• Chapitre 3 : L'homme charnel et l'édifice de Dieu

    CHAPITRE 3 : L'HOMME CHARNEL ET L'EDIFICE DE DIEU

     

    Comme dans le premier chapitre, Paul aborde le thème principal de l'épître : ce qui divise les chrétiens. Les clans qui se réclament des différents ministères sont de nouveau interpellés. Deux fois dans ce chapitre Paul dénonce la folie de se réclamer d'un ministère plutôt que d'un autre (v 4,5 et v 21,22).

     

    Le chapitre peut être découpé en quatre parties :

    1. L'homme charnel – v 1-5
    2. L'image du champ – v 6-9
    3. L'image de l'édifice – v 9-17
    4. La sagesse du monde – v 18-23

     

    L'HOMME CHARNEL

                Après avoir fait la distinction entre l'homme spirituel et l'homme naturel au chapitre précédent, cette troisième catégorie parle du chrétien ayant vécu une conversion personnelle qui continue à laisser la chair, ou les désirs du « moi », dominer sur sa vie spirituelle.

    Les caractéristiques d'un chrétien charnel  :

    1. Il ne peut recevoir un enseignement solide qui demande un sacrifice et une discipline de vie – v 2.
    2. Il est jaloux d'autres chrétiens – v 3
    3. Il est impliqué dans des disputes – v 3
    4. Il se veut supérieur aux autres – « être quelqu’un »– v 7

     

    L'IMAGE DU CHAMP

              Cette image est particulièrement importante pour comprendre la collaboration qui doit exister entre les ministères et Dieu.

              Chaque ministère a son rôle à jouer qui sera différent, mais complémentaire aux autres (voir l'image du corps dans 1Corinthiens 12:21 ).

              C'est l'action de Dieu qui permet aux ministères de voir les fruits de leur travail. Personne ne peut réussir seul.

              La récompense de Dieu ne vient pas au niveau de la fonction, mais au niveau de la qualité du service de l'un et de l'autre. Dieu rémunère, non pas pour des raisons hiérarchiques ou d'ancienneté, mais sur le plan du fonctionnement efficace – v 8.

              L'image du champ est également importante parce qu'à l'inverse d'un édifice qui est une construction, planifiée et figée, un champ peut connaître des résultats variables en fonction des circonstances que l'homme ne maîtrisera pas. Le champ doit être sans cesse cultivé.

     

    L'IMAGE DE L'ÉDIFICE

              Paul utilise cette image pour parler du peuple de Dieu comme sanctuaire au milieu duquel demeure la présence de Dieu.

              Nous sommes appelés à construire avec récompense au bout.

    Ceux qui détruisent cet édifice seront eux-mêmes détruits.

              Les ministères sont complémentaires dans la construction comme dans le champ :   

    Dans le champ         – l'un plante et l'autre arrose –  v 6

    Dans le bâtiment     – l'un pose le fondement, l'autre construit dessus – v 10

    Le fondement de l'église est Jésus-Christ et lui seul.

    Il est possible de construire d'une façon durable ou d'une façon périssable.

    La récompense vient seulement si l’œuvre subsiste

    Non seulement le Seigneur cherche la productivité, mais la qualité du travail qui est fait – v 14.

    LA QUESTION D'ÊTRE SAUVÉ « AU TRAVERS DU FEU »  v 15

              La théologie catholique s'appuie sur ce verset pour justifier sa doctrine du purgatoire, lieu de purification de ses péchés avant d'accéder au paradis après sa mort.

              Cependant, cette référence de Paul signifie autre chose. Le feu n'est pas un agent de purification du bâtisseur, mais ce qui met à l'épreuve l’oeuvre qu'il a accomplie.

              Le feu ne lui permet pas de gagner le paradis. Au contraire, il lui fait perdre sa récompense sans perdre son salut.

              L'expression « au travers » a le sens d'être sauvé « du milieu de » et non « par le moyen de ». Un enfant qui joue avec des allumettes et commence un feu est sauvé des conséquences de sa folie par ses parents. Il n'est pas délivré de sa folie par le feu qu'il a commencé. Le feu parle d'épreuves sur terre pendant son vivant.

     

    LE TEMPLE

              C'est une allusion à l'église locale, la communauté des croyants. L'église est un lieu saint construit sur le fondement de Jésus-Christ (v 11), par des ouvriers ayant reçu la grâce de Dieu (v 10).

              Le Saint-Esprit habite ce temple. Critiquer et attaquer l'église est s'attaquer à une oeuvre sainte de Dieu, malgré ses imperfections.

     

    LA SAGESSE DU MONDE

              Dans le chapitre précédent Paul avait expliqué que la sagesse du monde était à l'origine des divisions dans l'église.

              Une nouvelle fois, la sagesse de l'intelligence humaine qui pousse l'homme à exprimer tout son orgueil face à Dieu est rejetée. Cette sagesse est folie. Celui qui possède cette sagesse est appelé à s'humilier et devenir « fou » selon le monde.

              Paul renverse le raisonnement des Corinthiens qui disaient « appartenir » à un des ministères. Il déclare que tous les ministères leur appartiennent. Les ministères élèvent les chrétiens jusqu'à Christ et Christ les élève jusqu'à Dieu. Voici le véritable rôle des ministères qui sont cités dans Ephésiens 4:11-13. Voici également la signification d'être « un en Christ"».

     

    Une dernière observation

              En formulant le plus grand commandement, Jésus a dit que l'amour pour son prochain suit l'amour pour Dieu (Marc 12:28-31). Notre amour pour Dieu se révèle par notre amour pour notre prochain.

              Paul explique que l'inverse est également vrai. Un homme charnel manifestera sa pauvreté spirituelle par les conflits et les disputes avec son prochain.

     

     


     

    « Chapitre 2 : L'homme spirituelChapitre 4 : Le serviteur de Dieu »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :