• Chapitre 9 : Le ministre de l'Evangile et le coeur de Paul pour les perdus

    CHAPITRE 9 : LE MINISTRE DE L'EVANGILE ET LE COEUR DE PAUL POUR LES PERDUS

    Ce chapitre nous permet de mieux comprendre Paul, l'apôtre et comment un chrétien peut être au service de l'Evangile.

    Deux questions sont abordées :

    1. Les droits de ceux qui prêchent l'Evangile – v 1-14
    2. Les obligations de ceux qui prêchent l'Evangile - v 15-27

                Au chapitre 8, Paul avait abordé la question d'adapter son comportement en fonction de l'autre pour ne pas être une occasion de chute pour le faible. Maintenant, il poursuit en illustrant ce principe par son approche personnelle au ministère et en l'appliquant au travail de gagner des âmes à Christ.

                Il y a des contrastes très intéressants dans ce chapitre

                ­Libre (v 1 et v 19) et serviteur (v 16 et v 25)

                ­Les droits (v 4-6 et v 12) et les responsabilités (v 16,17)

                ­Les biens spirituels (v 11) et les biens temporels

                ­Participer et gagner (v 24)

                ­Les sacrifices et les récompenses (v 25)

     

    LES DROITS D'UN MINISTRE DE L'ÉVANGILE

                Paul explique clairement que ceux qui sont appelés à consacrer leur vie au service de l'Evangile ont le droit de :

                ­Manger et boire (v 4)

                ­Se marier (sujet sensible pour les Corinthiens) (v 5)

                ­Ne pas devoir entretenir une autre activité professionnelle (v 6)

                ­Etre soutenus financièrement par les chrétiens (v 11)

                ­Etre soutenu financièrement dans ses déplacements avec son épouse (v 5)

     

    Pour illustrer les droits d'un ministre de l'Evangile, Paul utilise des images convaincantes 

    1. Le soldat au service de sa patrie (v 7) Le ministre de l'Evangile se bat contre le mal.

    2. Le vigneron qui plante sa vigne (v 7) Le ministre de l'Evangile implante des églises.

    3. Le berger fait paître son troupeau (v 7) Le ministre de l'Evangile paît le troupeau de Dieu.

    4. Le boeuf qui, selon la loi de Moïse, pouvait manger le grain qui tombe pendant la récolte (v 9

    5. Le sacrificateur reçoit, selon la loi, une partie de ce qui a été offert sur l'autel (v 13)

    Cependant, Paul ne veut pas user de ses droits et ceci pour deux raisons

    1. Il ne voulait pas s'identifier aux pharisiens qui exploitaient leurs droits et leurs privilèges pour l'enrichissement personnel.
    2. Paul, en tant qu'apôtre et père spirituel, devait exercer une autorité spirituelle dans les églises. Il voulait garder son autonomie financière pour rétablir l'ordre. Il ne serait pas acceptable d’être dépendant de ceux qu'il devait reprendre.

     

    LES OBLIGATIONS D'UN MINISTRE DE L'ÉVANGILE

                L'annonce de l'Evangile est une vocation céleste. Paul a reçu cet appel le jour de sa conversion sur la route de Damas – Actes 26:15-18.

                Répondre à cette vocation est une charge, mais qui entraîne la récompense inégalée de voir Dieu transformer des vies (v 16,17).

    Un ministre de l'Evangile se retrouve devant 2 nécessités :

    1. Annoncer l'Evangile ;
    2. S’adapter dans sa façon de l'annoncer en fonction de l'auditeur. Il est même prêt à être "faible avec les faibles". C'est au ministre de l'Evangile à s'adapter aux autres afin de les gagner à Christ.

     Paul a comme objectif « gagner le plus grand nombre » (v 20)

    Son côté réaliste sait que malgré tous les efforts ceux qui seront sauvés seront « quelques-uns » (v 22)

    L'apôtre révèle la priorité qui pèse sur  tout son ministère

    « Je fais tout à cause de l'Evangile » (v 23)

     

    PAUL LE SPORTIF   v 24-27

                Après Athènes où se déroulaient les jeux olympiques, Corinthe était la deuxième ville sportive du monde grec. Tous les 3 ans avaient lieu les jeux Isthmiques. A cette époque les foules se rassemblaient à Corinthe pour voir les sportifs tenter de remporter une couronne de pin qui leur assurait un statut de héros immortel dans l'esprit du public.

                En utilisant l'image de ces jeux Paul parle du chrétien comme :

    1 – Coureur - qui doit courir de manière à remporter le prix.

    2 – Lutteur - qui devait suivre un entraînement très strict pendant 10 mois pour             obtenir la couronne.

    3 – Boxeur - qui doit apprendre à être précis avec les coups qu'il donne.

                La leçon est claire. Si on participe c'est pour gagner. Pour gagner il faut se discipliner.

                Paul termine avec la phrase « de peur d'être moi-même désapprouvé après avoir prêché aux autres » v 27.

                Il fait allusion à l'annonceur d'un combat qui, avant un combat de boxe, appelle les combattants et leur annonce les règles du combat. Mais l'annonceur, lui, ne remporte aucun prix.

                Une nouvelle fois, l'apôtre Paul présente aux Corinthiens une notion de ministère autre que celle qu’ils avaient.

                Un ministère de l'Evangile n'est pas source d'orgueil et de division, mais il se donne à l'appel qu'il a reçu en assumant tous les sacrifices nécessaires, afin que « le plus grand nombre » soit sauvé.

     

    « Chapitre 8 : Respecter l'autreChapitre 10 : Les menaces et les épreuves pour le peuple de Dieu »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :