• Chapitre 11 : La femme et la Sainte Cène

    CHAPITRE 11 : LA FEMME ET LA SAINTE CENE

     

    L'église de Corinthe était, certes, une église vivante et fleurissante. Cependant, il y avait de nombreux problèmes liés directement à l'esprit du monde qui influençait le comportement des chrétiens. L'apôtre Paul inlassablement aborde chacun de ces problèmes.

                Dans ce chapitre, il traite deux questions principales :

                – le port du voile par une femme pendant un culte.

                – comment partager le repas du Seigneur entre chrétiens.

     

    UNE FEMME DOIT-ELLE PORTER UN VOILE AU CULTE ?

                A l'époque, OUI. Aujourd'hui, NON.

                Dans le passage des versets 2 à 16 il est indispensable de faire une distinction entre ce qui est culturel et ce qui est spirituel.

                Le poids de la culture

                Dans la culture orientale, la femme était inférieure à l'homme. Le port du voile par la femme pour affirmer sa soumission à son mari et sa protection sous son autorité était exigé par la loi juive – Nombres 5:18. Cette pratique était également la coutume parmi les Grecs et les Romains du 1er siècle.

                Seules les prostituées ne portaient pas de voile en public.

                Qu’une femme prie ou prophétise sans la tête couverte l'associait aux prêtresses païennes de l'époque qui prononçaient des oracles la tête découverte et décoiffée. Pour exiger que les femmes portent un voile dans l'église, Paul utilise des termes d'appréciation culturelles et nuancés :

               " C'est comme si " (v 5), " s'il est honteux " (v 6), " jugez-en vous même " (v13), " est-il convenable " (v13), " la nature elle-même " (v 14), " cette habitude " (v 16).

     

                Les principes spirituels affirmés

    1. Dieu a établi une chaîne d'autorité : Dieu - Christ – l’homme - la femme.
    2. Chacun doit honorer celui qui représente une autorité spirituelle pour sa vie (v 4)
    3. La femme a été créée pour être complémentaire à l'homme (v 9)
    4. Un couple chrétien doit être un partenariat d'interdépendance et de soumission à Dieu (v 11,12)

                Faire porter un voile aux femmes aujourd’hui en s’appuyant sur ce passage est une erreur fondamentale d’interprétation du texte biblique. Il serait bon de ne pas oublier le dicton « un texte pris hors de son contexte devient un prétexte ».

     

    L'HYPOCRISIE DES AGAPES DES CORINTHIENS

                Les AGAPES – littéralement « banquet d'amour » – devaient être l'occasion de partage et de communion entre les chrétiens d'une communauté dans un véritable esprit d'unité et de famille.

                Les riches venaient pour partager leur abondance avec les pauvres qui venaient souvent pour prendre leur seul vrai repas de la semaine.

                Tout le monde se retrouvait autour de la même table, chacun pouvant se réjouir de tout ce qui était proposé.

                Dans un monde ancien où les classes de la société étaient rigides (homme libre/esclave; l'homme instruit/celui sans éducation; Grecs/barbares; Juifs/païens), l’église était le seul lieu où les murs tombaient. Les chrétiens s'accueillaient mutuellement comme Christ les avait tous accueillis.

                Cependant, Paul doit reprendre les Corinthiens sévèrement pour les Agapes qui se pratiquaient dans l'église. Les riches venaient pour se retrouver dans leur clan de privilégiés. Ils mangeaient ce qu'ils avaient apporté et ils buvaient et s'enivraient. Il n'y avait aucun souci des pauvres et aucun partage.

                Une nouvelle fois, la loi de la division pesait sur l'église.

                A cause de cette hypocrisie, que l'apôtre appelle « ne pas discerner le corps du Seigneur », le jugement de Dieu tombait sur les chrétiens : infirmités, maladies, même la mort (v 30).

                Le but des Agapes n'est pas principalement se nourrir soi-même, mais de partager avec et honorer son frère en Christ (v 33).

     

    LA SAINTE CÈNE

                Comme la première épître aux Corinthiens a été écrite par Paul avant les 4 évangiles, nous avons dans ce passage les premières citations des paroles de Jésus.

                L'enseignement sur la Sainte Cène que Paul nous apporte peut être résumé en plusieurs points :

                1 – Le pain est le corps de Jésus d'une façon purement symbolique, car Jésus était physiquement présent en faisant cette déclaration (v 24)

                2 – La cène est une célébration commémorative de Jésus et son sacrifice à la croix (v24)

                3 – Nous avons une nouvelle alliance avec Dieu. Elle a été établie par le sang de Jésus (v 25)

                4 – La cène doit être célébrée plusieurs fois par les chrétiens (v 26)

                5 – La cène est une proclamation de ce que Jésus a accompli par sa mort (v26)

                6 - La cène anticipe le retour de Jésus (v 26)

                7 - Participer indignement découle de son attitude envers les autres chrétiens de l'assemblée (v 27,29)

                8 – La cène est un moment d'examen de conscience et d'attitude envers les autres chrétiens.

                Paul considère que les questions qu'il a traitées sont essentielles pour qu'une assemblée puisse être un lieu où Dieu soit honoré.

                « Les autres choses, il les reglera sur place » (v34)

     

     


     

    « Chapitre 10 : Les menaces et les épreuves pour le peuple de DieuChapitre 12 : Les dons de l'Esprit et l'église »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :