontant cette histoire ?

    Pour bien comprendre le sens de cette importante parabole,

    il faut examiner le contexte de la conversation dans laquelle elle apparaît.

    Ce n'est qu'alors que nous pourrons répondre à la question posée à Jésus : " Qui est mon prochain ?

     

    POURQUOI CETTE PARABOLE ?

    La conversation dans laquelle l'histoire apparaît est celle entre Jésus et un juriste, expert de la loi de Moïse.

    L'homme est soucieux de recevoir la vie éternelle et pose à Jésus une question personnelle,

     "Maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle ?" (v25)

    Ce n’est pas la première fois qu’on pose cette question à Jésus.

    Il ne demande pas forcément un débat théologique.

    Il veut l’éprouver mais n’est-il pas aussi à la recherche de réponses pour sa propre vie ?

    Il s'agit d'atteindre le ciel, de recevoir la vie éternelle.

    La réponse est importante car elle aura des conséquences éternelles pour lui, mais aussi pour nous.

    Jésus renvoie la question au juriste, cherchant ce qu’il a compris des Ecritures.

    L'homme répond  au v27 à partir de Deutéronome (6,5) et de Lévitique (19,18).

    La première partie de la réponse est d'aimer Dieu de tout son cœur, son âme, sa pensée et sa force.

    La deuxième partie de la réponse est d'aimer son prochain comme soi-même.

    Si on inverse l’ordre ont fait de la vie chrétienne juste un engagement social.

    Récapitulons, la question est « Comment puis-je recevoir la vie éternelle ? »

    C'est une question essentiellement spirituelle.

    La question n'est pas "Comment puis-je être une bonne personne ?"

    La première partie de la réponse est clairement d’ordre spirituelle : « aimer Dieu ».

    Mais que signifie la deuxième partie de la réponse : "Aime ton prochain comme toi-même" ?

     

    AIMER SON PROCHAIN "COMME SOI-MÊME"

    C'est une déclaration que Jésus reprend de l'Ancien Testament. 

    Dans notre monde chrétien on s'appuie beaucoup sur cette phrase dans l’accompagnement psychologique des personnes qui sont mal dans leur peau.

    Parce que beaucoup de gens souffrent d'une image négative d’eux-mêmes, on passe beaucoup de temps à travailler sur le "aimer comme soi-même".

    Quelqu’un pourrait raisonner :

    « Avant de pouvoir aimer les autres il faut s’aimer soi-même. »

    C’est très à la mode dans nos milieux chrétiens.

    Dans une grande librairie chrétienne que j'ai visitée (à Adélaïde), je n'ai trouvé aucune section sur l'évangélisation mais une double section pour les livres sur améliorer son bien-être :

    Penser de bonnes choses sur soi-même, se voir à travers la Parole de Dieu, perdre du poids avec Jésus, arrêter de fumer avec des versets, bien dans sa tête, bien dans sa peau, être guéri de l'effet des mauvaises paroles ou des mauvaises expériences, voir la vie en rose plutôt que de broyer le noir, s'accepter soi-même, la beauté intérieure, la beauté extérieure, être heureux, découvrir ses dons, être en contact avec son être intérieur, être une femme épanouie, être un vrai homme, ne jamais se croire nul, se regarder dans le miroir et dire : " Je suis une créature si merveilleuse" en citant le Psaume 139 :14.

    Mais avec cette phrase "aimez votre prochain comme vous-même" nous ne sommes pas dans des thérapies de bien-être et d’améliorer son image de soi.

    En fait, cette phrase est la seule de ce genre dans tout le Nouveau Testament.

    Il n'y a nulle part dans le Nouveau Testament un enseignement solide qui dit que nous devons nous aimer nous-mêmes.

    Le seul autre endroit dans le NT qui parle de s'aimer soi-même, ne plaira pas à tout le monde.

     

    PERDRE SA VIE OU LA TROUVER

    Jean 12:25 Jésus dit " Celui qui aime sa vie la perdra " et le mot " vie " pourrait être traduit par " âme " ou " soi ".

    En fait, Paul dit : " Je ne suis rien " (2 Corinthiens 12 : 11) C’est la base de toute vraie humilité.

    Paul, qui se disait " un rien ", disait aussi que tout ce qui semblait avoir de la valeur dans sa vie était "de la boue" (Philippiens 3 : 8)

    Est-ce qu’il était mal dans sa peau ? Avait-il besoin d’un psy ?

    Paul ne voulait pas d'argent pour lui, pas de célébrité, pas de confort, pas de popularité.

    Il ne cherchait pas une femme pour être heureux, ni une maison dans les beaux quartiers, ni une bonne situation, ni un titre de prestige, M. l’Apôtre.

    Il ne voulait qu'une seule chose pour sa vie.

    On le retrouve dans le même passage où il parle de la boue :

    Philippiens 3 :10  "Afin de connaître Christ". Version Colombe : « Mon but c’est de connaître Christ… »

    Paul dit, la plus belle chose que je peux souhaiter a souhaiter à quelqu’un, c’est connaître Christ, connaître son salut, son Royaume, la communion avec lui dans cette vie et dans la vie à venir,

    …alors que signifie la phrase : « aimer son prochain "comme soi-même ?

     

    J'AIME MON PROCHAIN; JE VEUX LE MEILLEUR POUR LUI

    "Aimer son prochain" n'est-ce pas aussi vouloir pour son prochain, qu’il connaisse Christ, son salut, son Royaume et l'éternité avec lui.

    Si nous aimons notre prochain "comme soi-même", ne voulons-nous pas pour lui, comme pour nous, la seule chose qui comptera vraiment pour toute l'éternité.

    C’est comme la santé. D’abord nous voulons une bonne santé pour nous mais nous souhaitons aussi une bonne santé aux autres.

    Je m’aime moi-même – je veux aller au ciel,

    J’aime mon prochain je veux qu’il puisse lui aussi, aller au ciel !

    Donc la réponse de Jésus au docteur de la loi dans l’ordre :

    1. AIME DIEU
    2. AIME-TOI TOI-MEME SUFFISAMMENT POUR ÊTRE AVEC DIEU POUR TOUJOURS
    3. AIME TON VOISIN SUFFISAMMENT POUR QU'IL SOIT AVEC DIEU POUR TOUJOURS

    J’ai rencontré une dame qui était arrêté depuis 6 mois pour dépression pour une rupture sentimentale. C’est son psy qui reconduisait ses arrêts de maladies. Pourtant après 6 mois elle avait toujours sa dépression, ce vide, le cœur brisé.

    Je lui ai demandé: Et ton psy qu’est-ce qu’il fait : « Il prend ma Carte Vitale et me prescrit des médicaments. »

    La mauvaise nouvelle c’est que le mec, il s’est barré, elle est arrêtée depuis 6 mois et c’est vous qui devez payer pour sa dépression !

    Quand avec Denise, j’ai prié avec cette dame, est-ce que j’ai prié que l’homme revienne ? Non. Pourtant cela aurait certainement arrangeait tout le monde. J’ai tellement voulu qu’elle soit libérée, rempli de l’amour pour Jésus, vivre la joie de son salut, la nouvelle naissance, comme je le suis moi !

    Touché par l’amour de Dieu elle disait, à travers ses larmes, « merci Jésus, merci Jésus. »

    Je l’aimais comme j’aime moi-même.

    Cette parabole ne va pas nous conduire vers le sociale.

    Elle nous propulsera vers l’évangélisation et le salut de ceux qui nous entourent.

    Oui, comme j’aspire après le meilleur pour moi-même et que j’aime les gens, je veux le meilleur pour eux…connaître Christ !

     

    « Partager ton témoignage pour toucher les coeursLe Bon Samaritain 2 »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :