• Chapitre 4 : Le serviteur de Dieu

    CHAPITRE 4 : LE SERVITEUR DE DIEU

    L'église de Corinthe était fortement divisée. Les clans se réclamaient de différents ministères, en fonction des sensibilités culturelles, sociales, et religieuses. Paul, systématiquement, cherche à identifier les causes des divisions, en particulier la sagesse du monde et le niveau charnel des Corinthiens.

                Dans ce chapitre, l'apôtre confronte l'orgueil des chrétiens qui déforme leurs façons de voir les ministères.

     

    SERVITEURS ET DISPENSATEURS

                Au verset 1 Paul choisit bien ses images pour parler des ministères :

                Serviteur  – le mot utilisé parle d'un esclave sur une galère qui doit ramer au rythme donné pour faire avancer le navire. L'idée d'humilité et d'obligation est claire.

                Dispensateur – le mot utilisé fait référence à un gérant de grande propriété. Il est esclave, mais il est élevé à une place d'autorité sur le personnel pour assurer le fonctionnement de la maison. La fidélité lui est exigée (v 2). Un ministère doit être perçu de cette façon par rapport aux « mystères de Dieu » – v 1.

    LES TROIS JUGEMENTS  v 3-5

                1 – Le jugement que les autres portent sur nous - les autres peuvent avoir raison à notre égard ou peuvent se tromper.

                2 – Le jugement que nous portons sur nous-mêmes - mais souvent nous nous voilons la face et ce jugement manque d'objectivité.

                3 – Le jugement de Dieu - c'est le seul vrai jugement parce que Lui seul connaît toutes les circonstances et les véritables mobiles du cœur.

     

    L'ORGUEIL

                Par l'orgueil les Corinthiens se voulaient juges, même des ministères que Dieu avait placés dans l'église.

                ­Paul anéantit toute possibilité qu’un chrétien s'enorgueillisse en posant une question choc  « Qu'as-tu que tu n'aies pas reçu ? » – v7

                Cette question est derrière tout l'enseignement de Paul sur la grâce.

                ­L'orgueil pense tout connaître, tout comprendre et toujours avoir raison et par ce fait, réussir. Mais comprendre que tout vient de Dieu produit l'humilité, le respect et la reconnaissance.

                ­L'orgueil des Corinthiens faisait en sorte qu'ils s'estimaient riches, rassasiés, exerçant l'autorité, sages, forts, honorés – v 8-10

                ­L'image du défilé militaire – v 9. (Colossiens 2:15)

                Paul utilise une image très forte dans le but de choquer les Corinthiens. C'est celle du défilé triomphal d'un général romain qui entre dans sa ville après une grande victoire. L'armée reçoit la gloire et l'adulation du peuple et traîne, derrière elle, les officiers de l'armée vaincue qui sont condamnés à mourir.

                Paul dit que l'orgueil des Corinthiens les élève à leurs yeux comme des conquérants. Derrière ce défilé, il y a l'humiliation des ministères qui acceptent la souffrance, les injures et les persécutions (voir v 10-13) afin que l'église de Jésus-Christ soit établie.

     

    LE PÉRE D'UNE ÉGLISE   v 14-17

                Paul « avertit » les Corinthiens « comme ses enfants bien-aimés » –  v 14.

    Il se présente comme étant plus qu'un ministère, mais le père spirituel de cette église. Le mot « avertis » est celui utilisé quand un père corrige son fils.

                Il parle avec sévérité, pas comme un maître à ses esclaves, mais comme un père à ses enfants, pour les éduquer et les ramener de leur comportement insensé sur le bon chemin.

    • Ils avaient dix mille maîtres - des tuteurs qui donnaient conseil. Mais seul Paul était

    leur père qui les a engendrés en Jésus-Christ et qui les a amenés à la vie.

    • Paul leur lance un défi étonnant, que seul un père peut lancer « soyez mes

    imitateurs » – v 16.

     

    LES CINQ RAISONS D'ENVOYER TIMOTHÉE  v 17

    1. Il est son fils spirituel.
    2. Il est bien-aimé.
    3. Il est fidèle dans le Seigneur.
    4. Il rappellera les voies de Paul en Christ.
    5. Il rappellera ce que Paul enseigne dans les églises.

     

    LA MISE A L'ÉPREUVE DES CORINTHIENS  v 18-21

                Enflés d'orgueil, les Corinthiens étaient des beaux parleurs. Le royaume de Dieu ne consiste pas de paroles, ni à l'époque, ni aujourd'hui. Ce que Paul cherche, ce sont des vies puissantes, des vies qui rayonnent Christ.

                Paul termine avec la question des divisions dans l'église pour se concentrer dans les trois chapitres qui suivent à l'autre grand problème de l'église de Corinthe... l'immortalité.

     

     


     

    « Chapitre 3 : L'homme charnel et l'édifice de DieuChapitre 5 : Celui qui vit dans le péché »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :