• INTRODUCTION

     

    Cette épître est une des pièces maîtresses de l’ensemble de l’enseignement du Nouveau Testament pour sa remarquable présentation des vérités fondamentales de l’Evangile.

              Pourtant l’auteur de cette oeuvre reste un mystère. Il est peu probable que ce soit l’apôtre Paul. Certains l’ont attribué à Barnabas. Martin Luther et bien d’autres pensent que l’épître vient de la plume d’Apollos.

              Objectif : la lettre est adressée aux Juifs chrétiens et cherche à expliquer qui est Jésus par rapport à Dieu et son rôle dans le dessein de Dieu pour l’homme. Jésus est tout simplement le thème central du livre.

              Compte-tenu du public visé il n’est pas étonnant de trouver de nombreuses citations de l’Ancien Testament et notamment des Psaumes pour appuyer l’enseignement.

              Il est également intéressant de voir comment les auteurs du Nouveau Testament interprètent l’Ancien Testament à la lumière de la venue de Jésus.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 1 : CONNAITRE JESUS CHRIST

    CONTRASTE ENTRE ANCIEN ET NOUVEAU

    Deux époques sont mises en contraste : « autrefois » (v1) et « ces derniers temps » (v2)

    Les Juifs convertis à Christ doivent bien faire la différence.

    AUTREFOIS

              Dieu parlait par la bouche des prophètes qui étaient ses oracles – 1Pierre 1:10,11

              La révélation de Dieu venait comme les pièces d’un puzzle « à plusieurs reprises et de  plusieurs façons » – v1

              Elle venait également par le moyen des anges qui sont appelés des serviteurs, ministres ou des messagers. Ils peuvent prendre différentes formes  – vents (esprits), flamme – v7,14.

    Exemple : L’ange Gabriel à Daniel – Daniel 9:21 et, 550 ans plus tard, à Marie –

    Luc 1:26

    CES DERNIERS TEMPS

              Dieu parle uniquement par le Fils Jésus – v2

              Jésus n’est pas un canal (prophète), ni un instrument (ange).

              Il est la Parole même de Dieu, Il est lui-même Dieu – Jean 1:1,14.

              Dieu, dans sa pensée, ses réactions, sa volonté et ses actes se révèle entièrement à l’homme dans la personne de Jésus.

     

    QUI EST JÉSUS SELON HEBREUX ?

     

    1 - JESUS EST L’HÉRITIER DE DIEU DE TOUTES CHOSES – v2

              Toute la richesse de Dieu lui appartient. Tout ce que nous recevons de cette richesse doit passer par lui – Romains 8:17,29.

     

    2 - PAR JÉSUS DIEU A CRÉE L’UNIVERS – v2

              Dieu n’a pas créé le monde par une pensée ou par un acte, mais par une parole « Que la lumière soit et la lumière fut » – Genèse 1:3.

              Cette Parole créatrice s’est faite chair dans la personne de Jésus. Pour cette raison sa Parole guérit et libère – Matthieu 8:16.

     

    3 - JÉSUS EST LE REFLET DE LA GLOIRE DE DIEU – v3

              Le reflet est dans le sens d’un rayonnement, comme les rayons du soleil. Il est la lumière de Dieu qui éclaire le monde et qui éclaire le ciel – Jean 1:4,5,9 ; Apocalypse 21:23.

     

    4 - JÉSUS EST L’EMPREINTE EXACTE DE LA PERSONNE DE DIEU – v3

             Il ne ressemble pas au Père, mais LE représente parfaitement – Jean 14:8, 9.

             L’image évoquée par le texte est d’un sceau qui laisse une empreinte exacte dans de la cire chaude.

     

    5 - JÉSUS SOUTIENT TOUTES CHOSES – v3

              Il le fait par sa Parole puissante. Il est le garant de la création et du salut de Dieu. Il porte le plan de Dieu et assure son accomplissement – Philippiens 1:6 ; Colossiens 1 :17

     

    6 - JÉSUS A PURIFIÉ DE L'EFFET DES PÉCHÉS – v3

    Il a gagné le pardon des péchés de l’homme qui se repent. Il a ouvert le chemin de la réconciliation avec Dieu – Esaie 53:5 ; 1Jean 1:9. 

     

    7 - JÉSUS SIÈGE A LA DROITE DE DIEU  – v3

    La droite de Dieu est un lieu d’exaltation, d’autorité et d’intercession. Dans l’Ancien Testament, l’histoire de qui préfigure l’exaltation de Jésus est celle de Joseph élevé à la droite de Pharaon en Egypte –Genèse 41:40-44.

     

    8 - JÉSUS A RECU UN NOM PLUS EXCELLENT – v4

    • Depuis l’éternité, le Fils portait le nom : Parole de Dieu
    • Depuis le jardin d’Eden, Il portait le nom : Messie
    • Depuis Bethléhem, Il portait le nom : Jésus
    • Depuis sont exaltation à la droite de Dieu, Il porte le nom : Seigneur

          Ce nom est au-dessus de tout autre nom – Philippiens 2:9-11. 

    Maintenant que l’épître a établi qui, en fait, est Jésus, elle se consacrera à cequ’il a accompli. 

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    CHAPITRE 2 : L’HOMME RETROUVE LA GLOIRE

     

    Ayant présenté Jésus dans toute sa gloire dans le premier chapitre, l’auteur de l’épître aborde la question de l’homme fait pour partager cette gloire.

    Plusieurs des thèmes centraux de la lettre sont introduits dans ce chapitre.

    L’AVERTISSEMENT

              Le chapitre s’ouvre avec une mise en garde aux chrétiens de ne pas prendre le salut à la légère. Hébreux, à plusieurs reprises, parle de la possibilité de perdre son salut.

    Sans s’attacher à l’Evangile nous pouvons être «emportés loin » – v1 ; voir également Hébreux 6:4-8 ; 10:26-31.

    Ce salut, annoncé par Jésus et les apôtres, et appuyé par la puissance de Dieu ne doit pas être négligé – Philippiens 2:12 ; 2 Pierre 1:10,11.

     

    LA HIERARCHIE DE LA CRÉATION

    En citant plusieurs versets du Psaume 8 qui honore l’homme dans la création de Dieu, l’épître veut présenter un organigramme du monde spirituel et naturel

     

    DIEU – JESUS

    LES ANGES

    L’HOMME

    LA NATURE

     

    L’homme a été crée en vue de la gloire – v7, 1 Pierre 5:10

    Il a été crée et placé dans la création pour régner sur toutes choses – v8

    La réalité manifeste, c’est que l’homme ne règne pas sur toutes choses actuellement. Il semble très loin de cette gloire – Romains 9:22, 23 

    Le péché, le mal, la maladie, refusent de se soumettre et le dernier ennemi à être dominé c’est la mort – 1Corinthiens15:26.

     

    LA STRATÉGIE DE DIEU – vv8-10

              Le plan de Dieu est simple.

    Jésus doit quitter la gloire, s’identifier à l’homme afin que par sa mort il conduise l’homme à la gloire à laquelle il est destiné – v10

              Devant son manque de gloire actuelle, l’homme doit-il déprimer ? Comment peut-il relever la tête quand manifestement les ennemis qu’il devrait dominer ne lui sont pas soumis ?

              La réponse, c’est avoir la foi face aux situations imparfaites de la vie. L’homme doit porter son regard sur Jésus qui, lui, est aujourd’hui couronné de gloire – v9.

    Par la foi, sa gloire devient la nôtre.

    C’est un thème qui reviendra dans la suite l’épître – Hébreux 12:1, 2.

     

    Jésus est, donc, celui qui a ouvert la voie de la gloire pour l’homme, il est le prince de leur salut – v10

    L’image dans le texte est celle d’un pionnier du salut. Comme les explorateurs ont ouvert la route au nouveau monde, Jésus a ouvert le chemin pour l’homme afin qu’il puisse  atteindre le salut et la gloire.

    Ceci est un autre des thèmes principaux de l’épître – Hébreux 10:19-22.

     

    LA DÉFAITE DU DIABLE – vv14-16

              Dans ce passage nous avons un des aperçus les plus explicites de la victoire de Jésus sur le diable de tout le Nouveau Testament.

              L’homme, appelé à la gloire, se retrouve esclave. Lui qui devait régner est dominé par la mort et la crainte de la mort. Le diable tient l’homme dans l’impuissance et la crainte par la mort.

              Jésus anéantit cette puissance et détruit cette domination par sa propre mort et résurrection. Il est maintenant vivant au siècle des siècles et il donne la vie éternelle à l’homme.

    Le diable est réduit à l’impuissance – 1 Jean3:8 ; Apocalypse 1:17,18 ;

    1 Corinthiens 15:54-57

     

    CE QUE JÉSUS FAIT POUR L’HOMME  – vv16-18

    Il est devenu semblable à l’homme et devient son frère. Ayant vécu pleinement homme parmi les hommes avant d'être élevé à la gloire, Jésus devient un souverain sacrificateur miséricordieux. Il comprend l'homme.

    Il peut lui venir en aide

    L’homme a maintenant un parfait interlocuteur dans sa relation avec Dieu

    Hébreux 4:14-16.

    L’introduction faite, ces thèmes seront développés tout au long de l’épître.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 3 : SA MAISON, C'EST NOUS !

      

    Le chapitre commence comme l’épître elle-même a commencé, en invitant le lecteur à considérer Jésus.

    L’auteur veut aider les Juifs qui se sont convertis à Christ à faire de Jésus leur seule référence. Il est apôtre, l’envoyé de Dieu, comme Moïse l’avait été et il est souverain sacrificateur, comme Aaron l’avait été.

    JESUS ET MOISE

    Dans les deux premiers chapitres, Jésus est présenté comme étant supérieur aux prophètes et aux anges. Maintenant, il est présenté comme étant supérieur à Moïse.

    Pour le Juif, ceci pouvait être un obstacle majeur. En effet, Moïse était perçu comme le plus grand de tous les hommes. N’était-ce pas celui qui avait parlé avec Dieu – Jean 9:28, 29 ; Matthieu 23:2.

    Moïse représente la loi, mais Jésus représente la grâce. L’auteur veut aider le Juif à passer de la loi à la grâce, de Moïse à Jésus – Jean 1:17.

     

    LES DEUX MAISONS

    Moïse et Jésus ont tous les deux construit une maison. Le mot traduit « maison » dans le Nouveau Testament peut évoquer l’idée d’un édifice, mais surtout celle d’une famille.

    MoÏse a construit le peuple d’Israël autour du tabernacle dans lequel résidait la présence de Dieu – Exode 40.

    Jésus construit l’église. Mais lui-même est la présence Dieu au milieu des chrétiens – Matthieu 18:20.

    MoÏse a été serviteur la maison de Dieu et en faisait partie.

    Jésus est Fils et, donc, propriétaire de la maison. Sa gloire est supérieure à celle de MoÏse.

    Il était indispensable pour les enseignants dans l’église primitive d’aider les Juifs à se libérer du poids de MoÏse afin que Jésus puisse renouveler leur intelligence.

    Matthieu 19:7-9 ; Matthieu 22:23, 24 ; Jean 3:14 ; Actes 13:38, 39.

    La plus grande menace pour l’église primitive était les pharisiens, lesquels se disant chrétiens, essayaient de nouveau d’imposer la loi de Moïse – Actes 15:1, 2, 5.

     

    LA MAISON QUE JESUS CONSTRUIT

    Jésus assume pleinement la responsabilité de construire sa propre maison, sa famille – Matthieu 16:18.

    Elle serait une maison spirituelle, une habitation de Dieu, faite non de pierres mortes, mais de pierres vivantes – Ephésiens 2:22 ; 1 Pierre 2:4-7.

    Cette maison serait bâtie par Jésus, mais avec des ministères dont il aurait confié la responsabilité – 1 Corinthiens 3:10, 11.

     

    Les éléments essentiels de cette construction

    • La pierre angulaire – Jésus lui-même – Ephésiens 2:20
    • Les fondements – apôtres et prophètes – Ephésiens 2:20
    • Les piliers – les responsables : ministères et anciens – Galates 2:9
    • Les pierres vivantes – les chrétiens engagés – 1 Pierre 2:5

     

    FAIRE PARTIE DE LA MAISON EST CONDITIONNEL

    Hébreux 3:6 est un verset pivotant

    La maison, c’est nous. Mais faire partie de « nous » dépend de certains critères.

    Pour faire partie de la maison que Jésus construit la barre est haute

    • Il faut retenir fermement sa confiance
    • Il faut retenir fermement son espérance
    • Il faut les retenir « jusqu’à la fin » – v14, et Matthieu 24:13

     

    MOISE EXCLU DE LA TERRE PROMISE

    Jésus est supérieur à Moïse également parce que si Jésus est entré dans la gloire, Moïse n’a pas été admis à la terre promise.

    La deuxième partie du chapitre se base sur le Psaume 95:7-11 et aborde les raisons pour lesquelles une personne serait empêchée d’entrer dans la terre promise, ou de faire partie de la maison de Dieu.

     

    Pour comprendre le contexte de la rébellion dont ce psaume fait allusion, voir Exode 17:1-7 ; Nombres 20:1-13

     

    Résumons les raisons d’une disqualification

    1. L’endurcissement du cœur – v8 – le refrain v15 et Hébreux 4 :7
    2. Un cœur mauvais – v12
    3. La séduction du péché – v13
    4. La désobéissance – v18
    5. L’incrédulité – v19

     

    Pour faire partie de l’habitation de Dieu, il faut bien commencer, mais il faut également aller jusqu’au bout.

    Un cœur tendre, une foi réelle et une vie droite sont indispensables pour intégrer  cette maison que Jésus construit.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 4 : VIVRE DANS LA PAIX DE DIEU

     

    Le chapitre trois se termine en abordant le thème d’entrer dans le repos de Dieu.

    Rappelons-nous que l’objectif de l'auteur de cette épître aux Hébreux est d’enseigner ceux qui avaient grandi dans le judaïsme, les principes de la foi dans la personne de Jésus.

    Pour appuyer son enseignement, il a déjà cité de nombreux passages de l’Ancien Testament et notamment des Psaumes.

    Maintenant, il développe sa pensée de trouver la paix avec Dieu en faisant allusion à des événements bibliques bien connus des juifs.

     

    LE 7ème JOUR DE LA CRÉATION

    Après 6 jours de travail de création, Dieu s’est reposé – voir Genèse 2:1-3

    Les rabbins enseignaient que Dieu, depuis ce jour, était toujours dans le repos compte-tenu du fait que, pour les 6 premiers jours, il y avait matin et soir, mais pour le 7ème jour, il n’y avait que matin.

    Ce repos est à la suite d’un travail complètement achevé. C’est un jour de bénédiction et de satisfaction.

    Nous voyons un parallèle avec le salut de Jésus

    Il a crié de la croix « tout est accompli »  – Jean 19:30

    Maintenant, par la foi nous avons la paix avec Dieu – Romain 5:1

    En Christ, nous avons toutes les bénédictions dans les lieux célestes

    Ephésiens 1:3

     

    LE REPOS DE LA TERRE PROMISE

    Le repos est une promesse dans laquelle il faut entrer. Après 40 ans de marche dans le désert, une génération d’Israélites n’est pas entrée dans la terre que Dieu leur avait promise. L’accès leur a été refusé pour deux raisons :

    – désobéissance et incrédulité – Hébreux 3:18,19.

     

    L’entrée dans le pays de Canaan n’était pas le repos final que Dieu avait réservé pour son peuple.

    C’est ici que l’enseignement du salut par la grâce et non par les œuvres de la loi est puissamment présenté.

    Le repos de Dieu, être en paix avec Dieu, est accessible à celui qui « se repose de ses œuvres » v10.

    Il met toute sa confiance, sa foi, dans l’œuvre que Jésus a accomplie

    La foi et non les bonnes œuvres permet d’entrer dans ce repos – Ephésiens 2:8:9 ; Romains 4:2-5.

     

    CE QUE NOUS APPRENONS DE LA FOI

    Elle doit s’attacher à une promesse de la Parole de Dieu pour que la promesse puisse se réaliser – v2

    Elle est incompatible avec un cœur dur – v7

    Elle conduit à l’obéissance – v6

    La foi ne reconnaît qu’un seul jour – « aujourd’hui » – v7 ; 2 Corinthiens 6:2 ; Hébreux 11:1 « Demain » appartient à l’espérance.

    Dieu remplace le jour saint du sabbat par un autre jour saint "aujourd'hui".

    La foi demande un effort « Efforçons-nous » –  v11

           – C’est l’effort d’écarter son orgueil, ses doutes, ses craintes et son impatience qui pousse l’homme à ne pas faire confiance à la Parole de Dieu.

     

    QUAND LA PAROLE DE DIEU TROUVE LA FOI vv12,13

    • La Parole est vivante – Jean 6:63
    • Elle est efficace – Esaïe 55:10, 11
    • Elle est plus tranchante que l’épée
    • Elle pénètre en profondeur
    • Elle juge les sentiments et les intentions
    • Elle met à nu

     

    Jésus venait comme Parole de Dieu faite chair et « pleine de grâce et vérité »

    Jean 1:14

     Il donnait la vie au peuple qui croyait en lui et dévoilait les cœurs des Pharisiens qui venaient se justifier par la loi – Matthieu 7:28,29 ; Marc 2:6-8.

     

    JESUS, INTERMEDIAIRE PARFAIT vv14-16

    Nous pouvons rester ferme dans notre foi en Jésus parce qu’il nous représente parfaitement devant Dieu et il nous représente Dieu parfaitement.

    Parce que Jésus est ce qu’il est et parce qu’il a fait ce qu’il a fait, le verset 16 est devenu une réalité.

    Les mots clés du Nouveau Testament sont regroupés dans ce verset merveilleux :

    « proche, assurance, trône, grâce, obtenir, miséricorde, secours, nos besoins ».

     "Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins?"

    C’est une révolution par rapport au judaïsme des Hébreux marqués plutôt par d’autres mots tels que « loin, crainte, loi, jugement ».

     

    L’assurance que donne la foi dans l’œuvre que Jésus a accomplie est celle que Dieu a toujours voulu pour son peuple.

    C’est l’assurance d’un enfant  dans les bras de sa mère  Psaume 131 ; Esaïe 30:15.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 5 : REPONDRE A L'APPEL DE DIEU

     

             Vers la fin du chapitre précédent et pour une bonne partie du chapitre cinq, le thème central de l’épître est abordé – Jésus, le souverain sacrificateur.

              Ce thème qui a été introduit au chapitre 2 (v17) sera plus longuement développé dans les chapitres 7 à 10.

     

    LE SOUVERAIN SACRIFICATEUR

              Aaron, le frère de Moïse, était le premier souverain sacrificateur du peuple d’Israël – Exode 29:1-9.

              Il était le chef spirituel du people et son représentant devant Dieu. S’il exerçait une surveillance générale sur le sanctuaire, sa fonction essentielle consistait à faire une fois par an l’expiation des péchés d’Israël – Lévitique 16:15-19, 34.

              Pour l’enseignement du salut par la grâce, l’auteur de l’épître aux Hébreux se base sur le fait que Dieu a remplacé tous les souverains sacrificateurs par Jésus, le souverain sacrificateur éternel, parfait.

              Jésus est le Fils de Dieu et le Fils de l’homme. Il représente parfaitement l’un vis-à-vis de l’autre.

              Il n’y a donc, plus d’autres intermédiaires entre Dieu et les hommes –

    1 Timothée 2:3-5.

     

    COMMENT JESUS EST DEVENU NOTRE SOUVERAIN SACRIFICATEUR V4-10

    Il y a eu 7 étapes, chacune présentée dans ce chapitre. Ces mêmes étapes sont valables pour toute personne qui accomplira la volonté de Dieu pour sa vie.

    1. L’appel de Dieu – v4-6

    Jésus n’a pas cherché une gloire pour lui-même. Il a été appelé par Dieu à cette fonction pour le salut des hommes.

    L’appel de Dieu sur Jésus est résumé dans Psaume 2:6-12. Hébreux fait une allusion directe à cet appel – 5:5.

    L’appel de Dieu sur une vie est solennel et sera communiqué à un moment précis. Pour Jésus, c’était lors de son baptême – Luc 3:22 – « ..Tu es mon fils.. ».

    Quand Dieu appelle publiquement Jésus "son Fils", le Psaume 2 est évoqué.

    Pour l’apôtre Paul, son appel a été communiqué au moment de sa conversion –

    Actes 26:14-18.

     

    2. L’appel germera dans une vie de prière

    Jésus s’est souvent mis à l’écart pour prier – Matthieu 14:23.

    Dans l’appel du Fils dans Psaume 2, il doit demander afin d’obtenir les nations         – Psaume 2:8.

    Dieu a agi et a exaucé la prière de Jésus. L’exaucement était possible pour la raison de la piété de Jésus – son respect profond et sa relation avec le Père.

    Sa vie de prière était intense, ponctuée de larmes et de cris – v7.

     

    3.  L’appel devra supporter la souffrance – v8

    Tout au long de son ministère, Jésus a connu la souffrance qui est arrivée à

    son comble à la Passion.

              Il n’y a qu’une seule souffrance qui est selon la volonté de Dieu. C’est celle qui vient en forme d’opposition et de persécution pour sa foi en Christ – 1 Pierre 4:16, 19.

     

    4.  Avec l’appel, il y a des choses à apprendre – v8

    Une humilité et un cœur enseignable sont indispensables pour que l’appel puisse venir à maturité.

    Paul a appris le contentement par les nombreuses épreuves qu’il a subies – Philippiens 4:11-13.

     

    5. L’appel exige l’obéissance – v8

    Remarquable mais vrai, Jésus a du apprendre à obéir. Il n’est pas venu faire sa propre volonté – Jean 6:38.

    Il a du apprendre à faire la volonté du Père – Luc 22:41, 42.

     

    6.  L’appel nous conduit à tendre vers la perfection – v9

    Jésus a été élevé et glorifié dans le ciel – Philippiens 2:9-11.

    Tout chrétien est appelé à progresser vers la perfection – Matthieu 5:48.

    Cette route vers la perfection est, en fait, le progrès vers l’excellence et la maturité.

    Sur ce chemin les imperfections sont progressivement identifiées et supprimées – Philippiens 3:12-15.

     

    7.  L’appel, c’est afin de fonctionner efficacement – vv9-10

    Jésus sera éternellement notre souverain sacrificateur.

    L’appel de Dieu sur une vie, c’est toujours en vue de l’accomplissement d’une œuvre précise confiée à la personne.

     

    LE PROBLEME CHEZ DE NOMBREUX CHRETIENS – vv11-14

              L’auteur de Hébreux fait une nouvelle pause dans son enseignement et ceci pour deux raisons :

    1. afin que le lecteur puisse intégrer les vérités qui viennent d’être développées
    2. pour recevoir l’enseignement, le chrétien doit se remettre en question

    « Lent à comprendre » par le manque de réactivité évoque l’image d’un animal malade qui n’arrive pas à courir. Cette expression signifie littéralement – « manque d’élan ».

    C’est avant tout un manque de motivation par rapport à la Parole de Dieu. L’enfant spirituel n’a pas d’expérience de la Parole. Il a toujours besoin du petit lait – 1 Corinthiens 3:1, 2 ; 13:11.

    L’homme fait veut de la nourriture consistante. Avec la Parole de Dieu, il discerne entre le bien et le mal. Il a mis la Parole de Dieu en pratique. C’est à l’usage de la Parole qu’il devient mature – 1 Corinthiens 14:20.

     

    Jésus reste toujours le modèle de tout chrétien.

    Aujourd’hui, à la droite de Dieu, il assume la fonction d’intercesseur auprès du Père parce qu’il a répondu sérieusement à l’appel de Dieu.

    Répondre à l’appel de Dieu, comme Jésus l’a fait, c’est le défi devant lequel tout chrétien se trouve.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 6 : REUSSIR SA VIE CHRETIENNE

     

    Le chapitre précédent s’est terminé par une crainte exprimée par l’auteur de l’épître

     – les Hébreux risquent de rester dans l’immaturité spirituelle parce qu’ils sont devenus lents à comprendre.

    Dans les premiers versets de ce nouveau chapitre, l’inquiétude de l’auteur devient plus profonde. Il craint que les Hébreux se détournent de leur expérience de salut et soient perdus pour l’éternité.

     

    LES FONDEMENTS DOCTRINAUX DE LA FOI CHRETIENNE

    Les 6 priorités doctrinales de l’église primitive sont résumées

    1. Renoncement aux œuvres mortes

    Une référence à la repentance, se détourner du péché, les œuvres qui ont produit notre mort spirituelle et les œuvres de la loi qui ne peuvent pas amener quelqu’un à la vie – Galates 3:10

     

    2. La foi en Dieu

    Le message de l’Evangile est que l’homme soit justifié devant Dieu par sa foi et non pas les œuvres – Romains 4:1-3

     

    3. La doctrine des baptêmes

    Il s’agit des deux baptêmes enseignés par les apôtres

    Le baptême d’eau – l’engagement public du nouveau converti à Christ – Matthieu 28:19,20

    Le baptême du Saint-Esprit – expérience spirituelle qui revêt le Chrétien de la puissance de l’Esprit – Actes 1:5, 8

     

    4. L’imposition des mains

    Pratique utilisée dans le Nouveau Testament pour guérir les malades, communiquer le Saint-Esprit, reconnaître des responsables d’églises – Marc 16:17, 18 ; Actes 8:17 ; 1 Timothée 4:14

     

    5. La résurrection des morts

    Une différence fondamentale avec le judaïsme qui n’avait pas une doctrine élaborée sur une résurrection éternelle. Sans la résurrection du Christ, l’Evangile n’a plus de sens. L’espérance de tout Chrétien, c’est la vie éternelle par le moyen d'une réelle résurrection.  1 Corinthiens15:13-19

     

    6. Le jugement éternel

    Tout homme est responsable pour sa vie devant Dieu et chacun devra rendre des comptes lors du jugement final – Apocalypse 20:11-15

     

    La maturité chrétienne n’est seulement possible que si la vie et l’expérience spirituelle sont fondées sur ces 6 fondements.        

    LA CONVERSION A CHRIST

    Les fondements doctrinaux posés, l’auteur souligne que la conversion à Christ est loin d’être simplement une adhésion intellectuelle à ces vérités.

    Il élabore 5 éléments qui doivent faire partie d’une réelle expérience de conversion.

    1. Eclairé – La lumière de Jésus doit briller dans le cœur – 2 Corinthiens 4:6
    2. Goûter les dons célestes. Le don gratuit de Dieu est la vie éternelle – Romain 6:23 Il s’agit entre autre de l’assurance dans le cœur d’avoir reçu la vie éternelle Jean 5:12
    3. Avoir part au Saint-Esprit - signifie le travail de régénération d’une vie par le Saint-Esprit Tite 3:5 ; Jean 3:5-8
    4. Goûter la bonne Parole de Dieu. Ayant reçu la révélation et l’inspiration de la Parole de Dieu Psaume 119:17, 18
    5. Goûter les puissances du siècle à venir. Commencer à comprendre le monde spirituel et la gloire de Jésus dans le Royaume de Dieu -  Apocalypse 19:11-16

     

    Quelqu’un ayant vécu une telle conversion ne pourra y revenir s’il s’en détourne. Heureusement que pour un tel rétrograde Dieu est le Dieu de l’impossible ! Matthieu 19:26

     

    COMMENT HERITER LES PROMESSES  vv9-12

    Les conditions pour qu’une personne puisse voir se réaliser les promesses de Dieu dans sa vie

    1. Un travail au service des chrétiens fait avec l’amour pour Dieu v10
    2. Etre spirituellement zélé v11
    3. Garder une pleine espérance jusqu’à la fin v11
    4. Ne pas se relâcher v12
    5. Avoir la foi et la persévérance v12
    6. Imitez ceux qui ont déjà hérité les promesses de Dieu v12

     

    Une vie chrétienne réussie est celle qui remplit toutes ces conditions et possède la promesse de Dieu.

     

    QUELLES GARANTIES AVONS-NOUS ?  v13-20

    Dieu n’est pas injuste et il n’oublie pas notre travail  v10

    Afin que ces promesses soient certaines pour nous, nous avons deux garanties

    1. La promesse elle-même – Dieu ne peut pas mentir v18
    2. Le serment solennel – « certainement » v14

     

    L’ancre – quand l’espérance que nous avons en Dieu est fondée sur sa Parole non rétractable et sur son engagement solennel.

    Notre foi est comme une ancre qui s’accroche aux réalités célestes. Peu importe les tempêtes sur terre  la vie restera sûre et solide.


    Pourquoi une telle certitude et une telle assurance ?

    Parce que Jésus est entré au ciel et agit en souverain sacrificateur pour nous auprès du Père.

    Le chrétien qui comprend ces vérités aura une vie solide comme le roc parce qu’elle est ancrée sur le ROC et ce rocher est Christ lui-même – 1 Corinthiens 10:4

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 7 : JESUS, LE MEDIATEUR PARFAIT

     

    Le thème principal de l’épître peut être résumé de cette façon :

    avec Jésus comme médiateur entre Dieu et les hommes, nous avons un accès efficace à Dieu. Nous pouvons donc, nous approcher avec une pleine assurance.

    Ce chapitre sept a toute son importance car il développe la pensée que Jésus remplace le souverain sacrificateur de l’Ancien Testament comme médiateur entre Dieu et les hommes.

     

    Le souverain sacrificateur selon la loi de Moïse était le représentant du peuple devant Dieu. Etant tiré des hommes, il était imparfait, impuissant et inutile (v18).

    Son sacerdoce était basé sur l’ordre d’Aaron, frère de Moïse, de la tribu des Lévites.

    MELCHIZEDEK

              Hébreux présente Jésus comme souverain sacrificateur selon l’ordre de Melchizédek, un ordre complètement différent de celui d’Aaron.

              L’auteur s’appuie sur un psaume messianique – Psaume 110 - qui prophétisait un lien entre le Messie qui devait venir et Melchizédek, un contemporain d’Abraham.

     

    Qui était Melchizédek ? Genèse 14:17-20

    Hébreux le présente comme celui qui préfigure Jésus et établit des comparaisons:

    Il est roi

    Il est sacrificateur du Dieu Très Haut

    Son nom signifie « roi de justice »

    Il est roi de Salem – "paix, salut"

    Il est sans généalogie – éternel

    Son sacerdoce n’est pas repris par un autre, donc perpétuel

     

    Relation Melchizédek – Abraham

              Après la victoire d’Abraham sur ses ennemis, Melchizédek et Abraham se rencontrent.

    Rappelons-nous qu’Abraham est le père spirituel de tous ceux qui croient en Jésus.   Galates 3:7-9, 13, 14, 16, 29

    Dans la rencontre de ces deux personnages antiques, nous avons une image de la rencontre entre Jésus et les Chrétiens.

     

    Trois événements vont marquer cette rencontre

    1. Melchizédek vient avec pain et vin - image de la nouvelle alliance en Jésus – Luc 22:19, 20

    2. Melchizédek, roi de justice et paix, bénit Abraham – 1 Corinthiens 1:30 ; Ephésiens 2:14

    3. Abraham donne à Melchizedek la dîme de tout. La dîme représentait 10% du butin

      

    Ce pourcentage des gains ne lui était pas imposé par une loi Abraham a précédé la loi de Moïse. La dîme était l’expression de deux choses:

    1. Le rôle de Dieu dans la victoire d’Abraham
    2. La soumission d'Abraham à Melchizeédek, son supérieur spirituel.

     

    Apporter sa dîme au Seigneur signifie pour le chrétien

    1. Reconnaître que Dieu est la source de sa vie
    2. Exprimer sa soumission à la Seigneurie de Jésus.

     

    D’autres passages qui parlent de la dîme : Proverbes 3:9 ; Malachie 3:8-10 ; Matthieu 23:23

    Le parallèle entre la rencontre de Jésus et le Chrétien avec celle de Melchizedek et Abraham est évident.

     

    JÉSUS, LE MÉDIATEUR PARFAIT

    Le médiateur impuissant et inutile a été aboli et remplacé par celui selon l’ordre de Melchizedek – v18

    « Abolition » est le terme légal pour l’annulation d’un contrat ou l’irradiation d’un nom d’un registre.

    Hébreux nous fait découvrir l’extraordinaire richesse de Jésus dans son rôle de souverain sacrificateur.

     

    1. Il vient de la tribu de Juda (v14) qui signifie « louange »
    2. Il est établi non par filiation, mais par décret personnel de Dieu – un serment (v21)
    3. Il exerce cette fonction selon la puissance d’une vie impérissable (v16) – il est éternel, permanent.
    4. Il apporte une garantie à l’alliance (v22)
    5. Il peut sauver parfaitement (v25)
    6. Il est saint, ayant la pureté de Dieu (v26)
    7. Il est innocent et son innocence déteint sur ceux qui viennent à Dieu par lui – le coupable devient innocent
    8. Il est sans tâche – étant parfait, son salut est parfait (v26)
    9. Il est séparé des pécheurs – étant séparé du péché (v26)
    10. Il est plus élevé que les cieux. Notre médiateur est glorifié à la droite du Père (v26) 

    NOUS NOUS APPROCHONS DE DIEU

    C’est possible parce que Jésus nous donne un accès libre qui n’est pas souillé par les imperfections des hommes (v19).

    C’est lui qui intercède en notre faveur (v25)

    Nous ne pouvons pas mieux être introduit auprès de Dieu.

    Celui qui s’approche de Dieu par Jésus sera tout simplement parfaitement sauvé (v25)

    Quelle grâce il nous fait ! 
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 8 : NOUVELLE ALLIANCE, NOUVELLE RELATION AVEC DIEU 

          Au chapitre 7, l’auteur présente Jésus comme le nouveau souverain sacrificateur selon l’ordre de Melchizédek qui remplace celui selon l’ordre d’Aaron de l’Ancien Testament.

          Chapitre 8 présente Jésus comme le médiateur d’une nouvelle naissance.

     

    MEDIATEUR

    Le verset 6 est le verset clé de ce nouveau chapitre.

    "Mais maintenant il a obtenu un ministère d'autant supérieur qu'il est le médiateur d'une alliance plus excellente, qui a été établie sur de meilleures promesses."

    Le nouveau souverain sacrificateur est appelé « médiateur » , ce qui dépasse le simple rôle d’un sacrificateur.

              Le mot grec traduit « médiateur » est « Mesites », titre donné à une personne qui était nommée quand deux individus étaient en conflit. Le médiateur avait comme objectif de trouver la solution au contentieux et travailler pour la réconciliation des deux parties.

              « Mesites » pouvait également être utilisé pour un garant qui se portait caution pour la dette d’un homme.

    Dans les deux cas, l’image est parlante concernant Jésus.

              Jésus, le parfait souverain sacrificateur obtient un ministère supérieur (v6). Il n’exerce pas son service dans le tabernacle de Moïse, ni dans le temple de Salomon, mais dans le sanctuaire céleste (vv1, 2).

     

    ALLIANCE

              La nouvelle alliance à laquelle Jésus est au service est plus excellente (v6)

              Le mot grec traduit alliance est « diatheke ». Ce mot n’est pas utilisé pour des contrats entre deux égaux, (mariage, affaires) qui doivent chacun respecter des conditions.

    « Diatheke » parle d’un testament où le testamentaire fait don au bénéficiaire qui n’a à priori aucun droit à l’héritage. Dans une alliance, l’initiative et la responsabilité appartiennent entièrement à Dieu.

              C’est le salut par la grâce et non par les œuvres.

              La question d’alliance avec Dieu peut être plus simplement présentée comme la relation avec Dieu.

              Jésus permet au croyant une nouvelle relation avec Dieu. Elle dépendra non pas de la capacité de l’homme mais de la miséricorde de Dieu.

     

    PROMESSES

              Le souverain sacrificateur est parfait, son ministère est meilleur, l’alliance est plus excellente et les promesses meilleures.

    Elles sont meilleures parce que Dieu promet d’aider l’homme à les obtenir

    Philippiens 2:13

     

    L’OMBRE DES CHOSES CELESTES  

              C’est un contraste souvent mis en lumière dans Hébreux. L’Ancien Testament et notamment le Judaïsme, est une image floue de la réalité du ciel auquel nous avons accès en Jésus – Hébreux 8:5 

              L’apôtre Paul abonde dans le même sens – Colossiens 2:16,17.

              La notion que, sur la terre, ce n’était que l’ombre imparfaite d’une autre réalité, était très présente dans la philosophie grecque qui s’inspirait de Platon. Les lecteurs de Hébreux comprenaient parfaitement l’image.

            

    LE PASSAGE DE JEREMIE

              Le restant du chapitre est une citation en bloc d’un passage du prophète Jérémie – Jérémie  31:31-34

              L’objectif de l’auteur est de montrer que la nouvelle alliance, la nouvelle relation avec Dieu, possible en Jésus-Christ, avait été annoncée dans l’Ancien Testament.

              Les passages concernant la nouvelle alliance à venir, tirés des prophètes, nous montre toute la richesse de cette nouvelle alliance que nous avons aujourd'hui grâce à Jésus..

     

    LES CARACTERISTIQUES DE LA NOUVELLE ALLIANCE

    (donc, les caractéristiques d’une nouvelle relation avec Dieu)

     

    Les passages bibliques concernés : Jérémie 31:31-34 ; Jérémie 32:40 ; Ezéchiel 11:19, 20 ; Ezéchiel 34:25-31 ; Ezéchiel 36:24-30 ; Ezéchiel 37:26-28.

     

    1. Dieu pardonne nos péchés et ne s’en souvient plus – Jérémie 31:34 
    2. Dieu nous purifie de toutes nos souillures et de toutes nos idolâtries Ezéchiel 36:25
    3. Dieu remplace notre cœur de pierre par un cœur de chair – Ezéchiel 36:26
    4. Dieu met sa loi dans notre esprit (intelligence) – Jérémie 31:33
    5. Dieu écrit sa loi dans nos cœurs – Jérémie 31:33
    6. Dieu met sa « crainte » (profond respect de sa sainteté) dans nos cœurs afin que nous ne nous éloignions de lui – Jérémie 32:40 
    7. Dieu place son sanctuaire (sa présence) au milieu de nous – Ezéchiel 37:26
    8. Dieu est notre Dieu et nous sommes son peuple – Jérémie 31:33
    9. Dieu permet que tous le connaissent, du plus grand au plus petit. Jérémie 31:34
    10. Dieu met son esprit en nous – Ezéchiel 36:27
    11. Dieu fait en sorte que nous marchions en obéissance à ses commandements Ezéchiel 36:27
    12. Dieu nous sanctifie et nous rend saint – Ezéchiel 37:28
    13. Dieu nous fait connaître sa paix – Ezéchiel 34:25
    14. Dieu nous permet de vivre en sécurité sans crainte – Ezéchiel 34:25
    15. Dieu brise nos liens et nous libère de tout esclavage – Ezéchiel 34:27
    16. Dieu déverse sur nous une pluie de bénédiction – Ezéchiel 34:26
    17. Dieu pourvoit à nos besoins – Ezéchiel 34:27
    18. Dieu nous multiplie – Ezéchiel 37:26
    19. Dieu nous donne un même cœur– Ezéchiel 11:19
    20. Dieu manifeste son autorité à travers nous – Ezéchiel 37:28

     

    L’ancienne alliance était marquée par notre faiblesse humaine totalement incapable d’obéir aux commandements de Dieu pour être approuvé par lui.

     

    La nouvelle alliance est marquée par l’action de Dieu en nous pour remplacer notre faiblesse humaine par la force de son Esprit en nous.

    Nous sommes, donc, approuvés par Dieu non par nos mérites, mais par le sang de Jésus versé à la croix.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 9 : LA PUISSANCE DU SANG DE JESUS

     

    Aux chapitres précédents, nous avons découvert qu’avec Jésus et par rapport à l’Ancien Testament, nous avons un nouveau souverain sacrificateur (médiateur entre Dieu eles hommes) et une nouvelle alliance (relation avec Dieu).

    Dans ce chapitre 9, nous apprenons que par Jésus et son sang versé à la croix, nous avons accès à un nouveau tabernacle, c’est-à- dire un autre lieu de la présence de Dieu, le trône où Dieu siège.

     

    L’EXPLICATION DU TABERNACLE DE MOISE

    Pour comprendre le parallèle que l’auteur de Hébreux fait entre l’ancien tabernacle, celui bâti par Moise dans le désert, et l’accès direct que nous avons à la présence de Dieu en Jésus, il est important de connaître la signification des objets dans le tabernacle et la fonction de sacrificateur – voir verset 23

     

    Les 3 parties du tabernacle

    1. Le parvis – toute personne était admise pour offrir un sacrifice pour le péché
    2. Le lieu saint – endroit réservé uniquement aux sacrificateurs pour le service
    3. Le Saint des Saints – lieu de la gloire de Dieu. Seul le souverain sacrificateur pouvait entrer une fois par an pour offrir le sang des animaux offert en sacrifice pour les péchés du peuple.

     

    Les 6 objets dans le tabernacle

    1. L’AUTEL D’AIRAIN – l’accès à la présence de Dieu commence avec la présentation d’un sacrifice pour le péché.

    Pour le chrétien il s’agit de la repentance, d’offrir sa vie à Dieu. Romains 12:1, 2a

     

    2. LA CUVE D’AIRAIN – lieu où les sacrificateurs se lavaient les mains et les pieds avant d’entrer dans le lieu saint.

    Pour le chrétien, il lave sa vie en la purifiant avec la Parole de Dieu. Ephésiens 5:26 ; Jean 15:3

     

    3. LE CHANDELIER – le premier objet dans le lieu saint réunit huile et feu pour produire la lumière.

    Pour le chrétien, l’image du Saint-Esprit est clairement évoquée – Luc 4:18, 19; Actes 10:38.

    Entrer dans la présence de Dieu demande une onction du Saint-Esprit et son feu qui nous éclairent – Matthieu 3:11.

     

    4. LA TABLE ET LES PAINS DE PROPITIATION – 12 petits pains sur une table en bois recouverte d’or consommés et remplacés chaque Sabbat par les sacrificateurs.

    Pour le chrétien c’est la communion fraternelle exprimée à la Cène lorsque l’église partage le pain – 1 Corinthiens 10:16b, 17.

    La présence de Jésus accompagne le partage du pain – Luc 22:19
    La gloire de Dieu n’est pas réservée à l’individu mais au peuple.

     

    5. L’AUTEL D’OR – situé devant le rideau donnant accès au Saint des Saints. Le souverain sacrificateur brûlait matin et soir un encens parfumé. Ceci représente l’adoration.

    Pour le chrétien, la louange et l’adoration ouvrent le chemin à la présence de Dieu  – Jean 4:23,24 ; Philippiens 3:3 ; Apocalypse 4:1, 2, 9-11

    Voir l’adoration de Jésus par Marie – Jean 12:1-3.

     

    6. L’ARCHE DE L’ALLLIANCE – un coffre recouvert d’or contient la manne, les 10 commandements, la verge d’Aaron, le couvercle s‘appelant « le propitiatoire » (siège de miséricorde).

    La gloire de Dieu reposait sur l’arche au milieu des deux chérubins.

    Pour le chrétien, c’est le trône de Dieu dans les cieux où réside la gloire de Dieu.

     

    L’ENSEIGNEMENT REVELATOIRE DE HEBREUX 9 : v11-14

    v11 – « Mais Christ … a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait ».

    Le souverain sacrificateur avait accès à la présence de Dieu une fois par an avec le sang de taureaux et de brebis

    Jésus par son sang est entré une fois pour toutes dans la présence de Dieu, le tabernacle céleste.

    Par le sang de Jésus, toute personne peut, à tout moment, se présenter devant Dieu.

    Le pardon qui nécessite l’effusion de sang est maintenant possible définitivement par le sang de celui qui est à la fois le souverain sacrificateur et le sacrifice parfait – Jésus v22

    La nouvelle alliance en Jésus devient un nouveau testament avec la mort de Jésus.

    Par sa mort, tout ce qu’il a accompli devient l’héritage de ceux qui croient en lui vv15-17.

    (A noter que Hébreux 9:27 est une réponse biblique qui réfute la croyance en la réincarnation).

     

    CONCLUSION

    Si le tabernacle de Moïse reste une image de l’imparfait, il nous aide à comprendre ce que Jésus a établi en versant son sang à la croix.

    En Jésus, nous n’avons plus des symboles mais la réalité d’une expérience de vie qui nous conduit devant le trône même de Dieu.

    C’est le verset 24 qui résume bien le chapitre: 

    « car Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de mains d’hommes en imitation du véritablemais il est entré dans le ciel mêmeafin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu ».

    Merci Jésus, pour ton sang versé à la croix pour nous.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 10 : L'ASSURANCE POUR S'APPROCHER DE DIEU 

      Le but de l’auteur en écrivant cette épître aux Hébreux : montrer aux jeunes convertis du Judaïsme à Jésus-Christ que la loi de l’Ancien Testament avec tous ses sacrifices, son tabernacle et son souverain sacrificateur a été remplacée par Jésus.

           Il est l’exacte représentation qui remplace l’ombre v1– voir Hébreux 1:3 ;  Colossiens 3:16, 17. 

     

    OBEISSANCE PLUTOT QUE SACRIFICES

    L’histoire du peuple d’Israël révèle qu’il était plus disposé à offrir des sacrifices à Dieu plutôt que de lui obéir.

    En fait, les prophètes avaient dénoncé cette hypocrisie religieuse – Esaïe 29:13

    Dieu préfère d’autres qualités aux sacrifices :

    la miséricorde et la connaissance de Dieu – Osée 6:6,

    l’amour – 1Corinthiens 13:3,

    faire sa volonté – Psaumes 40:7-9.

    Les sacrifices à répétition pour le péché ne sont plus nécessaires parce qu’en Christ les péchés sont pardonnés.

    La loi de Dieu est gravée dans le cœur de celui qui est entré dans la nouvelle alliance.

    C’est le résumé de l’enseignement des trois chapitres précédents.

     

    EXHORTATIONS AUX CHRETIENS

    Une fois que nous comprenons tout ce que Jésus a accompli pour l’homme, nous sommes appelés à réagir.

    Jésus a inauguré une nouvelle route à Dieu, à nous de la prendre. Elle est sans péage, l’entrée est libre, sa construction a été payée par son sang.

    Approchons-nous  v22

    C’est la suite logique de tout l’enseignement présenté aux Hébreux. Nous pouvons le faire avec assurance – Hébreux 4:1

    La foi nous permet d’utiliser cette route nouvelle.

    Retenons  v23. L’espérance du salut est une promesse de Dieu. La vie chrétienne confiante se vit avec cette pleine conviction – l’ancre – Hébreux 6:19

    Veillons  v24

    … les uns sur les autres. La relation avec Dieu entraîne le souci de l’autre.

    Aimer Dieu doit conduire à aimer son prochain – Marc 12:30, 31. La foi en Dieu qui ne conduit pas aux bonnes œuvres est morte – Jacques 2:17.

    N’abandonnons pas notre assemblée  v25

    La foi est personnelle mais se vit en communauté. L’assiduité aux rencontres de l’église était un des fruits du jour de la Pentecôte – Actes 2:46.

    Le manque d’assiduité est le fruit d’un déclin spirituel. Le mot « coutume » parle d’une tradition religieuse. Certains chrétiens ont une « coutume » d’absentéisme.

    Exhortons-nous v 25

    Chaque chrétien devra accepter de se laisser interpeller par les autres chrétiens en ce qui concerne son comportement.

     

    LE RISQUE QUE COURT LE CHRETIEN

    Si être pardonné à travers le sang de Jésus versé à la croix est un extraordinaire  privilège que Dieu nous accorde, un retour au péché entraîne des conséquences catastrophiques pour celui qui rétrograde.

    Par ce retour à une vie de péché, il se moque de Jésus, réduit son sang à celui des boucs et outrage le Saint-Esprit qui agit pour transformer le cœur dans la nouvelle alliance.

    Son état est maintenant pire qu’avant sa conversion – Hébreux 6:4-8 ; 2 Pierre 2:20-22

    Le jugement sera « terrible » – Hébreux 10:27, 31.

     

    SOUVENEZ-VOUS DE CES PREMIERS JOURS  v32

    C’est la protection contre toute possibilité d’un retour au péché…ne jamais oublier: d’où nous sommes venus,

    ce que Jésus a fait pour nous, le prix qu’il a payé,

    mais aussi celui que nous avons été prêts à payer pour notre foi.

    N’oublions pas le grand combat, les souffrances, l’opprobre, les afflictions, ceux qui souffrent toujours – Deutéronome 8:2

    C’est maintenant que le chrétien ne souffre plus pour sa foi qu’il est le plus menacé par un retour au péché.

     

    DERNIERES EXHORTATIONS  vv35-39

    N’abandonnez pas votre assurance – la foi pour rentrer dans la présence de Dieu. Ne retournez pas à la loi.

    Persévérez pour obtenir la promesse

    Faites la volonté de Dieu

    Tenez bon jusqu’à ce que Jésus revienne

    L’inquiétude de l’auteur, souvent exprimée, de la condition spirituelle des Hébreux est de nouveau soulignée en terminant ce chapitre.

    « Nous, nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre ….» v39

    Après tout ce que Christ a accompli pour nous, la grâce qu’il nous a faite et le prix que  nous avons payé pour la foi, se retirer pour se perdre sera de la folie. 

    •  
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 11 : LES HÉROS DE LA FOI première partie

     

    Ce chapitre est un des grands passages de la Bible.

    L’auteur de l’épître cherche à convaincre ses lecteurs juifs, récemment convertis à Christ, que l’ancienne alliance fondée sur la loi a été remplacée par la nouvelle dans la personne de Jésus.

    La foi en lui permet le pardon des péchés et l’accès direct à la présence de Dieu.

    Dans ce chapitre, 20 noms propres, très connus de tous les juifs, sont cités montrant que la foi n’est pas une nouveauté.

    Elle a toujours fait partie de l’histoire du peuple d’Israël.

    C’est le verset 6 qui est la clé du passage.

    "Or sans la foi il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe et qu'il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent."

    Pour être agréable à Dieu, une personne doit croire.

    Ce n’est plus par la mise en pratique de la loi que la faveur de Dieu est reçue.

     

    DEFINITION DE LA FOI

    Le verset premier est clair.

    La foi est une ferme assurance…une certitude des choses que l’on espère, de choses qui ne sont pas encore matérialisées

    et une démonstration, un vécu, une action qui découle de cette certitude.

     

    LA DEMONSTRATION

    Par la foi, certains ont vu l’impossible se réaliser

         – Abraham et Sarah vv11, 12

         – Moïse v29

         – Josué v30

     

    Par la foi, certains ont fait l’inimaginable

          – Noé v7

          – Abraham v17

    Par la foi, certains se sont identifiés avec le peuple de Dieu

         – Joseph v22

         – Moïse vv24, 25

         – Rahab v31

    Par la foi, certains ont fait face à l’opposition et à la précarité

           – Noé v7

          – Moise v27

    Par la foi, certains ont vu au-delà du présen

          – Isaac v20

          – Jacob v21

          – Rahab v31

     

    Par la foi, tous ont reçu la faveur de Dieu.

     

     ABRAHAM

    Pour les Juifs, Abraham était le premier et le plus important des patriarches. Il est le père de la nation.

    L’auteur de l’épître l’utilise comme point de repère parce qu’il apparaît bien avant la loi – voir Galates 3:6-14

     

    Parce qu’il avait la foi

    Il est parti sans savoir où il allait v8

    Il a accepté d’être « un réfugié » dans une terre étrangère v9

    Il a accepté d’habiter sous des tentes v9

    Il a été patient pendant de longues années v12

    Il a obéi sans comprendre v17

     

    Ce comportement était possible parce qu’il avait une vision du ciel vv14-16

    Le chrétien qui a une vision du ciel vivra sa vie par la foi comme l’a fait Abraham.

     

    MOISE

    Les Juifs voyaient en Moïse l’homme le plus proche de Dieu de toute l’histoire d’Israël. C’est à lui que Dieu avait remis la loi.

    L’épître aux Hébreux ne peut pas ignorer Moïse, mais elle le présente comme le libérateur du peuple par la foi. Aucune mention n’est faite de la loi reçue sur le Mont de Sinaï.

    Les premiers chrétiens devaient accepter d’être maltraités pour le nom de Jésus. Ils ont en Moïse l’exemple parfait, parce qu’il avait la foi.

    Il refuse son identité Egyptienne v24

    Il accepte l’opprobre et les difficultés matérielles vv25, 26

    Il quitte l’Egypte sans peur v27

    Il voit la puissance de Dieu se manifester vv28, 29

     

    LA MARQUE DE L’HOMME DE FOI

    Le message de ce chapitre n’est pas que les hommes et femmes de foi remportent toujours de grandes victoires.

    Il y a ceux qui sont appelés à faire des exploits avec Dieu vv32-34

    D’autres sont appelés à donner leur vie dans le combat qui mène à la victoire

    vv35-38

    Certains voient les promesses de Dieu se réaliser, d’autres voient et saluent ces mêmes promesses de loin  v13

    Les deux catégories sont appelées des hommes de foi et obtiennent la faveur de Dieu.

    L’homme de foi construit sa vie sur les promesses de Dieu.

    Il en est convaincu et agit par conséquent acceptant de payer le prix de sa vie pour l’œuvre de Dieu et le salut de son peuple.

    A suivre...

     

    CHAPITRE 11 : LES HEROS DE LA FOI deuxième partie

     

    Hébreux nous présente une galerie remarquable de héros de la foI dans ce chapitre.

    L’auteur veut convaincre ses lecteurs de l’importance de la foi en ce qui concerne les promesses de Dieu et le salut.

    Il s’appuie donc, sur les deux poids lourds de l’histoire d’Israël – Abraham et Moïse.

     Le verset clé du chapitre est le verset 6 qui reprend le thème de toute l’épître, ce n’est pas par la loi qu’un homme peut être agréable à Dieu, mais par la foi.

     

    LA FOI ET LES CHOSES INVISIBLES

    Il est particulièrement intéressant de voir la relation entre la foi et la vue dans ce chapitre.

    Les références à la vue sont nombreuses:

    v1 – la foi est une démonstration de choses qu’on ne voit pas

    v3 – au niveau de la création, ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles – Romains 4:17

    v5 – Henoc est enlevé pour ne pas voir la mort

    v7 – Noé est divinement averti des choses qu’on ne voyait pas encore

    v13        – les promesses sont vues de loin

    v15        – les voyageurs ont en vue une patrie

    v20        – les choses à venir sont en vue

    v23        – les parents de Moïse virent que l’enfant était beau

    v26        – Moïse regarda l’opprobre et avait les yeux fixés sur la rémunération

    v27        – Moïse voyait celui qui est invisible

    v40        – Dieu avait en vue quelque chose de meilleur

     

    La foi dépend entièrement de ce que l’on voit.

    Avoir les yeux fixés sur le présent occultera la vue sur l’avenir. Si on regarde aux circonstances on ne verra pas les promesses.

    Le matériel rend aveugle par rapport au spirituel, comme le temporel rend l’éternel obscur.

     

    Pour cette raison, Paul nous appelle, lui aussi, à marcher selon la foi dans les choses invisibles – 2 Corinthiens 5:7.

     

    Parce qu’Abraham a refusé de regarder son corps usé (et celui de Sarah !) Il a eu son fils promis par Dieu 25 ans auparavant – Romains 4:18-22.

    Pendant toute cette période, Dieu lui avait donné « un pense-bête » un moyen de se rappeler de la promesse… les étoiles du ciel – Genese 15: 5, 6

     

    LA VISION DE DIEU

    Dieu voit le passé, le présent et l’avenir en même temps.

    L’homme ne voit que le passé et le présent. Pour voir l’avenir de Dieu, il doit accueillir les promesses que Dieu lui fait et, par la foi, vivre dans cette perspective.

     

    Le lecteur qui commence la lecture d’un roman par le dernier chapitre, aura une toute autre façon de lire l’histoire que celui qui ne connaît pas la fin.

     

    Le message de Hébreux 11 est percutant pour le chrétien.

    Celui qui cherche la patrie céleste ne se contentera pas d’une patrie terrestre.

    Celui qui a les yeux fixés sur la rémunération n’aura pas les yeux fixés sur le sacrifice à faire.

     

    PELERINS SUR TERRE

    Ceux quI, par la foi, voient et vivent dans la perspective des choses invisibles de Dieu, sont d’une race particulière – 1 Pierre 2:8-10.

    • Ils cherchent une patrie céleste v14
    • Ils ont des désirs v16
    • Ils ont des attentes v10
    • Ils parlent d’une certaine façon v14
    • Ils saluent de loin v13
    • Ils se connaissent v13
    • Ils savent d’où ils sont venus v15
    • Ils savent dire non v24
    • Ils savent assumer des choix difficiles v24
    • Ils sont riches v26
    • Ils savent bénir v20
    • Ils n’ont pas peur de la mort v35

     

    Le monde n’est pas digne de tels hommes et femmes de foi v38

    Dieu n’a pas honte d’être appelé leur Dieu v16

    Ils sont sur terre les citoyens du ciel – Philipiens 3:20, 21

     

    Jésus a prié le Père pour ces mêmes pèlerins et leur passage sur terre

    Jean 17:11-20.

     

    Que chaque chrétien, par la foi, dans les promesses de Dieu, s’attache aux choses d’en haut plutôt qu’aux choses de la terre – Colossiens 3:2.

    Et nous vivrons par la foi, agréable à Dieu.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 12 : LA COURSE VERS LA GLOIRE

     

    Ayant présenté les héros de la foi dans le chapitre précédent, l’auteur de l’épître exhorte chaque lecteur à devenir lui-même, un héros pour Dieu.

     

    LA COURSE

    La course est une des plus belles images de la vie chrétienne utilisée également par l’apôtre Paul – 1Corinithiens 9:24-27; Philippiens 3:10-14 ; 2 Timothée 2:5; 4:6-8

     

    La vie chrétienne est donc, une course à pied qui a une ligne de départ et une ligne d’arrivée avec une couronne qui attend le gagnant.

    Pour aider l’athlète, il y a l’exemple de Jésus et la grande nuée de témoins dans les gradins. Il s’agit de ceux qui ont déjà remporté la course.

     

    Il y a plusieurs obstacles – les fardeaux et le péché qui entameraient la persévérance et produiraient lassitude et découragement v3.

    Pour remporter la course, ces deux obstacles doivent être rejetés avant que  l’athlète puisse devenir un héros de la foi, comme ce fut le cas pour les personnages cités dans Hébreux 11.

    Cette course ne peut être remportée qu’avec les regards fixés sur Jésus « qui suscite la foi.. »  v2.

     

    LA DISPLICINE DE DIEU

    La deuxième condition pour devenir un héros de la foi est d’accepter pleinement la discipline de Dieu. C’est la preuve de l’amour d’un père pour son fils.

    Cette discipline a comme but de nous préparer pour accéder à la sainte présence de Dieu v10.

    C’est l’autre face de la médaille – la foi en Jésus obtient le droit d’entrée dans la présence de Dieu, mais la sanctification de nos vies nous prépare pour y entrer.

    C’est l’invitation aux noces qui demande de se revêtir également de l’habit

    Matthieu 22:11-13

              Le chrétien est appelé à réagir aux difficultés qu’il rencontre, avec sérénité, en évitant toute amertume et découragement.

              Dans cette marche, il faut également fortifier (vv12, 13) :

    – les mains – tendues vers l’autre – Psaume 91:11,12

    – les genoux – prière et adoration – Psaume 95:6

    – les pieds – qui nous portent vers les autres avec l’Evangile – Romains 10:15

     

              Esaü est le contre exemple de l’homme qui n’est pas devenu un héros de la foi.

    Malgré sa naissance de l’un des patriarches, il est profane. Il n’a rien de spirituel.

     

    LA TERREUR OU LA GLOIRE

              Tout au long de cette épître le premier souci de l’auteur est de créer le contraste entre l’ancienne alliance fondée sur la loi et la nouvelle alliance fondée sur la grâce dans la personne de Jésus.

    Avant de terminer l’épître, un contraste est fait entre la vision de Dieu liée à la loi et celle liée à la grâce et la foi .

    vv18-21 – c’est la terreur du jugement de Dieu qui a épouvanté Moïse et l’a fait trembler de peur.

    v22-24 – c’est la gloire de la présence de Dieu entourée « des esprits des justes parvenus à la perfection » – v23

    C’est la grande nuée de témoins, les fils premiers-nés inscrits dans les cieux  v23 ; Romains 8:17, 29.

     

    Le champion de l’épître est de nouveau annoncé : Jésus.

     

    Son sang versé à la croix parle de pardon. Il parle mieux que le sang d’Abel qui crie à la vengeance et la condamnation – Genèse 4:10.

    La nouvelle alliance est de nouveau présentée comme étant supérieure à l’ancienne.

    L’AVERTISSEMENT

    Ce n’est pas la première fois dans l’épître que l’auteur met en garde les chrétiens convertis du judaïsme contre la désobéissance et la rébellion.

    Israël a rejeté dans le désert, la Parole de Dieu apporté par l’oracle, Moïse.

    Mais rejeter Jésus, c’est rejeter la Parole même de Dieu. Les conséquences seraient bien pires – v25.

     

    L’EBRANLEMENT DE TOUTES CHOSES

    Le Royaume de Dieu est inébranlable, c’est celui que nous avons reçu et dont nous faisons parie.

    Il sera révélé par l’ébranlement de toutes choses pour un temps avant que la gloire du salut puisse éclater pour toute l’éternité – Daniel 2:44 ; Esaïe 51:6.

    Cette déclaration qui nous parle de la fin du monde, nous rappelle également la tempête et la maison construite sur le sable dans la célèbre parabole de Jésus – Matthieu 7:24-27.

    Nous pouvons donc, à partir de l’épître aux Hébreux, établir un calendrier de l’histoire de Dieu et la terre.

    De Adam à Moise – la chute, les patriarches, l’esclavage en Egypte,

    De Moïse à Jean-Baptise – la loi de Moise – l’ancienne alliance

    De Jésus à son retour – la grâce et le salut par la foi– la nouvelle alliance

    L’ébranlement du ciel et de la terre

    Le Royaume éternel de Dieu.

     

    Il est d'un grand privilège d’en faire partie !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 13 : VIVRE DANS LA NOUVELLE ALLIANCE

     

    L’épître aux Hébreux avait été écrite dans un seul but, faire sortir d’une mentalité de l’ancienne alliance les nouveaux chrétiens convertis du Judaïsme afin qu’ils puissent comprendre la grâce de Dieu.

     

    Du début à la fin, la personne de Jésus et son rôle dans le plan de Dieu sont constamment mis en avant -  « Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlés par le fils » Hébreux 1:2.

     

    Ce dernier chapitre reste dans la même lancée avec une des déclarations les plus mémorables de toute la Bible « Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, éternellement » v8.

    Pour l’auteur de Hébreux, Jésus est le nouveau Moïse qui inaugure une nouvelle alliance, meilleure que l’ancienne, parce qu’elle est efficace.

    Le contraste de l’une avec l’autre est régulièrement fait.

     

    Cette épître a pour objectif l’enseignement. Elle est bien construite et destinée à des lecteurs qui connaissent bien la loi et les écritures juives.

     

    LES CONSEQUENCES PASTORALES DE L'ENSEIGNEMENT

    Avant de terminer, l’auteur devient très pastorale en abordant des thèmes proches de la vie quotidienne.

     

    L'AMOUR FRATERNEL v1

    Cette qualité était menacée dans l’église primitive par le désir d’être fidèle à la vérité perçue. L’accueil de l’autre dans ses convictions n’a jamais cessé d’être un défi.

    Romains 14:5 ; 15:7

    L’amour fraternel est exprimé dans deux domaines particuliers – l’hospitalité et envers ceux qui souffrent pour leur foi.

    L’image du corps est évoquée (v3). Ceci nous rappelle l’enseignement de Paul –

    1 Corinthiens 12:26.

     

    LE MARIAGE v4

    La foi en Jésus conduit ses disciples à vivre dans la pureté au milieu d’un monde impur. Les relations sexuelles sont réservées pour un couple marié. 

    Deux pratiques immorales seront jugées par Dieu : l’adultère et la fornication (mot traduit par « débauchés », c’est à-dire toutes formes d’immoralité sexuelle.

    1 Thessaloniciens 4:3-5.

     

    L’ARGENT  vv5, 6

    Le problème n’est pas l’argent, mais l’amour de l’argent. La qualité de quelqu’un affranchi de l’amour est le contentement  Philippiens 4:11-13, 19 ; 1 Timothée 6:6, 10

    Hébreux 13:5 "...car Dieu lui-même a dit: Je ne te délaisserai point et je ne t'abandonnerai point." 

    Ce magnifique verset, si souvent cité pour parler de la présence de Dieu qui nous accompagne en toutes circonstances, a une application particulière en ce qui concerne nos besoins financiers.

    Deux passages de l’Ancien Testament sont cités: Josué 1:5 ; Psaumes 118:6.

     

    NOS CONDUCTEURS SPIRITUELS  vv7, 13

    Les verbes qui expliquent la responsabilité du chrétien vis à vis de ses conducteurs d’église : se souvenir, considérer, imiter, obéir, avoir de la déférence pour.

     

    La responsabilité des conducteurs d’église : annoncer la Parole de Dieu, avoir une vie exemplaire, avoir une foi digne d’être imitée, veiller sur les âmes des chrétiens.

     

    Comme, selon Paul, dans les derniers temps les hommes seront rebelles, il serait bien que l’exhortation d'Hébreux concernant les conducteurs spirituels soit prise au sérieux par tout chrétien.  2 Timothée 3:7

     

    SORTIR HORS DU CAMP  v13

    Retour sur des considérations de l’ancienne alliance. Obéir à la loi, c‘est plaire aux Pharisiens, les autorités religieuses.

    Jésus, l’expression même de la grâce de Dieu, n’a pas cherché la popularité. Il a accepté d’être rejeté par le pouvoir religieux. Il a souffert et il est mort portant cet opprobre, « hors du camp ».

    Le chrétien est également appelé à plaire à Dieu et non aux hommes. Cela peut entraîner une certaine souffrance et rejet pour sa foi.

     

    LES SACRIFICES DES CHRETIENS

    Il y en a trois que le chrétien peut et doit offrir à Dieu:

    La louange v15

    La bienfaisance envers les autres v16

    La libéralité avec ses dons v16

    Ces « offrandes » de reconnaissance remplacent les nombreuses offrandes de l’Ancien Testament pour le péché.

     

    ET POUR TERMINER … JESUS !   vv20, 21

    Il est le grand berger des brebis

    Son sang a établi une nouvelle alliance

    Il est mort et ressuscité

    Il est « Notre Seigneur Jésus »

    Par Lui, nous pouvons accomplir la volonté de Dieu.

    A Lui, soit la gloire, aux siècles des siècles, Amen !

     

    Que la grâce (et non le jugement de la loi) soit avec vous tous ! Amen !  v25

     

    Ainsi, ce chef-d’œuvre conçu dans le ciel et écrit par un instrument humain inconnu, s’achève.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique