• GRACE DE DIEU 1 – LA PLUIE DU CIEL

    (Les messages du dimanche - Vincent Esterman)

     

     

     

     

    Ephésiens 2 :8 « Car, c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. »

    C’est un verset fondamental pour comprendre comment une personne reçoit le salut de la part de Dieu.

    Il y a trois aspects clés dans cette déclaration :

    1. Le salut ne vient pas de nous. Nous ne pouvons pas l’atteindre part nous même. Le salut est le résultat de l’œuvre de Dieu dans le cœur d’un être humain.

     

    1. Le salut est un DON de Dieu. Il est accordé librement par Dieu. Il ne peut être mérité ni gagné. Il n’est pas un dû.

     

    1. Le salut est reçu par la foi. Pour être sauvé l’homme a besoin de répondre à Dieu.

    Si tu veux recevoir de la part de Dieu et apprendre à travailler avec Dieu la notion de GRACE doit être comprise.

    Le mot GRACE est un mot qui peut avoir plusieurs sens :

    Le mot grec traduit « grâce » dans le nouveau testament est le mot « charis ».

    Le premier sens séculier de ce mot

    parlait d’une qualité chez une personne… « Elle se comporte avec une certaine grâce et élégance »

    C’est une qualité qui fait que la personne sorte du lot.

    Dans les médias, ils parlent d’un personnage « charismatique »…ce n’est pas forcément une personne qui parle en langues.

    Le sens de « charis » a ensuite évolué.

    On l’utilisait pour parler de la gentillesse et de la bonté.

    On montrait le « charis » par la faveur et la bonté qu’on manifestait pour le plaisir d’un autre.

    DANS LE SENS BIBLIQUE DE CE MOT

    il y a plusieurs nuances.

    Dans le sens général, il s’agit de toute l’attitude et l’activité de Dieu envers les hommes… « la grâce »

    MAIS ce même mot est utilisé pour parler d’un acte précis de Dieu… « une grâce »

    Il peut y avoir…

    1. Une « œuvre de grâce » C’est Dieu qui agit sur le cœur d’un être humain pour l’attirer à Jésus, et dans sa vie pour le transformer à l’image de Jésus.

                    Nous sommes Son ouvrage. Ephésiens 2 : 4,5,10

    1. On peut être dans un « état de grâce ». On rentre dans cet « état de grâce » par la foi et on peut y demeurer.

    Paul parle de « cette grâce dans laquelle nous demeurons ferme » Romains 5 :2

    1. Ensuite, il y a « la puissance de la grâce » pour exercer le ministère.

    Ce sont les dons et les capacités que nous avons reçu pour servir Dieu                 Ephésiens 3 :7

    1. Et il y a « les paroles de grâce » que nous prononçons pour faire du bien à nos auditeurs et nos interlocuteurs. Ephésiens 4 :29

    Pour comprendre la grâce de Dieu, comment Dieu agit, la Bible nous donne trois images :

    La pluie du ciel,

    un soleil qui brille

    et le vent qui souffle

    LA GRACE DE DIEU COMME LA PLUIE DU CIEL

    Jésus a parlé de cette pluie du ciel dans Matthieu 5 :45

    « votre Père qui est dans le ciel…fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. »

    L’épitre aux Hébreux nous parle de l’effet de cette grâce qui tombe comme la pluie :

    Hé 6 :7 « Lorsqu’une terre est abreuvée par la pluie qui tombe souvent sur elle et qu’elle produit une herbe utile à ceux pour qui elle est cultivée, elle participe à la bénédiction de Dieu. »

    Adélaïde, la ville en Australie où nous habitions, est une ville aux portes du désert australien et connaît souvent des temps de sécheresse.

    Essayer de faire un beau jardin est presqu’impossible. La terre est aride, dure et il est difficile de faire pousser des belles plantes. Dans ces périodes il y a des restrictions d’eau tu ne peux pas arroser ton jardin. L’herbe n’est pas verte. Elle est jaune et rien ne pousse sauf les mauvaises herbes.

    Pour les arracher on n’y arrive pas parce qu’on arrache que la partie visible. Les racines restent dans la terre comme dans du ciment.

    Il y en a ceux qui, excédés, mettent du gazon artificiel, en plastique. Mais cela paraît tellement artificiel que ce n’est pas beau.

    MAIS quand les pluies arrivent enfin tout change. La couleur de l’herbe passe du jaune au vert. Elle commence à pousser. La terre devient souple. On peut la travailler. Les mauvaises herbes sortent facilement. On peut planter toutes les belles plantes et les fleurs apparaissent.

    La pluie du ciel qui tombe d’une façon persistante chasse la dureté de la terre.

    Quand la grâce de Dieu tombe comme la pluie continue du ciel, elle chasse la dureté dans le cœur d’un homme.

    Son cœur devient souple, humble, malléable et réceptif à la semence.

    LE CŒUR DUR

    Jésus a condamné les pharisiens, les responsables religieux de son époque, parce qu’ils avait un cœur dur.

    Ils étaient remplis de jugement. Ils ne manifestaient pas la grâce de Dieu.

    Et sur leur cœur dur ils mettaient le gazon artificiel que tout le monde pouvait voir que c’était du faux.

    Une chose que je ne peux pas supporter c’est des chrétiens qui ont le cœur dur.

    Ils essaient de le cacher avec un amour artificiel. Mais on le voit tout de suite.

    Ceux qui ont le cœur dur aiment critiquer, juger les autres.

    Il n’y a pas la preuve de cette pluie du ciel qui adoucit le cœur.

    MAIS quand il y a la grâce, comme la pluie, c’est l’œuvre de Dieu, cela produit de la bonté et d’une vraie gentillesse et une compassion.

    LES ALLIANCES

    C’était l’ancienne alliance…les 10 commandements qui étaient écrits sur des tablettes de pierres dures.

    Ce n’était que des jugements.

    MAIS la nouvelle alliance, c’est Dieu qui écrit ses lois sur les cœurs

    Ezéchiel a prophétisé Ezech11 :19

    « Je leur donnerai un même cœur et je mettrai en vous un esprit nouveau. J’ôterai de leur corps le cœur de pierre et je leur donnerai un cœur de chair. »

    MAIS si la grâce de Dieu n’agit pas nous resterons avec des commandements sur une tablette de pierre.

    Que notre prière sois « Seigneur, révèle toute dureté de cœur qui est en moi et arrose moi de la pluie du ciel pour que je sois tendre et bon avec tous. »

    JEAN, LE FILS DE TONNERRE

    Jésus a appelé Jean et son frère Jacques, « les fils de tonnerre ».

    Ce n’était pas un surnom mignon.

    Jean était rempli de jugements.

    C’est un choc…Il était tous les jours avec Jésus MAIS ce n’est pas pour cela qu’il n’était pas rempli de jugements.

    Quand un village samaritain a refusé d’accueillir Jésus, Jean pensait que c’était à lui de faire descendre le jugement de Dieu sur tout ce village.

    Luc 9 :54 « Seigneur, veux-tu que nous commandions que le feu descende du ciel et les consume ? »

    Il se prenait pour qui !!! Le prophète Eli ?

    C’était le terroriste chrétien qui voulait tuer ses « ennemis ».

    Il était vexé.

    Parce que son orgueil avait était touché, il était prêt à tuer tous les hommes, les femmes et les enfants dans ce village.

    MAIS les années sont passées et Jean est devenu un autre homme. On l’appelait dans l’église primitive « l’apôtre de l’amour ».

    C’est lui qui a écrit aux chrétiens 1Jean 4 :20

    « Si quelqu’un dit j’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur ; car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ? »

    Il pensait à lui-même, ce qu’il avait été par le passé !

    Comment Jean a-t-il pu connaître un tel changement radical ?

    La grâce, la pluie du ciel a adoucit son cœur dur et insensible.

    Curieusement, dans le début de son Evangile Jean parle de Jésus comme étant la source de la grâce venue du ciel.

    MAIS après ces premières références Jean ne va plus utiliser ce mot « grâce ».

    Il utilise le mot « AGAPE » - l’amour inconditionnel de Dieu.

    Finalement, « grâce » et « agapé » c’est la même chose – c’est un Dieu qui aime et qui communique sa grâce à l’homme.

    Et quand cette pluie tombe, tout devient possible.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique