• CHERCHER L’AME PERDUE

     

    Texte : Jean 1:40-46  (noter le mot « rencontrer » ou « trouver » dans la lecture)

     

    INTRODUCTION

    V41 André a rencontré son frère Simon et l’a conduit à Jésus

    V43 Jésus a rencontré Philippe – copain à André et Simon

    V45 Philippe a rencontré Nathanaël et l’a amené à Jésus

     

    Ce sont les premiers disciples, les premiers qui suivront Jésus et cela commence par une personne qui rencontre une autre personne.

    André a rencontré Simon, Jésus a rencontré Philippe, Philippe a rencontré Nathanaël.

    Tu peux ajouter ton nom a la liste. Il y a eu probablement une personne qui t’a rencontré et qui t’a amené à Jésus. Sinon, c’est Jésus lui-même qui t’a cherché comme ce fut le cas pour Philippe.

     

    C’est la stratégie de Dieu pour répandre son salut : UNE PERSONNE RENCONTRE UNE AUTRE PERSONNE

     

    Pourquoi Jésus, est-il venu sur la terre ?

    Il a guéri mais il n’est pas venu pour cette raison.

    Il a délivré les opprimés des démons mais il n’est pas venu pour cette raison.

    Il a enseigné le Royaume de Dieu à la foule mais il n’est pas venu non plus essentiellement pour cette raison.

     

    Jésus nous le dit lui-même dans Luc 19 :10

    « Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu »

     

    Cette déclaration vient à la fin de la rencontre avec Zachée.

    Question : Zachée a-t-il cherché Jésus, ou Jésus a-t-il cherché Zachée ?

    Zachée (comme beaucoup d’Européens d'ailleurs) était curieux mais pas demandeur. Il voulait voir à distance sans se mouiller.

    C’est Jésus qui est allé le chercher dans son arbre. Zachée est l’exemple classique où le Fils de l’homme est venu « chercher et sauver ce qui était perdu »

     

    LE BOITEUX A LA PISCINE DE BETHESDA

    Dans Jean 5 un homme paralytique est guéri par Jésus miraculeusement. Mais il y aura une deuxième rencontre entre Jésus et cet homme. La première était pour la guérison mais la deuxième était pour le salut.

    Jean 5:10-14

    V14 Jésus le « trouva » dans le temple. Ce mot pourrait donner l’impression d’une rencontre par hasard.

    Ce n’est pas du tout le cas. Le mot « trouva » utilisé dans le texte n’est pas le mot utilisé pour une rencontre fortuite mais une rencontre suite à une enquête bien menée.

    Nous pouvons imaginer Jésus qui envoie ses disciples à la piscine de Bethésda se renseigner d’où venait l’homme que Jésus avait guéri.

     

    L’HOMME AVEUGLE

    Nous avons un deuxième exemple qui ressemble beaucoup à ce qui s’est passé avec le paralytique. L’homme aveugle est guéri par Jésus mais il y aura une deuxième rencontre qui le conduira au salut.

    Jean 9 :35-38

    V35 Jésus trouve l’homme

    Une nouvelle fois Jésus retrouve un homme ayant mené une enquête. C’est le même mot utilisé qu’en Jean 5.

     

    Illus.   Pasteur à Evry en région parisienne, de temps en temps j’étais invité à assister à l’inauguration de nouveaux locaux pour une université qui s’installait dans la ville. J’y allais dans le but de rencontrer des personnes bien placée dans la société. Un soir d’inauguration je me suis trouvé dans une grande salle où 1000 personnes étaient présentes. En parlant avec quelqu’un que je connaissais j’aperçois une femme blonde s’est approchée de moi et s’est arrêtée à ma gauche. Elle commence à se pencher vers moi. J’étais mal à l’aise et je me demandais ce qu’elle faisait. J’ai demandé à la personne avec laquelle je parlais si elle la connaissait. Non. Elle est partie. Ouf !  15 minutes plus tard je parlais avec quelqu'un de la Chambre de Commerce et la femme blonde est revenue et m’a fait le même coup. Je me suis demandé ce qu’elle faisait. Tout à coup j’ai compris. Elle m’avait certainement vu sur la place publique avec mon tableau d’animation racontant mes histoires et se demandait qui j’étais. Elle essayait de lire mon nom écrit en petit sur le badge. Je me suis dit, « zut, c’est une occasion de loupée.  Comment la retrouver dans la foule ? » Idée ! Je me mettrai à côté de la table du buffet. Tout le monde passe et repasse. Ils ne viennent pas tellement pour les speechs mais plutôt pour le buffet somptueux ! J'ai eu raison. Je l’ai vu s’approcher je me suis dis « comment commencer une conversation avec une blonde ? » Je me suis lancé avec la première chose qui m’est rentré dans la tête. « Est-ce qu’on se connait ? Oui, je vous au vu dans l’Agora devant un tableau. » Son nom était Claire et elle m’a dit qu’elle ne croyait pas en Dieu. Je lui ai répondu « mais Dieu croit en vous, Claire. Jamais vous n’avez pensé ce matin en vous levant que vous parlerez avec un pasteur. » Pendant 20 minutes je lui ai parlé de l’amour de Jésus pour elle et elle a été touchée. Mais ce n’est pas terminé. Quand on cherche il faut chercher. « Claire, j’aimerais vous inviter à un concert Gospel que j’organise mais je n’ai pas d’invitation sur moi. Où est-ce que je peux vous l’envoyer ? Ici, à mon travail à l’université. » J’ai noté son adresse sur mon calepin. Le lendemain à mon bureau je lui ai envoyé une invitation avec un petit mot. Malheureusement elle n’est pas venue et je ne l’ai plus revue mais j’ai quand même cherché cette dame blonde.

    On ne va pas réussir chaque fois mais on ne trouvera personne si on ne cherche pas.

    Chercher c'est ça, ni plus ni moins !

    Et c’est par ce moyen qu’une personne peut être sauvé.

     

    LES PARABOLES

    Jésus nous a donné plusieurs paraboles où il s’agit de chercher et de trouver des hommes.

     

    LA BREBIS PERDUE  - Luc 15

    Le berger qui ne peut accepter qu’il ait perdu cette brebis. Il va à sa recherche jusqu’à ce qu’il la trouve.

     

    LA PIECE PERDUE  - Luc 15

    La femme cherche avec détermination. La pièce a une grande valeur pour elle. Il faut qu’elle la retrouve. Elle cherche et elle trouve.

    C’est une image de Dieu qui cherche et trouve les hommes

     

    LES NOCES – Matthieu 22

    Les invitées ne veulent pas venir au festin. Le roi appelle ses serviteurs

    Matthieu 22:9,10 « Allez donc dans les carrefours et appelez aux noces tous ceux que vous trouverez. Ces serviteurs allèrent dans les chemins rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, méchants et bons, et la salle des noces fut pleine de convives. »

    Les méchants et les bons, on les prend tous !

     

    STEPHANIE

    Un mois de juin à Paris, j’ai rencontré devant mon tableau une jeune fille de 17 ans, Stéphanie. Nous avons bien parlé et dans la conversation elle m’a posé beaucoup de questions sur Dieu. Dans la semaine qui a suivi j’ai reçu une lettre de Stéphanie par laquelle elle me posait les mêmes questions. J’ai pris le temps pour bien répondre et j’ai envoyé mon courrier espérant qu’une communication régulière s’installerait. J’ai attendu son deuxième courrier mais il n’est pas arrivé. J’ai senti son cœur touché et je ne voulais pas l’abandonner. Pendant 5 mois je l’ai invité à de nombreuses reprises à des soirée jeunes, à des concerts, à des matinées visiteurs, chaque fois en lui envoyant un petit mot par la poste. Mais je n’ai reçu aucune réponse de sa part pendant tout ce temps. Juillet, août, septembre, octobre, novembre…rien !

    En novembre j’organisais un concert Gospel à l’église et j’ai pensé à Stéphanie. Pour une n-ième fois je lui ai envoyé un mot avec l’invitation. Manque de chance cette semaine-là, la poste a fait grève mais, à ma grande surprise, une lettre est quand même arrivée dans ma boîte à lettres… elle venait de Stéphanie. Dans son courrier elle me remerciait pour toute l’attention que je lui portais et elle m’a expliqué tous les problèmes qu’elle avait connus les derniers mois. Sa foi en Dieu était faible mais elle voulait se confiait à lui. Elle m’a dit combien elle aimait la musique Gospel et qu’elle allait essayer de venir au concert le lendemain. Cette lettre m’a fait tellement chaud au cœur !  

    Le lendemain, soir du concert, j’étais dans l’entrée de l’église. Je saluais tout le monde mais je ne les voyais même pas. Je cherchais un seul visage. Et je l’ai vu, venant de l’obscurité du parking. Elle était accompagnée de sa mère et sa sœur. « Bonsoir Stéphanie. Je suis très heureux de te revoir. Bonsoir, Madame. Entrez et prenez place. » Elles se sont assises contrer le mur sur ma droite. Le concert était superbe. A la fin, j’ai fait un appel pour ceux qui voulaient donner leur vie à Jésus. La première main qui s’est levée était celle de Stéphanie. S’étant avancée à l’appel, j’ai pu la prendre par les épaules et la conduire à Jésus.

    Les paroles de Jésus à la fin de l’histoire de Zachée me sont revenues avec force…

    « Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui est perdu »

     

    André a cherché Simon

    Jésus a cherché Philippe

    Philippe a cherché Nathanael.

     

    Chercher n’est pas compliqué. C’est aller avec l’amour de Dieu dans son cœur, vers une personne et avec la grâce de Dieu, l’amener à Jésus.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • GAGNER DES AMES AVEC LE SAINT ESPRIT

     

    Texte :   Jean  6 :37-44

     

    INTRODUCTION

    L’évangélisation aujourd’hui pose deux problèmes :

    1. Pour tout l’effort il n’y a pas beaucoup de résultats
    2. Les chrétiens ne s’enflamment pas trop pour l’évangélisation

     

    Les chrétiens ont tendance à fuir l’évangélisation pour plusieurs raisons :

    1. La déception et le découragement au niveau répondant
    2. L’approche produit des tensions dans les relations – c’est une approche de confrontation qui met tout le monde mal à l’aise.
    3. L’obligation et la culpabilité
    4. La crainte d’être rejeté par l’autre

     

    Pour être libéré de ces poids et trouver l’efficacité il est indispensable de comprendre deux choses :

    1. Quel est le rôle du Saint Esprit dans la conversion d’une âme à Christ
    2. Quel est notre rôle dans sa conversion.

     

    LE PROCESSUS DE LA CONVERSION

    La conversion n’est pas un événement isolé dans une vie mais un processus dans lequel il y a plusieurs étapes.

     

    Nous pouvons tracer les 4 étapes de la conversion dans les deux versets  Jean 6 :37 & 44

     

    1. V37 « Tous ceux que le Père me donne »

    Le point de départ du salut est le libre choix de Dieu.

    C’est difficile de comprendre humainement mais cela s’appelle "la grâce" et "l'élection". 

    La grâce n’est pas un dû. C’est un don gratuit. Et Dieu décide à qui il la donnera

     

    Le peuple élu de Dieu est un peuple qui ne s’est pas auto-proclamé. Il est un peuple naît d’un choix de Dieu.

     

    Nous sommes dans le grand débat de la souveraineté de Dieu quand il s’agit du salut – la prédestination

    Dieu est libre de faire son choix mais il ne le fait pas d’une façon arbitraire.

     

    Le mot « prédestinée » est un mot biblique utilisé par l’apôtre Paul. Mais ce mot n’est pas au début du processus du salut.

    Regardons Romains 8 :29,30

    Le processus commence par « Ce qu’il a connu d’avance » - la préscience de Dieu.

     

    Dieu a une dimension de connaissance qui nous échappe complètement.

    NOUS – nous connaissons le passé et le présent

    DIEU – il connait le passé, le présent ET l’avenir

     

    Dieu voit dans le futur comment une personne va répondre à sa grâce et en fonction de ce qu’il, voit, il fait son choix de la personne.

    C’est parce qu’il connait d’avance, que Dieu choisit une personne

     

    Jésus l’a exprimé de cette façon en Jean 15 :16

    « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, mais moi je vous ai choisis… »

    Il ne faut jamais oublier que le salut ne vient pas d’un homme ou d’une institution religieuse mais de Dieu.

     

    LE VERSET CLE POUR COMPRENDRE LE ROLE DU SAINT-ESPRIT EST JEAN 6 :44

     

    2. V44 Le Père attire la personne à Jésus.

    • Le Saint Esprit commence à toucher le cœur
    • Il travaille les pensées
    • Il utilise les circonstances
    • Il provoque des rencontres avec ceux qui ont la foi
    • Il peut intervenir surnaturellement

     

    3. Avec l’action du Saint-Esprit, la personne garde toujours sa responsabilité – elle doit « venir » à Jésus

    C’est la réponse personnelle au travail de Dieu dans son cœur.

    L’homme reste responsable pour ses choix à lui.

    Il garde son libre arbitre.

    Il peut encore refuser ce que Dieu fait dans son cœur par amour de son péché ou du monde.

    A lui de se décider de suivre Jésus et de se détourner de sa propre voie.

     

    4. V37 « Je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi »

    Jésus le reçoit et lui accorde le salut.

    Il ne doit pas réfléchir. Il reçoit toujours, la paix dans le cœur et le pardon du péché

    C’est une nouvelle naissance – il devient enfant de Dieu

    Illus.  J’ai fait la connaissance d’un homme non chrétien, Raoul de prénom, dont la femme était chrétienne et fréquentait notre assemblée en Australie. Il n’était pas contre que sa femme et ses deux fils viennent à l’église. En fait, il les amenait à l’église tous les dimanches. Un jour j’ai rencontré Raoul dans la rue et nous avons discuté : Pourquoi ne viens-tu pas avec ta famille ? Il m’a répondu : « Je crois en Dieu mais je ne peux pas accepter qu’il aime l’homme. Il l’a créé sachant qu’il irait en enfer. » Impossible de lui faire changer d’avis. Peu de temps après cette conversation Denise et moi, nous sommes partis en voyage en France pendant 6 semaines. Au retour j’ai posé la question aux anciens de l'église : « Alors, quelles sont les nouvelles ? » Bonnes ! Raoul s’est converti. Non. Oui !  (J’étais sceptique vu la conversation avec lui) A Jésus ?! Oui. Dimanche suivant je vois Raoul arriver avec sa famille. Pendant la louange il lève les mains. A la fin de la rencontre je lui ai dit « Qu’est-ce qui s’est passé ? » Il m'a expliqué qu'une nuit il a fait un songe où il a vu le visage de Jésus très triste et qui le regardait. Après quelques secondes le visage s’est détourné de lui. Il s’est réveillé et il savait que c’était sa dernière chance. Alors il s’est levé, s’est mis à genou et a donné sa vie à Jésus.

    J’étais content et heureux pour lui, mais je l'avoue, j'étais frustré! ! Moi, je m’esquintais à essayer de le convaincre sans le moindre progrès. Et le Saint Esprit lui donne un songe et c’est bon.

    On retrouve les 3 étapes dans la conversion de Raoul :

    1. Le Père l’a attiré à Jésus par un songe - avec lui il fallait les gros moyens!
    2. Raoul a répondu à ce que Dieu faisait
    3. Jésus n’a pas discuté. Pas si vite…  Non, il l’a immédiatement accepté.

     

    LA CLE D’UNE CONVERSION EST LE TRAVAIL DE DIEU DANS LE CŒUR 

    Ce qui se passe dans le cœur décide tout le reste chez l’homme

    Illus. Dans sa jeunesse, mon plus jeune frère soignait son look : voiture de sport, lunettes de soleil, cheveux un peu long. Un jour ma mère lui dit : Philippe va chez le coiffeur. Mais il ne voulait pas.

    Maman a insisté alors sous pression et en reculant, il est allé chez le salon de coiffure. Mais, il y avait une jeune coiffeuse là et était belle et très sympa. Quand mon frère est rentré, Maman était satisfaite. Mais le lendemain Philippe s’est regardé dans la glace et il trouvait qu’elle n’avait pas suffisamment coupé. Alors il est retourné en courant au salon de coiffure, cette fois avec une rose. Pour la petite histoire ils se sont mariés et ils ont fait beaucoup d’enfants!

    Ce qui ce passe dans le cœur décide finalement, ce que vont faire les gens.

    Ce principe fondamental pour la vie est également vrai pour comprendre la conversion.

     

    QUEL EST DONC LE ROLE DU SAINT ESPRIT ET QUEL EST NOTRE ROLE ?

    1. Quel est le rôle du Saint Esprit? 

    Le Saint Esprit travaille et adouci le cœur pour attirer la personne à Jésus.

    C’est un travail intérieur que nous ne pouvons pas faire.

    Si nous essayons de faire ce travail – il y aura pression, stresse - nous deviendrons frustrés, découragés, critiques et nous risquerons de briser les bonnes relations que nous avons avec les gens

    Le travail du cœur est le travail du Saint Esprit.  Si nous essayons de changer les cœurs à sa place le témoignage sera pour nous un grand fardeau.

     

    2. Quel est notre rôle ?

    Deux choses

    • Découvrir ce que le Saint Esprit fait dans le cœur de la personne.
    • Là où il y a des signes que le Saint Esprit attire la personne à Jésus, d’aider la personne à comprendre le chemin du salut présenté dans la Bible

    Illus. On dit que je suis un commercial et je vends l’Evangile au gens. MAIS moi, je ne vends rien du tout. Je me vois plutôt comme sage-femme. Si une femme enceinte vient à l’hôpital, la sage-femme va l’aider à accoucher de l’enfant. La sage-femme n’a pas mis l’enfant dans le ventre de la future maman. Le père s’en est occupé. Mais elle comprend ce qui se passe et accompagne la femme dans l’accouchement : « Allez pousse, pousse, et il vient ». Cependant, si une femme arrive en clinique mais elle n’est pas enceinte, la sage-femme peut dire « pousse, pousse » mais il n’y aura pas de bébé!

     

    Illus. J’étais en visite dans une église sur la côte est de l’Australie, une région où il y a de très belles plages. J’ai demandé au pasteur de me prêter une canne à pêche et tôt le matin je suis allé à la pêche. J’étais jusqu’à ma taille dans l’eau. Il était 6 heures du matin. J’ai pris un premier poisson, puis un second, puis un troisième. J’étais heureux. A cette heure-là du matin il y a toute une population qui se promène le long des plages. Et voilà qu’un vieillard me regardait en train d’attraper mes poissons. C’était plus fort que lui. Il voulait les voir de près. Alors il est venu jusqu’à moi dans l’eau. « Tu peux me montrer tes poissons. Oh ils sont beaux. » La conversation a commencé. Je lui ai posé la première question : « Vous êtes ici en vacances où est-ce que vous habitez ici en tant que retraité. Je suis retraité en vacances ! Vous venez d’où. D’Ipswich. Ipswich ?

    J’étais pasteur à Ipswich pendant 6 ans. Est-ce que vous avez lu dans les journaux qu’une église a acheté la fonderie dans la ville et l’a transformée en église ? Oui. Eh bien, c’était moi le pasteur qui a conduit cette opération. Ah, bon. Est-ce que vous êtes un homme croyant ? Er, er, oui, j’étais anglican mais ma mère a changé alors on est devenu des presbytériens. » Tout cela était très loin !

    Je l’ai invité à venir à la réunion que j’animais dans la ville. Et il m’a répondu : « Merci mais je n’aurai pas le temps.  (un retraité en vacances qui n’a pas le temps ? !) Il montrait aucune sensibilité à Dieu.

    Je ne pouvais rien faire de plus. Alors je lui ai dit « passez de bonnes vacances et à la prochaine ».

    Ma responsabilité devant Dieu se terminait là pour le moment.

    MAIS imaginez si ce vieillard se promenait en se posant des questions sur la vie et la mort. Ses amis disparaissent un à la fois. Imaginez qu’il disait ; « Dieu, si tu es vrai, donne-moi un signe. Tiens, ce pêcheur vient de prendre un poisson. » Alors dans de ce cas de figure mon rôle prend une tout autre dimension.

     

    PIERRE ET CORNEILLE

    Actes 10 :1-8

    Corneille, un officier de l’armée romaine est travaillé par le Saint Esprit depuis un certain temps.

    Dieu allait l’attirer à Jésus en lui envoyant un ange pour le mettre en contact avec Pierre pour entendre l’Evangile et être sauvé.

    Dieu a quand même utilisé les grands moyens pour lui !

     

    Le problème, c’est que Pierre, de son coté, n’était pas du tout disposé à essayer de gagner cet homme à Jésus.

    • D’abord, Corneille n’était pas juif et Pierre pensait que seuls les juifs pouvaient être sauvés.
    • Ensuite, Pierre voit cet officier comme un soldat de l’armée d’occupation qui a envahi son pays.

    Si Pierre le croissait dans la rue, habillé en uniforme d’officier, il aurait totalement ignoré le travail de Dieu dans son cœur.

     

    Si Corneille croissait Pierre dans la rue, il n’aurait jamais soupçonné que ce vieux barbu de marin pêcheur juif avait les paroles de la vie éternelle qu’il recherchait.

    Dieu a du préparer chacun pour ce rendez-vous.

     

    Quand je me promène dans les rues, je me demande combien de Corneille suis-je en train de croiser sans le savoir?

    Ce serait beaucoup plus facile si chaque Corneille portait un badge « Je m’appelle Corneille ». Mais ce n’est pas le cas.

     

    Alors je me promène avec mon thermomètre spirituel et les gens que je croise je leur dis : « ouvrez la bouche, SVP.  Bon, merci, bonne journée. » Mais si le thermomètre spirituel indique une recherche spirituelle, je leur dis : « Ah, allons boire le café, parlons. »

    Je gratte la surface pour voir ce qu’il y a à l’intérieur.

     

    Quand je travaille avec ce que fait le Saint Esprit, le fardeau de l’évangélisation est remplacé par une aventure passionnante de découvrir l’œuvre du Saint Esprit dans les coeurs.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • OUVRIR LE CŒUR DU NON CROYANT

     

    Texte : Apocalypse 3:20  ;  Luc 11:5-10

     

    INTRODUCTION

     

    Dans le passage de Luc

    Un homme s’est enfermé chez lui avec toute sa famille derrière une porte fermée

    Il a prévu d’y rester toute la nuit mais un ami viendra et essayera de lui faire ouvrir la porte de sa maison.

     

    L’ami essaie plusieurs approches

    1. L’amitié
    2. La compassion – un homme a faim
    3. Enfin, l’importunité – « si tu n’ouvres pas la porte je frapperai toute la nuit. Personne ne dormira, mauvaise journée pour tous demain »

     

    Quand quelqu’un a fermé sa porte – certaines approches ne réussiront pas à l’ouvrir mais si on trouve la bonne, la porte fermée s’ouvre.

     

    LES 7 CHOSES QUI REFERMENT LES GENS AUJOURD’HUI

     

    Ce n’est pas pour les apprendre mais pour les identifier et les éviter !

     

    1. UN PARLER RELIGIEUX

    Les chrétiens témoignent à partir de leurs vérités bibliques : Jésus t’aime, Il est mort sur la croix pour toi, Il veut être ton ami, La Bible dit que

    Tout cela peut sonner comme du catéchisme – un système de croyances qui tombe sur une personne.

     

    2. UN PARLER MORALISATEUR

    C’est faire la leçon aux gens. Ce qu’ils doivent et ne doivent pas faire.

    La conviction de détenir la vérité produit beaucoup de jugements.

    Exemple : Certains évangéliques voit le SIDA comme la punition de Dieu pour la perversion sexuelle. Le monde réagit en disant que nous devons tout faire pour trouver le remède pour toutes ces pauvres personnes qui souffrent. Laquelle des deux attitudes serait l’attitude de Jésus ?

     

    3. L’IMPRESSION D’INTOLERANCE

    Lors d’une convention de jeunes en Norvège, un grand jeune homme blond m’a posé la question : “Que pense-tu de l’homosexualité ?”. J’ai compris qu’il me tendait un piège, pour voir mon niveau d’intolérance. Voici comment j’ai répondu : « Je respecte la liberté d'un individu de faire des choix sexuels, une liberté que donne notre société, comme je demande aux autres qu’on respecte ma liberté de faire des choix chrétiens. Cependant, la nature nous enseigne que pour la reproduction c’est toujours mâle et femelle. Donc, c’est contre nature. Pour ce que je crois moi, il faut lire Romains 1 »

    Il a été désarmé par ma réponse.

     

    4. LA TENSION

    Quand il y a débats, polémiques, discussions, d’accord pas d’accord, les cœurs se ferment et nous pouvons perdre les relations.

    Illus. Quand certains étudiants devant la fac de Jussieu à Paris où j’évangélisais avec un tableau d’animation s’opposaient à moi, je leur tendais la main et je leur disais : « Tu t’appelles comment ?  Aujourd'hui, je me suis fais un ami. ». Chaque fois il me serraient la main avec le sourire.

     

    5. DES EXPLICATIONS THEORIQUES

    Expliquer pourquoi Jésus est mort sur la croix n’est pas simple. Il faut presque faire un résumé de l’Ancien Testament pour bien l’expliquer. J’aime utiliser l’image d’une flèche venue du ciel qui a atterri à Jérusalem portant un message de la part de Dieu.

    Dans les traités évangéliques on essaie d’expliquer de la Genèse à l’Apocalypse.  Mais l’Evangile n’est pas essentiellement une explication mais une invitation:  « viens ». Les explications peuvent devenir compliquées, lourdes et même ennuyeuses si c’est notre première approche. La connaissance viendra plus tard.

     

    6. COMMENTER L’ACTUALITE

    Tout le monde est gavé des infos et des images de l'actualité à la télé et sur internet.

    Les chrétiens n’ont pas la même vue sur le monde que les non croyants que ce soit le conflit Israëlo-Palestinien, l’avortement, la politique droite-gauche. Les discussions sur l’actualité ne conduisent généralement pas vers le spirituel.

    Même si on est d’accord le niveau reste très superficiel.

     

    7. LE TEMOIGNAGE PERSONNEL TROP EXTREME

    Les chrétiens ont une réaction différente du non croyant par rapport à des témoignages chocs.

    En écoutant le témoignage d’homme : « j’ai tué 1 homme, violé 5 femmes, dévalisé 10 banques, passé 30 ans en prison mais Jésus m’a sauvé » Le chrétien crie : ouais ! Le non croyant : tu fréquentes un drôle de monde. !

    Lors d’une convention en Australie, j’ai entendu un prédicateur américain, devant une salle pleine, témoigner d’avoir vu un ange qui faisait un mètre de hauteur, habillé en tutu rose qui dansait sur son lit pendant la nuit. Le chrétien crie : Alléluia ! Le non croyant pense : mais qu’est-ce qu’il fume, celui-là ?! Si tu es un chrétien qui voit des anges en tutu rose, gardez cela pour vous, ce ne sera pas très utile en voulant ouvrir le cœur de la personne !

     

    LES 7 CLES QUI OUVRENT LE CŒUR DU NON CROYANT

     

    1. LA BONTE ET LA GENTILLESSE

    La bonté et la gentillesse se retrouve dans la liste des 9 fruits du Saint Esprit  Galates 5 :22

    La gentillesse est également l’expression de l’amour dans 1Corinthiens 13

    Dans 2Timothée 2 :23-26 Paul dit à Timothée qu’il peut même retourner ses ennemis en étant « affable ».

     

    Illus. Un missionnaire occidental en Chine avait beaucoup de mal à parler avec les chinois. Il parlait très mal le chinois et il trouvait les gens très méfiants. Un jour pendant qu’il se promenait il a vu un homme tirant une charrette. Il avait beaucoup de mal à traverser un pont sur la rivière avec sa charrette chargée. Spontanément il s’est mis à pousser la charrette et à aider le chinois à passer de l’autre coté. De l’autre coté quelque chose d’extraordinaire s’est produit…le chinois lui a fait un grand sourire et l’a remercié. Le missionnaire était très étonné de ce bon contact. Alors tous les jours il se mettait à coté de se pont et il aidait tous ceux qui venaient avec une charrette chargée ramassant aussi le fruit et légumes qui tombaient. L’efficacité de son ministère a commencé à coté de ce pont.

     

    Illus. Mon beau-père avait toujours été anti église. Quand Denise, mon épouse, s’est convertie à l’âge de 13 ans, il a dit qu’il ne voulait pas sa fille dans l’église. Quand sa fille a présenté un jeune pasteur comme son futur mari, ce n’était pas la grosse chaleur. Il est quand même venu au mariage, mais en reculant, et en plus il y avait 700km à faire. Nous avons eu une cérémonie de mariage bien pentecôtiste avec de la louange, des prophéties, une prédication et l’imposition des mains. Les photos de la cérémonie montrent dans l’auditoire beaucoup de mains levées louant Dieu mais au 2ème rang les visages étaient fermés. Après la cérémonie et pendant le buffet, tout le monde est venu féliciter mon beau père et lui serrer la main. Il croyait avoir remporter des élections ! Le lendemain dans la voiture sur le chemin du retour, il a dit à ma belle mère « Si j’habitais cette ville j’irais dans cette église ». Qu’est-ce qu’il l’a retourné ? Ce n’était pas la cérémonie mais la bonté et la gentillesse.

     

    Illus. Dans notre église en Australie il y avait une dame qui avait compris ce principe. Elle était redoutable au niveau de bonté et de la gentillesse : coup de fil, carte d’anniversaire, courrier, invitation à dîner, invitation à prendre le café, visite à l’hôpital, gâteaux, cadeaux. Tous les moyens étaient bons. Elle était personnellement responsable pour entre 30 et 40 personnes converties et dans l’église. Son outil principal ? La bonté et la gentillesse.

     

    2. LA SINCERITE 

    Le non croyant doit nous voir comme des gens vrais, profonds, courageux. C’est d’autant plus important parce que la société associe aller à l’église à l’hypocrisie.

    Les gens ont tellement l’habitude de l’intérêt personnel

    Illus.  Quand nous étions jeunes mariés je suis allé une fois avec Denise quand elle voulait s’acheter une robe. Elle en a essayé une avec la vendeuse en extase « Ca vous va parfaitement etc » J’ai dit « Denise enlève ça, c’est un sac. La vendeuse était prête à dire n’importe quoi pour avoir l’argent de Denise et l’argent de Denise c’est aussi mon argent !

    Ce que nous sommes touche les gens plus que ce que nous disons.

    Paul dit que nous sommes des lettre connues et lues de tous les hommes – 2Corinthiens 3 :2,3

     

    Quand vous allez chez des amis et leur chien ne vous connait pas, que fait-il ? Il vous renifle pour connaître votre odeur. Mais il n’y a pas que les chiens qui font cela. Les gens le font aussi. Ils veulent connaître notre « odeur ».

      

    Pour s’ouvrir à nous, ils doivent nous découvrir comme des gens vrais :

    • Nous ne faisons rien par intérêt personnel
    • Nous ne sommes contre personne
    • Nous n’imposons rien
    • Nous n’avons pas de produit à vendre
    • Nous ne sommes pas les justiciers de Dieu

    Nous sommes des gens de cœur ;

    Nous avons une expérience qui a changé nos vies et elle est trop belle pour ne pas la partager avec d’autres.

     

    3. LA SIMPLICITE

    Le non croyant répond à la simplicité. C’est une approche qui est

    • Décontractée, personnelle, naturelle
    • Avec un intérêt pour les gens
    • Etre ouvert, chercher le contact

     

    L’utilisation du prénom est très important pour communiquer la simplicité. Le prénom c’est le départ d’une relation personnelle.

    Illus. Après une soirée concert dans une brasserie de St. Germain en Laye où j’avais interprété mes chants, nous sommes aller prendre un pot avec les gens qui étaient venus au concert. Le lundi matin à la mairie de St Germain on parlait du concert. Ce qui avait surtout marqué les gens, ce n’était pas tellement mes chants ou mes histoires racontés avec tableau, mais ils ont dis à leurs collègues « Le pasteur s’est attablé avec son public » ! C’est surtout ça qui les a marqués.

     

    Dans les Evangiles, Jésus se mettait à table avec tout le monde : ses amis proches, ses disciples, les pharisiens, les gens de mauvaise vie etc

    En fait, avant de commencer son ministère Jésus a jeûné 40 jours. Après cela il a mangé pendant 3 ans et demi !

     

    « Se mettre à table » c’est de réduire la distance entre eux et nous.

    On parle, on passe du temps ensemble, on apprend à se connaître et on s’ouvre le cœur.

     

    Luc 10 :5-9

    En envoyant les 70 évangélistes, Jésus leur dit « dans quelques maisons que vous entriez mangez ce qu’on met devant vous. » J’appelle communément cette approche « l’évangélisation par la bouffe »

    C’est dans cette simplicité de cœur qu’on peut partager le message du Royaume de Dieu.

     

    4. L’HUMOUR

    Rire ensemble, c’est créer une ambiance de détente mais aussi établir une complicité.

    Illus. Un jour j’étais dans une salle de restaurant rapide et en face de moi il y avait 2 filles qui ont attrapé le fou-rire. Tout le monde dans le resto riait avec elles et pas un d'entre nous comprenait pourquoi.

     

    Rire ensemble – c’est dire à l’autre « on se comprend »

    Une des premières choses qui m’a attiré à Denise qui est devenu mon épouse, c’est qu’on riait beaucoup ensemble. J’étais pasteur des jeunes et elle une bénévole dans l’église. Un jour j’ai eu une pensée « Vincent, est-ce que tu veux passer toute ta vie à rire ? OUI ! Alors épouse-la. » C’est ce que j’ai fait et effectivement, nous avons passé plus de 40 ans à rire ensemble.

     

    Avec les années qui passent on perd et on gagne : on perd les cheveux et les dents et on gagne les rides et les kilos.

    Mais si tu ne deviens pas aigri par les événements de ta vie tu ne perdras pas ton sens de l’humour.

     

    L’humour, c’est la joie partagée.

    Et la joie c’est le 2ème fruit du Saint Esprit dans la liste de Galates 5 :22

    Et dans une ambiance de joie, le Saint Esprit agit.

     

    Luc 15 :8-10 Parabole de la drachme perdue

    Dans sa recherche la femme est stressée et seule mais quand elle trouve la pièce perdue elle est joyeuse et elle a une joie à partager avec ses voisines.

    Quand elle trouve, elle devient source de joie pour les autres.

    Quand je vois un chrétien triste, je pense « est-ce que tu as trouvé la pièce ? » Tu me donne l’impression de n’avoir rien trouvé.

     

    La joie dans nos vies attire des gens à nous et ils découvrent la source de notre joie.

    L’humour ce n’est pas raconter des blagues tout le temps – c’est fatiguant

    C’est voir le coté joyeux de la vie.

     

    Dans la rue la joie a un coté très attractif pour le public.

    Illus . Une fois je racontais une histoire avec mon tableau sur les sosies. Un attroupement s’était formé et dans le public j’ai vu un jeune black avec des cheveux très bouclés, dense et il portait un bonnet de couleurs très vives. J’ai dit au public que j’avais beaucoup de plaisir de leur présenter un ami à moi, « Bob Marley ». Tout le monde s’est retourné. Le black aussi. Et ils ont tous rit. La foule a doublé. J’ai continué à faire référence à Bob.  A la fin de l’histoire j’ai ajouté : « Si mon histoire vous a plu j’ai une invitation pour vous ». Les gens se sont rués sur l'invitation. A la fin il ne restait plus qu’une personne, Bob, et j’ai pu lui parler de Jésus.

     

    5. L’ECOUTE SANS REACTION

    Les évangéliques sont les champions du monde de la réaction :

    « Tu fais quoi ! tu crois à quoi ! tu vas où ! C’est pas possible ! »

     

    Beaucoup se sentent les assistants personnels du Saint Esprit – « t’inquiète pas Saint Esprit, je m’en occupe ! »

     

    Si tu veux que quelqu’un ouvre son cœur, apprends à l’écouter sans être sur la défensive.

     

    Le non croyant va assez souvent nous sortir des choses où il faudra mordre sa langue.

     

    4 EXEMPLES DE DECLARATIONS :

    Je vais tester votre réactivité évangélique avec des déclarations qu'on peut entendre:

    • « Je suis déjà chrétien j’ai été baptisé en tant que bébé »
    • « Je crois que toutes les religions conduisent à Dieu »
    • « Moi, je prie Marie, la vierge Marie, et elle m’exauce »
    • « Je vais de temps en temps consulter ma voyante »

    Ces expressions peuvent produire une éruption volcanique chez l’évangélique.

     

    C’est le moment de vous rappeler que le 3ème fruit de l’Esprit c’est la PAIX et que le 9ème fruit de l’Esprit c’est la MAITRISE DE SOI !

     

    Alors comment répondre à ces 4 déclarations sans réagir ?

    • « Je suis déjà Chrétien j’ai été baptise en tant que bébé » - Je me réjouis que tes parents ont eu le souhait que Dieu bénisse ta vie.
    • « Je crois que toutes les religions conduisent à Dieu » - Je crois qu’il y a du bon dans toutes les religions et surtout des gens sincères.
    • « Je prie Marie et elle m’exauce » - Dieu voit ta sincérité. Quand j’ai découvert Jésus j’ai appris qu’on pouvait aller vers lui directement.
    • “Je vais de temps en temps voir ma voyante » - Dieu voit ton cœur qui cherche des réponses pour ta vie.

     

    N’oublions jamais que c’est Dieu qui juge et que le seul qui peut convaincre de pêché c’est le Saint Esprit. 

    Si nous voulons que les gens s’ouvrent à nous ils faut leur laisser s’exprimer avec franchise.

     

    6. PARLER VRAI

    Quand nous disons des choses vraies sur la vie, des choses remplies de bon sens, les gens honnêtes se retrouvent et la confiance s’installe.

     

    Quand nous parlons avec le bon sens les gens sont obligés d’être d’accord.

    • Je trouve que nous sommes dans une société de plus en plus superficielle
    • On s’occupe beaucoup de l’extérieure mais l’homme à l’intérieure va mal.
    • L’amour aujourd’hui, ce n’est pas aimer, c’est faire l’amour. Ce n’est pas pareil.
    • Ce qui importe, ce n’est pas la religion mais la foi.
    • Si tu veux la foi, personne ne peut te la donner. Il faut s’adresser directement à Dieu.
    • Chacun doit faire son propre cheminement
    • Dieu ne s’impose pas. Si tu ne veux pas de lui, il te laissera tranquille.

    Illus. Un étudiant de fac venue entendre l’Evangile pour la première fois, m’a dit après la réunion : « J’ai trouvé assez douteux ton truc » J’ai répondu : « Bon, la foi c’est un don. On l’a ou on ne l’a pas. » « Alors c’est foutu pour moi ? » m’a-t-il dit. « Apparemment. » Ma réponse l’a déstabilisé. Il ne l’attendait pas.

    • J’ai du mal à croire en l’homme quand je vois tous ce qu’il fait.
    • La seule personne qui peut prouver l’existence de Dieu, c’est Dieu lui-même.

     

    Dans un aéroport il faut passer la sécurité, un détecteur de métal. Il réagira s’il y a présence d’un objet métallique.

    Dans le cœur des gens honnêtes, il y a un détecteur de vérité. Quand ils entendent parler le bon sens, la sonnerie se déclenche « C’est vrai, ce qu’il dit ».

     

    Jésus nous a dit que la vérité a une puissance pour libérer l’homme - Jean 8 :32 « Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira »

    Quand le non croyant honnête entend des choses vraies, il les reconnait et il s’ouvre.

     

    7. PRONONCER DES CHOSES POSITIVES SUR LA PERSONNE

    En France comme dans toute l’Europe, nous respirons une aire négative. La critique est partout et souvent ça part du principe qu’on va aider les gens en leur disant ce qu’ils font mal :

    Père à son fils : fiston, je vais t’aider, je te dirai ce que tu fais mal. Merci Papa.

    C’est également le cas dans d’autres relations

    Les profs aux élèves, les patrons aux ouvriers, même les pasteurs aux Chrétiens.

     

    Mais si une voiture roule à l’essence, l’être humain roule à l’encouragement.

    Alors si quelqu’un commence à prononcer des choses positives sur les gens – quel changement radical!

     

    La première réaction des gens : qu’est-ce qu’il veut?

    La deuxième réaction : encore, encore.

     

    Le dimanche est pour moi l’occasion d’arroser les gens avec de l’encouragement :

    • A un enfant : Tu as grandi autant depuis la semaine dernière !
    • A un jeune : Tu as 18 ans, tu es un homme
    • A un ado : Tu as quel âge ? 14 ans et demi. Allez, on va appeler ça bientôt 15 ans
    • A une dame : Ta nouvelle coiffure, super

     

    Jésus l’a fait avec Nathanaël. Il était arrogant et méprisant de tout ce qui venait de Nazareth.

    Quand Jésus l’a vue il aurait pu le reprendre mais au contraire, il lui dit : « Voici un Israëlite en qui il y a aucune fraude. » Nathanaël bouleversé : Tu es le Fils de Dieu !! Jean 1:47

     

    Le gens reçoivent si peu d’encouragement. Si vous prononcer des choses positives sur leur vie…ils s’ouvriront.

     

    Illus. J’ai compris ce secret un jour quand a coté de notre église à Evry dans un grand parc, beaucoup de motards sont arrivés. Quand ils se retrouvent c’est pour admirer les motos des uns et des autres. J’ai demandé aux hommes s’ils voulaient venir avec moi pour aller à leur rencontre. Plusieurs ont dis OUI dont un homme qui était zélé mais qui manqué de sagesse. J’avais déjà du rattraper des situations avec lui. J’ai décidé de le prendre avec moi. Nous avons trouvé les plus affreux de tous les motards – de véritables gorilles, laids, un bon argument pour la théorie de Charles Darwin, avec des poils qui sortaient de tous les trous de la tête. J’ai essayé de témoigner avec le plus grand des deux. Il m’a répondu « Mon dieu est ma bécane ». J’ai dit à mon ami, « Bon, on ne peut pas aller plus loin avec eux, partons » Alors mon compagnon se tourne vers le grand motard et il lui dit « De toute façon tu peux dire ce que tu veux, moi je vois Jésus en toi » J’ai pensé quelle ânerie ! Je voyais plutôt le diable en lui que Jésus.  Mais le grand motard l’a regardé, étonné, et lui dit « C’est vrai ? » J’ai pensé, c’est pas possible. Il a été touché.

    Je ne vous demande pas de dire à tout le monde « Je vois Jésus en toi » parce qu’il faut être honnête. Mais j’ai pu voir à quel point, quand on dit quelque chose de positif sur les gens, cela les ouvre.

     

    CONCLUSION

    Pour ouvrir la porte du cœur fermé, Dieu nous a donné un trousseau de 7 clés. Si on apprend à les utiliser nous verrons des cœurs fermés s’ouvrir pour être touché par l’amour de Jésus.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • ETABLIR UNE BONNE CONNEXION AVEC LE NON CHRETIEN 

    Texte : 1Corinthiens 9:19-24

     

     La technologie dépend énormément d'une chose...une bonne connexion, sans quoi rien ne peut marcher. Les appareils ne peuvent pas se "parler" et travailler ensemble. La connexion est également très importante dans les relations humaines. 

              Dans ce passage de 1Corinthiens 9, Paul exprime sa consécration entière pour l’Evangile : « je fais tout à cause de l’Evangile ». Mais il va plus loin. Il déclare clairement son objectif et sa stratégie pour l’atteindre.

     

    L’OBJECTIF DE PAUL

              Il n’y va pas par quatre chemins. Paul veut gagner des personnes à Christ.

    Il identifie plusieurs catégories de personnes et chaque fois, le but de son action est le même…. les « gagner ».

    Au v24 il écrit avec beaucoup de bons sens « courez de manière à le remporter ».

              Ce n’est pas juste courir qui permet de gagner mais de courir d’une certaine manière. Il y a une manière de courir qui ne gagne rien et une manière de courir pour gagner l’être humain.

     

    LA STRATEGIE DE PAUL

              L’apôtre explique sa stratégie pour gagner des personnes à Christ « Je me suis fait tout à tous » v22.

              Il doit s’adapter à toutes les différentes personnes en étant sur la même longueur d’ondes comme deux chauffeurs de poids lourds qui veulent se parler par radio. Ils doivent régler leur CB sur la même longueur d’ondes.

     

              Paul veut devenir « comme » chaque catégorie pour lui permettre de les interpeller.

              Dieu a fait pareil dans la personne de Jésus. Il est devenu « comme » l’homme afin de le sauver.

              Personne ne sera gagné à Christ si l’évangéliste ne sait établir une bonne connexion, un bon niveau de communication avec le non chrétien.

     

              Sans la bonne connexion, l’évangéliste n’est qu’un vendeur de produit que personne ne veut. Il n’a pas de « clients ».

              Cependant la bonne connexion sans l’objectif de gagner, c’est le vendeur qui a beaucoup de clients mais qui n’achètent rien.

     

    COMMENT ETABLIR UNE BONNE CONNEXION

    Pour établir cette bonne connexion avec une autre personne pour partager sa foi trois choses sont indispensables.

     

    1. Etablir la confiance

             Dans un sondage fait auprès des membres d’une église, 80% des membres sont venus la première fois accompagnés d’une personne qu’ils connaissaient dans l’église. Ils sont venus parce qu’ils avaient confiance dans la personne qui les avait invités.

              L’efficacité dans la mission d’amener des âmes à Christ dépend largement de notre capacité d’établir la confiance.

              Ceci ne doit pas forcément prendre des années. Par notre approche, très vite un inconnu peut se sentir en confiance.

              S’il sent la pression ou un discours religieux il reste sur la défensive. S’il sent le respect et l’ouverture. Il s’ouvre.

     

    2. Trouver les points sensibles

     

              Chaque personne a ses points sensibles – des domaines de souffrance, des sentiments d’injustice, des pressions du moment, des blessures du passé.

              Parfois, les points sensibles sortent comme des geysers. D’autres fois ils sont cachés dans le souterrain de leur cœur.

              Souvent, quand une personne est en confiance, elle se sent soulagée d’en parler.

              C’est à l’évangéliste de découvrir dans ce qu’elle dit, ce qui représente un point sensible.

     

              La clé – poser la bonne question.

              Des questions personnelles mais respectueuses qui permettent à la personne de s’ouvrir peu à peu, à son rythme.

              – Avez-vous, à un moment, essayé de prier ?

              – Quelles valeurs souhaitez-vous communiquer à vos enfants ?

              – Que pensez-vous des gens qui ont la foi ?

     

              Des questions remplies de sagesse conduiront les conversations naturellement vers les domaines personnels.

     

    3. Soulever des sujets facilement abordables

     

              Des sujets difficilement abordables : le péché, le salut, le jugement, le ciel, l’enfer, la repentance.

              Des sujets facilement abordables : les racines religieuses, la foi personnelle, la prière, aimer l’autre.

              Pour établir une bonne connexion nous commencerons avec des sujets où la personne a des points de repère dans sa vie.

              Elles se sent tout de suite dans un vrai partage et pas devant une montagne.

     

              Pour gagner l’être humain, il doit d’abord y avoir un réel rapprochement et un niveau de communication où la personne veut parler et veut entendre.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LE MINISTERE DE LA RECONCILIATION

     

    Texte : Actes 20 :22-24

    INTRODUCTION

    Paul a déclaré « pourvu que j’accomplisse ma course et le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus. »

    Avez-vous le désir aujourd’hui « d’accomplir le ministère que vous avez reçu du Seigneur Jesus » ?

    Tout chrétien engagé répondrait AMEN ! 

    Une fois devant plusieurs chrétiens engagés j’ai posé cette question : « combien connaissent ce ministère reçu du Seigneur Jésus ? » Tout le monde était gêné.

    MAIS dire avec Paul « pourvu que j’accomplisse le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus » n’a aucun sens si on ne comprend pas son ministère.

    C’est une frustration pour beaucoup de chrétiens motivés – ne pas comprendre leur ministère…

    Est-ce que toi, cher lecteur, tu connais ce ministère auquel tu es appelé ?

    Il faut que nous réglions ce problème une fois pour toute.

    Pour comprendre sa place dans le plan de Dieu, il faut être certain de bien comprendre le plan de Dieu.

     

    LE SUPER PLAN DE DIEU 

    Colossiens 1 :19-22

    Le plan de Dieu peut être résumé en un seul mot : « réconciliation »

    Il veut transformer trois catégories de l’être humain :

    ENNEMI          en    AMI

    ETRANGER      en    FILS/FILLE

    PECHEUR        en    SAINT

     

    Ce plan de réconciliation du monde est rendu possible – par le sang de Jésus versé à la croix.

    Avant notre conversion à Christ, nous étions au centre du plan de Dieu mais maintenant nous ne le sommes plus !

    Nous, en tant que Chrétiens, nous devenons ces instruments pour accomplir son plan.

    Le super plan de Dieu n’est pas le bonheur personnel terrestre de chaque Chrétien. Notre bonheur sur terre est une conséquence secondaire, c’est tout.

     

    Le centre du plan de Dieu c’est "EUX", ceux qui doivent être réconciliés…pas NOUS. 

     

    Le problème de l’église c’est que pour les chrétiens, le centre du plan de Dieu n’est pas le monde mais eux-mêmes. Ceci est venue avec tellement d’accent sur la louange et les besoins des chrétiens

    Paul naufragé accroché à une planche au milieu de la Méditerranée, n’est pas un problème pour Dieu…mais pour Paul, oui. Cependant, si par ce moyen Dieu peut sauver le gens qui ont récupérer Paul, le plan a marché.

    Pour bien comprendre le plan de Dieu et ce qui n’est pas le plan de Dieu essayons de voir plus clair avec des simples schema :

    1. LA CONCEPTION EVANGELIQUE DU PLAN DE DIEU :

    Dieu a envoyé Christ dans le monde afin que le monde soit réconcilié à lui.

     

    2. LA CONCEPTION CLASSIQUE DE L’EVANGELISATION :

    Dieu a envoyé l’église de Jésus Christ dans le monde pour l’évangéliser.

     

    3. LA CONCEPTION PROPHETIQUE :

    Il doit y avoir beaucoup d’activité puissante entre l’église et le monde spirituel : intercession, combat spirituel, prophétie, onction.

    Quand tout cela est au bon niveau, Dieu enverra le REVEIL et le monde sera sauvé.

     

    4. CONCEPTION DE L’EGLISE CONTEMPORANE

    Dieu bénit l’église contemporaine avec des finances et des talents de tous genres.

    L’église bénit le monde par des actions humanitaires et par la musique chrétienne.

    Le monde dit « merci, c’est bien ce que vous faites » mais ne se réconcilie pas avec Dieu pour autant

     

    5. CONCEPTION BIBLIQUE DU PLAN DE DIEU    

    Avant de l’élaborer lisons   2 Corinthiens 5 :17-20  

    Dans le plan de Dieu il y a des « ministres de la réconciliation ». C’est nous, tous Chrétiens

                Donc, le plan de Dieu :

    Dieu a envoyé Christ dans le monde pour le salut de l’être humain.

    Christ envoie des « ministres de la réconciliation » dans le monde comme instrument de salut.

    Et le rôle du Saint Esprit ? Actes 1 :8

    Le Saint Esprit est déversé sur ces ministres de la réconciliation pour leur donner la puissance d’être ses témoins dans le monde entier.

     

    LE MINISTERE DE LA RECONCILIATION

    Maintenant que la réconciliation du monde est possible à travers le sang de Jésus, Dieu envoie des ministres de la réconciliation dans le monde au nom de Christ.

     

    3 GRANDES LECONS A TIRER DE 2CORINTHIENS 5 :18-20

     

    1. UN MINISTERE DONNE A UNE PERSONNE

    Quel est le mot qui change tout à ce passage ?

    Le mot « NOUS » !

    V18 Ceux qui sont réconciliés, c’est nous

    V18 Christ nous a donné le ministère de la réconciliation

    V19 Il a mis en nous la parole de la réconciliation

    V20 nous faisons, donc, fonction d’ambassadeurs pour Christ

    V20 Comme si Dieu exhortait par nous, « soyez réconciliés avec Dieu »

     

    NOUS...ce n’est pas « JE » - l’apôtre Paul; Ce n’est pas « ILS » - les apôtres

    « Nous », c’est TOI et MOI – Paul s'adresse à tous les chrétiens de l’église de Corinth

     

    La GRANDE VERITE – Dieu n’a qu’un ministère à donner – le ministère de la réconciliation- et il le donne à une personne …NOUS

    Le problème c’est qu’en France nous comprenons peu la notion du collectif. Nous comprenons surtout l'individu …MOI

    Illus. A Paris un des grands problèmes est les crottes de chiens. Les parisiens marchent en regardant les pieds quand les touristes regardent en haut. A une certaine époque la Mairie de Paris a essayé de régler le problème des crottes de chiens par différents moyens : moto crottes, amendes, toilettes chiens, gants gratuits. La dernière tentative : appel à la responsabilité civiques – des panneaux dans tout Paris sur lequel était dessiné le maître avec une pelle derrière le chien qui était « en position ». Inscription « J’aime mon quartier, je ramasse »

    Mais cette campagne n’avait aucune chance de réussir. Les gens ne pensent pas « mon quartier » mais « mon chien ».

    Dieu, lui,  ne traite pas avec MOI. Il traite avec NOUS. Il a donné UN ministère à UNE personne…NOUS.

     

    2. NOUS AVONS TOUS RECU LE MEME MINISTERE

    La réaction classique des chrétiens : "Mais nous n’avons pas tous reçu les mêmes dons!"

    Dans nos milieux charismatiques/pentecôtistes nous avons fait une grande erreur.

    Notre raisonnement est celui-ci :

    • Nous avons tous reçu un ministère différent
    • Notre ministère est en fonction des différents dons que nous avons reçus.
    • Si nous découvrons nos dons, nous découvrirons notre ministère.

    Ceci a produit une génération de Chrétiens qui se regardent dans la glace et qu’ils se disent « Miroir, beau miroir, quels dons merveilleux, Dieu a-t-il caché en moi ? » Et le miroir répond, « Pas grand-chose… »

    Alors, parce qu’on ne voit pas trop, on dit une bêtise comme « J’ai le ministère de ranger les chaises, passer l’aspirateur etc » Mais ça ce n’est pas un ministère, c’est une tache dans l’église qui doit être fait. Comme les poubelles à la maison. On doit les sortir sinon elles ne seront pas vidées !

    Dans 2Corinthiens 5 :18-20 c’est une autre logique : comprends ton ministère et exerce-le avec ce que tu as et qui tu es.

    Le but du ministère n’est pas pour se réaliser, s’épanouir, exprimer ses dons mais d’accomplir une mission qui nous a été confiée.

    Illus. Imaginez le Président de la République qui m’envoie à New York pour être son ambassadeur aux Nations Unis. Mais après quelques mois il apprend que je conduis des taxis. Il m’appelle. « Que fais-tu ? Je t’envoie comme ambassadeur pour me représenter et tu conduis un taxi !

    « Mais M. le Président, ils sont superbes les taxi jaune à New York et j’aime beaucoup conduire et , en plus, je suis un très bon conducteur. Mais ne t’inquiète pas, je travaille pour toi. Tous mes passagers, je leur dis d’aller en France et visiter la Tour Eiffel.  Quoi ?!! Je ne t’ai pas envoyé pour faire ce que tu aimes faire mais pour faire ce que je te demande, d’utiliser tes compétences pour être mon ambassadeur. »

     

    Parfois en écoutant les Chrétiens, j’ai l’impression que l’église est comme l’émission « Star Academy », où les gens veulent montrer ce qu’ils savent faire et être découverts.

     

    Illus. Un pasteur venu pour la première à une rencontre pastorale que j’organisais, m’a interpellé à la pause café : « Je veux te partager quelque chose…ma femme chante bien, quand elle chante elle a une onction, quand elle chante les gens sont bénis, elle est disponible. » Je lui ai répondu, « Oui, mais nous non, on n’est pas disponible. » Il croyait nous servir mais en fait il voulait se servir de nous.

    La priorité pour le chrétien n’est pas de connaître ses dons MAIS de comprendre LE ministère et de le faire avec ce qu’il a et qui il est.

    Illus. Vincent aime la rue et le risque. Denise, NON. Elle est remarquable avec les enfants. Moi, les enfants me regardent de travers, « Tu vas nous dire quoi, toi ». « Denise, viens vite »

    Le ministère de la réconciliation se fait comme on peut le faire.

     

    3. ON NE DOIT PAS SE LIMITER A NOS DONS

    Pour exercer le ministère de la réconciliation on ne doit pas se limiter à ce qu’on aime faire, à ce qu’on sait faire, à ses dons.

    Le mot « MINISTERE » signifie SERVIR

    Qui servons-nous dans ce ministère de la réconciliation ? Réponse : la personne qui a besoin d’être réconciliée.

    Je ne peux pas faire ce qui me plait mais ce qui les aide.

     

    Illus. Tu lis dans Luc 10 :1-5 les paroles de Jésus : « dans quelque maison que vous entriez dites d’abord « Que la paix soit sur cette maison ! »

    Est-ce que vous avez essayé de le faire ? Frapper chez les voisins, entrer, déclarer, partir. Rentré chez toi, tu te félicites devant Dieu d’avoir accompli à la lettre la Parole de Dieu. Sauf que tu n’as rien fais pour réconcilier ton voisin. Bien au contraire. Ce sera la dernière fois que tu entreras chez lui.

     

    Je ne me pose pas la question : qu’est-ce que je sais faire mais « qu’a-t-il besoin que je fasse pour l’aider à se réconcilier avec Dieu. »

     

    Illus. En arrivant d’Australie nous avons aménagé un appartement à Nîmes. J’étais encore très australien et un vrai homme australien un samedi après-midi lavait sa voiture (à l’époque). Je dis à Denise « Chéri, aujourd’hui je vais laver la voiture. »           

    Elle me répond : « C’est bien, mon mari,  je suis fier de toi. » Je descends avec mes seaux et je commence à laver ma voiture garée devant l’immeuble en mettant du savon partout. Et voilà qu’une voiture arrive et se gare à coté de la mienne. Une femme sort de la voiture, une dame de l’immeuble que je n’avais pas encore rencontré. Elle me voit et dit « Monsieur, votre voiture va briller. Quand vous avez terminé vous pouvez faire la mienne » « Oui bien sûr » j’ai répondu et nous avons rigolé. Elle est partie et j’ai eu l’idée, « je l’aurai cette femme ». Alors j’ai commencé à laver sa voiture en mettant de la mousse partout. Elle me voit de sa cuisine et sort sur le balcon en criant un juron suivi de « Il l’a fait, il l’a fait. Je plaisantais, Monsieur. Monter prendre l’apéro. » J’ai vite rincé la voiture, vidé les seaux et je suis monté pour frapper à sa porte. Elle était avec son mari. « Ah vous m’avez eu, mais d’où venez vous ? Pourquoi êtes-vous venu d’Australie ? C’est quoi un pasteur ? La porte était maintenant ouverte : « Je suis heureux que vous m’ayez posé cette question » et j’ai pu partager m’a foi.

    Est-ce qu’il y a eu il y avait 20 ans auparavant un prophète qui est venu pour m’annoncer que j’aurai un grand ministère de laver les voitures qui conduira au salut ? Non !

    Si tout ce que je dois faire pour rentrer chez les gens et leur parler de Jésus, c’est laver leur voiture, alors je laverai leur voiture !

     

    Je suis à leur service dans ce ministère de la réconciliation parce qu'au centre du plan de Dieu...

    c'est EUX et non pas MOI.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L'ART DE LA CONVERSATION AVEC DES NON CHRETIENS 

    TEXTE :  Colossiens 4 :5,6

           (Parole Vivante : v5 « Sachez trouver le bon moment pour leur parler en vous adaptant aux circonstances et en tirant parti de toutes les occasions favorables »)

     

    INTRODUCTION

    V5  Nos conversations avec les on chrétiens sont des « occasions » ou des « opportunités » où nous sommes appelés à tirer le maximum. Comme pour toute opportunité on peut les saisir ou les laisser nous échapper.

    V6  Paul nous dit que nous tirons le maximum d’un contact par la façon dont on leur parle. C’est l’art de la conversation et cela s’apprend

    Les 7 étapes d’une conversation bien menée :

     

    1. D'ABORD LE NATUREL, VIENT ENSUITE LE SPIRITUEL

     

    C’est un principe biblique très important 1Co 15 :46

    Ce n’est pas « d’abord le surnaturel, vient ensuite le spirituel. »

    Le naturel et le spirituel ne sont pas en opposition et doivent être complémentaire. Le naturel prépare le terrain pour le spirituel.

    Avant la nouvelle naissance il faut la naissance physique.

    Si nous étions des anges ce serait d’abord le spirituel ensuite vient le naturel.

    Mais l’homme est un être naturel qui possède un esprit.

    Pour l’homme qui n’est pas régénéré par l’Esprit de  Dieu sa dimension spirituelle se cache dans le naturel.

    Pour chercher cette dimension nous l’abordons comme pour obtenir la perle qui se cache dans une huitre. L’outil qu’il faut n’est pas un marteau ! C’est avec un couteau avec une lame fine qu’on pourra trouver la fissure et l’ouvrir.

    Bien entrer dans la conversation est essentiel. C’est souvent ce que le chrétien trouve le plus difficile avec quelqu’un qu’il ne connaît pas.

    Un non chrétien ne s’ouvrira pas tout de suite. Il doit se sentir à l’aise dans la conversation avant qu’il commence à parler plus personnellement.

     

    Il y a 3 niveaux de conversation « naturelle »

    1.  Les sujets « passe-partout »  - la météo, la circulation, les sports (les messieurs), les soldes (les dames)
    2. Les sujets personnels « facile » - Les activités du weekend, les enfants, le chien
    3. Les sujets plus « engagés » les actualités,

    La conversation doit bien couler dans ces domaines avant que la personne accepte d’aller plus en profondeur.

     

         2. TU ES LE PILOTE

     Ephésiens 4 :29

    Une conversation doit avoir des objectifs …  l’édification de l’autre et lui communiquer une grâce.

    Edifier quelqu’un c’est le construire et la grâce c’est la faveur, ce qui lui est favorable.

    La plupart des conversations vont d’un sujet à l’autre et n’ont pas de direction particulière mais celui qui est habile dans la conversation veut l’amener vers un objectif.

    Il doit assumer le rôle de pilote mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a que lui qui parle ! Bien au contraire.

    Il guide la conversation par 3 moyens :

    • les questions qu’il pose
    • les sujets qu’il aborde
    • les sujets qu’il évite

    Si le chrétien n’assume pas ce rôle, la conversation va assez rapidement devenir ennuyeuse pour l’autre parce que cela ne lui fait pas du bien. Elle sera vite terminée.

     

          3. TOP CHRONO

    Toute conversation sera limitée par une contrainte de temps. Celui qui est habile dans la conversation se rend compte de ces limites ou du temps qu’il peut consacrer à cette conversation

    Pause au travail ou entre les cours, trajet dans un bus, les mamans qui attendent la sortie des classes, un voisin qui fait son jardinage.

    Si un trajet en bus durera 30 minutes, ce n’est pas attendre 25 minutes pour commencer à parler de sa foi.

    C’est la bonne gestion du temps que nous avons à notre disposition.

     

         4. TROUVE LE PONT

    Pour passer d’un rivage à l’autre il faut impérativement utiliser un pont sans quoi la voiture tombera dans le fleuve et tous les occupants seront noyés.

    De la même façon, pour passer du naturel au spirituel dans une conversation il faut trouver un pont sinon…plouf !

    Jésus nous donne un exemple magnifique dans sa conversation avec la Samaritaine dans Jean 4.

    Elle vient pour remplir sa cruche d’eau. Jésus lui demande à boire. Pour ensuite conduire la conversation vers le spirituel il va utiliser l’image de …l’eau ! Il lui parle de l’eau vive qui désaltère l’âme.

    Pour trouver le bon pont l’expérience va nous aider. Avec le temps on commence à les voir venir.

    Mais il y a également une pensée qui peut venir du Saint Esprit.

    Parce que le chrétien a trouvé le bon pont le non chrétien acceptera de traverser du naturel au spirituel avec lui.

     

         5. LA PRISE DE RISQUE

    Les conversations trop polies et impersonnelles n’accomplissent pas beaucoup. Rester dans des généralités ne touchera jamais la personne.

    C’est seulement quand la conversation devient personnelle qu’elle deviendra intéressante pour le non chrétien.

    Pour qu’il soit touché, le chrétien devra prendre un risque de pénétrer dans sa vie personnelle.

    Une fois de plus, Jésus la fait à merveille avec la Samaritaine. Quand il voit que la femme ne comprends pas l’image de l’eau vive Jésus rentre dans sa vie privé.

    « Va chercher ton mari »

    Toute la vie de cette femme tournait autour des hommes avec lesquels elle avait vécu !

    Si la personne ne vous laisse pas entrer, rien n’est perdu.

    Cependant, souvent la personne est très contente de parler de choses personnelles parce que peu de gens ose lui poser la question et s’intéresse personnellement à elle.

     

         6. DECOUVRIR LA PIERRE PRECIEUSE

    Pour comprendre la nature humaine Jésus a fait une déclaration importante dans Matthieu 12 :34b  « de l’abondance du cœur la bouche parle »

    Le cœur de l’homme se révèle par ce qui sort de sa bouche.

    Donc il est impératif de faire parler les gens et d’écouter attentivement ce qu’ils disent.

    C’est alors que nous pourrions chercher les pierres précieuses qui sont cachées dans le cœur.

     

          7. FINIR FORT

    Quelqu’un habile dans l’art de la conversation va toujours chercher à terminer une conversation en cherchant le répondant du non chrétien.

    L’Evangile est tout simplement une invitation… « Viens »

    Notre désir de partager notre foi doit donner au non chrétien une opportunité de faire quelque chose en réponse à la conversation :

    • J’aimerais t’inviter à m’accompagner à une réunion chrétienne dimanche
    • Si tu as une Bible à la maison pourquoi ce soir ne pas lire Jean 4 et l’histoire de Jésus et la Samaritaine
    • As-tu déjà parlé de tout cela avec ton épouse ? Pourquoi ne pas le faire ce soir.
    • Pourquoi ne pas prier ce soir que Dieu t’aide à te tourner vers lui.
    • Et si on se voyait la semaine prochaine pour boire un café et en reparler

     Si la personne répond à ses propositions la suite pourrait être merveilleuse

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LA PRIERE QUI GAGNE DES AMES

     

    INTRODUCTION

    Il y a souvent confusion chez les chrétiens sur la question de comment prier pour le salut des âmes.

    La prière est-elle le moyen de forcer une personne récalcitrante de se tourner vers Dieu contre son gré ?  (bras de fer avec la personne)

    La prière, est-elle le moyen de pousser un Dieu récalcitrant de faire ce qu’il ne fait pas ? (bras de fer avec Dieu) 

    La prière, est-elle un bras de fer avec un diable tout puissant qui domine sur la vie de tous les non croyants ?

     

    A LA QUESTION : LE SALUT, VIENT-IL PAR LA PRIERE ? 

    La réponse de la Bible est NON

    Ephésiens 2 :8 nous enseigne que le SALUT vient par la GRACE par le moyen de la FOI. 

    1Corinthiens 1:21 Nous dit précisément que le moyen par lequel les hommes sont sauvés n’est pas la PRIERE mais la PREDICATION d’un message.

    Il est donc une erreur biblique majeure de croire que simplement parce que nous avons prié que les gens vont se convertir.

    LES PROBLEMES LIES A CETTE CONVICTION

    Si les gens sont sauvés par la prière :

    • Tous ceux qui ne sont pas sauvés c’est parce que nous n’avons pas suffisamment prié pour eux – nous portons la responsabilité du salut de monde entier.
    • Ceux qui sont sauvés c’est grâce à nos prières – nous ne sommes plus dans la grâce. Nous avons gagné leur salut.

    Alors, comment prier pour permettre à Dieu de sauver les âmes perdues ?

    Le Nouveau Testament, qu’enseigne-t-il sur cette question ? Une recherche approfondie sur cette question révèle la relation entre la prière et l’évangélisation

     

    1. POUR QUI DEVONS-NOUS PRIER ?
    • 2Thessaloniciens 3 :1,2 « pour nous »

    …pour que la Parole de Dieu puisse se répandre – une expression qui signifie beaucoup de conversions.

    La prière est demandée pour les prédicateurs plutôt que pour les auditeurs.

    Ephésiens 6 :19 – Paul demande la prière pour lui-même – pour la hardiesse et la liberté dans sa prédication.

    La prière pour qu’il réussisse dans l’évangélisation.

    Pour réussir dans l’évangélisation, le premier sujet de prière est le porteur de l’Evangile – les chrétiens qui sortent.

    Comprenez que si les évangélistes réussissent, l’évangélisation va réussir.

    • Luc 10 :2 Jésus souligne la relation entre la prière et l’évangélisation

    Il demande aux disciples de prier non pas pour la moisson mais pour des ouvriers de la moisson. Le problème n’est pas la moisson, mais le manque d’ouvriers !

    Donc, dans la prière nous commençons en priant pour chaque chrétien impliqué dans le travail de gagner des âmes à Christ Et pour tous les chrétiens non-motivés !

    • Pour l’audace, courage, sagesse, efficacité.

     

          2. LA PORTE

    Colossiens 4:2,3

    Paul demande la prière particulièrement pour l’ouverture d’une porte pour le Parole.

    Pour que la Parole se répande elle a besoin d’une porte ouverte par Dieu

    Nous avons la Parole.

    Les cœurs des non croyants sont de l’autre coté du mur.

    Il nous faut une porte d’accès ouverte par Dieu.

    Dans notre mission de pénétrer dans notre société avec l’Evangile, il nous faut des portes qui s’ouvrent.

    DIEU A REPONDU A LA PRIERE DES COLOSSIENS POUR PAUL

    2Corinthiens 2 :12 Paul parle d’une porte qui s’est ouverte à Troas.

    Troas – la ville où Paul a fait un songe du Macédonien qui l’appelait à l’occident plutôt que l’Asie.  (Actes 16:8ff)

    Dans 1Corinthiens 16 :8,9

    « une porte grande et d’un accès efficace m’est ouvert » ..à Ephèse.

    Qu’elle était cette porte ?

    Actes 19 :1-7  12 disciples de Jean-Baptiste se convertissent à Jésus. Ils sont baptisés et sont remplis du Saint Esprit.

    Avec eux Paul va fonder une magnifique assemblée qui est devenu un modèle pour l’église primitive.

    Ils n’avaient pas prié particulièrement que cela se passe de cette façon.

    - simplement qu’une porte s’ouvre.

    Beaucoup de chrétiens se consacrent dans la prière pour forcer l’ouverture d’une porte.

    Prière d’autorité, avec le jeûne, prophétie, lier les puissances mauvaises, exercer la foi.

    Malgré tous leurs efforts ils peuvent passer à côté de la porte que Dieu, lui, a ouverte.

    Ma prière le matin –

    Je ne sais pas ce que Dieu fera MAIS je suis convaincu qu’il est à l’œuvre

    *je prie pour toutes les possibilités

    *la journée devient passionnante dans la recherche de la porte que Dieu va ouvrir.

        

          3. DEMANDER UN POISSON

    Peut-on prier pour le salut d’une personne ? La Bible, qu’est-ce qu’elle dit ?

    Jésus a utilisé l’image du poisson pour parler des personnes non converties à ses disciples.

    Matthieu 4 :19 « Suivez-moi et je ferai de vous des pêcheurs d’hommes »

    MAIS Jésus utilise également l’image du poisson pour la prière

    Matthieu 7:7-10

    Le fils qui demande au Père un poisson.

    La promesse de Jésus est que le fils ne sera pas déçu ou trompé, recevant un serpent plutôt qu’un poisson.

    Cette promesse s’applique à la prière pour que Dieu te donne personnellement des conversions.

    V11 « a combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux, donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent »

    Est-ce qu’on peut cibler quelqu’un en particulier dans la prière dans le but de le voir se convertir ?

    OUI – si c’est vraiment une direction du Saint Esprit.

    Le danger c’est que ce soit plutôt sentimental que spirituel

          - ceci produit la frustration et découragement si rien ne bouge avec le temps

          - on peut commencer à mettre la pression humaine sur la personne pour qui nous prions

    Si c’est véritablement une direction du Saint-Esprit tu éviteras ces dangers

    SINON, C’EST MIEUX DE DEMANDER UN POISSON QUE CE POISSON

     

          4. LE CRI DU CŒUR

    La prière pour le salut des âmes perdue touche le cœur de Dieu lorsqu’elle est l’expression d’un cri du cœur.

    Nous avons un exemple avec l’apôtre Paul qui était très travaillé par le peuple juif, qui était son peuple dans la chair.

    Romains 10 :1

    La prière qui dégage d’un cœur bouleversé est un véritable cri vers Dieu qui n’est pas insensible à ce cri lorsqu’il est accompagné d’une action sur le terrain.

    Ce cri du cœur, accompagné de la foi, que Dieu t’entend et auquel il répond est d’une grande efficacité.

    La conversion d’un jeune qui s’appelait Philippe :

    Je n’avais pas vu de conversions dans l’église depuis 6 semaines !

    Un samedi soir j’étais bouleversé et ma prière : - encore un dimanche sans conversions? Ah non, Seigneur !

    Le dimanche matin je suis allé à la réunion de prière avant le culte. Nous étions une vingtaine de personnes à prier. J’ouvre les yeux et je vois un jeune homme que je ne connaissais pas il avait les yeux fermés. A la fin de la prière, je lui ai posé une question : « Tu fréquentes déjà une église ? » Sa réponse : « Non. Un ami m’a invité mais il ne m’a pas dit l’heure. Quand je suis arrivé je vous ai vu et je me suis joint à vous ! » Au moment de l’appel il a levé sa main. Je lui ai conduis au Seigneur et en regardant au ciel j’ai murmuré « Merci ! ».

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • AIDER QUELQU'UN A DESCENDRE D'UN ARBRE

    Texte : Luc 19 :1-10

    C’est une histoire d’un homme qui grimpe dans un arbre. C’est surprenant. Que fait-il dans cet arbre ?

    Un singe dans un arbre, c’est normal. Il est dans son milieu naturel.

    Un oiseau dans un arbre fait son nid.

    Un chat dans un arbre se sauve d’un gros chien.

    Un petit garçon dans un arbre s’amuse.

     

    MAIS un homme dans un arbre, que fait-il ?

     

    ZACHEE CHERCHE UN ARBRE

    Zachée habite Jéricho et comme tout le monde, il avait entendu parler de Jésus et les miracles qu’il faisait.

    Un jour Zachée append que Jésus va passer dans sa ville.

    II veut voir ce Jésus dont tout le monde parle.

    Zachée descend dans la rue…

    Il est de petite taille. La foule est déjà installée au bord de la route. Comme pour un défilé du 14 juillet. Il ne voit rien.

    MAIS il a une idée…

    Il voit un arbre. Il monte dans l’arbre et s’installe.

    Installé dans son arbre Zachée devient UN SPECTATEUR, un observateur.

    Nous sommes dans un monde qui produit facilement des spectateurs. Pour un match de football il y a 22 acteurs plus un arbitre et 10,000 spectateurs !

     

    LE ROLE DE L’ARBRE

    L’arbre va jouer un rôle important dans cette histoire

    Zachée est curieux et il est poussé par l’envie de voir Jésus

    L’arbre va l’aider

     

    MAIS très vite l’arbre devient un problème, un obstacle

    C’est l’arbre qui va tenir l’homme à distance

    C’est l’arbre qui empêchera l’homme à suivre Jésus. Il faut impérativement qu’il descende de son arbre.

     

    L’OBJECTIF DE JESUS

    Cette histoire nous montre que nous ne pouvons pas simplement admirer Jésus à distance – des sympathisants

    Une des priorités de Jésus est de transformer le spectateur passif en véritable acteur – de briser la passivité et d’impliquer la personne dans la vie éternelle.

    Zachée est l’exemple du spectateur spirituelil est dans son arbre, il voit ce qui se passe chez les autres MAIS il ne se mouille pas… il s’accroche à sa branche et voit passer la vie éternelle.

    MAIS Jésus ne le laissera pas là. Son amour n’est pas un amour qui laisse les gens où ils sont. C’est un amour qui va les chercher où ils sont et les aide à descendre de l’arbre.

     

    UNE DES GRANDES LECONS DE CETTE HISTOIRE : LES GENS COINCES DANS UN ARBRE ONT BESOIN D’AIDE POUR DESCENDRE

    Nous pouvons les aider à descendre en suivant l’exemple de Jésus. Comment Jésus a-t-il aidé Zachée à descendre ?

     

     1. IL S’ARRETE ET IL LEVE LES YEUX VERS LUI

    Jésus s’arrête sous l’arbre et il le regarde. 

    L’être humain se cache dans des arbres et pense que personne ne le voit.

    Des arbres son travail, sa famille, des blessures du passé, sa religion, sa culture.

    MAIS Jésus s’arrête sous son arbre et le regarde.

     

    Et que voit-il ? …

    un homme, comme TARZAN, qui a un coté sauvage.

     

    DANS SON ARBRE

    Dans son arbre Il est un solitaire – il n’aime pas trop le contact avec les autres.

    Dans son arbre il reste à distance - il ne veut pas s’impliquer. Il ne veut surtout pas se mouiller.

    Dans son arbre, il garde la maîtrise de la situation

    L’arbre lui donne de la hauteur – avec l’arbre il est au-dessus des autres. Il a toujours raison.

    Il se dit ouvert mais en fait, il est coincé. Il ne peut pas descendre de son arbre….Il est comme le chat – il sait monter mais pour descendre il faut appeler les pompiers.

     

    Ce qu’on voit sur le visage d’une personne est révélateur

    Illus. Les joueurs de poker professionnels doivent porter des lunettes de soleil pour que les autres ne regarde pas les yeux.

    – on voit beaucoup de chose sur les visages :

    • découragement ou joie
    • angoisse ou sérénité
    • colère ou contentement
    • crainte ou confiance

    Comme papa qui rentre du travail et convoque ces trois jeunes fils :  « qui a mangé tous les chocolats de Papa »  les 3 disent « Pas moi » – mais le voleur, on le voit sur son visage

     

    Et Zachée – quand Jésus l’a regardé – qu’a-t-il vu dans le visage de Jésus ? : quelqu’un qui l’aimait, qui comprenait ce qu’il vivait.

    ZACHEE sait que c’est lui que Jésus regarde parce qu’IL UTILISE SON NOM « ZACHEE »…c’est le plus beau nom.

    Illus ; Dans la rue, quand quelqu’un dit ton nom tu te retournes. En ce qui me concerne je ne me retourne pas quand j’entends « Pierre, Jean », mais « Vincent » OUI !

    Jésus connaît et utilise ton nom – Jésus dans le jardin après sa résurrection « Marie ».

    C’est très personnel

    Il n’était un type dans l’arbre. « Eh, toi ! »

    Il n’était pas un inconnu.

    Il n’était pas un titre professionnel. « M. le percepteur d’impôts »

     

    Connaître le prénom d’une personne les aidera à descendre

    Les gens disent souvent qu’ils n’ont pas une bonne mémoire pour retenir les prénoms

    MAIS mon grand-père qui est mort à 94 ans, m’a dit : les vieux disent qu’ils perdent la mémoire mais pour beaucoup c’est plutôt parce qu’ils ne veulent plus faire l’effort de retenir.

    Pour Jésus, il était un homme avec un nom, avec une vie et une histoire.

    Tu as un nom et une histoire

     

     2. JESUS LE BOUSCULE

    Jésus lui, ne grimpe pas dans les arbres. Il n’est pas là pour renforcer le problème.

    C’est toute la différence entre l’empathie et l’amour.

    Empathie – c’est monter dans une barque qui coule pour que la personne ne soit pas seule en se noyant.

    Jésus a l’amour qui transforme une vie

    Il l’appelle à descendre, de quitter son lieu d’isolement, sortir de sa passivité et paralysie spirituelle.         

    « Zachée, descends de ton arbre »

    Respecter l’état des personnes & la politesse – c’est laisser les gens là où ils sont  « Je respecte ton choix »

    MAIS SI C’EST UN MAUVAIS CHOIX ? On ne dit rien ?

    Si un touriste français en visite à l’Ile de la Réunion décide d’aller se baigner dans la baie de St Paul, est-ce qu’on lui souhaite une bonne baignade ou crier NON ! surtout pas…les requins ! ?

    AIMER – c’est les chercher et gentiment les bousculer

    « Zachée tu n’es pas un singe – les arbres c’est pour des singes

    Tu n’es pas fait pour rester spectateur. Laisse la sécurité de ta branche. 

    Pour descendre de son arbre de spectateur il faut être bousculé.

     

    3. JESUS S’INVITE CHEZ LUI

    Il prend les devants – il cherche l’intimité.

    Il veut rentrer dans son quotidien, dans son vécu, ses relations, sa vie privée.

    …il veut connaître sa femme, le lieu ou il pleure où il est loin du regard des autres

    « Zachée je veux demeurer chez toi ».

    J’aurai pu loger chez les autres mais je me suis rapproché de toi.

    Jésus n’a pas été invité. Il s’est invité !

     

    Ne t’attends pas à ce que des gens passifs puissent prendre une initiative envers toi. Ce n’est pas lui qui t’invitera – il est paralysé.

    Propose d’aller chez lui !

     

    LE DILEMME POUR ZACHEE

    L’heure de vérité était venue pour Zachée :

    Le temps s’est arrêté comme on arrête une image vidéo

    On voit le conflit dans sa tête :

    le combat intérieur inévitable avant de descendre de son arbre

    « Qu’est-ce que je vais faire ? »

    « Je reste dans mon arbre ou je descends pour recevoir Jésus chez moi. »

    Sur l’épaule gauche, le diable : « Fais gaffe Zachée, tu ne comprends pas tout, tu ne maîtrises pas tout. Tu n’es pas prêt. Il ne faut pas te précipiter ».

    L’ange sur l’autre épaule : « Oui, mais avec Jésus tu connais un amour que personne ne t’a donné. Et si Jésus ne passait plus sous ton arbre ? Il est là, il t’invite, c’est le moment. »

     

    Zachée connaît l’angoisse, l’hésitation, mais il y avait quelque chose d’irrésistible dans l’invitation que Jésus lui lançait.

    Il sent au fond de lui-même son cœur battre fort et se réchauffer.

    Son choix est fait – la victoire est remportée.

    Zachée tombe de son arbre comme un fruit mûr.

    Son cœur explose de joie. Son dieu n’est plus l’argent. Il a rencontré le Dieu d’amour.

     

    Jésus, le voyant descendre déclare : « Aujourd’hui, le salut est entré dans cette maison. »

    - parce qu’il est descendu de son arbre

     

    La conversion d’un jeune qui s’appelait John.

    Pasteur des jeunes, j’ai reçu une invitation d’être l‘orateur lors d’un camp de jeunes pour une église. Le programme était simple : je prêchais lors des réunions du camp jeunes les vendredi et samedi soirs et dimanche dans l’église, matin et soir.

    Le samedi soir avec les jeunes, pendant que je prêchais, un jeune homme s’est levé précipitamment et il est sorti. A la fin de la réunion j’ai demandé au pasteur qui était le jeune qui était parti. Il m’a répondu que c’était un jeune qui s’appelait « John » et qui venait de temps en temps mais qui n’avait jamais donné sa vie à Jésus. Pourtant ce n’était pas dans ses habitudes de partir en pleine réunion.

    Le dimanche matin dans la réunion de l’église je n’ai pas revu ce jeune. J’étais déçu parce que je l’avais à cœur. A la dernière réunion du week-end – le dimanche soir dans l’église je l’ai aperçu au fond de la salle. A la fin de mon message j’ai demandé à ceux qui voulaient donner leur vie à Jésus de s’avancer. Il est venu spontanément et arrivé devant moi il s’est effondré dans mes bras.

    J’ai prié pour lui et il a merveilleusement consacré sa vie à suivre Jésus.

    Une fois la réunion terminée, John m’a expliqué ce qu’il lui été arrivé la veille et le matin. Le samedi soir il était sorti de la réunion furieux, convaincu qu’il était tombé dans un guet-apens, que quelqu’un m’avait raconté sa vie et que je le ciblais directement.

    Il était en colère contre moi et contre Dieu. Il voulait vivre sa vie à sa manière et il se justifiait en se disant croyant.

    MAIS dans la nuit du samedi au dimanche il avait très mal dormi. Le lendemain, plutôt que venir à la réunion à l’église il a mis son canoë à l’eau et il a ramé et ramé pendant des kilomètres et chaque coup de rame était un coup de colère dans l’eau.

    Enfin, la fatigue l’a gagné et la tempête s’est arrêtée. Dans son canoë il a cédé à Jésus qui frappait à son cœur. Il savait qu’il y avait une chose qu’il devait faire – aller à la réunion mais il était trop loin et quand il est arrivé la réunion était terminée. Quand il est venu le soir, son choix était fait.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • PARTAGER SA FOI AVEC SA FAMILLE ET SES AMIS

    Il y a deux catégories de personnes avec lesquelles nous partageons notre foi :

    1. Ceux que nous ne connaissons pas - des rencontres fortuites ou l’évangélisation de rue

    Comme fut le cas pour Philippe avec l'eunuque éthiopien. Philippe est monté dans le char mais ce trajet ensemble n’était que de courte durée.. C'était une expérience ponctuelle Actes 8

    2. Ceux que nous connaissons et qui nous connaissent - le cercle de notre famille et de nos amis

    C'est faire son parcours vie dans le même char que l'autre.

    Ce cercle de notre famille et de nos amis représente un énorme potentiel pour le Royaume de Dieu

    La plupart des personnes qui découvrent le Seigneur appartiennent à ce cercle dans lequel il y a déjà un chrétien

    Mais partager sa foi dans ce cercle de famille et d'amis est un véritable défi pour tout chrétien.

    Mon épouse et moi-même avons, tous les deux, fait l’expérience compte tenu que nos familles n’avaient pas un réel engagement à Christ.

     

    LA RÉACTION DE LA FAMILLE ET DES AMIS 

    Les personnes qui ne nous connaissent pas accepteront tout ce que nous disions sur nous.

    Mais les personnes qui nous connaissent bien n'acceptent pas seulement ce que nous disions. Ils nous connaissent. Ils nous voient vivre !

    Comme le chrétien qui dit à sa femme non convertie à Christ : "Dieu a fait de moi un homme nouveau". Et l’épouse répond « Oh vraiment, cet homme nouveau, il était où hier soir quand il s'est mis en colère et a donné un coup de pied au chien ? »

    Ou encore la femme chrétienne qui s'adresse à son mari non chrétien : "Jésus a changé ma vie et Il est toujours avec moi"  Et le mari répond : "J'aimerais bien que Jésus mette un tablier et t'aide à faire le ménage plutôt que te voir passer ton temps à regarder les feuilletons à la télé".

     

    LA FAMILLE ET LES AMIS PEUVENT PARFOIS RENDRE LA VIE DIFFICILE À UN CHRÉTIEN

    C'est le cas dans 5 domaines :

    1. S’attendre à la perfection

    Ils s'attendent à ce que vous soyez parfait et si vous ne l'êtes pas, ils vous le feront remarquer.

    De la même manière que si vous donnez à un commerçant un billet de 200 euros pour payer un petit article, il pourrait s'en méfier, pensant qu'il s'agit peut-être d'un faux billet.

    2. La mémoire sélective

    Ils veulent seulement se souvenir de vous pour la personne que vous étiez.

    Les photos de famille des enfants, aux yeux des parents, enferment les enfants dans leur enfance ou leur jeunesse. Même à 50 ans, pour ma mère, je serai toujours "son bébé".

    3. C’est une phase passagère

    Tout changement qu'ils verront s'expliquer comme une phase - une crise d'adolescence, une crise de la quarantaine, une crise d'identité, une phase mystique, il se cherche.                                                   

    Ils sont sûrs que cela ne durera pas et que les choses reviendront bientôt à la normale.

    4. Nous l'avons perdu

    Ils pensent que la différence maintenant devenu Chrétien, est synonyme de distance, que tout changement affaiblira la relation et qu'ils vous perdront.

    Le mari se plaint qu'elle n'est pas la femme qu'il a épousée. Cela devient un test d'amour pour le nouveau Chrétien.

    5. Ca te regarde

    En général, ils ne veulent pas savoir ce qui vous est arrivé. Ca ne les concerne pas. C’est la mentalité « les bonnes clôtures font de bons voisins ».

     

    LES FAITS NE PEUVENT PAS ÊTRE NIÉS

    Il y a dans les évangiles, l'histoire d'un aveugle guéri par Jésus qui avait des problèmes avec ses parents.

    Jean 9:18-21

    Les parents de l'homme ne voulaient pas s'en mêler mais ils ont dû reconnaître 3 faits :

    1. Il est notre fils
    2. Il était aveugle à la naissance
    3. Maintenant, il peut voir

    Ce sont les faits et ils ne peuvent pas les niés 

    Les faits sont le poids d'une vie changée. Ils pèseront plus que toutes les réactions.

    Une femme est venue à une de nos réunions et a demandé la prière pour son dos qui lui faisait très mal depuis longtemps. Elle a été guérie instantanément. Mais son mari n'y croyait pas du tout. Pendant des années, elle n'a pas pu faire son ménage ; elle n'a pas pu porter ses enfants en bas âge dans les bras. Quand son dos lui faisait mal, elle devait s'allonger par terre pendant 3 jours pour être soulagée. En priant avec elle, elle a su qu'elle était guérie. Rentrant chez elle après la réunion, elle a commencé à déplacer les meubles chose qu’elle était totalement incapable avant la prière. Son mari a poussé un cri. « Mais qu’est-ce que tu fais ! » Quand elle lui a expliqué qu’elle était guéri, l’incrédule qu’il était lui a dit que tout était dans sa tête.  Elle lui a répondu : "Faux, tout est dans mon dos". Après 3 semaines, il a dû reconnaître le changement. Il est venu à une réunion, a entendu l'Evangile et a donné sa vie au Christ !

     

    LETTRES DE VIE

    Paul dit que tout chrétien est une lettre connue et lue par tous les hommes 2Corinthiens 3:2

    Que lisent donc, les gens dans votre lettre lorsqu'ils regardent votre vie ?

    QUE REMARQUENT LES GENS QUI VOUS CONNAISSENT DANS VOTRE VIE ?

    Où lisent-ils LE CHANGEMENT dans votre vie ?

    Il y a plusieurs domaines où la nouvelle naissance en Jésus doivent se manifester.

    1. SA JOIE

    Une femme d'âge moyen, divorcée, a donné sa vie à Christ et a été remplie de la joie de son salut.  Sa mère âgée pensait qu'elle devait être tombée amoureuse et qu'elle avait un nouvel homme dans sa vie !

    2. ÊTRE EN PAIX

    Le nouveau chrétien est visiblement moins stressé et moins anxieux. Il a changé d'attitude : Je vais maintenant apprendre à faire confiance à Dieu et ça se passera bien.

    3. OPTIMISME

    L'une des qualités durables d'un chrétien est l'espoir d'un avenir éternel.

    La différence entre un pessimiste, un optimiste et un chrétien :

    le pessimiste dit que la bouteille est à moitié vide, l'optimiste dit que la bouteille est à moitié pleine. Le chrétien dit : je me fiche que la bouteille soit à moitié pleine ou à moitié vide. J'en ai une autre au frigo !

    4. LA MAITRISE DE SOI

    Beaucoup de personnes perdent la maîtrise de leur vie – leurs finances, les relations, leur poids, la dépression, l’alcool, la drogue, le sexe, se laisser aller. Nous mettons des couches aux enfants parce qu'ils ne peuvent pas se contrôler. Pour beaucoup d’adultes des couches sont également nécessaires !  Mais le chrétien, avec l’aide du Saint Esprit, reprend la maîtrise de sa vie.

    5. SE PRÉOCCUPER DES AUTRES

    Le nouveau chrétien a un côté beaucoup plus attentionné. Il respecte les gens, même ceux qui ne sont pas comme lui. Il n’exploite pas les autres. Il leur montre un intérêt sincère.

    Le nouveau chrétien devient, manifestement, un meilleur être humain.

     

    LA QUESTION D'OUVERTURE

    Lors de la conversation avec les dirigeants juifs, les parents de l'homme né aveugle ont dit : « Si vous voulez savoir ce qui s'est passé, Interrogez-le, lui-même ». (Jean 9:21) 

    Lorsque Dieu agit dans le cœur de quelqu'un, la personne posera une question qui révèle un cœur en recherche.

    Soyons conscient de cette question d'ouverture quand elle vient. 

    Lorsque nous rendions visite à ma famille, mes parents ne pouvaient pas me poser cette question. Ils attendaient que je sois sorti et qu'ils aient mon épouse, Denise, seule, puis ils lui posaient la question.

    Parfois, les gens sont tellement paralysés dans les relations humaines qu'ils sont incapables de poser une question personnelle.

    Mais il y a des signes que Dieu les attire :

    - Ils deviennent plus respectueux de vous - ils ne vous voient pas comme un extraterrestre.

    - Ils sont plus chaleureux - le ton de la voix change, les expressions du visage s'adoucissent

    - Ils sont plus relationnel. Ils cherchent le contact

     

    Puis vient LA question : "quoi", "pourquoi", "comment".

    C'est une indication claire de l'œuvre du Saint-Esprit. La personne est en train d’être attirée.

    Nous ne pouvons travailler qu'avec ce que fait le Saint Esprit. NOUS NE POUVONS CHANGER PERSONNE PAR NOUS-MEMES.

    Si nous essayons de changer les gens ou de les convaincre, nous devenons des briseurs de relations.

     

    La question d’ouverture de quelqu'un qui nous connaît pourrait être :

    - "J'ai entendu dire que tu vas maintenant à l'église"

    - "Quel genre d'église est-ce ?"

    - "Pourquoi as-tu commencé à y aller ?"

    - "Que s'est-il passé ?

     

    Soyez conscient de la personne dans le cercle de la famille et des amis qui est en train de s’ouvrir à vous.

    Cela peut conduire à une opportunité ponctuelle - une fenêtre qui s'ouvre puis se referme

    OU elle peut déboucher sur une relation spéciale, un partage à un niveau différent des autres.

    Mon jeune frère fêtait la fin de ses études secondaires avec certains de ses amis qui campaient sur une plage. La nuit précédente, ils avaient bu dans le pub du coin, se sont soûlés et ont été mis à la porte. Le lendemain, je les ai rejoints. Nous avons fait du surf et la nuit, sous la tente, ils nous m’ont dit : "Joue-nous une chanson avec ta guitare". J'ai chanté un chant chrétien que j'avais appris à l'église et en chantant, la présence de Dieu est venue dans la tente. Qu'est-ce que c'est, disaient-ils ? Alors j'ai expliqué que c'était Dieu qui était venu dans la tente et je leur ai demandé de respirer cette présence de Dieu et de ne jamais l'oublier. Les jeunes avaient les larmes aux yeux. Le lendemain, quand j’ai dû prendre le chemin du retour, mon frère m'a dit qu’il n'oublierais jamais cette nuit-là.

    C'était une fenêtre qui ne s'est jamais tout à fait refermée après cette expérience.

     

    COMMENT REPONDRE A LA QUESTION D’OUVERTURE

    Dans Colossiens 4:6, Paul donne une clé importante pour témoigner :

    « Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce assaisonnée de sel afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun. »

    - Le sel préserve un produit alimentaire

    - Une bonne parole préserve une relation

     

    Il est si important de parler avec grâce et sagesse

    - Ne dites pas tout - soyez sélectif dans ce que vous partagez

    - N'accablez pas la personne

    - S’assurer que la personne est toujours « dans » la conversation

    - Faites en sorte qu'ils aient envie d'en savoir plus – évitez toute lourdeur, faites en sorte, que la conversation reste passionnante.

    - Sachez quand vous devez vous arrêter et leur donner envie de reprendre une autre fois.

     

    À UN CERTAIN MOMENT DANS LE PROCESSUS DE PARTAGE,

    NOUS PASSONS DE LA RÉPONSE À LA QUESTION, À POSER SOI-MEME UNE QUESTION

    - Il peut s'agir d'une question sur eux-mêmes - "Vous est-il déjà arrivé quelque chose de ce genre ?

    - Il peut s'agir d'une invitation à vous accompagner pour découvrir.

    Dans Jean 1:46, Philippe est arrivé à ce stade avec son ami Nathanaël. "Aimerais-tu venir voir... 

    Le but ultime du partage de notre foi n'est pas une explication mais une invitation

     - pour leur donner l'occasion de découvrir par eux-mêmes.

    Le psalmiste dit : "Goûtez et voyez combien Dieu est bon" Psaume 34:8

    Comment prenons goût à un plat dont nous n’avions jamais goûté précédemment ?

    Lors d'une de mes premières visites à Nîmes, la capitale française de la corrida, on m'a offert un ragoût de taureau. La viande provenait des taureaux tués dans les arènes de combat de taureaux. Toute la rage et l'acide lactique accumulés pendant le combat ont donné à la viande une saveur forte, différente de toute autre viande que je n’avais goûté. Je dois vous avouer que je ne me suis pas précipité sur ce plat. J'en ai pris un peu et je me suis habitué au goût. Il a fallu que j'arrive moi-même à la conclusion que j'aimais ça.

    Je ne pouvais pas simplement accepter qu'un autre me dise que c'était bon.

     

    MAIS VOUS AVEZ AUSSI UN GRAND AVANTAGE DANS LE PARTAGE AVEC UNE PERSONNE QUE VOUS CONNAISSEZ

    Vous connaissez LEUR vie - vous savez ce qu'ils ont vécu, vous savez comment ils vont.

    Vous connaissez leurs échecs

    Vous connaissez leurs combats

    Vous connaissez leur situation personnelle

    Vous connaissez leur histoire

    Et vous pouvez parler de la réalité de ce qu’ils vivent personnellement

    Vous pouvez prendre l’aspect du message de l'Évangile le plus approprié pour la personne et l'appliquer comme un médecin qui prescrit un médicament.

     

    La toute première personne que j'ai conduite à Christ était un bon copain d'université.

    Pendant près de deux ans, j'ai dû partager patiemment avec lui parce qu'il ne voulait certainement pas de ce "truc de Jésus". J'ai pris le temps de profiter de notre amitié et des temps passer ensemble par le biais du sport et de la pêche.

    Nous nous connaissions bien. Quand ses faiblesses ont commencé à peser sur lui, il n'a pas pu me le cacher. Quand ses problèmes l'ont finalement rattrapé, je l'ai su. Il a accepté de venir à l'église avec moi, mais il était si paralysé qu'il ne pouvait pas répondre à l'appel au salut. Mais j'ai réussi à toucher les points sensibles - PARCE QUE JE LE CONNAISSAIS. "Arrête de courir, Jésus te tend la main en ce moment même. Prends sa main. Sois humble. Ne résiste plus." Et cette nuit-là, il a livré sa vie à Jésus. Il est aujourd’hui un retraité, un retraité qui aime Jésus de tout son cœur !

     

    Quand Dieu travaille dans leur cœur, ils ont besoin de nous pour les aider à franchir la ligne.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • PORTER SON AMI A JESUS

     

    Texte : Marc 2 :1-5

    INTRODUCTION

    C'est l'histoire d'un homme paralysé

    LA SITUATION DE L'HOMME PARALYSÉ

    Il vivait à Capharnaüm. Il avait évidemment entendu parler de Jésus et de tous les miracles qu'il faisait pour ceux qui venaient à lui.

    Mais cela ne pouvait pas marcher pour cet homme paralysé - il était totalement incapable de venir à Jésus seul.

    Même s'il pouvait se traîner jusqu'à la maison - il lui serait impossible de se frayer un chemin à travers la foule dense.

    Mais il avait 4 amis, et des « potes » qui allaient rendre possible l’impossible !

     

    Beaucoup de gens aujourd'hui sont comme cet homme

    Oh, ils ont 2 bonnes jambes, mais ils sont spirituellement paralysés

    Il leur sera totalement impossible de venir à Jésus... à moins que,

    A moins qu'ils n'aient des amis pour les porter.

     

    J'ai découvert ceci sur les gens :

    - la plupart ont besoin d'aide pour venir à Jésus

    - ils n'y arriveront pas sans que leurs amis les portent jusqu'à un certain point

     

    Les amis ont joué un rôle crucial dans le changement dans la vie de cet homme

    - non seulement ils l'ont physiquement amené à Jésus

    - mais c'est aussi grâce à leur foi que Jésus a pu accomplir le miracle

    Dieu sait comment sont les gens

    Il sait que l'homme ne trouve pas facile de venir à Jésus de son plein gré à cause des PEURS et des DOUTES

     

    Il sait que les jambes spirituelles de l'homme peuvent ne pas porter le poids de sa vie.

    Ainsi, Dieu lui fournit des amis, des gens de foi, des personnes qui peuvent l'aider à surmonter ses peurs et à apaiser ses doutes.

     

    LES AMIS

    Marc 2 :3 nous dit qu'il y avait précisément 4 amis - un sur chaque poignée de la civière.

    C'est important car j'ai appris que Dieu envoie 4 sortes de personnes pour aider quelqu'un à venir à Jésus.

    Cela ne signifie pas nécessairement quatre personnes différentes, mais quatre façons différentes dont une personne peut avoir besoin d'aide pour venir à Jésus.

     

    PREMIER AMI : CELUI QUI MANIFESTE L'AMOUR DE DIEU ET L'ACCUEIL SANS JUGEMENTS 

    Nous vivons dans un monde où règne l'indifférence.

    Les gens ne vous détestent pas. Ils vous ignorent. Ils n’ont pas grand intérêt pour vous .      

    Quand ils disent "Bonjour, comment allez-vous ? »

    Il ne faut surtout pas leur dire.  Ils ne veulent pas savoir. C'est juste de la politesse.

    Les gens vivent dans leur propre petit monde

    Ils suivent le principe "De bonnes clôtures font de bons voisins". Restez de votre côté et moi je resterai du mien.

    On le voit malheureusement dans certaines églises : une nouvelle personne vient à la réunion. Quelqu'un lui serre la main à la porte et lui dit : "Bienvenue à l'église. Dieu vous bénisse " C'est tout. Maintenant, il est seul. Tout le monde parle à ses amis, alors la nouvelle personne s’approche du tableau d'affichage pour lire ce qui est affiché en attendant le commencement de la réunion. Personne ne se donne beaucoup de mal pour la connaître.

    L’auditoire d’une réunion d’église peut ressembler à une foule de spectateurs d’un match de football. Ils viennent pour le match. C’est tout.

    Mais pour que quelqu'un vienne à Jésus, il doit sentir qu'il y a un chrétien qui se soucie vraiment de lui.

     

    Ma première fois dans une grand rencontre de louange, je me suis assis à l'arrière, près de la porte. Les chants ont commencé. Puis soudain, le meneur de chant a dit : "Allez partager l'amour de Dieu avec quelqu'un". Les gens se prenaient dans les bras et se faisaient des « hugs »... Moi, plutôt figé, je faisais comme les catholiques avec la main tendu : "Que la paix soit avec vous" mais je me sentais très mal à l'aise.

    Puis j'ai vu un homme grand qui venait droit vers moi. Il n'était pas très beau à voir. Il avait une tête dégarnie, des lunettes très épaisses qui faisaient paraître ses yeux très gros et un immense sourire où je pouvais voir toutes ses dents.  Il m'a fait peur. J'ai cru qu'il allait me manger ! « Salut, je suis Rod, qui es-tu ? V-v-vincent. C'est ta première fois ? Qu'est-ce que tu fais ? »

    Il était plutôt sympa et je pensais qu'il était sincère dans son approche. J'avais spirituellement faim et j'avais été touché lors de cette première réunion, alors j'y suis retourné la semaine suivante.

    J'ai vu quelqu'un que je connaissais de l'autre côté de la salle et je me suis dit : "S'ils recommencent « à partager l'amour de Dieu », je vais essayer de rejoindre cette personne que je connais. Quand le meneur de louange nous a demandé d’aller saluer quelqu’un j'ai descendu l'allée centrale pour traverser devant la scène quand je me suis retrouvé face à face avec le pasteur. C'était un petit homme avec une veste à carreaux très « criante ». « Vous êtes nouveau ici. Oui. Comment t'appelles-tu ? Vincent. » Puis il m’a serré dans ses bras et m’a soulevé ! Je ne suis jamais arrivé à rejoindre la personne que je connaissais. Tout cela me paraissait un peu bizarre mais, d'une certaine façon, j'ai aimé ce contact. Ça m’a donné l’impression que ces gens étaient authentiques.

    Ces personnes ne s’intéressaient pas seulement à leurs amis. Ils voulaient me connaître, moi le nouveau venu.

    Je ne m’y attendais pas et ça faisait du bien.

    Jésus a été appelé "l'ami des pécheurs" parce qu'il leur a tendu la main.

    Il les a acceptés sans les juger. Et les pécheurs le ressentaient.

     

    DEUXIÈME AMI : CELUI QUI PRIE POUR LE PARALYSÉ SPIRITUEL

    C'est l'ami qui prie Dieu en privé pour son ami.

    Lorsque vous êtes spirituellement paralysé, vous ne pouvez pas prier pour vous-même.

    Vous ne savez même pas que vous pouvez prier pour vous-même.

    Alors un ami prie pour vous.

    Une femme assistait régulièrement à la réunion de prière du mardi soir de son église. Son mari n'était pas chrétien mais c'était un homme gentil et il conduisait sa femme à la réunion de prière et venait la chercher à la fin chaque semaine. Un mardi soir, elle avait un vrai fardeau pour son mari et elle a demandé au pasteur à la fin de la réunion si on pouvait prier pour lui. Ils l'ont fait. Entre-temps, le mari étant arrivé tôt pour la prendre, les a entendus prier avec ferveur pour un certain homme. Lorsqu'elle est sortie et alors qu'ils marchaient vers la voiture, il a dit : « Pour qui priiez-vous à la fin ? Elle a retenu son souffle. Le mari d'une des dames de l'église » a répondu la dame. Alors il a dit en souriant « avec une telle prière, il n'a aucune chance. » Cette nuit-là, dans son lit, il n'a pas pu dormir. Il a réveillé sa femme et a dit : « Cet homme pour qui vous priiez, est-ce que c’était moi ? Oui », dit la dame étonnée de la question. Alors le mari a ajouté : « Je crois que ça commence à marcher ! »

    Personne ne peut m'empêcher d'être leur ami et de les porter à Jésus dans la prière.

     

    TROISIÈME AMI : CELUI QUI PARTAGE LE MESSAGE DE L'EVANGILE AVEC LUI 

    Romains 10 :14 « Et comment croiront-ils en celui dont ils n'ont pas entendu parler ? Et comment en entendront-ils parler s'il n'y a pas une personne qui prêche ? »

    La personne qui partage sa foi avec un paralysé spirituel est l'un de ses plus grands amis.

    Ses paroles le conduiront à Jésus. "Comment peut-il croire sans un prédicateur ? »

    L'ignorance et la méconnaissance sont parmi les plus grands obstacles pour qu’une personne s’approche de Jésus.

    La gardienne de l'immeuble où j'avais mon bureau à Paris était une Espagnole du nom de Maria. Elle vivait au rez-de-chaussée avec son mari qui s'appelait Jésus ! Je prenais un café avec Jésus de temps en temps. Jésus n'était pas chrétien, alors je lui parlais du besoin du salut.

    Maria était une personne assez religieuse. Quand elle était déprimée par un problème, elle venait me voir et me demandait si je pouvais dire une prière « au petit Jésus ». Je lui disais : « Maria, tu es mariée au petit Jésus. Celui qui est au ciel, c'est le grand Jésus ».

    Elle comprenait tout de travers. L’ignorance produit la confusion.

    Quand on ne connaissait pas Jésus, le grand Jésus, on a besoin de quelqu'un pour partager avec nous qui Il est.

    Le vrai ami prendra le temps pour expliquer et partager aider la personne à sortir de l'ignorance.

    Pour le salut d’un autre cet ami est indispensable.

    Illus. Il y a eu un livre qui m’a particulièrement donné envie de devenir un prédicateur de l’Evangile. « La croix et le poignard « C’est l’histoire d’un jeune pasteur, David Wilkerson dans les sous-sols de la ville de New York. A plusieurs reprises il a frappé à la porte des quartiers générales des gangs. A celui qui répondait, il disait " » J'ai un message pour Nicky Cruz (chef des gangs). C’est quoi ton message ? Dis-lui que Jésus l'aime. » Il a finalement réussi. Et Nicky s’est converti à Christ et il est devenu un puissant prédicateur de l'Evangile.

     

    QUATRIÈME AMI : LA PERSONNE QUI AIDE DE FAÇON PRATIQUE

    Si vous n'avez pas de moyens de transport pour venir à l'église, c'est lui qui viendra vous chercher.

    Si vous n'avez pas de BIBLE, c'est lui qui vous en achètera une.

    Si tu es trop timide pour t’avancer au moment d’un appel lors d’une réunion, c'est lui qui s’avancera avec toi.

     

    CONCLUSION

    J'étais le deuxième de 6 enfants et j'ai été élevé dans une famille catholique traditionnelle. Nous avons tous eu la même éducation religieuse mais je suis le seul des 6 à avoir une relation vivante avec Jésus. Ce n'est pas parce que je suis meilleur que mes frères et soeurs. C'est juste un fait.

    Quand nous étions enfants, nous allions régulièrement en famille rendre visite à mes grands-parents. Et mon père, qui avait servi dans l'armée française, faisait monter les six enfants en file indienne commençant par le plus petit. Nous étions sa petite armée privée !  C’est vrai, nous les plus grands, on se sentait plutôt ridicule. Les voisins de mes grands-parents, Jack et Betty, étaient des gens sympas et lorsque les enfants remontaient l'allée, ils étaient souvent dans leur jardin. Nous leur faisions signe de la main et ils nous disaient bonjour en retour. Nous n'avions pas une relation très proche avec Jack et Betty. À Noël, nous leur donnions des mouchoirs et ils nous donnaient des chaussettes. L'année suivante, ils nous rendaient les mouchoirs et nous leur rendions les chaussettes !

    Les années ont passé. J'ai vécu une expérience merveilleuse avec Dieu qui m'a profondément changé et je suis devenu un chrétien engagé.  Plus tard, je suis devenu pasteur à l'âge de 23 ans.  Un jour, je suis allé voir mes grands-parents et ils m'ont dit : « Les voisins, Jack et Betty, aimeraient vraiment te voir. Peux-tu passer ? Avec plaisir », j’ai répondu.

    Je suis donc allé frapper à leur porte. Ils ont tous les deux ouvert la porte et je me suis présenté. Ils m'ont dit : " Qu’est-ce que tu as grandi ! " Ouais, c'est ce qui est censé se passer quand on est enfant !

    Ils m'ont dit : « Vincent, on a entendu dire que tu étais devenu pasteur. Oui, c'est bien ça.  Un pasteur chrétien né de nouveau ? Oui. Avec Jésus dans ta vie ? Oui. Tu es un chrétien rempli de l'Esprit. Oui……..Eh bien, NOUS AUSSI !!!

    « C'est incroyable », ils ont dit ". Pourquoi ? Tu te souviens quand tu étais enfant et que tu venais voir tes grands-parents ? Un jour, alors que nous vous voyions tous marcher dans l'allée, le Saint-Esprit nous a dit : "Je veux que vous commenciez à prier pour Vincent. Ma main est sur sa vie".

    Et pendant toutes ces années, nous t’avons porté à Jésus dans la prière !

     

    Une dernière pensée par rapport à cette histoire extraordinaire.

    LE PROBLEME DU TOIT

    Les amis de l'homme paralysé ont travaillé ensemble pour surmonter tous les obstacles afin d'avoir la possibilité d’amener leur ami à Jésus.

    Quand ils ont réussi à le hisser sur le toit au-dessus de la tête de Jésus, ils n’avaient plus qu’un dernier obstacle... le TOIT lui-même. Pas de problème. Ils ont arraché ce toit, peu importe ce que dirait le propriétaire.

    Cher lecteur, laissez-moi arracher ce toit pour vous aujourd'hui - cette chose qui vous sépare de Jésus.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • PARTAGER TON TEMOIGNAGE POUR TOUCHER LES COEURS

     

    Texte : Marc 5 :15-20

    INTRODUCTION

    Beaucoup de chrétiens ne partagent pas leur foi, non pas parce qu'ils ne veulent pas voir les gens venir à Christ

    MAIS simplement parce qu'ils manquent de confiance.

    Ils ne savent pas comment commencer et ils ne savent pas quoi dire.

    Quand j'étais jeune pasteur dans une grande église, ma première tâche a été de monter un café-bar au sous-sol de l'église qui était située au centre ville. Le plan était d'aller dans la rue, de parler aux gens et de les inviter à venir avec nous au café-bar. Les premières semaines, on voyait quelqu'un qui s’approchait, on se décidait de lui parler, on s’approchait de lui et au dernier moment, on se retournait pour regarder une vitrine de magasin. Ensuite, ca allait un peu mieux mais au dernier moment, « Excusez-moi, vous avez l'heure ? »

    Avoir du courage était une chose, mais savoir quoi dire en était une autre.

    Jésus nous donne la clé dans ce qu'il a dit à l'homme possédé de démons qui venait d'être libéré.

    Après sa délivrance, l'homme a voulu rejoindre l'équipe de Jésus.

    MAIS Jésus l'a envoyé comme évangéliste auprès de sa famille et de ses amis avec un seul outil principal : SON TEMOIGNAGE

    Au v19, Jésus lui a donné des instructions très précises sur ce qu'il devait partager :

    « Va dans ta maison, vers les tiens et raconte-leur TOUT CE QUE le Seigneur t'a fait et COMMENT il a eu pitié de toi. »

    CE QUE le Seigneur t'a fait et COMMENT il a eu pitié de toi

     

    Un témoignage comprend ces deux éléments :

    QUELLES grandes choses le Seigneur a faites & COMMENT il a eu pitié de vous.

    Et chaque chrétien a une histoire à raconter du QUOI & COMMENT

     

    LE TÉMOIGNAGE DE PAUL DEVANT UN ROI

    Paul raconte son témoignage à deux reprises dans un lieu public relatées dans les Actes des Apôtres.

    Dans Actes 26 : 1-23 c’est la deuxième fois. Il y a beaucoup à apprendre de cet exemple sur le témoignage.

     

     Les leçons du témoignage de Paul

    1. IL REPOND A L'OPPORTUNITE QUI LUI EST DONNEE – il ne la laisse pas passer

    Paul ne fait pas le forcing. Il ne s'impose pas. Mais il profite pleinement de l'ouverture.

    Régulièrement, les gens nous donnent la possibilité de partager notre témoignage dans toutes sortes de situations.

    Nous n'arrivons pas avec des gros sabots. Avec respect nous partageons naturellement de ce que nous avons vécu.

     

    2. Il COMPREND LA PARTIE TRANCHANTE DE SON TÉMOIGNAGE

    La partie tranchante de votre témoignage est la partie de l'histoire qui pénétrera dans le cœur, qui marquera.

    Un couteau a deux cotés - un tranchant, qui coupe et l'autre qui ne coupe pas. Si tu essaies de couper une tomate avec le coté qui ne coupe pas...quel résultat ?

    La partie tranchante du témoignage de Paul était sa défense violente du judaïsme contre le christianisme naissant. Il avait été un persécuteur acharné des chrétiens.

     

    Actes 26 :10, 11. Forcer les chrétiens à blasphémer le nom de Jésus, il les mettait en prison, il les tuait

     

    Souvent les chrétiens aimeraient avoir un témoignage choquant pour attirer l'attention des gens.

     

    Une fois, j'ai entendu un garçon de 12 ans d'une famille chrétienne donner un témoignage dans une réunion publique. Il a commencé en disant : "Dieu m'a sauvé d'une vie de péché..."

    Mais on peut se poser la question, combien de péchés a-t-on commis à l'âge de 12 ans dans une famille chrétienne ?

     

    Si je témoignais de mon passé criminel sordide, je devrais révéler qu'une fois, à l'âge de 14 ans, j'ai participé à une sortie de jeunes. Nous étions une trentaine dans un bus. Nous nous sommes arrêtés devant un magasin pour acheter des boissons et des glaces. Le commerçant a été submergé par cette vague soudaine de clients bruyants. J'étais debout près de l’étagère à pain. Le commerçant ne regardait pas, alors j'ai pris un pain, je l'ai mis dans ma veste et je suis retourné au bus. Je me sentais très malin. Puis j'ai sorti le pain de ma veste et j'ai pensé : "Qu'est-ce que je vais faire avec ça ? Qui veut manger seulement du pain ? Quelle chose stupide j'ai faite. "Je me suis tout d’un coup senti très mal. Alors j'ai décidé de le remettre en place. Le seul problème, c'est que tous les jeunes remontaient dans le bus. Le magasin se vidait aussi vite qu'il s'était rempli, j'y suis retourné. Le commerçant pouvait maintenant voir ce qui se passait. J'ai dû attendre un autre client avant de remettre le pain en place. C'était beaucoup plus difficile de réparer le tort que de le commettre au départ. Ce jour-là j’ai décidé de pas faire une carrière de voleur !

    Vous voyez, mon passé criminel n'est pas la partie tranchante de mon témoignage.

     

    Là où je peux obtenir une réponse "wow", c'est dans le domaine de la religion et des études universitaires.

    Les gens sont surpris quand je leur dis que j'ai étudié pour être prêtre catholique, que je portais une soutane et des croix au col.

    Que j'ai un diplôme universitaire avec une double spécialisation en études religieuses et en histoire de l'église.

    Je ne suis pas intimidé par les professeurs d'université et les étudiants qui se croient des têtes.

    C'est la partie tranchante de mon témoignage.

     

    LES CHRÉTIENS ÉLEVÉS DANS UNE FAMILLE CHRÉTIENNE, SEMBLENT AVOIR UN PROBLÈME POUR DONNER LEUR TÉMOIGNAGE

    D'une manière ou d'une autre, ils souhaiteraient avoir un meilleur témoignage. J'ai souvent entendu ;

     « Qu’est-ce que je peux partager moi ? Je n'ai jamais fait trop de mauvaises choses. Je ne sais même pas si je peux vraiment déterminer le moment où je suis né de nouveau. Si j'avais été un voleur de banque ou autre, ça aurait été mieux ».

    « Je n'ai rien de puissant dans mon témoignage »... C’est FAUX !

     

    Pour une personne élevée dans un foyer chrétien, le fil conducteur est

    - que vous avez été protégé contre les choses auxquelles les autres ont été exposés.

    - que vous êtes un exemple vivant qu'il existe une autre façon de vivre sa vie.

    - que les couples et les familles peuvent être heureux.

    - que vous pouvez dire OUI aux bonnes choses et NON aux mauvaises choses.

    - que vous pouvez vivre droit dans un monde tordu et propre dans un monde sale

     

    Il suffit de regarder les jeunes qui gâchent leur vie, les enfants avec lesquels vous étiez à l'école, dans votre ville, vous auriez été là si Dieu ne vous avait pas protégé.

     

    Vous êtes la preuve vivante qu’on peut décider de vivre autrement.

    Tu l'as eu dès ta jeunesse. Par ton témoignage, maintenant d'autres peuvent décider d'aller dans cette bonne direction.

    C'est un atout très fort.

    Revenons maintenant au témoignage de Paul

     

    3. IL SAIT COMMENT EXPLIQUER UNE EXPÉRIENCE SPIRITUELLE

    Vv 13, 14 Paul décrit son expérience spirituelle 

    Il n'est pas facile de décrire son expérience spirituelle.

    Nous avons tendance à utiliser des mots qui sont si subjectifs que l'auditeur a du mal à s'y retrouver:

    " J'ai ressenti quelque chose, j'ai senti la présence de Dieu, j’ai été ému "

     

    Paul a dit : " J'ai vu, je suis tombé, j'ai entendu " un témoignage fort et clair.

    Vous n'avez donc rien e « ressenti » - c’est Dieu qui est venu et qui m'a touché profondément.

    Utilisez des mots forts pour décrire ce qui s'est passé

    La première chose que j'ai vécue, c'est qu'une grande paix est descendu sur moi. Je savais que c'était Dieu et quand il a eu fini, j'étais en feu. J'ai eu une joie que je n'avais jamais eue, même lorsque mon équipe de football avait gagné le championnat.

    Je n'avais plus besoin de le croire. Depuis ce jour, je le connais.

     

    4. PAUL FAIT LE LIEN ENTRE SON EXPÉRIENCE ET LA VÉRITÉ BIBLIQUE

     

    V22 " et j'ai prêché ce que les prophètes et Moïse avaient déclaré - que le Christ devait souffrir, mourir et ressusciter d'entre les morts ".

    Votre témoignage, s'il doit avoir un impact, ne doit pas être juste une spiritualité subjective, sinon il fait simplement partie du mysticisme « new age ».

    Il doit être la preuve réelle de ce que la Bible a dit qu'il arriverait.

    Parce que j'ai grandi dans un contexte catholique, j'ai cru en Jésus toute ma vie. Je n'ai pas entendu le message de l'Évangile, je ne me suis jamais avancé lors d’un appel au salut, on n’a jamais prier pour moi pour que je sois né de nouveau, je n’ai jamais eu de conseiller pour m’expliquer Jean 3 :16

     

    Lorsque j'ai découvert les vérités de la Bible, j'ai dû repasser en revue ma vie pour essayer de comprendre à quel moment j’ai été né de nouveau.

    J'ai pu me souvenir d'un soir où, à 15 ans, dans un camp de jeunes, Dieu a touché ma vie et je n'ai plus jamais été le même.

    Les versets de l'Écriture qui m'ont aidé à expliquer ma conversion de façon biblique étaient : Jean 3 :8 et 2Corinthiens 4,6

    Votre expérience du salut doit exalter Jésus et confirmer la Parole de Dieu.

     

    5. IL RECHERCHE UNE RÉPONSE DE SES AUDITEURS

    Vv 27, 28 Paul vise le roi et toute sa cour.

    Un témoignage doit aller chercher du répondant chez la personne.

    Le témoignage doit finir fort et provoquer une réaction :

    « Si Dieu a pu faire cela pour moi, y a-t-il une raison pour qu'il ne puisse pas faire la même chose dans votre vie. »

    « Je viens de vous raconter mon histoire. Vous aussi, vous pouvez avoir votre histoire d'une rencontre avec Dieu qui a changé votre vie.»

     

    MA VIE " MOYENNE

    Au début de ma vie chrétienne, j'ai souhaité avoir un témoignage plus spectaculaire. J’étais toujours étonné d'entendre certains témoignages de salut.

    Quand je regardais ma vie, elle était assez ordinaire.

    Je viens d'une bonne famille que je pourrais qualifier de "moyenne".

    Je n'étais pas bête à l'école. Mais j'étais plutôt « moyen ».

    Dans le sport comme dans la musique, je pouvais faire un peu des deux... à peu près " moyen " je dirais.

    J'avais quelques amis, pas des tas, mais dans la « moyenne ».

    S'il y avait un mot qui décrirait ma vie, ce serait "moyen".

     

    Une fois, j'ai entendu un prédicateur raconter son témoignage.

    Il avait été un criminel psychopathe. Il avait passé des années dans une prison pour les fous criminels.

    Son problème était qu'il n'aimait pas la police. Chaque fois qu'il voyait une voiture de police, il la brûlait. La police en a eu marre. Alors ils l'ont finalement attrapé, l'ont enfermé et ont jeté la clé. Mais en prison, il a été merveilleusement sauvé.

    Il a écrit un livre et y a mis sa photo d'avant – une tête de brute qui faisait peur. La photo d’après, il ressemblait à un ange. Le livre était intitulé « Du Caniveau à la Gloire »

    Wow, quand j'ai entendu tout ça et lu le livre, j’étais impressionné et j’ai réfléchi ce que j'avais fait.

    J'avais été enfant de chœur. Si j'écrivais un livre je pense que j'appellerais ce témoignage "Du banc de l’église à la gloire".

    Je ne pense pas que ce serait un best-seller.

     

    Un jour, le Saint-Esprit m'a dit : "Combien de personnes as-tu rencontré qui ont brûlé des voitures de police ? " Pas beaucoup, Seigneur.

    Combien de personnes sont "moyennes" ? La plupart des gens, je suppose, Seigneur.

    Ne vois-tu pas, je t’ai donné un témoignage qui peut toucher la plupart des gens.

    C’est vrai, Seigneur. Je ne l'avais pas vue comme ça.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique