• 3 Secrets pour réussir dans la moisson

    3 SECRETS POUR REUSSIR DANS LA MOISSON

     

    Texte : Psaume 126

    Nous avons avec le psaume 126, un psaume qui nous parle de réussir.

    Dieu a agi et a fait une œuvre puissante en faisant sortir le peuple d’Israël de sa captivité de 70 ans à Babylone.

    Le peuple est dans la joie et dans la louange.

    Cependant, ce psaume nous montre comment nous pouvons vivre la réussite avec Dieu…

    comment se préparer pour réussir, ce qui précède la réussite.

    Le psaume nous présente une image porteuse d’un principe spirituel très important dans la Bible, celui de la moisson.

    Il nous parle de la relation SEMER et MOISSONNER

    Pour récolter une moisson il faut semer une graine

    Une fois semé, la graine pousse, avec le temps et la pluie une moisson est produite. Ensuite c’est la récolte.

    Le principe est facile à comprendre. C’est travailler avec la nature.

    Même un citadin comprend que si on sème une graine de pomme, au bout de la chaîne il y aura… une pomme !

    C’est l’image la plus importante dans le Nouveau Testament pour comprendre comment réussir dans l’évangélisation.

    Jésus a utilisé cette image pour parler de la prédication de l’Evangile pour que des personnes soient sauvées.

    Luc 10 : 2 

    « La moisson est grande mais il y a peu d’ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson. »

     

    DEUX ATTITUDES POSSIBLES EN ABORDANT L’EVANGELISATION

    1. UNE MENTALITE DE SEMER

    Cette mentalité raisonne : « C’est vrai, nous ne voyons pas de fruits pour notre travail, mais gloire à Dieu quand même, parce que nous semons sa Parole et qui sait si un jour peut-être nous, ou quelqu’un d’autre, nous verrons des fruits. »

    La mentalité de simplement semer se justifie par Jean 4 :37, 38 « un sème et un autre moissonne ». Ce raisonnement n’a pas de réelle attente de réussite.

     

    Illus. Quand j’étais étudiant de fac j’allais chaque semaine dans un lycée pour parler aux élèves qui venait pour un cours sur la Bible. J’avais une entière liberté de présenter l’Evangile et même de faire un appel au salut. Mais après plusieurs cours et une tentative d’appel j’étais devant une évidence. L’Evangile n’intéressait vraiment pas les jeunes qui venaient pour ne pas être dans d’autres cours. J’ai partagé ma déception avec un pasteur qui voulait m’encourager. Il m’a dit : «On ne sait jamais, peut-être quelqu’un chose qu’ils ont entendu dans 20 ans quand ils traversent une période difficile, Dieu leur rappellera. » J’ai pensé, oui, c’est vrai. Mais après j’ai eu une autre réaction. Non, je ne peux pas me résigner à cela. Avec la Parole de Dieu et étant rempli du sait Esprit je dois pouvoir voir des résultats ! Le pasteur avait les yeux sur la semence. Les miens étaient sur la moisson.

     

    2. UNE MENTALITE DE MOISSONNER

     Cette mentalité se base sur 2Corinthiens 9 :6

    « Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment. »

    Paul nous dit qu’il y a une RELATION DIRECTE entre semer et moissonner. C’est semer dans l’attente de voir du répondant et des résultats concrets.

     

    LES TROIS SECRETS POUR REUSSIR DANS SON EVANGELISATION.

    Je les appelle « les 3 secrets de Vincent » pour réussir dans la moisson. Ils sont tirés de 3 versets qui présente la relation entre semer et moissonner.

     

    1. PSAUME 126 :6

    Le Saint Esprit m’a donné ce verset quand, en tant que jeunes mariés dans leur première année de mariage, Denise et moi, nous avons été envoyés pour pionnier notre première église dans une ville à 40 kilomètres de l’église mère.

    Dans mon enthousiasme (et ma naïveté !) mes yeux étaient uniquement sur la fin du verset « il revient avec allégresse quand il porte ses gerbes !

    Merci, Seigneur, je vais connaître la joie de la réussite !

    Mais dans les mois qui ont suivi j’ai découvert que ce verset avait une première partie : « Celui qui marche en pleurant, quand il porte la semence ».

    Le mot traduit « marcher » a le sens du « va et viens », de repasser sur le même endroit, ne pas avoir le sens d’avancer. 

    PLEURER nous parler de tristesse, de déceptions, de manque de résultats visibles, vivre un échec.

    Le mot traduit pleurer dans la langue originale de l’hébreu a deux sens particuliers.

     

    Non pas juste pleurer avec ses yeux

    Les larmes viennent des yeux mais pleurer dans ce verset c’est produire un cri. Il s’agit d’une tristesse qui pousse un cri vers Dieu, une prière profonde et fervente.

    Ce cri monte d’un cœur qui se jette au pieds la miséricorde de Dieu. C’est ce cri touche le cœur de Dieu.

    L’échec apparent produit de la profondeur chez celui qui se tourne vers Dieu dans sa tristesse.

     

    Ce mot « pleurer » nous parle également des larmes versées lors des obsèques

    Quand on vit un échec dans un premier temps, qui meurt ?

    La réponse : le « moi », mon égo, ma suffisance.

    Tous les hommes et les femmes qui ont réussi avec Dieu on du passer par cette mort. Leur réussite est née dans le berceau de la difficulté, la douleur et l’échec.

    L’histoire de Joseph en est un exemple remarquable. Lui, qui avait reçu les songes d’une place d’autorité et de puissance de la part de Dieu a subi le rejet de ses proches, l’esclavage, les pires injustices, les donjons, l’oubli et cela pendant 13 ans. Après cette mort la gloire promise est venue.

    John Wesley qui a transformé la société en Angleterre au 17ème siècle avec la prédication de l’Evangile a d’abord du passer par l’échec en tant que missionnaire en Amérique.

    Effectivement, les premiers mois, les premières années dans l’implantation de notre première église étaient très loin d’être glorieux : des gens difficiles à gérer, des divisions, des faibles auditoires, mes propres erreurs. Cependant aujourd’hui cette église est une belle réussite réunissant plus de 800 personnes !

    Quand tu dois vivre un échec apparent ne cherche pas de prétextes, ne blâme pas une ou plusieurs personnes, ne te vois pas comme une victime.

    TOURNE-TOI VERS DIEU et cri. Jette-toi au pieds de sa miséricorde. Une réussite de Dieu ne peut venir d’une personne superficielle.

     

    2. GALATES 6 :9

    « Ne nous lassons pas de faire le bien ; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchions pas. »

    Pour réussir dans la moisson il faut pouvoir durer dans le temps, jusqu’au « temps convenable ».

    Entrer une récolte dépend totalement de ne pas se LASSER ou se RELACHER.

    Cela demande de maintenir son niveau de motivation maximale.

    Le mot traduit « relâchions » est utilisé pour la tension nécessaire pour tirer une flèche avec un arc.

    Sans cette tension la flèche ne part pas. Elle tombe au sol.

    Ce même mot est utilisé pour parler de la tension nécessaire pour qu’une corde de guitare produise une note juste.

     

    Illus. A 16 ans j’ai décidé de m’apprendre moi-même à jouer la guitare. Un copain àau lycée avait une vieille guitare qu’il ma vendu pour $15 (10€). Même à l’époque ce n’était pas cher. Je me suis acheté un livre qui expliquer comment faire les accords et j’ai commencé à m’entrainer. Après quelques jours je voulais montrer à ma mère le progrès que j’avais fait en lui jouant un chant très simple. Mais ma mère a fait la grimace. Elle m’a dit t’es sûr que tu fait tout comme il faut. Ce n’est pas vraiment juste. J’ai dit oui donc j’ai conclu que le problème était la vieille guitare. Le lendemain j’ai ramené la guitare à mon ami pour lui demander à me rembourser. Après l’explication, il m’a dit, est-ce que tu l’as accordé. C’est quoi ça. J’essayais jouer une guitare sans avoir mis chaque corde à sa bonne tension. Depuis j’ai appris à accorder une guitare !

    Les arcs, les guitares mais aussi les moissonneurs doivent maintenir la bonne tension pour être efficace. La réussite de l’évangélisation en dépend.

    Quand nous voulons servir Dieu nous commençons avec beaucoup d’enthousiasme, de zèle et une attente de réussir. Viendra le jour où le premier élan sera mis à l’épreuve et not motivation avec.

    A ce moment nous pouvons arrêter et ne jamais voir des fruits. Ou nous pouvons nous accrocher et persévérer pour arriver au « temps convenable », le temps de la moisson.

    Ce « temps convenable », nous ne le maîtrisons pas, nous ne pouvons pas l’accélérer, nous ne pouvons que protéger notre motivation pour qu’elle nous porte jusqu’à la réussite.

    C’est une grande leçon pour travailler avec le timing de Dieu.

     

    Illus. Celui qui voudrait être un champion olympique de natation fonctionnera de la même façon. Dans la période d’entrainement il doit se coucher pour se lever de bonne heure même en hiver quand il fait froid. Il se rend à la piscine et fait des longueurs sans fin. Ses amis font des sorties et des soirées mais lui ne se le permet pas. Il est concentré sur l’événement qui vient. Il peut faire tous ces sacrifices par que déjà, il sent le poids de la médaille autour de son cou. Il a déjà l’hymne national de son pays et les cris de la foule qui résonnent dans les oreilles. Pendant toute cette période d’entrainement il a déjà le goût de la victoire. Sa motivation le portera jusqu’au jour j de la course.

    Nous moissonnerons, nous réussirons si nous ne nous lassons pas et nous ne nous relâchions pas Et nous vivrons notre jour de la moisson.

     

    3. ECCLESIASTES 11 :4-6

    Si tu écoutes certains, il y a toujours des raisons de ne pas faire des choses dans l’évangélisation.

    • N’invite pas les membres de ta famille à une réunion -ça peut créer un trouble dans la famille
    • Ne faites pas du porte à porte - les gens vont vous prendre pour des Témoins de Jéhovah.
    • Ne distribue pas des invitations dans la rue -tu risque des problèmes avec la police
    • N’évangélise pas en hiver- il fait trop froid. Les gens ne viendront pas.
    • N’évangélise pas en été – les gens sont partis en vacances.
    • Ne le fait pas aujourd’hui – tu n’es pas prêt.

    Quand ils disent de telles choses ils pensent comprendre comment Dieu agit.

    Mais en réalité, ils n’ont pas la moindre idée comment Dieu agit sinon ils auraient beaucoup de fruits de personnes converties à Christ à montrer pour leurs théories. Pourtant ils n’en ont pas.

    Ne nous créons pas des prétextes pour ne pas servir Dieu aujourd’hui.

    Ne regardons pas aux nuages.

    Cherchons à semer matin ET soir. On ne sait pas ce que Dieu fera.

     

    Depuis longtemps je ne cherche plus à avoir des théories sur ce qui marche et ce qui ne marche pas.

    Chaque personne convertie à Christ est une surprise pour moi.

     

    Le leitmotiv de Paul se trouve dans 1Corinthiens 9 :22

    « Je me suis fais tout à tous afin de sauver de toute manière quelques-uns. »

    Le leitmotiv de John Wesley :

    Fais tout ce que tu peux, par tous les moyens que tu peux, de toutes les façons que tu peux, dans ous les lieux que tu peux, à tous les moments que tu peux, envers tous les gens que tu peux, pour aussi longtemps que tu peux.

     

    Débarrassons-nous de nos théories et nos prétextes et semons afin de pouvoir moissonner.

    Je crois à ce qu’a dit Jésus à ses disciples dans Jean 4 :

    « Les champs sont blancs. La moisson est prête. »

    Illus. Un jour, une jeune fillette rentre de l’école et se plaint à sa maman qu’un garçon à l’école, tous les jours lui parle de Jésus pour qu’elle puisse devenir Chrétienne. La mère répond, « Et bien la prochaine fois qu’il te parle, dis-lui de s’occuper de ses oignons. Le lendemain en rentrant de l’école la mère demande à sa fille « Alors ce garçon, est-ce qu’il est venu te parler aujourd’hui ? Oui. Et tu lui as dit ? Oui. Et comment a-t-il répond ? Il m’a dit, « t’amener à Jésus, ce sont mes oignons. »

     

    « Semer ici, moissonner làLa promesse du Saint Esprit »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :