• La grâce et la puissance de Dieu

    La grâce et la puissance de DieuLA GRACE

    ET LA PUISSANCE

    DE DIEU

     

     

    Jésus est venu comme Sauveur des hommes MAIS c’est seulement avec l’enseignement de l’Apôtre Paul qu’on peut comprendre la révolution qui a été accomplie à la croix.

    C’est une nouvelle alliance qui n’était plus basée sur les 10 commandements et sur la loi de Moïse MAIS sur la grâce de Dieu.

    « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. »

    Ephésiens 2 :8

    C’est notre texte de base pour cette série.

    MAIS si Paul a expliqué le salut par la grâce c’était pour mieux comprendre ce que les premiers chrétiens pouvaient constater.

    arlant de Barnabas en arrivant à la ville d’Antioche,

    « Lorsqu’il fut arrivé et qu’il eut vu la grâce de Dieu, il s’en réjouit et il les exhorta tous à rester d’un cœur ferme attaché au Seigneur » Actes 11 :23

    Il a vu la grâce et cela l’a fortement réjoui. Alors qu’a-t-il vu ?

    v21 un grand nombre de personnes se convertirent au Seigneur

    La grâce de Dieu n’était pas théorique, elle accompagnait les apôtres et leur prédication de l’Evangile

    « Les apôtres rendaient avec beaucoup de force témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus. Et une grande grâce reposait sur eux. » Actes 4 :33

    Alors que se passe-t-il quand il y a une grande grâce sur une personne ?

    L’exemple est d’Etienne…

    « Etienne, plein de grâce et de puissance, faisait des prodiges et de grands miracles parmi le peuple. » Actes 6 :8

    Quand la grâce de Dieu repose sur nous cela ouvre la possibilité de voir agir sa puissance avec des prodiges et de grands miracles !

    Paul qui enseignait la grâce de Dieu voyait lui aussi, se produire des prodiges des miracles

     

    « Ils (Paul et Barnabas) restèrent assez longtemps à Icône parlant avec assurance, appuyé sur le Seigneur qui rendait témoignage à la parole de sa grâce et permettait qu’il se fit, par leurs mains des prodiges et des miracles. » Actes 14 :3

     

    Alors quand il s’agit de miracles il y a 3 possibilités :

     

    Des GRANDS miracles   (Etienne)

    Des PETITS miracles et

    PAS de miracles

     

    Quelle est ma conviction et mon approche par rapport à ces 3 niveaux ?

     

    Premièrement, je n’accepte pas la possibilité de PAS de miracles.

    Si on se résigne à ce qu’il n’y ait pas de miracles,

    la foi est au plus bas et nous ne verrons jamais un Dieu de miracles à l’œuvre.

     

    Si tu as cette conviction que les miracles sont impossibles aujourd’hui, prier pour les malades c’est purement pour la forme, pour leur offrir un peu de soutien moral.

     

    La religion des hommes est une institution qui ne laisse aucune place pour une intervention surnaturelle de Dieu.

    Il n’y que ce que fait l’homme qui compte.

     

    MAIS prêcher les GRANDS miracles me pose également un problème.

    J’ai trop souvent vu des prédicateurs parler des GRANDS miracles mais au bout il n’y a pas grand chose. La montagne accouche d’une souris.

     

    Et là c’est notre crédibilité qui est en jeux.

    MAIS non seulement notre crédibilité mais également celle de l’Evangile parce que si on annonce un Dieu qui fait de GRANDS miracles comme la norme et cela ne se produit pas, alors peut on vraiment avoir l’assurance que Dieu nous ait sauvés.

     

    Quand on prie pour quelqu’un et qu’il se sent mieux, soyons clair… c’est une grâce mais ce n’est pas un grand miracle.

     

    Pourtant les grands miracles existent !

     

    Régulièrement, nous entendons des témoignages venant de différent pays du monde parlant de « grand miracles », même de résurrection de morts.

     

    De temps en temps j’ai vu dans mon ministère ce que je pourrais appeler « un grand miracle ».

     

    En 2002 je suis venu à la Réunion à l’invitation de plusieurs églises pour conduire une mission d’évangélisation en plein air sur le Front de Mer de St Pierre.

    A l’époque il y avait un podium installé près de la plage. Un soir j’ai prié pour les personnes infirmes des jambes et des genoux. Un papy s’est approché péniblement ses genoux bloqués, ses jambes paralysées. J’ai prié pour lui et j’ai marché avec lui et avec chaque pas il était progressivement guéri. Il est parti complètement libéré refusant que les gens l’aident.

     

    Ce même soir j’ai prié pour des jambes plus courtes que l’autre et certaines se sont rallongées pendant que je les tenais. En France quand j’ai raconté cela à un kiné il m’a dit « je n’y crois pas du tout. » Alors je lui ai raconté qu’après que la jambe d’un homme ait été rallongée sa femme a du baisser l’ourlet de la jambe concernée de tout ses pantalons !

     

    MAIS je ne veux pas prêcher cela comme la norme parce que cela reste exceptionnel.

     

    Et on ne peut pas généraliser ce qui est exceptionnel sinon on peut créer beaucoup de déçus …

     

    Je m’attends et je prie pour beaucoup de PETITS miracles. Mais « petit miracle » n’est pas pejoratif. Ce n’est pas sous-estimer ce que Dieu fait.

     

    Ce que j’appelle des PETITS miracles sont ce que Paul appelle « les guérisons » dans 1Corinthiens 12.

    C’est un des dons spirituels.

     

    Une guérison accélère le processus de guérison dans le corps et s’appuie sur la force naturelle de guérison que Dieu a mis dans le corps physique.

     

    Si tu veux voir des petits miracles et la possibilité d’un grand miracle de temps en temps, il faut suivre l’exemple des apôtres dans l’église primitive.

     

    LES TROIS BASES DE LA GUERISON BIBLIQUE

     

    1. Avoir la foi que la grâce de Dieu repose sur toi

    Paul utilise à plusieurs reprises « la grâce qui m’a été donné ». Il en était convaincu.

    Il savait qu’il pouvait compter sur cette grâce de Dieu qui se manifesterait.

     

    Quand les chrétiens prient pour un prédicateur, ils prient souvent qu’il reçoive l’onction. Ca part d’un très bon sentiment. Mais ce n‘est pas nécessaire.

     

    Je n’ai pas besoin qu’on prie que je reçoive l’onction. Je suis convaincu qu’une grâce m’a été donnée.

    Si je ne suis pas convaincu de cela j’exerce le ministère dans le doute.

     

    1. Annoncer l’Evangile, la parole de grâce

    « le Seigneur, qui rendait témoignage à la parole de sa grâce » Actes 14 :3

    La puissance de Dieu est un témoignage d’une parole. S’il n’y a pas de parole, un témoignage ne vaut rien.

     

    C’est comme les catalogues publicitaires que nous recevons dans nos boîtes à lettres. Ils montrent  la photo d’un article en vente dans un magasin. Mais la photo n’est pas l’article, elle révèle l’article.

     

    S’il y avait guérison mais pas de salut ce serait d’avoir le catalogue mais pas l’article en magasin.

     

    Si Dieu peut guérir c’est parce qu’il peut sauver.

    S’il pouvait seulement guérir, tout le monde est en sursis parce qu’un jour ou l’autre celui qui est guérit devra mourir.

     

    La guérison au nom de Jésus doit nous conduire au message du salut.

     

    1. Imposer les mains aux malades

     

    Quand un malade vous demande de prier pour lui, que fais tu ?

     

    Tu lui dis d’accord et dans tes moments personnels avec le Seigneur tu pries pour ton ami.

    MAIS ce n’est pas comme ça que les miracles se produisaient dans les Actes des Apôtres.

     

    « Ils (Paul et Barnabas) restèrent assez longtemps à Icône parlant avec assurance, appuyés sur le Seigneur qui rendait témoignage à la parole de sa grâce et permettait qu’il se fit, par leurs mains des prodiges et des miracles. » Actes 14 :3

     

    C’est l’imposition des mains des apôtres qui était la clé des miracles.

    Alors je dirais à mon ami, viens ici, ferme tes yeux et je t’imposerai les mains et je prierai AVEC toi et non POUR toi.

     

    LA QUESTION DE L’IMPOSITION DES MAINS SOULEVE LA DIFFERENCE ENTRE LA GUERISON PRATIQUEE PAR LES GUERISSEURS ET LE NEW AGE ET LA GUERISON CHRETIENNE BASEE SUR LA BIBLE

     

    En tant que chrétiens nous voulons pratiquer la guérison du malade selon Jésus et les apôtres.

     

    Les différences :

     

    Le New Age parle « d’énergies »

    La Bible ne parle pas « d’énergies » mais de la puissance de Dieu

     

    Le New Age dit que c’est la personne qui guérit

    La Bible dit que c’est Dieu qui guérit

     

    Le New Age dit que le don est dans la personne qui pratique

    La Bible dit que la guérison chrétienne est un don de Dieu communiqué au malade par le Saint Esprit uniquement par le nom de Jésus.

     

    Le New Age impose les mains pour transmettre la guérison

    La Bible dit d’imposer les mains comme acte de foi et d’obéissance pour que Dieu guérisse.

     

    Le New Age a diverses explications pour « les énergies » mais ne précise pas leur source spirituelle.

    La Bible dit que la source spirituelle de la puissance de Dieu est le Saint Esprit

     

    Le New Age dit « si ca fait du bien ça doit être bon »

    La Bible dit que si la source spirituelle n’est pas le Saint Esprit elle ne peut être que « l’ange de lumière », personnage dans lequel le diable se déguise. (2Co11 :14)

     

    Il est important pour nous chrétiens, qui se basent sur la Parole de Dieu, de ne pas tout confondre.

    Nous suivons les directives de la Bible. Nous ne sommes pas des guérisseurs.

     

    Nous avons à plusieurs reprises vu de belles guérisons dans notre assemblée. Une plus belles …

     

    Un homme est venu dans notre réunion à St Gilles. Il n’était pas chrétien. Il avait passé la plupart de sa vie à ne pas croire en Dieu. Mais il se posait quand même des questions. Il souffrait énormément de sa jambe. Les douleurs qui descendaient dans sa jambe étaient tellement intenses qu’il a du arrêter toute activité sportive. Il avait une petite entreprise de bâtiment mais il y avait des jours où il ne pouvait pas aller au travail tellement qu’il souffrait. Il avait été suivi par les meilleurs spécialistes sur l’île mais la médecine n’avait rien pu faire pour lui. Il était désespéré. Lors de la première réunion il a entendu l’Evangile du salut en Jésus Christ, touché dans son cœur et à la surprise de ceux qui l’accompagnait, il a donné sa vie au Seigneur. Mais les douleurs persistaient. La deuxième réunion auquel il a assisté nous lui avons imposait les mains au nom de Jésus une nouvelle fois. Et là le Seigneur a rendu témoignage du salut par un beau miracle. Il a été entièrement libéré et il a pu reprendre son boulot très physique et ses activités de vélo avec plus aucune douleur.

     

    C’est comme cela que la grâce de Dieu et la puissance de Dieu fonctionne ensemble.