• CHAPITRE 16 : LA COLLECTE, LE SOLDAT ET LES COMPAGNONS DE PAUL

     

               Après l'exposé théologique et la révélation de l'au-delà au chapitre 15, Paul, comme il peut si bien le faire, revient brutalement sur terre dans ce dernier chapitre pour aborder des questions d'administration de l'église et ses projets personnels.

                La vie chrétienne n'est pas mystique. La gloire du ciel a des conséquences terrestres. Cet équilibre, l'apôtre Paul l'incarne parfaitement.

                Même dans ces derniers points avant de conclure sa lettre, Paul n'oublie pas le problème fondamental de l'église de Corinthe... les divisions.

     

    LA COLLECTE DANS L'ÉGLISE  v 1-4

                Paul demande qu'une collecte soit reçue en faveur des pauvres à Jérusalem. Ceci est important pour l'apôtre, il en parle à plusieurs reprises dans d'autres écrits.

    (Romains 15:2; 2Corinthiens 8 et 9; Galates 2:10; Actes 24:17)

                La solidarité avec les pauvres existait au niveau de la synagogue. Un juif à l'étranger partageait sa prospérité en envoyant une partie à Jérusalem pour aider les pauvres. Paul demande que les chrétiens soient au moins aussi généreux que les juifs par rapport aux défavorisés.

    UNE EXPRESSION D'UNITÉ

                Le mot traduit «libéralité» que Paul utilise est curieusement le mot grec « Charis » - un don fait entièrement librement. La leçon qu'il donne aux Corinthiens est que ceux qui se croyaient très « charismatiques », ayant reçu librement les dons du Saint-Esprit, avaient aussi besoin d'être très « charismatique » dans les dons financiers qu'ils apporteraient aux collectes.

                Paul utilise cette collecte pour unir les Corinthiens dans une action de solidarité extérieure à eux-mêmes. S'ils avaient du mal à être unis entre eux, ils pouvaient au moins être unis dans une responsabilité à aider d'autres frères et sœurs dans le besoin.

    COMMENT DONNER FINANCIÈREMENT A L'OEUVRE DE DIEU ?

    1. Avec obéissance v 1  agissez ... comme je l'ai ordonné
    2. Individuellement v 2  que chacun de vous
    3. Systématiquement v 2  le premier jour de la semaine
    4. En se préparant v 2  mettre à part chez soi
    5. Proportionnellement v 2  ce qu'il pourra selon sa prospérité

                Paul, pour préserver son intégrité et se garder contre toute accusation de détournement de ces fonds, ne ramènera pas cet argent seul à Jérusalem et ne choisira pas ceux qui l'accompagneront.

                C'est une approche indispensable pour tout ce qui est gestion de l'argent donné pour l’œuvre de Dieu.

     

    LES VOYAGES ET LES VOYAGEURS

                Les projets de voyage de Paul restent très fluides en fonction de ce que Dieu fait. Il décide de rester à Ephèse encore un temps parce « qu'une grande porte et un accès efficace me sont ouverts » v 9.

               Les grandes portes ouvertes attirent souvent les adversaires « nombreux ».

                Paul demande aux Corinthiens de respecter Timothée non pas pour ce qu'il est (jeune, timide) mais pour l’œuvre du Seigneur « qu'il accomplie ».

                Dieu honore, non pas en fonction d'un titre, d'un âge ou d'un passé, mais en fonction du travail qui est fait.

                Apollos est d'une grande lucidité. Un des clans de l'église de Corinthe se réclamait de lui contre son gré (1Corinthiens 1:12; 3:4).

                Apollos refuse d'être une source de division parmi les chrétiens. Il refuse dans ces conditions de se rendre à Corinthe (v 12). Que tout chrétien suive son exemple en ne se mettant jamais avec ceux qui causent des divisions dans l'église.

    UN BON SOLDAT

                Au verset 13, Paul lance 5 impératives comme un général parlerait à ses sous-officiers :  :

    1. Veillez - comme une sentinelle
    2. Demeurez ferme - quand la foi subit une attaque
    3. Soyez des hommes se montrant courageux dans le combat
    4. Fortifiez-vous - pour vaincre l'ennemi
    5. Faîtes tout avec amour - notre tenue vestimentaire est l'amour (Colossiens 3:14).

     

    SACHEZ APPRECIER DE TELS HOMMES   v 15-17

                Paul demande aux chrétiens d'apprécier et de respecter tous ceux qui consacrent leur vie à l’œuvre de Dieu (Stéphanas, Fortunatus, Achaïus).

     

    LES DERNIÈRES SALUTATIONS   v 19-24

                Aquilas et Priscille - responsables d'une église de maison à Ephèse.

                Paul est généreux avec ses salutations malgré les reproches qu'il avait dû faire aux Corinthiens. Il leur réaffirme son amour (v 24).

                Le saint baiser - coutume fraternelle de l'époque qui avait certainement été abandonnée dans l'église, vu les tensions. Paul leur demande de nouveau de se donner le saint baiser en se retrouvant.

                Un saint baiser – signe de l’unité des chrétiens et la fin des divisions dans l’église de Corinthe.

                Avec ce saint baiser, Paul termine cette lettre extraordinaire            .

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 15 : QUESTIONS CONCERNANT LA RESURRECTION

     

               L'église de Corinthe était une église tiraillée par des clans formés en fonction d'origines religieuses, ethniques et culturelles. Ces mêmes conflits internes se manifestaient au niveau doctrinal et en particulier autour de la question de la résurrection des morts.

                Les juifs, sous l'influence de Sadducéens, ne croyaient ni à l'immortalité de l'âme ni à la résurrection du corps. Cependant, les Grecs étaient convaincus qu'après la mort l'âme continuait à exister mais perdait son individualité et retournait aux dieux. La religion et la philosophie grecque ne pouvaient pas concevoir une résurrection physique étant donné que le corps était perçu comme source de tout mal.

                Dans cet avant dernier chapitre, Paul veut apporter l'enseignement chrétien reçu par révélation (v 51) pour établir une base doctrinale pour tout chrétien quelles que soient ses origines.

     

    Ce long exposé peut être découpé en plusieurs parties :

    1. L'annonce de l'Evangile (v 1-11)
    2. La place centrale de la résurrection de Christ (v 12-19)
    3. La résurrection des morts, dans quel contexte aura t-elle lieu ? (v 20-28)
    4. Quelles conséquences de la résurrection des morts ? (v 29-34)
    5. Quelle forme le corps ressuscité prendra t-il ? (v 35-50)
    6. Que se passera-t-il au moment de la résurrection des morts ? (v 51)

     

    L'ANNONCE DE L'ÉVANGILE  (v 1-11)

                Dans ce préambule de la discussion sur la question de la résurrection des morts, Paul fait quelques résumés très intéressants.

    1. Le message de l'Evangile : Christ est mort pour nos péchés selon les Ecritures ; il a été enseveli et il est ressuscité le 3ème jour. Le message prêché par les apôtres (et tout chrétien) est basé sur ces trois faits annoncés par les prophètes (Ps 16:10; Esaïe 53:10-12)

    2. La responsabilité de l'homme face à l'Evangile : l'homme doit l'annoncer, il doit le recevoir, il doit persévérer dedans ; il doit le retenir dans sa pureté si l'homme veut être sauvé par le moyen de ce message.

    3. Les apparitions de Christ ressuscité : cette liste n'est pas complète mais elle est significative.                                                                             

    A noter celle à Céphas (Pierre) pour le rétablir après son reniement ;                celle à plus de 500 frères à la fois (où étaient-ils le jour de la Pentecôte où seulement 120 étaient rassemblés ?),                                                              celle à Jacques, frère de Jésus qui était hostile au ministère de Jésus avant la résurrection (Jean 7:5)                                                                                    et celle de Paul lui-même, présentée au même titre que les autres apparitions.

               

                La profonde humilité de Paul est exprimée avec des mots très forts qu’il utilise pour lui-même (avorton, une monstruosité). Cette humilité lui permet de reconnaître honnêtement le travail qu'il a accompli. L'apôtre de la Grâce nous dit que le message qu'il prêche est tout simplement l'expression de ce que Dieu a fait pour lui «Par la Grâce de Dieu je suis ce que je suis»  (v 10)

     

    LA PLACE CENTRALE DE LA RÉSURRECTION DE CHRIST   v12-19

                L'argumentation de Paul est très précise et très convaincante pour la logique grecque. Six fois il utilise «Si».

    • S'il n'y a point de résurrection des morts... v13
    • Si Christ n'est pas ressuscité... v14
    • Si les morts ne ressuscitent point... v15,16
    • Si Christ n'est pas ressuscité... v17
    • Si c'est dans cette vie seulement... v19

    Les conséquences si Christ n'était pas ressuscité :

    • La prédication de l'Evangile est vaine
    • La foi du chrétien est vaine
    • Les apôtres sont de faux témoins. Ils sont porteurs d'un mensonge.
    • Les chrétiens sont toujours sous la puissance du péché.
    • Les chrétiens sont les plus malheureux de tous les hommes.

     

    LE CONTEXTE DE LA RÉSURRECTION DES MORTS  v 20-28

                La résurrection des morts ne peut être comprise que dans la lutte cosmique entre Dieu et le diable pour le contrôle de la création dans lequel l'homme est une pièce maîtresse.

                Les ennemis de Dieu se sont emparés de la création. Jésus a été envoyé pour détruire les oeuvres du diable (1 Jean 3:8) et ramener cette création rebelle à se soumettre à son autorité et finalement, à l'autorité de Dieu.

                La stratégie est simple : régler le problème à sa source. Comme toute la création et l'humanité en Adam s'est soumise à l'autorité du diable par le péché, Jésus est venu annuler l'effet du péché par sa mort à la croix. Sa résurrection est la victoire sur la puissance de la mort, moyen par lequel «toute domination, toute autorité et toute puissance» (v 24) exerçant son pouvoir sur la création sont détruites.

                Jésus est «les prémices de ceux qui sont morts». «Les prémices» sont le signe d'une moisson qui arrive prochainement. Une fois que les prémices étaient offertes à Dieu, les agriculteurs pouvaient commencer à vendre le blé au public. La résurrection de Jésus amorce la résurrection de tous ceux qui lui appartiennent (v 23).

                Cette résurrection viendra à « la fin » (v 24), à l'avènement de Christ qui établira son royaume sur toute la création.

                Aujourd'hui, nous sommes dans la période entre la résurrection de Jésus et la résurrection des morts, entre les prémices et la moisson de la fin des temps. Ce n'est qu'une parenthèse dans toute l'éternité.

                Dans cette période, Jésus règne et met ses ennemis sous ses pieds (v 25).

    (Voir Ps 110:1 - Le verset de l'Ancien Testament le plus souvent cité dans le Nouveau)

                Le chrétien se retrouve en plein milieu de ce combat spirituel car les pieds sous lesquels l'autorité du diable sera écrasée sont aussi les nôtres (Romains 16:20)

                La résurrection des morts sera le signe de la victoire totale du Christ et la fin du combat. La gloire qui suivra sera éternelle.

     D'AUTRES QUESTIONS SUR LA RESURRECTION

                Dans la première partie de ce chapitre (v 1-28), Paul a abordé les questions de l'annonce de l'Evangile, la place centrale de la résurrection de Christ dans le message de l ‘Evangile et le contexte de la résurrection des morts.

                Son objectif est toujours le même depuis le début de l'épître : dénoncer les divisions dans l'église de Corinthe et poser les bases pour l'unité des chrétiens, membres de cette communauté, confrontés à différentes positions doctrinales sur la question de la résurrection des morts. Paul enseigne la doctrine chrétienne, qui découle du message de l'Evangile.

     

    QUELQUES CONSÉQUENCES DE LA RÉSURRECTION DES MORTS   v 29-34

    1. Le baptême pour les morts

                La question de ceux qui se faisaient baptiser pour les morts peut-être comprise dans le cadre des conversions à Christ qui se préparaient au baptême. Si on venait à mourir avant de prendre son baptême il semble qu'il y avait une pratique dans l'église primitive que quelqu'un se faisait baptiser à sa place. Cette pratique n'a pas continué dans l'église du 1er siècle.   Cependant, il est étonnant que Paul, qui s'était battu pour la cause du salut par grâce et non par des œuvres, ne dénonce pas cette pratique.

     

    2. Accepter de souffrir pour la cause de l'Evangile

                Si les morts ne ressuscitent pas, accepter de souffrir pour sa foi n'a aucun sens. La résurrection entraînera de lourdes conséquences pour ceux qui ne sont pas restés fidèles à l'Evangile.

     

    3. La mentalité : «demain nous mourrons»

                Pas de résurrection des morts entraînerait une mentalité «mangeons, buvons, (réjouissons-nous) car demain, nous mourrons » (Esaïe 22:13). Paul faisait probablement allusion aux Athéniens qui, pendant une période où la peste faisait des ravages, se livraient à toutes sortes d'excès et de pratiques immorales, convaincus que chaque jour était leur dernier. L'apôtre fait une pose dans son exposé pour exhorter les Corinthiens qui si facilement vivaient dans l'immoralité. Ce qu'il leur dit concernant les fréquentations des chrétiens est vrai aujourd'hui. « Les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs ».

     

    QUELLE FORME POUR LE CORPS RÉSSUSCITE ?  v 35-49     

                Un des arguments de ceux qui s'opposaient à la résurrection des morts était l'idée impensable de porter pendant toute l'éternité le corps physique dans son état faible, malade, handicapé tel qu'il a été sur terre ;

                Paul utilise de très belles images pour expliquer des principes de base :

    1. La graine - elle tombe dans la terre et meurt. Elle en ressort avec une forme très

    différente.

    2. Dieu donne à chaque élément de la création un corps qui lui est propre. Pour être un oiseau, il reçoit un corps d'oiseau. Les différents corps reflètent la diversité de Dieu. Dieu donne le corps qui convient. Le corps ressuscité conviendra donc à la vie éternelle.

    3. La résurrection du corps est le passage de l'état naturel à un état spirituel. Paul affirme que le corps spirituel ressuscité sera incorruptible, glorieux, plein de force, fait à l'image du ciel (v 43,49). C'est une très bonne nouvelle pour ceux qui combattent des problèmes de santé !

    4. « Il ressuscite corps spirituel » (v 44). Le combat entre les désirs de la chair et les désirs du Saint-Esprit est une réalité pour tout chrétien sur terre (Galates 5:17). Au ciel, ce conflit n'existera plus parce que le corps ressuscité sera un instrument parfait pour le Saint-Esprit. Au moins, au ciel, les Corinthiens ne seront plus charnels !

    5. Un principe biblique qui a des conséquences importantes pour toute la vie chrétienne se trouve au verset 46 «le premier c'est ce qui est naturel, ce qui est spirituel vient ensuite». Dans le plan de Dieu, il y a toujours équilibre entre le naturel et le spirituel. La vie chrétienne n'est pas mystique. La foi est vécue au quotidien en faisant face aux responsabilités de la vie. Souvent, les vérités spirituelles peuvent être comprises en examinant la vérité naturelle correspondante. Exemple : la naissance et la nouvelle naissance.

     

    QUE SE PASSERA -T-IL AU MOMENT DE LA RÉSURRECTION DES MORTS  v 50-57

                Dans notre état actuel, nous ne pouvons hériter le royaume de Dieu. Paul dit que la résurrection des morts règle le problème de notre corruptibilité et notre mortalité.

                Un jour de changement arrive. Le changement aura lieu « en un instant, en un clin d'œil ». Le changement sera accompagné musicalement par une trompette.

                A cet instant la victoire de Jésus sur la mort et le péché sera complète. Les deux cesseront d'exister.

                Tout homme qui appartient à Christ prendra sa place dans la ville sainte descendue du ciel où Dieu « essuiera toute larme de leurs yeux et la mort ne sera plus ; il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur car les premières choses ont disparu » – Apocalypse 21:4

                Paul était convaincu que cet événement était imminent. C'est le soupir de tout chrétien né d'en haut « Maranatha, viens Seigneur Jésus » – Apocalypse 22:20.

     

    RETOUR AU PRÉSENT  v 58

                Paul, le docteur et prophète, redevient pasteur. Il ne peut laisser les Corinthiens dans la gloire de l'avenir parce qu'au présent ils sont instables, charnels, facilement détournés des chemins de Dieu.

                Il leur donne une raison de mettre de l'ordre dans leur vie et dans l'église « si toute cette gloire vous attend soyez ferme, travaillez de mieux en mieux. La victoire que Dieu a prévue est au bout ».

                Ce dernier verset est une puissante parole d'encouragement pour tout chrétien. Tout le travail que nous faisons pour le Seigneur ne sera pas en vain.

     

     

     

     


     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 14 : L'UTILISATION DES DONS SPIRITUELS

     

                Au chapitre 12, Paul nous donne une liste de dons spirituels qu'il souligne «  viennent d'un seul et même Esprit » (v11) et qui avaient comme objectif « l’utilité commune » (v 7). Les dons devaient fonctionner dans l'église comme source d'édification et d'unité pour l'église.    Cependant, dans l'église de Corinthe, ces mêmes dons étaient source de conflit et de désordre.

                L'apôtre Paul apporte au chapitre 14 un enseignement pratique sur l'utilisation dans l'église de trois dons en particulier : le don de prophétie, le don de parler en langues, le don d'interpréter les messages en langues.

    DEUX UTILISATIONS DIFFÉRENTES DU PARLER EN LANGUES

                Il est indispensable de comprendre la différence entre l'utilisation du don de parler en langue dans sa relation personnelle avec Dieu et le don de parler en langue comme moyen d’interpellation par le Saint-Esprit dans une réunion d'église.

                Quand le parler en langues est pour exprimer son cœur à Dieu, aucune interprétation des langues n'est nécessaire.

                Quelques exemples :

    • Actes 2:1-8 - ce que le peuple a compris n'était pas une interprétation des langues, mais une traduction surnaturelle pour chacun dans sa langue maternelle. C'est la seule fois que ce miracle s'est produit dans la Bible.
    • Actes 10:46 - Quand Corneille et sa maison ont commencé à parler en langues, Pierre n'a pas exigé une interprétation parce que dans ce cas c'était l'homme, par l'Esprit, qui glorifiait Dieu et non Dieu, par l'Esprit, qui interpellait l'homme.
    • Actes 19:6 - Lorsque Paul a baptisé 12 hommes à Ephèse, le Saint-Esprit est venu sur eux et ils ont commencé à parler en langues. Paul n'a pas demandé l'interprétation des langues parce que c'était l'expression de louange et de prière à Dieu qui ne nécessite pas d'interprétation. A Ephèse, il y a également eu la manifestation du don de prophétie. Cependant, un message en langue dans une réunion d'église est ponctuel et doit être suivi d'une interprétation.

    QU'EST-CE QUE LE PARLER EN LANGUE ?

                Dans ce chapitre 14, Paul donne quelques explications sur le don de parler en langue et comment l'utiliser :

    1. Avec ce don reçu du Saint-Esprit le chrétien parle des mystères à Dieu (v2)
    2. Celui qui parle en langue et celui qui entend parler en langue ne comprennent pas ce qui est dit (v 2)
    3. Parler en langue apporte une édification spirituelle à celui qui le fait (v4)
    4. Paul désirait que tout chrétien parle en langue (v5)
    5. Un message en langue dans une réunion destinée aux chrétiens doit obligatoirement être suivi d'une interprétation, afin d'édifier l'église (v5)
    6. Prier et chanter en langue c'est prier et chanter dans l'Esprit (v15)
    7. Paul a beaucoup parlé en langue dans sa vie de prière (v18)
    8. Le don de parler en langue n'a aucune utilité dans le ministère d'instruction des chrétiens (v 19)
    9. Le parler en langue choque l'inconverti (v 22,23)
    10. Quand il y a un message en langue pour l'église, il doit être apporté avec ordre (v 27)
    11. Il ne faut surtout pas décourager le chrétien de parler en langue (v 39)

    LA PROPHÉTIE

                Le Saint-Esprit donne ponctuellement le don de prophétie à une personne pour édifier l'église. Il ne faut pas confondre l'expression d'un don de prophétie et le ministère de prophète, dans l'Ancien Testament et le Nouveau.

     

    L'enseignement de Paul peut être résumé en quelques points :

    1. Il faut surtout aspirer à prophétiser (v 1)
    2. L'objectif d'une prophétie est édifier, exhorter, consoler (v 3) Il n'a pas le rôle de prédire l'avenir, donner une direction précise de la part de Dieu, ni condamner un auditeur.
    3. Le don de prophétie est à la portée de tout le monde (v 5)
    4. Le don de prophétie a un rôle important à jouer dans l'édification de l'église (v 12)
    5. La prophétie aura un impact sur les chrétiens (v 22). Cependant, si elle contient une dimension de révélation, elle peut puissamment interpeller un inconverti (v 24)
    6. Les prophéties doivent être jugées par les responsables de l'église. Celui qui prophétise reste responsable pour ce qu'il a exprimé (v 29). Il ne peut pas dire qu'il n’y est pour rien dans cette prophétie (v 32)
    7. Prophétiser doit se faire avec ordre pour que l'église reçoive l'instruction et l'exhortation (v 31)
    8. Ceux qui prophétisent doivent être soumis aux ministères (v 37)

    LES CULTES DANS L'ÉGLISE PRIMITIVE

                Les débordements qu'a connus l'église de Corinthe ont été au niveau de la forme et de la pratique. Dans ce qu'enseigne Paul nous avons un remarquable aperçu de la puissance spirituelle d'un culte du 1er siècle.

                L'accent n'était pas sur une liturgie formaliste, mais sur une expérience spontanée de la manifestation du Saint-Esprit et la participation de beaucoup dans la réunion.

                V 26 nous dit qu'une réunion était une mosaïque de cantiques, d'instruction, de révélation, de messages en langues et d'interprétation.

                Il y avait des expressions d'actions de grâces et d'« Amen » qui les accueillaient (v 16).

                Des inconvertis, sous la conviction du Saint-Esprit, tombaient sur leur face au moment des prophéties (v 24,25)

                Il y avait également l'enseignement de la doctrine et l'instruction chrétienne avec des paroles intelligentes et structurées (v 6,19)

                Les instruments de musique étaient très présents dans la louange (v 7,8)

                Les réunions étaient une mobilisation au combat spirituel (v 8)

    ET LES FEMMES PENDANT LE CULTE  (v 34,35)

                Paul n'interdit pas à la femme d'intervenir pendant un culte. Au contraire, dans 1Corinthiens 11:5 il dit bien qu’elle peut prophétiser et prier. Les consignes à la fin du chapitre 14 concernent les discussions dans les rangs par rapport à ce qui se passait pendant le culte,  « interroger le mari » (v 35), était pratique courante parce que la femme n'avait pas accès à l'éducation comme l'homme pouvait l'avoir à l'époque. Aujourd'hui, pour l'unité de l'église et du couple cela reste un très bon conseil.

    POUR RÉSUMER L'ATTITUDE DE PAUL Á PROPOS DES DONS

                Aspirez, exprimez, faites dans l'ordre, soyez soumis.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 13 : L'AMOUR, LA VOIE PAR EXCELLENCE

     

               Nous avons cheminé chapitre par chapitre, question par question, avec l'apôtre Paul pour arriver à ce qui est certainement le chapitre le mieux connu de toute la Bible. Paul a répondu systématiquement à chaque problème dans l'église de Corinthe, a cherché à révéler les causes profondes et a proposé la réponse de Dieu.

                Les divisions, problème principal de l'église, disparaîtraient s'il y avait véritablement dans le cœur des chrétiens, L'AMOUR. C'est le sujet de ce chapitre.

    QUEL GENRE D'AMOUR ?

                Trois mots grecs du Nouveau Testament traduisent le mot AMOUR :

    « Eros » – L'amour charnel et physique, sexuel.

    « Philo » – L'amour humain, fraternel, l'amitié.

    « Agape » – L'amour de Dieu qui ne dépend pas de l'autre. Il peut s'exprimer malgré l'autre.

    C'est l'amour qui donne avec joie sans attendre en retour.

                Dans 1Corinthiens 13 il s’agit de l'amour AGAPE – L'amour de Dieu répandu dans la coeur d'un chrétien par le Saint-Esprit – Romains 5:5.

    LA PRIORITÉ DES PRIORITÉS – v 1-3

                Paul place l'amour au-dessus de :

    • La liberté des dons spirituels. La liste des dons de 1Corinthiens 12 est répétée en partie : langues, prophétie, connaissance, sagesse, foi.
    • L'action sociale qui peut être motivée par autre chose que l'amour d'autrui.
    • Le sacrifice de soi - Paul fait probablement allusion à un célèbre monument à Athènes appelé « la tombe de l'indien ». Là, un hindou s'était immolé publiquement à côté d'une plaque sur laquelle il avait fait inscrire « ici un homme s'est rendu immortel ». Il parle de celui qui cherche à se sacrifier pour montrer sa grande spiritualité.

    LES 15 CARACTERISTIQUES DE L'AMOUR – v 4-7

    1. L'AMOUR EST PATIENT

         Il est lent à la colère, ne cherche pas à se venger, il peut faire jouer le temps, laissant Dieu agir.

    2. L'AMOUR EST PLEIN DE BONTE

         Une douceur d'esprit envers tout le monde. Il ne connaît pas de réaction de condamnation, de critique, de jugement.

    3. L'AMOUR N'EST POINT ENVIEUX

         Il n'est pas en compétition avec l'autre. Il ne souhaite pas sa place, ni son succès.

    4. L'AMOUR NE SE VANTE POINT

         Il ne s'impose pas. Il est humble, effacé, cherchant l'édification de l'autre plutôt que sa propre mise en valeur.

    5. L'AMOUR NE S'ENFLE POINT D'ORGUEIL

         Il ne veut pas de monument à sa gloire. Il n'exploite pas les autres pour montrer son importance.

    6. L'AMOUR NE FAIT RIEN DE MALHONNËTE

         Le mot devrait être traduit « déshonorant ». L’amour respecte et honore les autres. Il se comporte avec grâce.

    7. L'AMOUR NE CHERCHE PAS SON INTERËT

         Il cherche l'intérêt de l'autre et non son propre intérêt personnel. Faire valoir ses droits et privilèges détruit l'amour.

    8. L'AMOUR NE S'IRRITE POINT

         Il maîtrise ses réactions. Il n'est pas susceptible, facilement vexé ou offensé. Il ne garde aucune animosité.

    9. L'AMOUR NE SOUPCONNE POINT LE MAL

         Il ne comptabilise pas le mal que d'autres lui ont fait. Il oublie les torts des autres et ne revient pas dessus.

    10. L'AMOUR NE SE REJOUIT POINT DE L'INJUSTICE

         Il ne veut de mal à qui que ce soit. Il ne colporte pas le mal.

    11. L'AMOUR SE REJOUIT DE LA VERITE

         Il cherche ce qui est vrai chez l'autre, pas les impressions.

    12. L'AMOUR EXCUSE TOUT

         Il surmonte les déceptions et cherche à reconstruire.

    13. L'AMOUR CROIT TOUT

         Il croit à la bonne foi de l'autre et à son potentiel.

    14. L'AMOUR ESPERE TOUT

         Il attend une bonne évolution et ouvre une porte à l'autre.

    15. L'AMOUR SUPPORTE TOUT

         Il ne subit pas passivement, mais fait face avec courage pour transformer une situation avec joie et louange.

               Toutes ces qualités d'amour, nous les retrouvons dans la personne de Jésus. 

    LES CONTRASTES – vv 8-13

    1. L'amour est permanent - les dons sont passagers.
    2. L'amour est parfait - nous vivons dans ce qui est partiel.
    3. L'enfant doit devenir adulte - dans son parler, sa pensée et ses raisonnements.
    4. Aujourd'hui, je vois et je connais d'une façon obscure - mais viendra le jour où tout sera clair.
    5. Trois choses ne disparaîtront pas et sont indissociables :

    La foi, l'espérance et l'amour - la forme grecque du verbe traduit « demeurer » est au singulier. L'amour est suprême, il sera le moyen d'évaluer la maturité spirituelle d'un chrétien - qui a « fait disparaître »  ce qui était de l'enfant (v 11).

                Paul présente l'amour comme la seule véritable réponse aux divisions provoquées par les chrétiens qui étaient toujours au stade d'enfant (1 Corinthiens 3:1).

     

     

     


     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 12 : LES DONS DE L'ESPRIT ET L'EGLISE

     

                Pendant onze chapitres, l'apôtre Paul a exposé le grand problème de l'église de Corinthe...les divisions !

                Il aborde systématiquement les causes des divisions, les domaines dans lesquels elles s'exprimaient et leurs conséquences. Maintenant, l'apôtre nous donne la réponse de Dieu pour l'église... l'unité.

               

                Dans ce chapitre 12, souvent connu comme le chapitre des dons spirituels, nous avons l'unité de l'église présentée sous différents angles :

                1 - L'unité dans la diversité des dons spirituels (v 1-11)

                2 - L'unité dans l'image du corps humain (v 12-26)

                3 - L'unité dans les fonctions et ministères de l'église (v 27-30).

     

    JÉSUS EST SEIGNEUR

                Les deux déclarations choc à l'époque de l'église primitive étaient « Jésus est anathème » et « Jésus est Seigneur ».

                « Jésus est anathème » était proclamé dans quatre situations :

                1-  Les Juifs qui, dans la synagogue, maudissaient ceux qu'ils estimaient hérétiques

                2 - Les Juifs sympathisants de Jésus que l'on faisait blasphémer pour pouvoir rester à la synagogue (voir Actes 26:11)

                3 - Les chrétiens qui renonçaient à leur foi dans les persécutions romaines

                4 - Les démoniaques pendant des exorcismes.

     

                La proclamation que « Jésus est Seigneur » était possible uniquement par révélation spirituelle et produisait une attitude de cœur et un comportement d'obéissance, de consécration et d’adoration à Jésus.

    PLUSIEURS DONS, UN SEUL ESPRIT

                Le but de l'enseignement sur les dons est avant tout de souligner que toutes les manifestations spirituelles diverses venaient d'un « même esprit ». Cette phrase est répétée 7 fois en 8 versets. L'unité se retrouve non seulement à la source mais également à la destination « l'utilité commune» (v7)

                La liste des dons spirituels est une des listes les plus célèbres dans les écritures de Paul. Ils peuvent être classés en 3 catégories :

     

             ­Les dons de révélation                

                                Parole de sagesse

                                 Parole de connaissance

                                 Discernement des esprits

             ­Les dons de puissance               

                                La foi

                                 Le don des guérisons

                                 Le don d’opérer des miracles

             ­Les dons vocaux                          

                                La prophétie

                                 La diversité des langues

                                 L'interprétation des langues

                            Un enseignement approfondi sur chaque don n'est pas possible dans le contexte de ce survol de chapitre. Il suffit d'apporter un simple commentaire sur chacun d’eux

    • Parole de sagesse - comprendre les choses comme Dieu les comprend
    • Parole de connaissance - connaître les choses que Dieu connaît
    • La foi - la conviction des possibilités du Dieu de l'impossible
    • Les guérisons - l'accélération surnaturelle du processus de guérison naturelle
    • Opérer des miracles - l'intervention surnaturelle renversant les lois naturelles
    • La prophétie - parler avec une parole de l'Esprit
    • Le discernement des esprits - voir comme Dieu voit
    • La diversité des langues - parler avec une langue spirituelle
    • L'interprétation des langues - apporter un sens intelligible à un message inintelligible.

     

    PLUSIEURS MEMBRES, UN SEUL CORPS

                L'image par excellence de l'unité de l'église pour Paul est le corps humain. Un membre n'a une signification que dans l'ensemble du corps et dans son interdépendance avec les autres membres.

                Ce qui se passe à un membre se passe au corps. Nous ne disons pas « mon doigt a mal », mais « j'ai mal au doigt ».

                Un chrétien ne peut être un instrument de Christ que s'il est pleinement intégré au corps de Christ.

                Paul soulève certains aspects de cette relation membre/membre et membre/corps.

    1. Un membre ne doit jamais souffrir de complexe d'infériorité en se comparant à un autre membre (v 15-18)
    2. Un membre ne doit jamais se croire auto - suffisant comme s'il n'avait pas besoin des autres membres (v 21)
    3. Chaque membre doit respecter et honorer les autres membres parce que Dieu a placé chacun des membres comme il l'a voulu (v 24)
    4. Honorer les autres membres est la seule protection contre les divisions dans une église (v 25)
    5. Les membres doivent compatir les uns avec les autres - prendre soin (v 25), souffrir avec et se réjouir avec (v 26)

     

    PLUSIEURS MINISTÈRES, UNE SEULE ÉGLISE

                Avant de terminer ce passage, Paul présente l'unité de l'église d'une façon particulière.

                Dans d’autres passages et dans d'autres épîtres Paul nous donne des listes de ce que nous allons trouver dans l'église :

                Les 5 ministères – Ephésiens 4:11

                Les 9 dons spirituels – 1 Corinthiens 12:8-10

                Les 7 dons de fonctionnement – Romains 12:6-8

               

                Ces listes sont complètes et correspondent à des aspects précis de la vie de l'église. Cependant, à la fin de 1Corinthiens 12 l'apôtre prend une sélection de chacune de ces listes et les met par ordre d'importance.

                Le but de les présenter de cette façon est de montrer une église établie, dans la diversité et l'ordre. Le respect de ces deux principes est essentiel pour assurer l'unité de l'église.

                Il reste une chose indispensable à l'unité de l'église... l'amour. C'est le thème du chapitre suivant.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 11 : LA FEMME ET LA SAINTE CENE

     

    L'église de Corinthe était, certes, une église vivante et fleurissante. Cependant, il y avait de nombreux problèmes liés directement à l'esprit du monde qui influençait le comportement des chrétiens. L'apôtre Paul inlassablement aborde chacun de ces problèmes.

                Dans ce chapitre, il traite deux questions principales :

                – le port du voile par une femme pendant un culte.

                – comment partager le repas du Seigneur entre chrétiens.

     

    UNE FEMME DOIT-ELLE PORTER UN VOILE AU CULTE ?

                A l'époque, OUI. Aujourd'hui, NON.

                Dans le passage des versets 2 à 16 il est indispensable de faire une distinction entre ce qui est culturel et ce qui est spirituel.

                Le poids de la culture

                Dans la culture orientale, la femme était inférieure à l'homme. Le port du voile par la femme pour affirmer sa soumission à son mari et sa protection sous son autorité était exigé par la loi juive – Nombres 5:18. Cette pratique était également la coutume parmi les Grecs et les Romains du 1er siècle.

                Seules les prostituées ne portaient pas de voile en public.

                Qu’une femme prie ou prophétise sans la tête couverte l'associait aux prêtresses païennes de l'époque qui prononçaient des oracles la tête découverte et décoiffée. Pour exiger que les femmes portent un voile dans l'église, Paul utilise des termes d'appréciation culturelles et nuancés :

               " C'est comme si " (v 5), " s'il est honteux " (v 6), " jugez-en vous même " (v13), " est-il convenable " (v13), " la nature elle-même " (v 14), " cette habitude " (v 16).

     

                Les principes spirituels affirmés

    1. Dieu a établi une chaîne d'autorité : Dieu - Christ – l’homme - la femme.
    2. Chacun doit honorer celui qui représente une autorité spirituelle pour sa vie (v 4)
    3. La femme a été créée pour être complémentaire à l'homme (v 9)
    4. Un couple chrétien doit être un partenariat d'interdépendance et de soumission à Dieu (v 11,12)

                Faire porter un voile aux femmes aujourd’hui en s’appuyant sur ce passage est une erreur fondamentale d’interprétation du texte biblique. Il serait bon de ne pas oublier le dicton « un texte pris hors de son contexte devient un prétexte ».

     

    L'HYPOCRISIE DES AGAPES DES CORINTHIENS

                Les AGAPES – littéralement « banquet d'amour » – devaient être l'occasion de partage et de communion entre les chrétiens d'une communauté dans un véritable esprit d'unité et de famille.

                Les riches venaient pour partager leur abondance avec les pauvres qui venaient souvent pour prendre leur seul vrai repas de la semaine.

                Tout le monde se retrouvait autour de la même table, chacun pouvant se réjouir de tout ce qui était proposé.

                Dans un monde ancien où les classes de la société étaient rigides (homme libre/esclave; l'homme instruit/celui sans éducation; Grecs/barbares; Juifs/païens), l’église était le seul lieu où les murs tombaient. Les chrétiens s'accueillaient mutuellement comme Christ les avait tous accueillis.

                Cependant, Paul doit reprendre les Corinthiens sévèrement pour les Agapes qui se pratiquaient dans l'église. Les riches venaient pour se retrouver dans leur clan de privilégiés. Ils mangeaient ce qu'ils avaient apporté et ils buvaient et s'enivraient. Il n'y avait aucun souci des pauvres et aucun partage.

                Une nouvelle fois, la loi de la division pesait sur l'église.

                A cause de cette hypocrisie, que l'apôtre appelle « ne pas discerner le corps du Seigneur », le jugement de Dieu tombait sur les chrétiens : infirmités, maladies, même la mort (v 30).

                Le but des Agapes n'est pas principalement se nourrir soi-même, mais de partager avec et honorer son frère en Christ (v 33).

     

    LA SAINTE CÈNE

                Comme la première épître aux Corinthiens a été écrite par Paul avant les 4 évangiles, nous avons dans ce passage les premières citations des paroles de Jésus.

                L'enseignement sur la Sainte Cène que Paul nous apporte peut être résumé en plusieurs points :

                1 – Le pain est le corps de Jésus d'une façon purement symbolique, car Jésus était physiquement présent en faisant cette déclaration (v 24)

                2 – La cène est une célébration commémorative de Jésus et son sacrifice à la croix (v24)

                3 – Nous avons une nouvelle alliance avec Dieu. Elle a été établie par le sang de Jésus (v 25)

                4 – La cène doit être célébrée plusieurs fois par les chrétiens (v 26)

                5 – La cène est une proclamation de ce que Jésus a accompli par sa mort (v26)

                6 - La cène anticipe le retour de Jésus (v 26)

                7 - Participer indignement découle de son attitude envers les autres chrétiens de l'assemblée (v 27,29)

                8 – La cène est un moment d'examen de conscience et d'attitude envers les autres chrétiens.

                Paul considère que les questions qu'il a traitées sont essentielles pour qu'une assemblée puisse être un lieu où Dieu soit honoré.

                « Les autres choses, il les reglera sur place » (v34)

     

     


     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE : 10 LES MENACE ET LES EPREUVES POUR LE PEUPLE DE DIEU

     

    L'église à Corinthe est une église divisée par des clans rivaux, chacun se réclamant d’un apôtre. Paul dénonce l'orgueil et l’attitude de supériorité de certains dans la communauté.

                Au chapitre 8 il dénonce le manque d’amour de ceux qui ont « la connaissance » par rapport aux « faibles » dans la foi.

                Au chapitre 10  l'apôtre Paul aborde les questions suivantes :

    1. Le peuple de Dieu peut encore chuter malgré la grâce qu'il a reçue – v 1-13
    2. L'influence spirituelle néfaste des démons – v 14- 22
    3. Les limites de la liberté chrétienne – v 23 à 11:1.

     

    LA LECON TIRÉE D'ISRAEL DANS LE DÉSERT

                Paul interpelle les chrétiens qui sont arrogants et trop sûrs d'eux après leur expérience spirituelle, leur connaissance et leur baptême. Ils croyaient ne jamais plus courir le risque de la condamnation de Dieu.

                Cependant, l'histoire d'Israël nous montre que ceux qui ont beaucoup reçu de la part de Dieu peuvent se rebeller.

                Les expériences surnaturelles vécues par Israël dans le désert ont un parallèle spirituel pour le chrétien. Celles citées par Paul sont :

    1. Le nuage de la présence de Dieu – Nombres 9:15
    2. La traversée de la mer rouge – Exode 14:21
    3. La manne venue du ciel – Exode 16:11
    4. L'eau qui a coulé du rocher – Nombres 20:1-11

                Malgré toutes ces manifestations de puissance, la plupart du peuple n'était pas agréable à Dieu. Il a chuté dans quatre domaines :

     

    1. Il a manqué de foi et il a suivi le conseil des 10 espions qui avaient eu peur en explorant la terre promise (Nombres 16:30-32) - Ils périrent dans le désert.
    2. Il est devenu idolâtre avec le veau d'or (Exode 32:6)
    3. Il s'est livré à la fornication avec les femmes de Moab (Nombres 25:1-9)
    4. Il a murmuré contre Dieu et contre les responsables spirituels (Nombres 21:4-6)

     

                Paul dit avec force que ces choses sont un exemple pour nous, chrétiens (v 6,11), et doivent nous servir d'avertissement. « Que celui qui croît être debout prenne garde de tomber » (v 12).

     

    LA TENTATION OU L'ÉPREUVE

                Quand Paul parle de tentation, le mot qu'il utilise a surtout le sens de l'épreuve que Dieu permet pour révéler ce qu'il y a dans les cœurs. Ces épreuves ne sont pas envoyées pour nous faire chuter, mais afin que nous les surmontions et devenions forts.

               

    Les 4 choses que nous devons comprendre concernant les épreuves  

    (v 13) :

    1. L'épreuve est une réalité pour le chrétien. Elle viendra assurément.

    2. Les épreuves que nous connaîtrons font parties de l'expérience humaine. Elles ne représentent rien d'extraordinaire.

     3. Dieu veille sur nous et ne nous permet pas d'être éprouvé au delà de nos capacités d'endurance.

    4. Avec chaque épreuve, Dieu nous donne toujours une porte de sortie. «Le moyen d'en sortir » est un mot qui évoque un passage pour franchir une chaîne montagneuse.

           La sortie n'est pas une retraite, mais une voie pour avancer et triompher.

     

    L'INFLUENCE DES DÉMONS

                Paul a déjà donné une raison pour ne pas manger la viande sacrifiée aux idoles - ne pas faire chuter celui qui est faible dans la foi.

                Maintenant, il donne une deuxième raison - ne pas s'exposer à une influence démoniaque. Allusion est faite aux fêtes païennes. Quand un païen offrait un sacrifice à un dieu, le sacrificateur lui rendait une portion de la viande afin qu'il puisse faire une fête avec sa famille et ses amis. On disait que par la viande, le dieu était présent à cette fête, et en la mangeant, le dieu entrait dans les participants. La fête était donc une communion entre le dieu et son adorateur.

                Paul présente la Sainte Cène célébrée par les chrétiens dans ce contexte. Ceci permet de mieux comprendre la présence spirituelle et non physique de Jésus au moment de la communion.

                Le danger que courraient ceux qui mangeaient la viande sacrifiée aux idoles ne venait pas de l'idole elle-même, mais des esprits mauvais qui s'attachaient à ces pratiques.

    Même si la liberté chrétienne permettait un acte en toute bonne conscience, s'exposer à une séduction démoniaque possible était la raison pour s'abstenir.

                Paul  met en garde les chrétiens à la contamination spirituelle de certaines pratiques.

                Un exemple moderne serait certains types de musiques. Ecouter de la musique non chrétienne n'est pas « un péché », mais certaines musiques communiquent une puissance démoniaque très forte qui domine en particulier la jeunesse. Les films d'épouvante seraient un autre exemple.

                Une personne maintenant en communion avec Christ doit se protéger de tout ce qui pourrait être une communion avec des esprits mauvais.

     

    LES LIMITES DE LA LIBERTÉ CHRÉTIENNE

                Pour terminer cet enseignement Paul donne quelques conseils pratiques aux Corinthiens

    1. Ils peuvent acheter et manger tout ce qui se vend au marché. Il ne faut pas tomber dans les sensibleries.
    2. Chez le païen, ils peuvent manger ce qui est servi sans se poser de questions, sauf si c'est une provocation ou un piège tendu.
    3. La liberté est sous la condition de l'édification d'autrui

     

                Ces principes sont particulièrement importants pour le chrétien aujourd'hui dans sa relation avec le monde. Un chrétien devra maintenant s'abstenir de certaines pratiques pas pour des raisons de péché, mais pour des questions de pollution spirituelle et édification d'autrui.

                Dans ces derniers versets les deux motivations primaires de Paul sont claires : la gloire de Dieu – v 31 et le salut du plus grand nombre – v 33.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 9 : LE MINISTRE DE L'EVANGILE ET LE COEUR DE PAUL POUR LES PERDUS

    Ce chapitre nous permet de mieux comprendre Paul, l'apôtre et comment un chrétien peut être au service de l'Evangile.

    Deux questions sont abordées :

    1. Les droits de ceux qui prêchent l'Evangile – v 1-14
    2. Les obligations de ceux qui prêchent l'Evangile - v 15-27

                Au chapitre 8, Paul avait abordé la question d'adapter son comportement en fonction de l'autre pour ne pas être une occasion de chute pour le faible. Maintenant, il poursuit en illustrant ce principe par son approche personnelle au ministère et en l'appliquant au travail de gagner des âmes à Christ.

                Il y a des contrastes très intéressants dans ce chapitre

                ­Libre (v 1 et v 19) et serviteur (v 16 et v 25)

                ­Les droits (v 4-6 et v 12) et les responsabilités (v 16,17)

                ­Les biens spirituels (v 11) et les biens temporels

                ­Participer et gagner (v 24)

                ­Les sacrifices et les récompenses (v 25)

     

    LES DROITS D'UN MINISTRE DE L'ÉVANGILE

                Paul explique clairement que ceux qui sont appelés à consacrer leur vie au service de l'Evangile ont le droit de :

                ­Manger et boire (v 4)

                ­Se marier (sujet sensible pour les Corinthiens) (v 5)

                ­Ne pas devoir entretenir une autre activité professionnelle (v 6)

                ­Etre soutenus financièrement par les chrétiens (v 11)

                ­Etre soutenu financièrement dans ses déplacements avec son épouse (v 5)

     

    Pour illustrer les droits d'un ministre de l'Evangile, Paul utilise des images convaincantes 

    1. Le soldat au service de sa patrie (v 7) Le ministre de l'Evangile se bat contre le mal.

    2. Le vigneron qui plante sa vigne (v 7) Le ministre de l'Evangile implante des églises.

    3. Le berger fait paître son troupeau (v 7) Le ministre de l'Evangile paît le troupeau de Dieu.

    4. Le boeuf qui, selon la loi de Moïse, pouvait manger le grain qui tombe pendant la récolte (v 9

    5. Le sacrificateur reçoit, selon la loi, une partie de ce qui a été offert sur l'autel (v 13)

    Cependant, Paul ne veut pas user de ses droits et ceci pour deux raisons

    1. Il ne voulait pas s'identifier aux pharisiens qui exploitaient leurs droits et leurs privilèges pour l'enrichissement personnel.
    2. Paul, en tant qu'apôtre et père spirituel, devait exercer une autorité spirituelle dans les églises. Il voulait garder son autonomie financière pour rétablir l'ordre. Il ne serait pas acceptable d’être dépendant de ceux qu'il devait reprendre.

     

    LES OBLIGATIONS D'UN MINISTRE DE L'ÉVANGILE

                L'annonce de l'Evangile est une vocation céleste. Paul a reçu cet appel le jour de sa conversion sur la route de Damas – Actes 26:15-18.

                Répondre à cette vocation est une charge, mais qui entraîne la récompense inégalée de voir Dieu transformer des vies (v 16,17).

    Un ministre de l'Evangile se retrouve devant 2 nécessités :

    1. Annoncer l'Evangile ;
    2. S’adapter dans sa façon de l'annoncer en fonction de l'auditeur. Il est même prêt à être "faible avec les faibles". C'est au ministre de l'Evangile à s'adapter aux autres afin de les gagner à Christ.

     Paul a comme objectif « gagner le plus grand nombre » (v 20)

    Son côté réaliste sait que malgré tous les efforts ceux qui seront sauvés seront « quelques-uns » (v 22)

    L'apôtre révèle la priorité qui pèse sur  tout son ministère

    « Je fais tout à cause de l'Evangile » (v 23)

     

    PAUL LE SPORTIF   v 24-27

                Après Athènes où se déroulaient les jeux olympiques, Corinthe était la deuxième ville sportive du monde grec. Tous les 3 ans avaient lieu les jeux Isthmiques. A cette époque les foules se rassemblaient à Corinthe pour voir les sportifs tenter de remporter une couronne de pin qui leur assurait un statut de héros immortel dans l'esprit du public.

                En utilisant l'image de ces jeux Paul parle du chrétien comme :

    1 – Coureur - qui doit courir de manière à remporter le prix.

    2 – Lutteur - qui devait suivre un entraînement très strict pendant 10 mois pour             obtenir la couronne.

    3 – Boxeur - qui doit apprendre à être précis avec les coups qu'il donne.

                La leçon est claire. Si on participe c'est pour gagner. Pour gagner il faut se discipliner.

                Paul termine avec la phrase « de peur d'être moi-même désapprouvé après avoir prêché aux autres » v 27.

                Il fait allusion à l'annonceur d'un combat qui, avant un combat de boxe, appelle les combattants et leur annonce les règles du combat. Mais l'annonceur, lui, ne remporte aucun prix.

                Une nouvelle fois, l'apôtre Paul présente aux Corinthiens une notion de ministère autre que celle qu’ils avaient.

                Un ministère de l'Evangile n'est pas source d'orgueil et de division, mais il se donne à l'appel qu'il a reçu en assumant tous les sacrifices nécessaires, afin que « le plus grand nombre » soit sauvé.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 8 : RESPECTER L'AUTRE

                Dans ce chapitre Paul répond à une question précise qui provoquait des problèmes dans l'église de Corinthe – celle de la viande sacrifiée aux idoles.

                Avec cette question les divisions dans l'église refont surface. L'apôtre expose de nouveau ce qui est charnel et motivé par l'orgueil humain.

    LA VIANDE SACRIFIÉE AUX IDOLES

                Ce problème, auquel les églises occidentales du XXième siècle ne sont pas directement confrontées, révèle les différentes sensibilités et le respect d'autrui.

                Certains des Corinthiens avaient servi des idoles toute leur vie avant de se convertir à Christ. Avec le message de la liberté qui vient avec la grâce, le chrétien ne doit plus prendre en compte les choses qui autrefois avaient une signification religieuse.

                Cependant, certains convertis plus faibles dans la foi gardaient une sensibilité par rapport aux anciens objets de culte.

     Un exemple plus proche de nous.

                Un catholique qui a prié Marie pendant des années ou répété le chapelet découvre Jésus en tant que seul médiateur et intercesseur auprès du Père. Il arrête de prier la vierge. Pour un chrétien éclairé le chapelet n'a plus d'utilité. Mais, pour celui qui est faible dans la foi, il ne sait pas le mettre de coté parce qu'il continue à y attacher une valeur religieuse.

    LE CONFLIT DES CONNAISSANCES

                Avoir « la connaissance » pour Paul, c'est comprendre que « ce n'est pas un aliment qui nous rapproche de Dieu » v 8.

    Cependant, si cette « connaissance » est la seule chose qui influence le comportement du chrétien, plusieurs conséquences en découlent :

    1. Il devient enflé dans son orgueil – v 1
    2. Il pense ne plus avoir à apprendre – v 3
    3. Il peut devenir une pierre d'achoppement pour un « faible » - v 9
    4. Tout en affirmant la Seigneurie de Christ il peut pêcher contre Christ – v 12

    La véritable « connaissance » de Dieu se manifeste de la façon suivante :

    1. L'amour pour Dieu - v 3
    2. Le désir d'édifier l'autre - v 1
    3. Le désir de ne pas blesser la conscience faible – v 12
    4. Changer son comportement en fonction de l'autre – v 13

     

    LE RESPECT DE L'ÉTAT DE CHACUN

                Dans ce passage, Paul réconcilie la vérité et la grâce, ce qui fait la marque du ministère de Jésus –  Jean 1:14-17. Paul appelle « les faibles » ceux qui manquent de connaissance de ce que Jésus a accompli. Mais il dit que celui qui est éclairé doit le respecter et l'accepter comme tel.

                ­Ceci produit l'unité entre les chrétiens.

                ­Chaque chrétien a ses sensibilités, ses faiblesses, ses domaines où la victoire n'est pas encore acquise.

                ­Dans une ambiance de respect et d'amour aucune sensibilité n'est blessée, mais la vérité n'est pas bafouée pour autant.

    PAUL DONNE L'EXEMPLE

                Paul a farouchement défendu la cause des païens qui se convertissaient face aux Juifs qui voulaient leur imposer la circoncision.

    Mais dans une situation particulière, il a demandé à Timothée de se faire circoncire Actes 16:3.

                A différentes reprises Paul a accepté de se conformer à certaines coutumes  Actes 21:17-26.

    PLUSIEURS DOMAINES QUI POURRAIENT SCANDALISER

    Le train de vie d'un riche 

    La façon de parler des autres religions

    Des prises de positions politiques

    La façon dont on parle de la sexualité

    Le refus de respecter des coutumes chez les autres

    Les questions d'alcool

                Beaucoup de chrétiens, dans les premiers mois de leur conversion, ont gâché leur témoignage auprès de leur famille, simplement parce qu'ils n'ont pas compris le principe de 1Corinthiens 8.

                Cette même question est traitée par Paul dans Romains14.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 7 : LA VIE DE COUPLE ET LE MARIAGE CHRETIEN

    Les conseils que Paul donne concernant le mariage dans ce chapitre ne peuvent être compris sans prendre en compte le contexte dans lequel il écrit. 

    Deux choses ont influencé l'approche de Paul

                1 - Le mépris du corps dans la culture grecque

                La pensée donnait à l'homme sa dignité, mais le corps physique ne le rendait pas mieux qu'un animal. L'attitude de mépris pour la vie physique conduisait soit à l'immoralité, soit à une tentative d'abaisser l'aspect naturel de la vie.

                2 – La conviction de Paul que le retour de Jésus était imminent  v 29

                Dans cette épître écrite en 54 ou en 56, Paul présente le mariage comme une concession ou une option secondaire en vue du retour de Jésus. Six ans plus tard dans son épître aux Ephésiens l'attitude de Paul concernant le mariage a évolué comme le second avènement de Christ se faisait attendre. Dans cette dernière épître le mariage est présenté comme l'union permanente et l'image sacrée de la relation entre Christ et l'église.

     

    LES PRISES DE POSITIONS EXTREMES DE CERTAINS CHRETIENS DE CORINTHE

                1 – Une fois chrétien, le couple devait s'abstenir de tous rapports sexuels.

                2 – Les jeunes ne devaient pas se marier.

                3 – Si l'époux ou l'épouse du nouveau converti ne se convertissait pas, il fallait le quitter.

                4 – Les mariages qui se faisaient ne devaient pas être consommés. Les mariés devaient rester vierges.

    LES CONSEILS DE PAUL SONT FONDES SUR TROIS PRINCIPES

                1 – La maîtrise de soi, la discipline et la chasteté sont de bonnes choses. Les passions du corps doivent être maîtrisées afin que le corps puisse être utilisé pour la gloire de Dieu.

                2 – La vie chrétienne n'est pas la fuite d'une vie normale. Ce qui est normal est élevé par la foi et la consécration à Dieu. Le spirituel et le naturel sont réconciliés.

                3 – La foi n'est pas source de tourments et d'angoisses. Le corps n'est pas perçu comme l'ennemi de l’âme, mais comme un instrument pour Dieu à canaliser (Romains 6:13).

    LES CONSEILS DE PAUL SUR DES QUESTIONS PRÉCISES

                1 – Dans le mariage les rapports sexuels sont normaux. Comme dans toutes choses, ils doivent se dérouler d'un commun accord (v 5).

                2 – Il faut éviter toute immoralité en tant que célibataire (v 7-9).

                3 – Le divorce n'est pas une option pour le couple chrétien (v 10,11)

                4 – Vivre avec un époux (une épouse) inconverti (e) est possible pour le chrétien (v12-14). Dans la société, les familles et les couples étaient perturbés lorsqu'un membre ou un des conjoints se convertissaient à Christ. Les apôtres ont répondu par une affirmation de la nature permanente du mariage en appelant le chrétien à travailler avec respect sa relation avec le conjoint inconverti.

                5 – Si l'inconverti abandonne le foyer, le chrétien peut divorcer et se remarier (v15). « pas liés » fait référence au lien du mariage.

                6 – Il ne faut pas épouser un inconverti dans l'espoir qu'il se convertisse (v16).

                7 – Devant l'imminence du retour de Jésus, croyance qui pesait sur la foi et la vie des premiers Chrétiens, chaque nouveau converti accepte de rester dans l'état où il était lors de sa conversion (v 17, 20, 24, 27). Exemple – circoncision, esclave, mariage.

                8 – La grande priorité de la vie chrétienne et du couple chrétien doit être « s'attacher au Seigneur sans distraction » (v 35)

                9 – Le remariage du chrétien après le décès du conjoint est possible, mais il ne peut être que « dans le Seigneur » (avec un autre chrétien) v 39.

     

    COMMENTAIRES DIVERS

                1 – « Je voudrais que tous les hommes soient comme moi »  v 7

    Paul a t-il été marié ? Un bon nombre de commentateurs bibliques disent "OUI" et ceci pour deux raisons :

                a – Les rabbins comme Paul devaient se marier à 18 ans. Un jeune aussi dévoué que Paul à la défense de la loi juive n'aurait pas refusé cette obligation.

              b – Paul était membre du sanhédrin à Jérusalem avant sa conversion (Actes 26 :10). Tout membre du sanhédrin à Jérusalem devait être marié. Il est possible que son épouse soit décédée avant sa conversion, mais il est probable qu'elle l'ait quitté ne supportant pas de vivre avec un « traître » de la religion juive.

                2– « Le conjoint non-croyant est sanctifié par le conjoint chrétien »  v 14

                Paul n'enseigne pas le salut automatique de tous les membres de la famille d'une personne qui se convertit à Christ. Il parle plutôt de l'effet sur le foyer d'une personne qui est touchée par la grâce de Dieu. Le foyer entier est enrichi spirituellement.

                3 – « Un affranchi du Seigneur»  v 22,23

                Paul fait allusion à un esclave. Celui-ci avait une possibilité de s'affranchir. Par des petits boulots il avait quelques maigres revenus qu'il déposait dans une caisse dans le temple de son dieu. Après de nombreuses années, il demandait à son maître de l'accompagner au temple. Le prêtre remettait la somme au maître et l'esclave devenait la propriété de son dieu. Il n'était plus l'esclave des hommes.

                Quelle belle image de l'esclave du péché affranchi par le prix que Christ a payé de sa propre vie.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 6 : LES CATEGORIES DES PECHEURS

     

    Nous avons vu dans les chapitres précédents la réponse de Paul aux deux grands problèmes de l'église de Corinthe : les divisions et l'immoralité. Dans ce sixième chapitre l'apôtre, père spirituel de l'église, commence en abordant une des conséquences des divisions pour ensuite revenir sur les questions de moralité et comportement de pécheur.

    Le chapitre se divise en trois parties :

    1. Les procès entre chrétiens - v 1-8
    2. Les catégories de pécheurs - v 9-11
    3. Le corps, temple du Saint-Esprit - v 12-20

     

    LES PROCES ENTRE CHRÉTIENS

                Les juifs réglaient leurs différents en famille dans les synagogues, mais pour les Grecs, un tribunal était à la fois un lieu de divertissement et une estrade pour montrer sa supériorité de logique et d'argumentation.

                Pour un procès il pouvait y avoir jusqu'à 6000 jurés. Il y avait donc une très forte culture de contentieux et de litige à Corinthe.

                Comme ce fût le cas pour les clivages culturels, cette mentalité d'attaquer devant les tribunaux est entrée dans l'église.

                Ceci était la suite directe des divisions entre les chrétiens de la communauté.

    L'enseignement et les exhortations de Paul sont les suivants :

    1. Les justes ne peuvent espérer la justice de Dieu de la part des injustes (inconvertis).
    2. Les différends entre chrétiens (ils existent) doivent être jugés au sein de l'église.
    3. Après le retour de Christ les chrétiens auront la responsabilité de juger le monde et les anges.
    4. Mieux vaut souffrir une injustice que d'en commettre une voulant se faire justice.

                Paul réaffirme que l'attitude d'un chrétien doit être de chercher la paix plutôt que de vouloir se venger ou se faire dédommager.

                Ceci reflète les paroles mêmes de Jésus – Luc 6:27-30.

                Il y a une grande libération pour celui qui ne réclame pas toujours ses droits. Il évite beaucoup de conflits inutiles.

     

    LES CATÉGORIES DE PÉCHEURS

                Paul est célèbre pour ses listes – les dons de l'Esprit (1Corinthiens 12), les fruits de l'Esprit (Galates 5:22), les ministères au sein du corps de Christ (Ephésiens 4:11). Nous avons ici une liste des différents types de péchés.

                Le bâtiment le plus imposant de la ville de Corinthe était le temple d'Aphrodite, la déesse de l'amour. Dans ce culte l'idolâtrie et l'immoralité étaient étroitement liées.

                1 – Les débauchés –  fornicateurs, tous ceux qui vivaient des rapports sexuels en dehors du mariage. Le mot était également souvent utilisé pour parler d'hommes prostitués.

                2 – Les idolâtres –  une idole est un symbole d'un dieu qui pour des gens charnels rend le culte plus accessible. Ils peuvent oublier le dieu et adorer le symbole.

                3 – Les efféminés (les doux) – Ils vivent tellement dans le luxe et pour les belles choses qu’ils perdent leur capacité de faire des sacrifices et d'accomplir des tâches difficiles.

                4 – Les voleurs – Ils étaient partout et ils exploitaient toutes les situations possibles. Même les esclaves doués étaient enlevés. La mort attendait un voleur condamné.

                5 – Les ivrognes – même les enfants s'enivraient. Pour le petit déjeuner ils trempaient le pain dans le vin. Les Grecs buvaient avec modération leur vin étant dilué, mais les Corinthiens buvaient pour le plaisir de s'enivrer.

                6 – Les ravisseurs – l'amour du gain poussait les Corinthiens à exploiter les autres. Le même mot est utilisé pour parler de l'abordage d'un navire marchand par des pirates en lançant des crochets sur des cordes.

                7 – Les homosexuels – la société grecque et romaine était imprégnée d'homosexuels. Socrate et 14 des 15 premiers empereurs romains, dont Néron et Hadrian, étaient homosexuels. L'homosexualité est historiquement liée à la déchéance de l'empire romain et à sa chute éventuelle.

                Paul déclare la puissance de l'Evangile de Jésus-Christ et la libération du Saint-Esprit qui lavent, sanctifient et justifient ces pécheurs pour les transformer en enfants de Dieu.

    LE CORPS, TEMPLE DU SAINT-ESPRIT

                Les Grecs élevaient la pensée et méprisaient le corps. Le corps était perçu comme la prison de l’âme. Ceci a produit deux approches – l'ascétisme, qui traitait durement le corps et l'hédonisme, qui laissait le corps tout faire (comme il était d'aucune importance).          

                Les Corinthiens étaient surtout de cette dernière approche.

                Paul déclare que le corps est éternel parce qu’il ressuscitera, donc il a une valeur spirituelle.

                Le corps est pour le Seigneur, il appartient à Dieu.

    Avec le corps, on peut devenir une seule chair avec une prostituée, ou s'attacher au Saint-Esprit et devenir un seul esprit avec lui. La communion avec Dieu est corporelle et spirituelle.

                L'immoralité, c'est le péché contre le corps qui est le temple du Saint-Esprit.

              Le chrétien est appelé à glorifier Dieu avec son corps. Dieu prend note de la façon dont, soit nous maltraitons le corps, soit comment nous le disciplinons et l'utilisons pour le louer et le glorifier.

              Le corps d'un chrétien devient sacré.

              Converti à Jésus le chrétien n'est pas l'esclave du corps, mais son maître.

             Ayant dénoncé l'immoralité, Paul peut maintenant répondre à toutes les questions des Corinthiens qui lui sont posées sur le mariage.

     

     


     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 5 : CELUI QUI VIT DANS LE PECHE

     Après avoir traité le problème des divisions dans l'église de Corinthe dans les chapitres 1-4, Paul, maintenant, commence à aborder la deuxième grande question « l’immortalité et le laxisme des membres de l'église ». Les chapitres 5 à 7 sont principalement consacrés à ce sujet.

                Corinthe était une ville où l'immortalité régnait. Les gens se convertissaient, mais il y avait deux difficultés de taille :

    1. Donner aux nouveaux convertis des principes de moralité chrétienne.
    2. Aider l'église à faire face à la tentation omniprésente dans la société païenne.

    Le chapitre 5 peut être découpé en trois parties interdépendantes :

    1. Un cas particulier dans l'église – v 1-5
    2. Le vieux levain – v 6-8
    3. Juger le pécheur – v 9-13

    LE CAS PARTICULIER

                Un homme, membre de l'église, vivait maritalement avec sa belle-mère, la femme de son père v 1. Ceci avait été formellement interdit par la loi de Moïse (Lévitique 18:8) et était perçu comme une telle perversion que même les païens ne se permettaient pas de la pratiquer.

                Paul, cependant, est encore plus choqué par le laxisme des chrétiens qui acceptaient cette situation au sein de l'église. Ils n'ont pas agi pour régler le problème, ils l'ont toléré.

                 Paul dit que les chrétiens auraient dû être « affligés ». Le mot qu'il utilise est celui utilisé pour pleurer un mort. – v 2

                  Le pécher devrait choquer le chrétien et celui qui s’enracine dans le péché devrait être  perçu comme un bien aimé qui vient de décéder.

     

    ÊTRE LIVRÉ A SATAN

                Paul n'accepte pas cette situation. Il propose une solution : que l'homme soit « ôté du milieu de vous » v 2, et qu’il soit « livré à Satan » v 5.

                Le sens de cette phrase forte est très simple. Le monde est le domaine de Satan, l'église est la communauté sous la couverture spirituelle de Dieu. « Livré à Satan » est l'expression spirituelle pour l'acte d'expulser quelqu'un de l'église.

                Il est important de noter que cet acte de dernier recours n'est pas pour condamner, mais pour pousser le pécheur à se réveiller et à se repentir: « afin qu'il soit sauvé» v 5

    Ceci est également le cas quand Paul utilise cette même phrase dans 1Timothée 1:20.

    Dans l'église primitive toute discipline avait comme but la restauration et la rédemption de la personne.

     

    LE VIEUX LEVAIN

                Le levain était une pâte qui restait d'une cuisson antérieure et qui s'était fermentée. La littérature juive présente le levain comme une influence maléfique. La fermentation évoque la notion de corruption.

                L'apôtre appelle le nouveau converti à être une pâte nouvelle, n'ayant aucune trace du péché du passé.

                Christ est notre Pâque, une fête sans levain et chaque chrétien doit vivre dans la pureté et la vérité comme des pains sans levain.

                Le levain dans ce contexte, parle en particulier des pratiques immorales des corinthiens.

     

    JUGER LE PÉCHEUR   v 12,13

                Ces versets 12 et 13 sont très significatifs au niveau de l'ecclésiologie, la doctrine de l'église.

                Pour résumer, Paul dit : Dieu jugera le pêcheur inconverti le jour du jugement, mais c'est à l'église de juger le pécheur, membre de l'église.

                Juger n'est pas murmurer contre quelqu'un, mais c’est refuser le comportement de pécheur chez le chrétien et d'agir fermement pour qu’il n'infecte pas l'église.

                Au verset 13 Paul répète « Otez le méchant du milieu de vous ». Il ne fait que confirmer ce que Jésus avait déjà enseigné en établissant une procédure d'interpellation du chrétien rebelle et désobéissant. – voir Matthieu 18:15-20.

                D'autres passages dans l'enseignement de Paul nous montrent la nécessité d'écarter un frère dans la perspective qu'il se réveille face à son péché – voir 2 Thessaloniciens 3:6,14,15.

     

    LES TROIS CATÉGORIES DE PÉCHEURS  v 10

                1 – Les débauchés - (fornicateurs)

    Ceux qui se comportent comme des bêtes qui pensent ne pas devoir vivre selon une loi morale. Il ne respecte pas sa personne comme étant faite à l'image de Dieu avec dignité et valeur spirituelle. Il pèche donc contre lui-même.

                2 – Les cupides et ravisseurs

    Ceux qui exploitent l'autre pour son gain personnel. C'est le matérialiste. Il ne donne pas à l'autre, il lui prend ce qu'il a. Il pèche donc contre l'autre.

                3 – Les idolâtres

    Ceux qui se livrent à toutes les pratiques occultes et superstitieuses. Il veut adorer autre chose que le seul vrai Dieu. Il pèche donc contre Dieu.

                Avec ce chapitre, Paul annonce clairement la couleur aux chrétiens de Corinthe... NON au péché et à l'immoralité.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 4 : LE SERVITEUR DE DIEU

    L'église de Corinthe était fortement divisée. Les clans se réclamaient de différents ministères, en fonction des sensibilités culturelles, sociales, et religieuses. Paul, systématiquement, cherche à identifier les causes des divisions, en particulier la sagesse du monde et le niveau charnel des Corinthiens.

                Dans ce chapitre, l'apôtre confronte l'orgueil des chrétiens qui déforme leurs façons de voir les ministères.

     

    SERVITEURS ET DISPENSATEURS

                Au verset 1 Paul choisit bien ses images pour parler des ministères :

                Serviteur  – le mot utilisé parle d'un esclave sur une galère qui doit ramer au rythme donné pour faire avancer le navire. L'idée d'humilité et d'obligation est claire.

                Dispensateur – le mot utilisé fait référence à un gérant de grande propriété. Il est esclave, mais il est élevé à une place d'autorité sur le personnel pour assurer le fonctionnement de la maison. La fidélité lui est exigée (v 2). Un ministère doit être perçu de cette façon par rapport aux « mystères de Dieu » – v 1.

    LES TROIS JUGEMENTS  v 3-5

                1 – Le jugement que les autres portent sur nous - les autres peuvent avoir raison à notre égard ou peuvent se tromper.

                2 – Le jugement que nous portons sur nous-mêmes - mais souvent nous nous voilons la face et ce jugement manque d'objectivité.

                3 – Le jugement de Dieu - c'est le seul vrai jugement parce que Lui seul connaît toutes les circonstances et les véritables mobiles du cœur.

     

    L'ORGUEIL

                Par l'orgueil les Corinthiens se voulaient juges, même des ministères que Dieu avait placés dans l'église.

                ­Paul anéantit toute possibilité qu’un chrétien s'enorgueillisse en posant une question choc  « Qu'as-tu que tu n'aies pas reçu ? » – v7

                Cette question est derrière tout l'enseignement de Paul sur la grâce.

                ­L'orgueil pense tout connaître, tout comprendre et toujours avoir raison et par ce fait, réussir. Mais comprendre que tout vient de Dieu produit l'humilité, le respect et la reconnaissance.

                ­L'orgueil des Corinthiens faisait en sorte qu'ils s'estimaient riches, rassasiés, exerçant l'autorité, sages, forts, honorés – v 8-10

                ­L'image du défilé militaire – v 9. (Colossiens 2:15)

                Paul utilise une image très forte dans le but de choquer les Corinthiens. C'est celle du défilé triomphal d'un général romain qui entre dans sa ville après une grande victoire. L'armée reçoit la gloire et l'adulation du peuple et traîne, derrière elle, les officiers de l'armée vaincue qui sont condamnés à mourir.

                Paul dit que l'orgueil des Corinthiens les élève à leurs yeux comme des conquérants. Derrière ce défilé, il y a l'humiliation des ministères qui acceptent la souffrance, les injures et les persécutions (voir v 10-13) afin que l'église de Jésus-Christ soit établie.

     

    LE PÉRE D'UNE ÉGLISE   v 14-17

                Paul « avertit » les Corinthiens « comme ses enfants bien-aimés » –  v 14.

    Il se présente comme étant plus qu'un ministère, mais le père spirituel de cette église. Le mot « avertis » est celui utilisé quand un père corrige son fils.

                Il parle avec sévérité, pas comme un maître à ses esclaves, mais comme un père à ses enfants, pour les éduquer et les ramener de leur comportement insensé sur le bon chemin.

    • Ils avaient dix mille maîtres - des tuteurs qui donnaient conseil. Mais seul Paul était

    leur père qui les a engendrés en Jésus-Christ et qui les a amenés à la vie.

    • Paul leur lance un défi étonnant, que seul un père peut lancer « soyez mes

    imitateurs » – v 16.

     

    LES CINQ RAISONS D'ENVOYER TIMOTHÉE  v 17

    1. Il est son fils spirituel.
    2. Il est bien-aimé.
    3. Il est fidèle dans le Seigneur.
    4. Il rappellera les voies de Paul en Christ.
    5. Il rappellera ce que Paul enseigne dans les églises.

     

    LA MISE A L'ÉPREUVE DES CORINTHIENS  v 18-21

                Enflés d'orgueil, les Corinthiens étaient des beaux parleurs. Le royaume de Dieu ne consiste pas de paroles, ni à l'époque, ni aujourd'hui. Ce que Paul cherche, ce sont des vies puissantes, des vies qui rayonnent Christ.

                Paul termine avec la question des divisions dans l'église pour se concentrer dans les trois chapitres qui suivent à l'autre grand problème de l'église de Corinthe... l'immortalité.

     

     


     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 3 : L'HOMME CHARNEL ET L'EDIFICE DE DIEU

     

    Comme dans le premier chapitre, Paul aborde le thème principal de l'épître : ce qui divise les chrétiens. Les clans qui se réclament des différents ministères sont de nouveau interpellés. Deux fois dans ce chapitre Paul dénonce la folie de se réclamer d'un ministère plutôt que d'un autre (v 4,5 et v 21,22).

     

    Le chapitre peut être découpé en quatre parties :

    1. L'homme charnel – v 1-5
    2. L'image du champ – v 6-9
    3. L'image de l'édifice – v 9-17
    4. La sagesse du monde – v 18-23

     

    L'HOMME CHARNEL

                Après avoir fait la distinction entre l'homme spirituel et l'homme naturel au chapitre précédent, cette troisième catégorie parle du chrétien ayant vécu une conversion personnelle qui continue à laisser la chair, ou les désirs du « moi », dominer sur sa vie spirituelle.

    Les caractéristiques d'un chrétien charnel  :

    1. Il ne peut recevoir un enseignement solide qui demande un sacrifice et une discipline de vie – v 2.
    2. Il est jaloux d'autres chrétiens – v 3
    3. Il est impliqué dans des disputes – v 3
    4. Il se veut supérieur aux autres – « être quelqu’un »– v 7

     

    L'IMAGE DU CHAMP

              Cette image est particulièrement importante pour comprendre la collaboration qui doit exister entre les ministères et Dieu.

              Chaque ministère a son rôle à jouer qui sera différent, mais complémentaire aux autres (voir l'image du corps dans 1Corinthiens 12:21 ).

              C'est l'action de Dieu qui permet aux ministères de voir les fruits de leur travail. Personne ne peut réussir seul.

              La récompense de Dieu ne vient pas au niveau de la fonction, mais au niveau de la qualité du service de l'un et de l'autre. Dieu rémunère, non pas pour des raisons hiérarchiques ou d'ancienneté, mais sur le plan du fonctionnement efficace – v 8.

              L'image du champ est également importante parce qu'à l'inverse d'un édifice qui est une construction, planifiée et figée, un champ peut connaître des résultats variables en fonction des circonstances que l'homme ne maîtrisera pas. Le champ doit être sans cesse cultivé.

     

    L'IMAGE DE L'ÉDIFICE

              Paul utilise cette image pour parler du peuple de Dieu comme sanctuaire au milieu duquel demeure la présence de Dieu.

              Nous sommes appelés à construire avec récompense au bout.

    Ceux qui détruisent cet édifice seront eux-mêmes détruits.

              Les ministères sont complémentaires dans la construction comme dans le champ :   

    Dans le champ         – l'un plante et l'autre arrose –  v 6

    Dans le bâtiment     – l'un pose le fondement, l'autre construit dessus – v 10

    Le fondement de l'église est Jésus-Christ et lui seul.

    Il est possible de construire d'une façon durable ou d'une façon périssable.

    La récompense vient seulement si l’œuvre subsiste

    Non seulement le Seigneur cherche la productivité, mais la qualité du travail qui est fait – v 14.

    LA QUESTION D'ÊTRE SAUVÉ « AU TRAVERS DU FEU »  v 15

              La théologie catholique s'appuie sur ce verset pour justifier sa doctrine du purgatoire, lieu de purification de ses péchés avant d'accéder au paradis après sa mort.

              Cependant, cette référence de Paul signifie autre chose. Le feu n'est pas un agent de purification du bâtisseur, mais ce qui met à l'épreuve l’oeuvre qu'il a accomplie.

              Le feu ne lui permet pas de gagner le paradis. Au contraire, il lui fait perdre sa récompense sans perdre son salut.

              L'expression « au travers » a le sens d'être sauvé « du milieu de » et non « par le moyen de ». Un enfant qui joue avec des allumettes et commence un feu est sauvé des conséquences de sa folie par ses parents. Il n'est pas délivré de sa folie par le feu qu'il a commencé. Le feu parle d'épreuves sur terre pendant son vivant.

     

    LE TEMPLE

              C'est une allusion à l'église locale, la communauté des croyants. L'église est un lieu saint construit sur le fondement de Jésus-Christ (v 11), par des ouvriers ayant reçu la grâce de Dieu (v 10).

              Le Saint-Esprit habite ce temple. Critiquer et attaquer l'église est s'attaquer à une oeuvre sainte de Dieu, malgré ses imperfections.

     

    LA SAGESSE DU MONDE

              Dans le chapitre précédent Paul avait expliqué que la sagesse du monde était à l'origine des divisions dans l'église.

              Une nouvelle fois, la sagesse de l'intelligence humaine qui pousse l'homme à exprimer tout son orgueil face à Dieu est rejetée. Cette sagesse est folie. Celui qui possède cette sagesse est appelé à s'humilier et devenir « fou » selon le monde.

              Paul renverse le raisonnement des Corinthiens qui disaient « appartenir » à un des ministères. Il déclare que tous les ministères leur appartiennent. Les ministères élèvent les chrétiens jusqu'à Christ et Christ les élève jusqu'à Dieu. Voici le véritable rôle des ministères qui sont cités dans Ephésiens 4:11-13. Voici également la signification d'être « un en Christ"».

     

    Une dernière observation

              En formulant le plus grand commandement, Jésus a dit que l'amour pour son prochain suit l'amour pour Dieu (Marc 12:28-31). Notre amour pour Dieu se révèle par notre amour pour notre prochain.

              Paul explique que l'inverse est également vrai. Un homme charnel manifestera sa pauvreté spirituelle par les conflits et les disputes avec son prochain.

     

     


     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 2 : L'HOMME SPIRITUEL

     

    Comprendre cette épître c'est comprendre les problèmes qui existaient dans l'église à Corinthe. Paul est particulièrement inquiet des divisions entre les membres. Dans ce chapitre il aborde la question de l'homme spirituel.

    LE PROBLÈME DE SE CROIRE TRES SPIRITUEL

                Paradoxalement, c'est la conception « d'être spirituel » qui est à la base de l'indépendance et les divisions chez les Corinthiens.

                Nous avons déjà vu au premier chapitre que les clans se réclamaient de tel ou tel ministère, comme si les ministères étaient en compétition par rapport à leur onction et autorité.

                Paul félicite les Corinthiens pour leur niveau d'opération de dons spirituels

    (1Corinthiens 1:5-7). Ils étaient très « charismatiques ». Pourtant, il les appelle « charnels » (1Corinthiens 3:1). Au nom du Saint-Esprit, ils se comportaient charnellement.

                Dans ce chapitre, Paul leur montre qu'il connaît bien la dimension du Saint-Esprit et son enseignement est donné afin que ses lecteurs deviennent réellement des hommes spirituels.

    LES CARACTÉRISTIQUES DE L'HOMME SPIRITUEL

    1. Il prêche Jésus avec simplicité v 1, 2.

    Paul arrivait d'Athènes où il avait prêché aux philosophes en utilisant une approche un peu plus « philosophique ». Mais les résultats étaient faibles. N'est-il pas en train d'exprimer une leçon tirée à Athènes ( Actes 17:22-34).

    2. Il est vrai v

    Paul n'hésite pas à révéler ses états d'âmes. L'homme spirituel ne se cache pas derrière des façades. Dans son humilité, il reconnaît ses propres combats. Ce qui compte c'est la force de Dieu qui se manifeste dans cette faiblesse (2Corinthiens 12:10).

    3. Il est porté sur les fruits spirituels v 4,5.

    Une démonstration d'Esprit et de puissance vaut mieux qu'un discours persuasif. Ce n'est pas ce qui sort de sa bouche qui compte pour Paul, mais l'impact spirituel ressenti dans le coeur de ses auditeurs. La foi doit être fondée sur une expérience puissante de Dieu plutôt que sur des propos bien présentés.

    4. Il connaît les choses spirituelles révélées par l'Esprit de Dieu v 6-9.

    Sa connaissance ne vient pas par l'histoire, les sciences, la sociologie, mais par Dieu qui révèle les choses d'en haut. Cette dimension de connaissance ne vient pas par le biais de l’œil, l'oreille ou la langue humaine.

    5. Il entretient une communion personnelle avec le Saint-Esprit v 10, 11.

    Il est convaincu que sans cette sensibilité, il ne peut connaître les choses de Dieu. Le Saint-Esprit est une personne réelle et non une théorie ou une doctrine. Nous pouvons l'accueillir et apprendre à lui être sensible.

    6. Il refuse l'esprit du monde v 12.

    Les préoccupations du monde agissent directement contre sa capacité d'être conduit par le Saint-Esprit.      

    7. Il a de l'assurance v 12.

    Il sait qu'il a reçu le Saint-Esprit et il sait que Dieu lui a déjà donné des « choses » par sa grâce. L'Esprit lui révèle les choses qu'il a déjà reçues.

    8. Il exprime les choses spirituelles avec un langage spirituel v 13.

    Le langage spirituel n'est ni le langage religieux ni le langage exalté. Le langage spirituel est simple, vrai, direct et touche le cœur.

    9. Il se retrouvera devant l'homme naturel qui réagira et s'opposera à son approche et à ses paroles v 14.

    Il aura un autre discernement sur chaque situation. Son comportement, parce qu'il est réellement spirituel, n'attirera pas le jugement d'autres hommes spirituels.

    10. Il peut faire confiance à ses pensées v 16.

    Comme il est animé de la pensée de Christ, le Saint-Esprit se révélera surtout  au niveau des pensées. Les dons de l'Esprit, paroles de connaissance, paroles de sagesse, prophéties, discernement des esprits se manifestent surtout au niveau de la pensée.

     Le comportement des Corinthiens était manifestement charnel. Les fruits de leurs paroles et de leurs attitudes n'étaient pas les fruits du Saint-Esprit ( Galates 5:22 ). Paul nous invite à entrer dans une communion avec le Saint-Esprit, afin que nous soyons remplis des choses de Dieu.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • CHAPITRE 1 : LES RAISONS DES DIVISIONS

      Comme avec chacune de ses épîtres, Paul commence avec une salutation et donne quelques paroles d'encouragement. Cependant, il rentre rapidement dans le vif du sujet tellement il est inquiet pour l'église. Les trois parties du chapitre sont:

    1. Salutations et actions de grâce - v 1-9
    2. Les divisions au sein de l'église - v 10-16
    3. La sagesse de Dieu et la sagesse du monde - v 17-31

    LES DIVISIONS   v 12

                Paul dénonce 4 clans qui déstabilisaient l'église menaçant l'unité des chrétiens. Ceux-ci s'identifiaient en se réclamant d'un certain apôtre. Cependant, il n'y avait aucune division entre les apôtres eux-mêmes. Ils se faisaient exploiter par les clans.

    1. Ceux qui se réclamaient de Paul

                Des Romains dans l'église se sentaient proches de Paul parce qu'il était un citoyen romain, l'apôtre des païens (Galates 2:8). Ceux-ci déformaient l'enseignement de la grâce apporté par Paul pour justifier l'immoralité si présente à Corinthe. Ils disaient que selon Paul il n'y avait plus de condamnation. La grâce de Dieu rend libre, donc ils pouvaient continuer dans le péché.

    2. Ceux qui se réclamaient d'Apollos

                Apollos était de la ville d'Alexandrie, un centre intellectuel célèbre. Il était lui-même très instruit dans les écritures et un puissant orateur. Les grecs qui aimaient les débats intellectuels et qui cherchaient à transformer la foi en Christ en philosophie se sont appuyés sur Apollos, un véritable homme de Dieu.

    3. Ceux qui se réclamaient de Cephas.

                Cephas est la forme juive du nom de Pierre. Il s'agit certainement d'un clan juif au sein de l'église qui défendait le légalisme du judaïsme. Pour eux la loi avait plus d'importance que la grâce.

     4. Ceux qui se réclamaient de Christ

                Certains se présentaient comme étant les seuls vrais chrétiens en refusant de reconnaître les ministères. Ils avaient un discours d'apparence très spirituel en disant qu'ils obéissaient à Dieu et pas aux hommes. L'orgueil et la rébellion qui motivaient ce clan ont fait beaucoup de dégâts dans l'église de Corinthe.

    LES RÉACTIONS FACE AU MESSAGE DE L'ÉVANGILE.  v20-25

                Un thème qui revient à plusieurs reprises dans l’épître est le contraste et l'opposition entre la sagesse de Dieu et la sagesse du monde. Paul dit que la sagesse du monde rejette le message de l'Evangile parce qu'il ne correspond pas à ce qu'il veut entendre.

           Le salut par la mort de Jésus sur une croix provoque deux réactions particulières :

    1. Pour les Juifs, ce message est un scandale.

           Le juif ne voyait que par la loi donnée à Moïse. Comment, donc, Dieu pouvait-il offrir le salut  par quelqu'un qui meurt condamné par la loi.

           Les juifs cherchaient également des signes de puissance qui annonceraient l'arrivée glorieuse du Messie du ciel. Jésus, quand il a opéré des miracles, a demandé que ceux-ci ne soient pas proclamés. Dans son humilité il a accepté de descendre de la croix, mort, dans les bras de deux hommes plutôt que descendre puissamment comme le réclamaient les Pharisiens.

    2. Pour les Grecs, ce message est de la folie.

           Selon leur philosophie Dieu était insensible. Il ne pouvait expérimenter les émotions telles que joie, tristesse, colère, souffrance. Pour eux, Dieu était transcendant et ne pouvait souffrir. L'incarnation était inimaginable.

           La sagesse grecque cherchait des héros intellectuellement forts avec une parole pointue qui s'imposait dans les débats.

           Le message de l’Evangile était trop terre à terre, il touchait trop le vécu personnel.

    LE CHOIX DE DIEU  v 26-31

                Dans l'église primitive il y avait plusieurs personnes converties de la haute société, mais la majorité des chrétiens venait du milieu du peuple.

                Le monde les voyait comme étant sans valeur, mais la sagesse de Dieu leur donnait une grande valeur. Les femmes, les esclaves, les pauvres étaient tous enfants de Dieu et aux yeux de Dieu avaient la même valeur que les maîtres.

                Dieu rétablit la dignité humaine en choisissant les choses folles, faibles et viles, pour qu'elles puissent porter sa gloire (v 27-29)

                Tout bon décorateur choisit soigneusement un décor neutre pour que l'attention soit portée sur un tableau.

                Ayant choisi les gens qui ont un coeur humble, maintenant Christ peut devenir pour eux tout ce qu'ils ne possèdent pas eux-mêmes.

                v 30 :

    1. Sagesse - vérité
    2. Justice - pardon
    3. Sanctification - pureté
    4. Rédemption - libération du passé et du péché

                La sagesse de Dieu est tout simplement afin que « celui qui se glorifie, se glorifie dans le Seigneur ». Avec une telle disposition de coeur les divisions dans l'église comme celle de Corinthe disparaissent.

     


     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • INTRODUCTION A L'EPITRE

    LA VILLE DE CORINTHE

                Corinthe était une ville stratégique en Grèce au premier siècle après Jésus-Christ. Sa situation géographique a largement contribué à sa grande prospérité en tant que centre de commerce méditerranéen dans le monde.

                La ville était également réputée pour sa débauche.

    L’expression de l’époque « vivre comme un Corinthien » parlait d’un style de vie d’immoralité et d’ivrognerie. Le haut lieu de l’immoralité était le temple d’Aphrodite, la déesse de l’amour situé sur une colline à proximité de la ville. Mille prostituées étaient rattachées au temple et remplissaient Corinthe d’iniquité.

                En 14 av. J-C l’armée romaine a capturé Corinthe et l’a transformée en colonie et capitale de la province romaine d’Achaïe comprenant presque toute la Grèce.

                La population était un mélange d’anciens soldats romains, de commerçants venus de l’Orient, d’aventuriers et d’une communauté de Juifs importante.

                Au temps de Paul, Corinthe était une ville sans traditions et sans bases solides.

                Paul résume parfaitement le climat d’immoralité qui régnait dans la ville dans 1Corinthiens 6:9-11.

    PAUL À CORINTHE

    Paul est allé à Corinthe vers l’an 50 av J-C après une visite à Athènes. Il y est resté pendant un an et demi. Actes 18:1-17 nous parlent de ce séjour. En arrivant, il s’est installé chez Aquila et Priscille. Paul a commencé à prêcher dans la synagogue avec un impact considérable qui ensuite a provoqué une vive opposition. La conversion la plus notoire était celle de Crispus, le chef de la synagogue.

    LES LETTRES AUX CORINTHIENS

                Les premiers courriers aux Corinthiens de Paul datent de 55 av .J-C quand séjournant à Ephèse, il prend connaissance des problèmes au sein de l’église de Corinthe.

                Les écrits de Paul aux Corinthiens n’ont été rassemblés que quarante ans plus tard. Les deux épîtres que nous avons aujourd’hui sont le résultat de ce travail éditorial. Deux possibilités existent :

    • Certains documents ont été perdus.
    • Des erreurs se sont glissées dans la présentation de l’ordre chronologique des passages.

    Un exemple se trouve dans 1Corinthiens 5:9 où Paul parle d’une lettre précédente.

    Les érudits bibliques majoritairement pensent que cette lettre se trouve dans

    2Corinthiens 6:14 à 7:1

     

    L’ordre chronologique qui nous est proposé est le suivant :

                1 - Une première lettre – 2 Corinthiens 6:14-7:1

                2 - La visite des gens de Chloé, de Stéphanas, de Fortunatus et d’Achaïcus et le courrier envoyé à Paul. (1Corinthiens 1:11 ; 1Corinthiens 16:17 ; 1Corinthiens 7:1)

                3 - Paul écrit 1Corinthiens et l’envoie avec Timothée (1Corinthiens 4:17)

                4 - La situation de l’église empire. Paul visite Corinthe une seconde fois. (2Corinthiens 12:14 allusion à une deuxième visite). Paul est sévèrement critiqué par les Corinthiens. Son cœur est brisé. Il leur écrit une troisième fois après la visite. (2 Corinthiens chapitres 10 à 13).

                5 - Paul apprend qu’il y a un changement de cœur chez les Corinthiens. Il leur écrit une lettre de réconciliation. (2Corinthiens 1:1 à 6:13; 7:2 à 9:15).

    Pour bien comprendre les épîtres aux Corinthiens il faut les remettre dans leur contexte.

    Le but de Paul n’est pas de présenter un enseignement systématique et complet sur tous les sujets abordés. Il s’agit plutôt d’un père qui cherche à établir une jeune église qu’il a vu naître. (1 Corinthiens 4:15).

                Les épîtres nous permettent de voir toute la réalité des combats afin que la première église puisse être bien fondée sur l’enseignement des apôtres.

    LES THEMES PRINCIPAUX DE L’EPITRE

    1.    Raisons pour les divisions

    Chapitres 1 et 3

    2.    La sagesse de Dieu

    Chapitres 1 et 2

    3.    Le rôle des apôtres

    Chapitres 3 et 4

    4.    Le comportement des chrétiens

    Chapitres 5 et 6

    5.    Questions sur le mariage

    Chapitre 7

    6.    Questions de conscience : la viande

    Chapitre 8

    7.    Comprendre un ministre de l’Evangile

    Chapitre 9

    8.    La Sainte Cène

    Chapitres 10 et 11

    9.    La femme dans l’église

    Chapitre 11

    10. Les dons spirituels

    Chapitres 12 et 14

    11. Le corps du Christ.

    Chapitre 12

    12. L’amour

    Chapitre 13

    13. La résurrection des morts

    Chapitre 15

    14. La collecte dans une église

    Chapitre 16

     

     


     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L'ASSEMBLAGE D'UNE EQUIPE

    Texte : Ephésiens 4 :16

    « C’est de Lui (Jésus) et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties et s’édifie lui-même dans   l’amour. » (Voir aussi version Semeur).

    Quel est mon mot préféré pour décrire notre collectif chrétien ?

    Eglise - connotation bâtiment ou institution

    Communauté – appartenance

    Assemblée – le fonctionnement

    Une église est une assemblée d’hommes et de femmes rassemblés et ensuite assemblés…l’assemblage

    Illus Comme les meubles d’un grand magasin suédois. Quand tu achètes un meuble tu repars avec un carton rempli beaucoup de pièces. Il faut d’abord identifier chaque pièce et commencer à les assembler et le faire correctement pour qu’au bout il y a le meuble que tu voulais.

     

    Paul utilise le mot « assemblage » pour parler de l’église.

    « C’est de Lui et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonnée et formant un solide assemblage… »

    « L’assemblage » c’est comment nous lions les pièces les unes aux autres.

    C’est la formation d’une équipe.

    C’est le lien qui existe entre chaque pièce.

     

    Paul parle de l’assemblage et les liens qui doivent exister entre chrétiens dans une communauté pour former le corps de Christ dans Colossiens 2 :19

    Parlant du « chef » de l’église, Jésus,

    « dont tout le corps, assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l’accroissement que Dieu donne. »

    Ce sont les liens qui permettent aux pièces de fonctionner ensemble.

    Illus. La direction d’une voiture consiste de quoi ? Un volant et des roues. Mais entres les deux qu’y a-t-il ? Des liens de l’assemblage.

     

    Paul continue à parler des liens entre chrétiens

    Ephésiens 4 :2,3

    « en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec amour, vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix. »

    Ici c’est le lien de la paix qui permet de préserver l’unité de l’esprit.

    Le lien de la paix, c’est l’humilité, la douceur, la patience qui nous permettent de nous supporter les uns les autres avec amour.

    Tout est là, au niveau des liens.

    C’est l’église parfaite. Elle existe. Elle est là ! Paul le dit.

    Colossiens 3 :14

    « Mais par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de l’amour qui est le lien de la perfection. »

    Ce lien nous permet de fonctionner ensemble, de faire équipe ensemble pour Jésus.

    Illus A la maison nous avons un problème de connexion wifi. Le lien est faible et quand on veut aller sur un site nous avons un message. « Pas de réponse cette page n’est pas disponible ». Il faut actualiser le lien. Ou « l’internet n’est pas connecté ».

    Le signal doit être fort pour que l’ordinateur et la box puissent fonctionner ensemble. Mais quand le lien du wifi est faible on ne peut plus se parler.

     

    LES COMPAGNONS D’ŒUVRE DE L’APOTRE PAUL

    Paul avait de nombreux co-équipiers.

    Quelqu’un les a tous comptés. Ils sont arrivés au chiffre de 43 mentionnés dans les Actes des Apôtres et les épîtres.

    Ils ont voyagé ensemble, travailler ensemble manuellement, ils ont prêché ensemble, ils étaient ensemble en prison, Paul les envoyaient en mission.

    Paul parle souvent de leur travail pour faire connaître l’Evangile et s’occuper de l’église

    MAIS de temps en temps il glisse un mot, une phrase qui révèle le lien qui existé avec ses co-équipiers.

    Nous allons prendre quelques exemples :

    Timothée 

    1Corinthiens 4 :17

    « Pour cela je vous envoie Timothée, qui est mon enfant bien-aimé et fidèle dans le Seigneur, »

    Le lien qui existait entre Paul et Timothée était celui de l’amour d’un père pour son fils, fidèle à son père. C’est très fort.

    Deux fois dans 1Timothée1 :2,18 Paul appelle Timothée « mon enfant »  et dans 2Timothée1 :2  « mon enfant bien-aimé ».

    Assez souvent on me demande d’être un père spirituel pour quelqu’un.

    A une certaine époque cela me mettait mal à l’aise parce que sur le coup cela fait chaud au cœur mais après, il peut y avoir des déceptions. Surtout quand c’était qu’un de plus âgé !

    MAIS la réalité c’est dans des équipes il peut y avoir une vraie relation père – fils spirituel même avec des personnes qui ne se sont pas convertis à Christ avec ce ministère.

    C’était le cas de Timothée. Il a grandi auprès d’une mère et d’une grand-mère chrétienne.

     

    Silas (Silvain dans les épîtres)

    Actes 15 :40 « Paul fit choix de Silas et partit, recommandé par les frères à la grâce de Dieu »

    Dieu fait son choix mais le ministère doit faire son choix également.

    Actes 16 :25 C’est avec Silas que Paul s’est retrouvé en prison à Philippe et

    « vers minuit ils priaient et chantaient les louanges de Dieu… »

    On n’oublie jamais les gens avec qui on a vécu des expériences fortes dans le service pour Jésus.

    Sur le coup on ne se rend pas compte mais après le lien est là « on a fait la guerre ensemble ».

     

    Epaphras 

    Paul l’appelle son « bien-aimé compagnon de service » Colossiens 1 :7 ;

    Colossiens 4 :12 Paul rend témoignage de la consécration d’Epaphras dans la prière pour les chrétiens de Colossae, et de deux autres villes. « Celui-là c’est un bon ! »

    Luc 

    Paul l’appelle « le médecin bien-aimé » Colossiens 4 :14 

    C’est un lien affectif fort aussi. Est-ce que vous appelez votre médecin traitant « mon médecin bien-aimé » Si oui, il ne va pas comprendre et il vous enverra tout de suite aux urgences !  

    Dans 2Timothée 4 :11 Paul dit « Luc seul est avec moi » Tous les autres sont parti. Mais Luc n’est pas comme les autres. Il est toujours là.

     

    Tychique  

    Pour Paul il est « le bien-aimé frère et fidèle ministre, mon compagnon de service dans le Seigneur ».  Colossiens 4 :7 ;

     

    Epaphrodite   

    Il est « mon compagnon d’œuvre et de combat » Philippiens 2 :25 et au verset v26-28 Paul parle du lien du cœur d’Epaphrodite pour les Philippiens et le lien de Paul pour lui

    « Car il désirait vous voir tous et il était fort en peine de ce que vous aviez appris sa maladie. Il a été malade en effet et tout près de la mort ; mais Dieu a eu pitié de lui et non seulement de lui mais aussi de moi afin que je n’eusse pas tristesse sur tristesse.  Je l’ai donc envoyé avec d’autant plus d’empressement afin que vous vous réjouissiez de le voir et que je sois moi-même moins triste »

    Dans les équipes il faut du cœur, de l’affection.

    On n’est pas des collègues. On n’est pas des confrères. On est des compagnons d’oeuvre bien-aimés !

     

    Alors, pour résumer l’assemblage d’une église qui est une équipe pour Dieu :  

    Au départ c’est Dieu qui réunit les équipiers

    Mais, il y a aussi un choix des équipiers par les ministères

    Le respect, la consécration à l’œuvre, la loyauté les uns aux autres et pardessus tout, c’est l’amour !

    C’est à quoi j’aspire.

    Illus C’est l’équipe que Denise et moi formons pour Dieu depuis plus de 40 ans

    Mais au-delà du lien du mariage, cet assemblage est l’équipe que nous pouvons vivre à la Réunion au sein de nos assemblées.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • PAUL ET LE TRAVAIL EN EQUIPE

    Texte : 1Corinthiens 3 :1-9

    Quand nous parlons d’un travail en équipe je constate que pas tout le monde a eu l’occasion d'apprendre.

    Dans la vie, le travail d’équipe se limite surtout au monde professionnel, sportif ou musical. 

    Pour produire une symphonie, quel travail d’équipe !

    C'est le conducteur qui a le rôle d’assurer que chacun joue dans la perspective d’une parfaite harmonie avec les autres instruments.

    Illus. A l’école, je faisais partie de l’orchestre. Le conducteur était un homme très sympa sauf qu’il s’énervait quand un jouait sans écouter les autres. Il nous appelait l’équivalent de « tête de bourrique » quand on jouait, déconnecté des autres.

    Il disait qu’on jouait dans une cabine téléphonique.

     

    1Corinthiens 3:5-9 Paul nous parle de travailler en équipe pour Dieu.

     Paul est bien dans sa peau dans le ministère.

    Il n'est pas sur la défensive, il n'est pas en compétition avec d’autres ministères comme Apollos.

    Apollos était au même niveau que Paul dans sa connaissance de l'Ancien Testament et dans sa prédication, il était peut-être plus éloquent que Paul.

    Mais Paul était loin devant Apollos dans la revelation du message de la grace et dans la dimension de la puissance de Dieu.

    Les Chrétiens à Corinthe vivaient des dons spirituels tres puissants mais ils etaient charnels, immatures.

    Ils se disputaient entre eux et ils avaient même des comportements indignes de Chrétiens.

    Les Chrétiens se polarisaient autour d'un ministere plutot qu'un autre. 1Corinthiens 1 :12

    Certains étaient pour Paul... "C'est lui qui nous a engendré. Nous sommes ses enfants légitimes "

    Certains étaient pour Apollos..."On aime beaucoup ses prédications"

    Certains étaient pour Pierre (Cephas)... "Il a connu le Seigneur personnellement et a marché avec lui pendant 3 ans"

    Certains, les plus orgueilleux, disaient..." Nous ne suivons pas les hommes, nous sommes de Christ."

     

    Paul n'a pas repondu a ceux qui se rebellaient contre les ministères en se réclamant uniquement de Christ.

    Il n'a pas répondu a ceux qui voulaient suivre Pierre.

    Pierre avait un ministère auprès des juifs quand Paul était appelé auprès des païens grec, dont les Corinthiens.

     

    Paul a voulu surtout parler de sa collaboration avec Apollos.

    Il a dit, « Apollos et moi, nous faisons partie de la même équipe. »

    Nous ne sommes pas en compétition mais nous sommes ensemble dans la même mission, de voir l’œuvre de Dieu progresser parmi les païens

    Dans cette équipe, Paul a dit qu’Apollos avait un rôle précis.

    C'est lui qui devait arroser la graine spirituelle que Paul avait semée. Paul le semeur, Apollos l’arroseur.

    Paul dit, « je dois passer en premier et Apollos doit me suivre et travailler avec moi. »

    Et quand nous faisons équipe pour l'Evangile, Dieu fait équipe avec nous. C'est lui qui fait croître.

     

    Paul explique comment ça marche

    2Corinthiens 6 :1 « Puisque nous travaillons avec Dieu… »

    Nous fournissons un travail et Dieu fournit un travail…une collaboration divine

    Dieu, qui a donné la graine à Paul pour semer, a voulu passer en dernier après le travail de Paul et d'Apollos.

    Après la semence, après l'arrosage, Dieu entre en scène et produit la croissance.

    Si Paul disait, je n'ai pas besoin d'Apollos, que deviendrait la graine qu'il avait semé ?

    Mais si Apollos disait, je n'ai pas besoin de Paul, il arrose avec son ministere un champ qui n'a pas été seme.

    Et Dieu, que peut-il faire d'un champ qui n'a pas été semé ou arrosé ?

     

    1Corinthiens 16:12

    Paul a tout fait pour qu'Apollos aille à Corinthe.

    Il n'y avait aucune rivalité, seulement le désir de voir l'oeuvre de Dieu avancer.

    Il avait vraiment le désir d'honorer Apollos dans son ministère alors il dit à Tite de subvenir à tous ses besoins, qu'il ne manque de rien.

    Illus. J’ai vécu une expérience similaire auprès des tsiganes de Bordeaux. Après avoir conduit une mission à Bordeaux que Dieu a puissamment béni la mission, les Chrétiens ont amené, mon épouse et moi, sur le grand marché où beaucoup d’entre eux avaient des stands. Nous avons été arrosés de cadeaux de tous genres.  Les pasteurs tsiganes ont tout fait pour nous bénir.

     

    LA CONCLUSION DE PAUL

    Sa conclusion : 1Corinthiens 1 :9 Nous sommes ouvriers avec Dieu

    « Nous » c’était Paul, Apollos mais aussi tous les chrétiens de Corinthe qui voulaient travailler avec eux, ensemble, avec Dieu.

    Travailler le « nous », c'est un vrai défi dans une église.

    Nous sommes tous différents au niveau de nos tempéraments, nos parcours, nos expériences, nos capacités, nos sensibilités.

    Tant de choses qui peuvent agir contre le « nous. »

    Mais qu’est-ce qui nous permet de surmonter toutes ces différences pour former une vraie équipe pour Dieu ?...

    L'humilité...l'absence de toute ambition personnelle

    Aimer avant tout, Dieu et aimait l’œuvre de Dieu.

    Avoir besoin de l'autre...nous ne pouvons pas le faire seul.

    Alors, nous disons : Non à l’Indépendence OUI à l'interdépendance !

    C’est montrer une réelle capacité d'un travail en équipe...pas de cowboy solitaire qui veut se produire ou qui veut tirer les autres dans son sens.

    illus Notre mission à Madagascar et Mayotte était un parfait exemple de ce travail d’équipe. J’étais l’orateur des réunions, un jeune pasteur malgache qui m’accompagnait était mon interprète et les billets d’avions étaient payées par un partenaire en Australie. Le jeune pasteur malgache était là pour traduire mais j’ai profité de l’occasion pour lui demander de conduire une des sessions d’un séminaire pour pasteurs. Ce jour-là, à l’étonnement de tous les pasteurs ainées, connus dans tout le pays, ce jeune à prêcher la Parole de Dieu avec force et sagesse.

    Illus. Mon ami pasteur, Antoine du Nord de la France, et moi nous avons fait de nombreux voyages ensembles dans le cadre du ministère : Angleterre, Australie, Pays-Bas,  Belgique Pologne,  Argentine.

    Ensemble nous avons lancé deux mouvements d’églises en France. Pourtant nous sommes très différents l’un de l’autre.

    Mais nous vivons Philippiens 2 :2-5. L’humilité, ne mettant jamais ses propres intérêts au-dessus de l’autre.

    Aujourd'hui je me réjouis des coéquipiers que Dieu a réunis dans notre mouvement d’églises naissantes à l’île de la Réunion.

    Les photos publiées sur Facebook témoignent de la joie de servir Dieu ensemble et de faire équipe pour le Royaume de Dieu sur l’île.

     

    Nous travaillons avec Dieu ensemble.

    Est-ce que cela vous tente de venir vivre cette aventure avec nous ?

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LE PARALYTIQUE ET SON EQUIPE

    Texte : Marc 2:1-12

    Ce qui est surprenant dans cette histoire n’est pas tellement la guérison du paralytique.

    Il y a eu des miracles plus spectaculaires que celui-ci dans les Evangiles.

    Je pense à la résurrection de Lazare ou encore le possédé du pays des Gadariens.

    Mais ce qui est surprenant c’est le rôle des 4 amis du paralytique.

    Sans l’intervention de ses amis cet homme n’avait aucune chance.

    Si l’homme paralysé n'avait qu'un seul ami dévoué, ce serait aussi impossible.

    Avez-vous vu un malade sur civière porté par un seul homme ?

    Les obstacles étaient insurmontables pour un seul ami… la foule autour de la maison, monter le malade tout seul sur le toit.

    A la limite, même si un ami avait réussi à monter le malade sur le toit comment le déposer tout seul aux pieds de Jésus.  

    Si un seul ami avait tenté l’opération, le malade ne serait plus un paralytique. Il serait un mort.

    Le défi de sauver cet homme allait demander à 4 hommes de faire équipe.

    Et c’est leur travail d'équipe qui a permis à Jésus d’intervenir surnaturellement.

     

    C’est un principe spirituel très important.

    “D’abord le naturel, ensuite vient le spirituel” 1Corinthiens 15:42

    Alors, que devons-nous faire dans le domaine naturel pour permettre à Dieu d'agir surnaturellement ?

     

    CE QU’ONT FAIT LES 4 HOMMES POUR PERMETTRE LE MIRACLE

    Cela s’applique à nos assemblées qui veulent voir l’île de la Réunion sauvé…4 amis qui travaillent ensemble : nord, sud, est, ouest

     

    1. Les 4 amis avaient de la compassion pour leur ami.

    Nous n’avons pas les précisions de comment ils se connaissaient.

    Probablement les 5 étaient du même village.

    Ils ont grandi ensemble, l’école, les jeux, les filles. 5 copains.

    Et le paralytique, est-ce que son handicape était de naissance ?

    C’était souvent le cas. Sinon un accident ou une maladie paralysante.

    Ils étaient solidaires les uns des autres.

    La solidarité montre qu’on est concerné. Si tu n’es pas solidaire de l’autre, jamais tu ne le porteras

    Illus. En Australie ils ont beaucoup développé le rôle de ce qu’ils appellent “une aide-soignante”. Ce n’est pas un terme médical. Il s’agit de quelqu’un qui aide l’autre à faire ce qu’il ne peut pas faire par lui-même. Mon père âgé a une aide-soignante. Elle s’appelle Jenny.  Elle consacre un certain nombre d’heures par semaine pour le conduire à des rendez-vous chez des médecins, faire ses courses.  Elle lui prépare des repas, fait sa lessive. Elle assure le suivi auprès de la famille.

    C’est vrai qu’elle est rémunérée mais si elle n’avait pas de compassion, si elle n’était pas solidaire pour aider mon père et d’autres comme lui, jamais elle ne ferait tout ce qu’elle fait avec dévouement, patience et gentillesse.

     

    2. Les 4 amis avaient la foi.

    Ils croyaient en Jésus, en sa miséricorde, en sa puissance pour guérir.

    Apparemment le paralytique, lui, manquait de foi pour sa guérison.

    C’est souvent plus facile d’avoir la foi pour quelqu’un d’autre que pour soi-même.

    Jésus, voyant LEUR foi, a fait sa déclaration au malade.

     

    Faire équipe avec d’autres pour servir Dieu demande la complicité dans la foi. 

    Tu n’iras pas loin avec quelqu’un qui manque de foi.

    Imaginez si un des 4 disait ce n’est pas possible, on ne va pas y arriver, c’est perdu d'avance.

    Qu’est-ce qu’on peut faire avec quelqu’un qui parle comme de cette façon ?

    Moi, je peux seulement faire équipe pour Dieu avec quelqu’un qui croit à l’intervention de Dieu et à l’aide de Dieu pour réussir.

     

    3. Les 4 amis avaient le même objectif.

    On ne discutait pas l’objectif.  Il était clair pour tous les 4.

    Une équipe se constitue autour d’un objectif.

    Illus. L’entraîneur de l’équipe de France de foot réunit une équipe de joueurs non pas pour s’amuser mais avec un objectif clair… gagner des matchs, gagner la coupe du monde. Un joueur qui ne partage pas cet objectif n’a pas sa place dans cette équipe. Si un disait, ce qui m’intéresse c’est de toucher ma paie… il faut l’exclure tout de suite.

    Les 4 amis étaient unis par un seul et unique objectif… amener leur ami devant Jésus.

     

    4. Les 4 amis se sont montrés déterminés de surmonter tous les obstacles

    … la foule devant la porte qui faisait barrière ou la toiture de la maison qui faisait barrière.

    Ils ont trouvé des solutions. Ils ont tout surmonté.

    Quand tu écoutes certaines personnes négatives, ils devraient écrire un livre sur “les 10 raisons pourquoi ce n’est pas possible”.

    Parce que 4 hommes ont décidé de faire équipe pour leur ami, le paralytique, Il a été pardonné de ses péchés et guéri de sa paralysie.

     

    Si nous faisons équipes, nous aussi, nous allons pouvoir porter des gens à Jésus et voir le salut de leur âme et leur vie sur terre transformée.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • JESUS ET SON EQUIPE

    Texte : Matthieu 17 :1

    De toutes les équipes que nous trouvons dans la Bible, Il n’y a pas plus incompétente, pas plus nuls que celle de Jésus.

    Je ne parle pas tellement des 12 apôtres mais surtout de la garde rapprochée que Jésus avait choisi…Pierre, Jacques et Jean.

    En fait des trois, seul Jean commence à montrer son potentiel avant la fin des Évangiles.

    DANS LE CAS DE PIERRE

    On doit attendre Actes 2 et le jour de la Pentecôte avant de le voir entrer pleinement dans son rôle.

    Ce jour-là Pierre prêche à la foule réunie autour de la chambre haute où le Saint Esprit avait été déversé sur les disciples.

    Après ce jour on découvre un autre Pierre que celui des Évangiles.

    Dans les Actes il est un prédicateur puissant, une colonne de l’église qui exerçait un ministère de miracles.

    Mais dans les Évangiles on ne voit rien de tout ça.

    DANS LE CAS DE JACQUES

    Il est tout ce qui est de pire dans une équipe… quelqu’un qui a une ambition personnelle.

    Marc 10 :35-37

    Sa mère le pousse à arracher une place à la droite de Jésus dans son Royaume.

    Pourtant dans les Actes, c’est Jacques qui devient le chef de l’église de Jérusalem. Dans les Actes, Jacques est rempli de sagesse et très respecté par les apôtres. 

    Ce n’était pas le cas dans les Évangiles.

    DANS LE CAS DE JEAN

    Il avait tous les défauts de son frère, Jacques, mais déjà vers la fin des Évangiles on le voit s’affirmer comme un homme spirituel.

    Seul Jean est présent au pied de la croix pour être témoin de la mort de Jésus.

    Alors pourquoi Jésus a-t-il choisi ces 3 hommes qu’aucune agence de recrutement aurait choisi ?

    La réponse est simple. Il a vu leur potentiel. Il a vu ce qu’ils allaient devenir.

    Il voyait non pas Pierre, Jean et Jacques version Évangile mais Pierre, Jean et Jacques version Actes des Apôtres.

    C’est très encourageant pour tous ceux qui se voit comme des nuls spirituels.

    Illus. Pendant notre séjour en Australie nous avons pu déjeuner avec un couple que j’ai lancé dans le ministère en 1980. Quand je l’ai rencontré lui, Il était un sergent dans l’armée de l’air australienne. Il a pris sa retraite de l’armée et il a monté une petite entreprise de réparation de télé. Sa femme était très zélée pour le Seigneur mais lui non. Il était chrétien mais sans grande motivation. Il aimait fumer la pipe et, Chrétien ou pas Chrétien, Il y tenait. Mais ayant fait sa connaissance j’ai tout de suite vu en lui un homme de contact, très sympa qui s’entendait avec tout le monde. Un jour il est venu à la maison pour jouer une partie d’échecs. Il était grippé alors j’ai prié pour lui. Il a été baptisé du Saint Esprit et le feu s’est allumé dans son cœur. Il a balancé la pipe et s’est consacré à l’œuvre de Dieu. Après quelques mois je lui ai demandé de devenir mon pasteur adjoint. Le problème c’était qui s’il était très bon au niveau contact pastoral, Il n’avait aucune capacité pour la prise de parole en public. Alors je lui ai demandé toutes les semaines de préparer un message de 20 minutes et les vendredis après midi tous les deux nous allions à la salle. Il se mettait derrière le pupitre et moi au premier rang et il me prêchait son message. Ensuite on en parlait. Aujourd’hui cet homme exerce un ministère apostolique en Hongrie où il forme des centaines de pasteurs. Il est très respecté dans tout le pays.

    Qui l’aurait cru de ce fumeur de pipe militaire !

    L’APPROCHE DE JESUS

    Pour transformer Pierre, Jean et Jacques et les former en équipe redoutable, Jésus les a fait vivre un certain nombre d’expériences.

    3 fois Jésus a pris à part Pierre, Jean et Jacques.

    La première fois, c’était la résurrection de la fille de Jaïrus Luc 8 :51.

    La deuxième fois, c’était sur la montagne de la transfiguration  Matthieu 17 :1,2

    La troisième fois c’était dans le Jardin de Gethsémané  Matthieu 26 : 36,37

    Ces trois expériences allaient transformer ces 3 hommes

    Comme pour Pierre, Jean et Jacques, Jésus voit notre potentiel.

    Il nous voit version Actes des Apôtres et non version Évangiles.

    POUR NOUS TRANSFORMER

    Alors pour nous transformer en tant que son co-équipier, Il nous fait vivre aussi 3 expériences :

     

    1. Le mont de transfiguration…Il nous laisse entrer dans son intimité

    Rien ne transforme une personne immature, charnelle, en personne spirituelle que des moments d’intimité personnelle avec Jésus dans sa vie privée.

    Nous ne verrons pas Jésus transfiguré comme l’ont vu Pierre, Jacques et Jean. Mais nous pouvons connaître un cœur à cœur avec Jésus tous les jours… le connaître.

    Il vous attend dans votre chambre, dans votre lieu privé. C’est son lieu de rdv, son point rencontre.

    La prière, c’est avant tout, la recherche de communion avec Dieu.

    C’est dans ces moment que tu vas le découvrir tel qu’il est aujourd’hui…Jésus glorifié avec toute autorité et majesté.

    Cela suscitera en toi un cœur d’adorateur.

     

    2. Le jardin de Gethsémané…Il nous fait vivre des expériences qui nous dépassent, où nous sommes submergés

    Vous n’aimez pas être dépassé ?

    Moi non plus, mais c’est indispensable si on veut apprendre à travailler avec Jésus.

    Il ne te laissera pas tout contrôler, maîtriser.

    J’ai reçu le témoignage d’une femme chrétienne très volontaire qui voulait tout analyser, contrôler, rien ni personne n’allait l’arrêter.  Mais les événements de sa vie la submerger : cancer, récidive de cancer, divorce, le mal-être total que rien ne pouvait soulager, le désespoir profond.  MAIS au fond du gouffre, une nuit le poids a été levé, la paix durable est venue dans un instant. Sa vie a complètement changé et elle a apprise à laisser Jésus agir et lui faire confiance.

    Jésus nous met devant ce qui semble impossible pour que nous apprenions à faire équipe avec le Dieu de l’impossible.

    Dépassé, c’est alors que nous sommes capables de faire des erreurs.

    Mais comme pour Pierre, Jacques et Jean, il nous permet de faire des erreurs.

    Un équipier efficace se forme dans le temps et à travers ses erreurs.

    On a le droit à l’erreur mais il faut se limiter aux petites erreurs. Les grosses erreurs font trop de dégâts.

    Illus. Une erreur de jeunesse pastorale que j’ai fait avec la parole de connaissance l’homme dans la réunion. J’ai interpellé un homme : « le Seigneur me montre que tu as un fils qui est devenu rebelle et qui est source d’angoisse pour vous mais si vous le remettez entre les mains de Jésus ce soir il agira dans le cœur de votre fils. » L’homme me regarde et me dit « vous me parlez à moi ? » Oui Monsieur, c’est vous. Je n’ai pas de fils, je ne suis même pas marié. J’étais mal pour lui, j’étais mal pour moi. J’ai du m’excuser. Une chrétienne derrière ce monsieur à essayer de me sortir de mon erreur, moi j’ai un fils, elle a dit.

    J’étais trop sûr de moi. Je manquais de sagesse. A travers mes erreurs j’ai appris l’approche plus douce « Monsieur, avez-vous un fils. ? Non ? Il y a peut-être quelqu’un dans votre vie qui est source d’angoisse pour vous… »

    Jésus n’a pas mis une croix sur moi. Esterman rayé ! Ouf ! Non ce n’était pas le cas.

    Il a été patient avec Pierre, Jacques et Jean qui dormaient plutôt que de veiller avec Jésus.

    Il a été patient avec moi et il m’a appris la sensibilité.

    Dans le jardin de Gethsémané, les disciples ont découvert non pas la gloire de Jésus, mais sa souffrance.

     

    3. La maison de Jaïrus … Il nous fait porter les yeux sur les choses éternelles

    Jésus a fait voir à Pierre, Jacques et Jean sa victoire sur la mort avec la résurrection de la fillette de 12 ans ;

    Avec la maison de Jaïrus, un disciple découvre l’éternité.

    Il les prépare pour un autre monde où la mort n’existera plus où il n’y aura plus de larmes, plus de deuil, plus de douleur de la séparation.

    Jésus est vainqueur et il vaincra le dernier ennemi – la mort, la conséquence directe du pêché.

    PAUL

    Paul est devenu un équiper de Jésus. Il a du être transformer en homme spirituel.

    Il l’a exprimé de cette façon en Philippiens 3 :10,11

    « Afin de connaître Christ (mont de transfiguration) et la puissance de sa résurrection (maison de Jaïrus) et la communion de ses souffrances (Jardin de Gethsémané), en devenant conforme à lui dans sa mort pour parvenir, si je puis, à la résurrection d’entre les morts. »

    Comprendre l’humiliation et la souffrance que Jésus a subies permet de comprendre sa gloire, de vivre dans la perspective de l’éternité et d’être une personne réellement spirituelle.

    Jésus constitue son équipe avec des personnes qui ont vécu la maison de Jaïrus, le mont de transfiguration et le jardin de Gethsémané.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • MOISE ET SON EQUIPE

    Texte : Exode 17 :8-15

    Moise était l’homme que Dieu avait choisi pour libérer le peuple d’Israël et le conduire. Dieu lui avait donné un bâton, symbole de son autorité. 

    Lorsque le peuple d’Israël est sorti d’Egypte, pharaon l'avait poursuivi avec son armée. Israël était pris en tenaille. Devant était la mer rouge, derrière l’armée égyptienne.

    Mais Moïse était investi de l’autorité de Dieu.

    Devant la mer rouge il lève le bâton et la mer rouge s’ouvre. Le peuple est sauvé.

    Maintenant une autre armée vient faire la guerre à Israël. C'est Amelek.

    Pas de problème, Moïse avait son bâton. Il demande à Josué, son numéro deux, de former une armée pour combattre Amelek. 

    Il dit à Josué, ne t’inquiète pas, je serai là-haut sur la montagne avec mon bâton.  Il monte avec Aaron, le souverain sacrificateur et Hur.

    En bas, dans la plaine, le combat fait rage.

    Moïse sort son arme secrète. Et il fait comme devant la mer rouge. Et ça marche.  Josué prend le dessus dans la bataille. Moïse se dit, c’est bon. 

    Sauf que, ce n’est pas bon. Il baisse son bras et Josué commence à reculer. Il frotte son bâton. Il essaie plusieurs fois, en-haut, en bas.

    Et il comprend que Josué a vraiment besoin qu'il soulève le bâton jusqu’à la victoire finale. Le problème c’est que le combat dure et Moïse fatigue.

    Aaron et Hur comprennent que Moïse à besoin d’eux. Ils passent à l’action.

    Ils roulent une pierre comme siège pour Moïse et soutiennent ses bras jusqu’à la fin de la journée.  Et la victoire est emportée.

    Moïse était l’homme de Dieu. Il pensait que tout ce qu’il il avait besoin c’était Dieu et son bâton.

    Mais il a du apprendre qu’il avait besoin des autres pour remporter la victoire sur l’ennemi.

    Il y a des leçons très importantes pour nous dans cette histoire.

     

    1. Nous sommes dans un vrai combat.

    Ce combat est essentiellement spirituel. Au bout il y aura soit une victoire, soit une défaite.

    Si au bout il y aura la victoire, cela va demander un réel engagement de tous.

    Illus. Le film Dunkirk : A Dunkerque pendant la deuxième guerre mondiale un massacre s’annonçait. 300,000 soldats anglais et français sur la plage de Dunkerque étaient encerclés par l’armée allemande. Ils étaient impuissants. C’était cause perdue. Mais Winston Churchill, premier ministre anglais, a fait un appel à tous les propriétaires de bateaux, petits et grands, coté Angleterre, d’aller les chercher. L’armada de petits navires a traversé la Manche pour aller les secourir. 300,000 ont été sauvés. C’était un vrai miracle.

    Quelle leçon spirituelle pour nous ! Nous avons tous un bateau, c’est notre vie, nous pouvons aller sauver quelqu’un encerclé par l’ennemi sur la plage de ce monde.

     

    2. Chacun a son rôle à jouer.

    Il nous faut des Josué, des hommes et femmes de terrains, qui se lancent dans un corps à corps. 

    Mais il faut aussi des Moïse qui exercent l’autorité spirituel par la foi et l’intercession.

    Et il faut des Aaron et des Hur qui assistent ceux qui sont en première ligne.

    C’est le Festival Agapé en 2017 à St Denis qui m’a montré la qualité de l’équipe que nous avons dans notre assemblée à la Réunion. Chacun était à sa place.

     

    3. L’équipe doit se montrer souple.

    On n’est jamais trop sûr comment Dieu va agir.  On pense comprendre mais on ne comprend pas toujours. Il faut réagir en fonction de ce qui se passe.

    Illus. C’est tout le problème de la vieillesse. La perte de souplesse.  Les genoux de mon père sont un vrai problème pour lui. On doit l’aider à monter dans une voiture. Il a perdu une certaine mobilité, une souplesse.

    La vieillesse spirituelle est la perte de souplesse. Une rigidité s’installe.

    On parle d’être un « vieux chrétien »

    Ca veut dire quoi, cette expression ?

    Elle fait référence a un Chrétien qui a du mal à s’adapter à quelque chose de nouveau que Dieu fait. 

    Moïse a du vite comprendre qu’il fallait utiliser le bâton de Dieu différemment.

    Sinon, c’est Josué qui prenait la raclée sur le terrain.

      

    4. C’est le besoin qui déterminera ce que nous devons faire.

    Aaron était souverain sacrificateur, mais quand Moïse avait besoin d’un supporteur, Aaron a su porter.

    Il n’a pas fait le grand monsieur, « Moïse, je ne peux pas, n’oubli pas, je suis le souverain sacrificateur. » Non, il avait deux bonnes jambes. Moïse avait besoin d’elles.

    Illus. En visite à Madagascar, j’étais le pasteur invité. Normalement quand on invite un orateur nous sommes tenus à bien nous occuper de lui et de l’honorer. Mais le pasteur qui me recevait est venu me récupérer de l’aéroport avec une voiture assez pourrie. Elle calait et pour la relancer il fallait la pousser. J’ai une superbe photo de moi avec un serveur de restaurant qui poussaient la voiture du pasteur sur un parking. Dans la même journée j’ai du pousser cette voiture 2 fois et une troisième fois, payer des gars au bord de la route pour la pousser.

    Je n’ai pas fait le grand monsieur assis sur la banquette.

    C’est répondre au besoin qui compte pour la victoire.

     

    5. Quand l’équipe gagne, c’est tout le peuple qui gagne.

    Avez-vous vu ce qui s’est passé sur les Champs Élysées et dans les rues de St Denis quand la France a gagné la coupe du monde de foot en 2018 !  Quand l’équipe gagne c’est tout le peuple qui gagne. La joie est pour tous.

    Vous savez pourquoi je suis convaincu de la victoire que Dieu va remporter avec nous ?

    C’est parce qu’il nous donne le bâton, mais aussi les bonnes personnes.

    La victoire appartient à Josué, Moïse, Aaron et Hur.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LA PUISSANCE DU PARTENARIAT

    Texte : Ecclésiaste 4 :9-12

     v9  «Deux valent mieux qu’un, parce qu’ils retirent un bon salaire de leur travail. »

    v10 « Car, s’ils tombent, l’un relève son compagnon ; mais malheur à celui qui est seul et qui tombe, sans avoir un second pour le relever ! »

    v11 « De même, si deux couchent ensemble, ils auront chaud ; mais celui qui est seul, comment aura-t-il chaud ? » (en hiver)

    v12 « Et si quelqu’un est plus fort qu’un seul, les deux peuvent lui résister ; et la corde à trois fils ne se rompt pas facilement. »

    Ce passage, tiré de ce livre de la Sagesse de Salomon, nous parle de la puissance de deux plutôt qu’un seul.

    C’est la puissance du partenariat.

    LES BENEFICES D’ETRE EN PARTENARIAT

    Salomon souligne plusieurs bénéfices d’être en partenariat.

    1. Au verset 9, c’est la productivité.

    Dieu ne calcul pas comme nous. Notre logique : si 1 personne peut produire dix bananes, deux personnes qui travaillent ensemble peuvent produire 20 bananes.

    Mais Dieu calcule différemment. Si une personne peut produire 10 bananes, 2 personnes, en partenariat, peuvent produire 100 bananes.

    Deutéronome 32 :30

    « Comment un seul en poursuivrait-il mille et deux en mettraient 10 000 en fuite…si l’Eternel ne les avait livrés. »

    Dieu est beaucoup plus avec deux qu’avec un seul.

    Pour cette raison, Jésus a envoyé 70 disciples en mission dans des équipes de deux  Luc 10

    2. Au verset 10, c’est le soutient

    Illus. Un cher ami pasteur en Australie, quelques semaines avant notre arrivée a fait un malaise. Il est tombé chez lui et s’est retrouvé paralysé au sol. Sa femme mal entendante, était dans une autre pièce et n’avait pas mis son appareil. Elle n’entendait rien. Il est resté là pendant 2 heures conscient mais impuissant. C’est seulement quand elle est allée au salon qu’elle l’a trouvé par terre et elle a pu appeler les pompiers et le samu. Il aurait pu mourir sans l’intervention de sa femme.

    On n’est pas des sûr être. On a besoin des autres pour nous soutenir dans la vie.

    3. Au verset 11, c’est la compagnie

    On parle de la chaleur humaine. Il y a des gens qui sont chaleureux et il y en a qui sont froids. L’être humaine a besoin de cette chaleur humaine.

    On ne peut pas parler de l’amour sans parler de communiquer de la chaleur à l’autre.

    Dieu agit à travers le contact humain.

    Comment Dieu, peut-il communiquer son amour à travers un chrétien froid, un pasteur froid, une assemblée glaciale.

    Tout être humain a besoin de sentir cette chaleur. C’est le partenariat qui le permet. Ca fait chaud au cœur !

    4. Au verset 12, c’est la protection

    Le chrétien le plus exposé à la séduction du diable c’est celui qui est seul et qui refuse le partenariat.

    Le partenariat est une protection. Dieu nous protège par le billet de l’autre.

     

    AQUILAS ET PRISCILLE

    Un des plus beaux exemples de partenariat dans le nouveau testament est celui entre l’apôtre Paul et le couple Aquilas et Priscille (aussi appelée Prisca).

    Ils se sont rencontrés en Grèce dans la ville de Corinthe lors du deuxième voyage missionnaire de Paul. 

    Aquilas et Priscille étaient Italien et Paul, un Turc de la ville de Tarse. On n’est pas certain mais il est possible que ce soit Paul lui-même qui les a amenés à Christ.

    Ils sont devenus de grands amis mais plus que cela, ils sont devenus de vrais partenaires pour l’Evangile.

    Paul allait même dire d’eux dans Romains 16 :

    V3,4 « Saluez Prisca et Aquilas, mes compagnons d’œuvre en Jésus Christ qui ont exposé leur tête pour sauver ma vie ; ce n’est pas moi seul qui leur rends grâces, ce sont encore toutes les églises des païens »

    Ils avaient le même métier, fabricants de tentes.

    C’est en travaillant avec eux, en discutant avec eux, que Paul a compris cette belle image du corps humain…UNE TENTE – une habitation provisoire pour l’homme qui au fil du temps, va s’user et devra être remplacé par quelque chose de plus permanent. 2Corinthiens 5 :1-5

    Ils ont travaillé ensemble pour financer le ministère de Paul.

    Ils ont voyagé ensemble. Dans les voyages on voit vraiment comment sont les gens. Pour certains après un voyage ensemble ils ne veulent plus se voir.

    Illus Ma belle-mère a fait un voyage en Europe avec une autre dame de son village de retraités. Maintenant elle ne veut plus la voir.

    Si vous êtes toujours ami à la fin d’un voyage c’est une vraie amitié.

    Paul a pu les laisser à Ephèse pour continuer son travail d’implantation d’une église pendant qu’il poursuivait lui, son voyage vers Jérusalem et Antioche.

    On dit que la naissance de la belle église d’Ephèse, un des joyaux de la première église, a commencé avec les 12 disciples de Jean Baptiste que Paul a baptisé au nom de Jésus. (Actes 19)

    Mais l’église d’Ephèse a commencé avec le travail d’Aquilas et Priscille qui en Actes 18 :24-28 ont gagné Apollos à Christ. Apollos lui-même disciple de Jean-Baptiste, est devenu un fer de lance pour l’Evangile dans cette ville.

    Aquilas et Priscille avait un groupe de maison chez eux. J’imagine les soirées passé avec Paul dans ce groupe de maison étaient très joyeuses.

    Dans son épître à Timothée Paul demande à Timothée en premier de saluer ces amis Aquilas et Priscille.

    Il pense à eux. Ils lui manquent.

    Aujourd’hui, le défi c’est de ne pas rester dans une relation superficielle, fragile, si facilement brisé.

    Ecclésiaste 4 :12  Appelle cela « une corde à 3 fils qui ne se rompt pas facilement. »

    Il ne s’agit pas seulement du couple marié mais de tout partenariat pour la cause de l’Evangile.

    C’est la puissance du partenariat, ensemble et avec Dieu. La corde à 3 fils.

    C’est en travail en équipe, pour et avec Dieu.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L'IMPOSITION DES MAINS

    Texte : Actes 8 :9-2O

    Il y a plusieurs Simon dans le Nouveau Testament.

    Nous avons ici une confrontation entre deux Simon…Simon Pierre, apôtre de Jésus-Christ et Simon le magicien. Les deux sont des hommes de puissance spirituelle.

    Comme dans les Western…

    Simon Pierre dégageait une telle puissance de Dieu qu’on apprend que les malades venaient le long de la route où Pierre passait et quand son ombre passait sur eux ils étaient guéris.

    Un ministère de l’ombre…pour l’instant je n’ai pas vécu cela.

    L’autre Simon, le magicien, captivait la foule avec sa magie. Des enfants aux vieillards, ils étaient très étonnés par sa magie, à tel point que les gens de la Samarie l’appelaient « la puissance de Dieu » 

    LA VENUE DE PHILIPPE EN SAMARIE

    L’histoire commence avec Philippe, l’évangéliste, qui vient en Samarie. Il prêche l’Evangile et beaucoup se tournent vers Jésus.

    Simon le magicien est lui-même étonné par les miracles et les grands prodiges qu’opérait Philippe. Il se convertit et se fait baptiser.

    Quand Pierre et Jean arrivent de Jérusalem pour que les nouveaux convertis à Christ reçoivent le Saint Esprit, ils imposent les mains.

    Il y a un tel impacte que Simon le magicien veut acheter le pouvoir d’imposer les mains pour que les gens reçoivent le Saint Esprit. Mais Pierre l’envoie balader.

    Simon le magicien, a découvert la puissance d’imposer les mains à quelqu’un au nom de Jésus.

    Ce simple geste avec foi et la prière a plus d’importance que l’on peut imaginer

     

    LES FONDEMENTS DE LA VIE CHRETIENNE

    L’épître aux Hébreux nous donne une liste de 6 fondements de la foi chrétienne Hébreux 6 :1,2

    la repentance des œuvres mortes, la foi en Dieu, la doctrines des baptêmes, la résurrection des morts, et le jugement final. Et situé en 4ème position dans la liste des fondements…l’imposition des mains. 

    C’est, donc, important

    REGARDEZ VOTRE MAIN !

    Beaucoup de choses se passent avec la main

    C'est avec la main que nous recevons mais aussi c’est avec la main que nous donnons.

    Avec la main nous communiquons quelque chose à une autre personne :

    Main agissante pour dire bonjour, au revoir. Poignée fermé pour exprimer la colère.

    Main tendue pour serrer la main de l’autre ou taper comme font les jeunes.

    L’affection s’exprime avant tout par la main.

    Illus. J’ai célébré un mariage et j’ai observé comment l’épouse aimait son mari. Je la voyais tenir son épaule, son coude, la main dans le dos. Elle communiquait son amour pour lui. C’était beau, c’était la tendresse. Et tout cela se faisait par la main.

    On dit de quelqu’un, il est tactile. Il communique par le touché.

    Illus. Roxy, le chien qui m’aime, quand il me voit, il gémit de joie. Il veut me communiquer sa joie et son affection. Mais il n'a pas de mains. Il n'a que les pattes et la langue. Alors il s'approche et il saute sur moi. 

    Ce qui est étonnant avec l’imposition des mains c’est que pour faire ces miracles Dieu veut qu’il y ait un contact humain

    Actes 5:12 

    « Beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple par les mains des apôtres. »

    LA TRANSMISSION DE LA PUISSANCE DE DIEU 

    La notion de prière traditionnelle est… je prie pour toi à distance, Dieu entend ma prière, Dieu te touche au niveau de ton besoin parce que j’ai prié.

    MAIS Jésus n’a jamais fonctionné comme cela.

    Il ne priait pas le Père pour que Dieu les guérisse. Il leur imposait les mains.

    Il savait que la puissance du Saint Esprit était en lui et avec foi, il imposait les mains pour libérer cette puissance de Dieu dans la vie d’une personne.

    Les magnétiseurs, les radiesthésistes, les guérisseurs travaillent eux aussi avec leur main.

    MAIS il y a une grande différence. Ils puissent d’une puissance occulte qui n’est pas celle du Saint Esprit. Ils utilisent les mains et disent qu’ils possèdent un don.

    Le chrétien qui prie avec l’imposition des mains n’a pas reçu un don de guérison mais il a reçu la personne du Saint Esprit et c’est lui qui guérit. C’est SA puissance qui est transmises.

    C’est le malade qui reçoit le don de guérison et non celui qui prie.

    C’est surprenant ce qui peut se passer quand tu imposes les mains aux gens au nom de Jésus.

    Illus. La première fois que j’ai vu la puissance de Dieu agir par l’imposition de mes mains, c’était lors d’une mission. J’avais peut-être 22 ans et j’accompagnais un pasteur qui était mon père spirituel. Il a prêché et il a fait un appel. Les gens se sont avancés en fonction de leurs besoins personnels. Et le pasteur m’a demandé de venir prier avec lui. Alors j’ai essayé de faire comme lui qui mettait les mains sur la tête. Et je me retrouve devant la femme du pasteur de l’église qui s’était avancée. J’étais bien embêté, je voulais lui imposer les mains mais je ne voulais pas déranger sa belle coiffure. Alors j’ai placé ma main très légèrement sur ses cheveux et j’ai prié. Quand j’ai ouvert les yeux elle n’était plus là. J’ai regardé autour de moi. Je ne la voyais pas. C’est alors que j’ai baissé le regard et elle était là par terre, visitée par le Saint Esprit.

    Illus. Bien des années plus tard, je faisais une réunion dans la ville de Nancy en métropole et ce jour là le Saint Esprit agissait avec puissance. Je me promenais dans la salle et je posais ma main sur la tête des gens en priant.  A un certain moment, en passant devant un homme, il a saisi ma main et il l’a placé avec fermeté sur sa tête. Il découvrait la puissance de l’imposition des mains au nom de Jésus. 

    PRIER « AVEC » PLUTOT QUE PRIER « POUR » 

    Aujourd’hui tout se fait par télécommande.

    Illus. A Paris, chez mes amis, quand nous voulons sortir en voiture, mon ami sort la télécommande et le moteur démarre. Il est plus avancé que moi. Avec ma voiture, quand je fais fonctionner la télécommande les portes sont déverrouillées. J’ai encore du chemin à faire.

    C’est vrai que Jésus a parfois guéri des gens à distance avec une parole. MAIS sa façon habituelle de fonctionner était le contact physique. Il imposait les mains aux malades pour les guérir.

    J’ai souvent remarqué qu’avec des personnes non chrétiennes quand tu dis je prierais pour toi, ils sont contents et ils disent merci. Mais quand je propose de prier avec eux, ils sont un peu déstabilisés.

    La puissance de Dieu n’est pas principalement communiquée en priant POUR une personne mais AVEC une personne.

    Si tu as à cœur une personne et tu voudrais que Dieu la touche, ne te contente pas de prier POUR elle mais cherche une occasion et le courage de prier AVEC elle en lui imposant les mains.

    Illus. La dame bossue d’Alotau

    Cette dimension de l’imposition des mains était assez théorique jusqu’au jour où j’ai conduit une mission en Papouasie Nouvelle Guinée. Le premier soir une cinquantaine de personnes sont venues dans une salle bien aéré parce qu’elle n’avait qu’un toit. Il n’y avait pas de murs. J’ai invité les personnes qui demandaient à Dieu la guérison de s’avancer. Au milieu de ceux qui se sont avancés il y avait une vielle dame, c’était la bossue de la ville. Tout le monde la connaissait. Quand je me trouve devant un cas comme celui-là je ne me pose pas de questions. Si c’est moi c’est impossible. J’ai posé mes mains sur son dos et elle s’est redressée. Le public criait sa joie et une vague de gens se sont avancés pour la prière. Le lendemain il y avait 300 personnes dans la réunion. Toute la nuit les gens venaient frapper à notre porte pour demander que je leur impose les mains.

    Les mains en elles-mêmes n’ont rien de spécial. Mais imposés au nom de Jésus tout devient possible.

    Jésus a bien fait cette promesse

    « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru, en mon nom…ils imposeront les mains aux malades et les malades seront guéris. » Marc 16 :17,18

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L'ONCTION QUI EST EN NOUS

    Texte : Actes 10 :38

    « Vous savez comment Dieu a oint du Saint Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l’emprise du diable, car Dieu était avec lui. »

    Dieu a oint Jésus du Saint Esprit et de force.

    Cela lui a permis de faire deux choses : du bien de lieu en lieu et guérir ceux qui étaient sous l’emprise du diable

    La notion que Dieu oint quelqu’un d’une force ou d’une capacité pour accomplir quelque chose est très intéressante.

    Etre oint, c’est avoir une onction.

    C’est être différent de ceux qui n’ont pas cette onction. C’est la consécration d’une personne à un rôle particulier.

    DES EXEMPLES NATURELS

    Dans la langue française, on utilise cette expression pour parler de nommer son successeur…la transmission d’autorité 

    Illus. En Belgique et l’Espagne les rois ont abdiqué et ils ont oints leur fils comme roi. En Angleterre la reine Elisabeth, elle n’oint personne. Elle s’accroche et le pauvre prince Charles attend toujours. Depuis le début de son règne on lui a tellement souhaité « Longue vie » c’est ce qui se passe !

    Illus. Pour l’équipe de France de foot actuelle, Didier Deschamps a été oint sélectionneur et Hugo Lloris a été oint capitaine de l’équipe. C’est lui qui porte le brassard. C’est lui qui a une autorité pendant le match.

    Une onction peut être également un talent particulier ou un rayonnement particulier 

    Illus . La première fois que j’ai entendu Jacques Brel chanter j’ai été frappé non pas par une belle voix mais par ce qui dégageait de lui. Il chantait avec ses tripes. Contrairement aux autres chanteurs, avec Brel on veut comprendre les paroles.

    Illus. Les grands leaders de nations avaient quelque chose qui dégageait d’eux et qui donnait envie au peuple de les suivre…Winston Churchill, Charles de Gaulle, Martin Luther King même le contre exemple d’Adolphe Hitler.

    Le problème de l’homme politique de nos jours c’est du pré fabriqué. Ils sont préparés par des grandes écoles et des créateurs d’image médiatique. Ils n’ont pas d’onction. On n’a pas envie de les suivent 

    L’ONCTION DE JESUS

    Pendant 30 ans, Jésus a vécu sur la terre dans l’anonymat le plus total. 

    Il y a eu un bref aperçu de sa sagesse à l’âge de 12 ans mais sinon il était incognito à l’école, et dans l’atelier de son père, Joseph le charpentier. Les weekend, il était un jeune avec son skate du village de Nazareth.

    Un jour il est dans la foule qui écoutait prêcher Jean-Baptiste et il s’avance pour se faire baptiser. Et c’est la où le Saint Esprit descend sur lui sous forme d’une colombe. C’est à ce moment qu’il est oint du Saint Esprit.

    C’est à ce moment précis qu’il reçoit l’onction du Saint Esprit pour accomplir le projet de Dieu.

    Jésus comprenait l’onction qu’il avait reçue.

    Luc 4 :18,19  

    « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour … »

    Cette onction était une dimension du Saint Esprit qui était en lui pour parler et pour libérer des vies.

    L’onction de Jésus :

    • pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres
    • pour guérir ceux qui ont le cœur brisé
    • pour proclamer aux captifs la délivrance
    • pour proclamer aux aveugles le recouvrement de la vue
    • pour libérer les opprimés
    • pour publier une année de grâce du Seigneur

    C’est pour cela, qu’à la rencontre avec Jésus, des vies sont transformées. Et ça c’est une bonne nouvelle !

    C’est pourquoi être chrétien n’est pas juste une question culturelle où les parents élèvent leurs enfants dans leur religion.

    « CE QUE J’AI, JE TE LE DONNE »

    Il y a des conversions puissantes à Jésus parce qu’il a une onction pour transformer une vie.

    MAIS C’EST PAS TOUT !

    Si Jésus avait lui une onction, nous aussi nous avons une onction

    Actes 3 :1- 8

    Pierre dit a cet homme paralysé « ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus Christ de Nazareth, lève-toi et marche »

    Pierre dit à cet homme « moi aussi j’ai une onction, Dieu m’a oint :

    •  pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres
    •  pour guérir ceux qui ont le cœur brisé
    • pour proclamer aux captifs la délivrance
    • pour proclamer aux aveugles le recouvrement de la vue
    • pour libérer les opprimés
    • pour publier une année de grâce du Seigneur

    « Cette onction qui était en Jésus, elle est en moi et je peux te la donner en son nom. »

    Jean, qui était avec Pierre ce jour là, l’explique de cette façon

    « Pour vous, l’onction que vous avez reçu de lui demeure en vous… » 1Jean 2 :2 

    Illus. Cette onction du Saint Esprit n’est pas comme ASTERIX et la potion magique. Astérix doit toujours se balader avec sa gourde parce qu’il n’est jamais sûr quand il aura besoin de cette force. Malheur à lui s’il perd sa gourde  

    Quant à Obélix, il est tombé dans la marmite quand il était petit et maintenant l’onction demeure en lui. Il n’a pas besoin d’être rechargé.

    Concrètement, cela veut dire quoi ?

    Quand tu as compris que tu as cette onction du Saint Esprit en toi alors tu peux faire comme Pierre et Jean « Ce que j’ai, je te le donne ».

    Ce jour-là, ils n’étaient pas en mission pour guérir des malades. Ils étaient en route pour le temple pour prier. MAIS ils étaient prêts à réagir à toutes éventualités.

    Quand tu comprends que tu as reçu la même onction du Saint Esprit que Jésus,

    quand tu comprends que l’onction demeure en toi,

    quand tu comprends que tu peux la communiquer à quelqu’un d’autre,

    Dieu peut se servir de toi pour libérer les captifs. 

    Illus. Dans notre toute première église en Australie, une dame commençait à venir aux réunions mais son mari qui se disait chrétien, ne venait pas souvent. Il était un bon gars et je m’entendais bien avec lui. Un jour il est venu à la maison mais il n’était pas en forme. Il était bien grippé. J’ai proposé de prier avec lui. Il était d’accord et quand j’ai prié avec lui, je lui ai communiqué l’onction qui était en moi. Le Saint Esprit l’a visité puissamment. Il était complètement bouleversé. A partir de ce jour il est devenu embrassé pour le Seigneur. Il était un sergent dans l’armée de l’air. Il était un technicien dans l’électronique. Jamais pouvait-il imaginer l’onction qui était en lui. Mais en progressant il a commencé à la comprendre. Je lui ai demandé de devenir mon pasteur adjoint. Aujourd’hui il a compris l’onction qui est en lui. Il fait un travail pastoral auprès des pasteurs en Australie et 3 mois de l’année il va en Hongrie, son pays d’origine, pour former des pasteurs dans ce pays. Qui l’aurait cru possible ?

    Si toi, tu commences à comprendre l’onction qui est en toi, le Seigneur se servira de toi aussi pour

    • pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres
    • pour guérir ceux qui ont le cœur brisé
    • pour proclamer aux captifs la délivrance
    • pour proclamer aux aveugles le recouvrement de la vue
    • pour libérer les opprimés
    • pour publier une année de grâce du Seigneur

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • VIVRE AVEC LA PUISSANCE DU SAINT ESPRIT

    Texte : Luc 4 :18, 19

    « L’Esprit du Seigneur et sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les captifs, pour publier une année de grâce du Seigneur. »

    Jésus parlait de l’effet dans la vie des autres du Saint Esprit qui était sur lui.

    Suivons le fil dans l’Evangile de Luc :

    Dans Luc 3 :21,22 nous avons le baptême de Jésus où le Saint Esprit est descendu sur lui en forme de colombe. 

    Luc 4 : 1,2 « Jésus, rempli du Saint Esprit, revient du Jourdain et il fut conduit par l’Esprit dans le désert où il fut tenté par le diable pendant 40 jours… »

    Luc 4 :14 Après les 40 jours de jeûne et les tentations dans le désert…« Jésus revêtu de la puissance de l’Esprit, retourna en Galilée… »

    Et dans Luc 4 :18,19 il est dans la synagogue de Nazareth et il parle de la puissance du Saint Esprit qui est sur lui.

    C’est cette puissance du Saint Esprit qui lui a permis de faire des miracles, chasser les démons, ressusciter les morts et transformer les vies.

    Cette puissance du Saint Esprit continue à se manifester dans les Actes des Apôtres particulièrement dans les ministères de Pierre et de Paul.

    Mais les premières églises vivaient elles aussi, cette puissance spirituelle au quotidien notamment dans les guérisons et les révélations.

    Et la promesse du Saint Esprit est pour nos jours

    Actes 2 :39

    « Car la promesse (le don du Saint Esprit) est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur, notre Dieu, les appellera. »

    Alors comment comprendre la puissance du Saint Esprit ?

    NOUS VIVONS DANS UN MONDE DE PUISSANCES

    On connaît tous, les puissances physiques, comme la loi de la pesanteur… on vit avec cette puissance naturellement.

    D’autres puissances sont présentes, surtout à la Réunion :

    Le soleil, le vent, la houle…toutes ces puissances qu’on peut canaliser en énergies renouvelables.

    Le bronzage, c’est quoi ? Et le kite surf ? Le surf ? Chose que je ne ferais jamais…le parapente ?

    Dans chaque cas on s’expose à ses puissances naturelles et on les canalise.

    Il y a d’autres puissances qu’on ne voit pas mais on peut les capter. Tels que les ondes radio, les signaux des satellites, le Wifi.

    Illus. Quand j’allume mon portable, je capte une puissance dans l’air. Mais s’il n’y a pas de réseau à capter le portable ne sert à rien.

    LE ROLE DE LA FOI

    La puissance du Saint Esprit est disponible par la foi.

    La foi c’est l’élément essentiel pour voir la puissance de Dieu se manifester.

    Plus que la prière, la connaissance biblique, l’imposition des mains.

    Ce sont des éléments qui dépendent avant tout de la foi.

    Illus. La foi est comme le chargeur pour ton téléphone. Le courant pour faire fonctionner ton téléphone ne vient pas de vient pas DU chargeur mais quand le chargeur est branché à une prise de courant, le courant passe PAR le chargeur.

    Et quand ton téléphone ne marche pas parce que la batterie est à plat. Que faut-il faire ? Jeter le téléphone NON ! Rebrancher, recharger.

    La puissance du Saint Esprit est particulièrement présente à certains moments.

    Je préfère prier pour quelqu’un dans une réunion qu’en dehors d’une réunion.

    Pour voir davantage la puissance de Dieu se manifester il faut favoriser ces moments où la foi est activée et libérée.

     

    LES EFFETS DE LA PUISSANCE DU SAINT ESPRIT

    Quand on prie avec quelqu’un, comment la puissance de Dieu se manifeste-t-elle ?

    Jésus a dit à Nicodème que le Saint Esprit agit comme LE VENT. Jean 3 :8

    On ne peut pas voir le vent. Il est invisible mais on peut expérimenter ses effets.

    On peut sentir le vent. Il peut être un vent fort qui chamboule tout ou une brise légère

    La puissance de l’Esprit se manifeste de différentes façons. 

    Il y a la façon spectaculaire, impressionnante

    Illus  Dans notre première église en Australie. Nous avons fait des travaux importants à la salle. Juste avant de les commencer, un maçon, chef d’entreprise, s’est converti, juste au bon moment pour nous ! Et il a accepté de faire les travaux à bas prix. Je me rendais souvent sur le chantier et j’ai fait connaissance d’un des ouvriers. Il s’appelait Bob. Bob était grand, fort, blond et bronzé, un vrai mec australien. Le patron l’invitait régulièrement à venir à la réunion du dimanche soir. Cela ne l’intéressait pas vraiment mais pour que le patron lui laisse un peu tranquille il a accepté de venir une fois. Ils étaient assis au deuxième rang et je voyais pendant que je prêchais que Bob se moquait de moi. Mais fur et à mesure, je voyais qu’il commençait à m’écouter. Quand j’ai fait l’appel plusieurs se sont avancés mais pas Bob. Je me suis tourné vers lui et je lui ai dit en indiquant avec l’index. « Bob, Jésus, t’aime ». Quand je lui ai dit cela il a été littéralement soulevé et propulsé vers l’arrière, trois rangés de chaises sont parties en éclat. Les gens ont du s’écarter vite. Bob était par terre complètement assommé. Je suis allé vers lui. On l’a ramassé et placé sur une chaise. Je lui ai expliqué que c’était la puissance de Dieu. Il a donné sa vie à Jésus. 8 jours plus tard il était dans les rues de la ville avec moi, partageant sa foi en Jésus avec les jeunes. Plus de 100 personnes étaient témoins de cette manifestation spectaculaire de la puissance de Dieu.

    Cependant il faut reconnaître que c’est quand même exceptionnel.

    La puissance du Saint Esprit se manifeste aussi par ce que nous pouvons ressentir.

    Voyons comment elle s’est manifestait pour la femme avec la perte de sang

    Marc 5 :25-34

    Elle s’approche de Jésus dans la foule et elle touche le bord du vêtement de Jésus. Jésus ne la voit pas. Mais il a senti une puissance sortir de lui. La femme, quand elle l’a touché, a senti quelle était guéri.

    Le point de contact de la foi…elle a touché le bord du vêtement de Jésus. La puissance de l’Esprit est entrée dans son corps par sa main et cette puissance a traversé son corps pour aller dans la région du bas ventre.

    Et elle a été guéri. Elle l’a senti !

    Comment peut-on sentir la puissance de l’Esprit ?

    Chaleur : parfois sur tout le corps parfois dans un endroit précis.

    Courant électrique : pour cette raison on peut voir des gens trembler ou tomber

    Une paix : comme une rosée rafraichissante qui descend du ciel.

    Souvent quand je conduis quelqu’un à Jésus il témoigne avoir senti cette paix sur lui.

    Mais la puissance du Saint Esprit peut être présente sans aucune manifestation, aucune sensation mais le résultat est là

    Illus. Dans une des premières réunions que j’ai faites à Paris j’ai prié pour plusieurs malades. A la fin de la réunion, j’ai demandé des témoignages de ceux qui pouvaient déjà constater une guérison. Plusieurs ont levé la main dont une dame qui ne s’était pas avancée. J’ai dit « Madame je ne crois pas avoir prié pour vous. Elle m’a répondu toute gênée, je souffre d’une douleur intense à la nuque et la nuit je ne dors pas beaucoup. Pendant la réunion je me suis endormie. Et quand je me suis réveillée j’étais guérie !

    Ce n’est pas pour cela que je vous encouragerai à vous endormir dans une réunion !

    En conclusion,

    Oui, la puissance de Dieu est présente.

    Elle est présente pour guérir.

    Elle est présente pour libérer.

    Elle est présente pour renouveler.

    Elle est présente pour transformer une vie.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • COMPRENDRE LA PUISSANCE DE DIEU

     

    Texte : Matthieu 22 : 23-29

    Pour être dans la vérité il faut comprendre les Ecritures ET la puissance de Dieu.

    Pour être dans la vérité il faut comprendre les Ecritures…c’est clair, MAIS la puissance de Dieu, que faut-il comprendre ?

    Paul dit que dans les derniers temps les hommes auront une forme de piété mais ce qui manquera sera la puissance, parce ils renient cette puissance. 2Timothée 3 :5

    Il dit à Timothée…attention, attends-toi à une religion chrétienne qui n’a plus de puissance.

    Dans ce qu’il dit il y a contraste entre deux piétés : une est sans puissance l’autre est puissante.

    Illu. Un des grands plaisirs d’un repas pris au restaurant est de lire le menu et être tenté par le descriptif d’un plat. Une fois commandé nous sommes dans l’attente d’un plat qui excitera les papilles. Le serveur arrive avec le plat. Il à l’air appétissant.  Mais malheur, il est sans goût. Quelle déception !

    Le menu de la vie chrétienne peut donner vraiment envie. Mais si le plat n’a pas de goût quand il arrive, la déception est grande.

    Le plat chrétien c’est l’homme qui se construit une religion chrétienne, une institution.  Le plat qui ne déçoit pas c’est une expérience du Dieu vivant.

    La forme de piété sans puissance : c’est chanter sans ferveur, prier sans conviction, c’est prêcher sans impact, c’est aimer sans donner, croire sans agir. C’est être mou… plutôt que fort.

    Paul lutte contre cette piété quand il dit aux Corinthiens « Car le royaume de Dieu ne consiste pas en paroles mais en puissance ». 1Corinthiens 4 :20

    Pourquoi une vie peut-elle changer à la rencontre de Jésus ?...parce qu’il y a une puissance surnaturelle à l’œuvre.

    DIEU CHERCHE UN CERTAIN TYPE D’ADORATEUR

    Quand Jésus annonce à la samaritaine que le Père cherche des adorateurs qui l’adoreront en Esprit et en vérité, la vérité n’est pas une doctrine MAIS une réalité de dimension spirituelle.

    Etre dans la vérité, c’est vivre une expérience avec le Dieu puissant.

    Pour cette raison Jésus dit pour être dans la vérité il faut comprendre les Ecritures ET la puissance de Dieu.

    On peut avoir une grande connaissance des Ecritures mais ce n’est que vérité lorsque ton expérience est avec un Dieu puissant.

    Dieu est un Dieu puissant. Si quelque chose n’est pas puissant ce n’est pas Dieu.

    Jésus était conscient de la puissance de Dieu présente dans un certain lieu.  Le potentiel de guérison était là.

    Luc 5 :17

    «  et la puissance du Seigneur se manifestait par des guérisons ». Pourtant Jésus était en train d’enseigner. Le texte devrait plus justement être traduit :

    « La puissance du Seigneur était présente pour opérer des guérisons. »

    Est-ce que cela était éphémère pour Jésus ?

    Un coup, la puissance est là, un coup, elle ne l’est pas ? NON.

    A tout moment, Jésus guérissait des malades. MAIS à cette occasion, pendant qu’il enseignait, Jésus a pris conscience que la puissance de Dieu est présente.

    Illus La puissance de Dieu est comme avec l’EDF… quand ils n’ont pas alimenté une maison avec le courant, tu peux avoir les meilleurs appareils mais rien ne marche. Une fois le courant branché, partout dans la maison, tous les appareils peuvent fonctionner selon les besoins.

    On est tellement dépendant de l’électricité mais quand il y a coupure de courant tout s’arrête : plus de lumière, télé, ordinateur, cuisine. Imaginez retourner à une vie sans électricité !

    Quand le courant est établi il suffit de se brancher sur une prise

    Ne nous contentons pas d’une vie chrétienne fade et sans puissance. Ce n’est pas celle que Jésus a établie pour ses disciples.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LA COMMUNION DE L'ESPRIT

    Texte : 2Corinthiens 13 :13

    « Que la grâce du Seigneur Jésus, l’amour de Dieu et la communication (!) du Saint Esprit, soient avec vous. »

    Le mot grec traduit communication est « Koinonia ».

    C’est le même mot utilisé dans Actes 2 :42 « la communion fraternelle ».

    La communion fraternelle c’est les agapes, le partage d’un repas et la joie que ce partage apporte.

    C’est une démonstration de l’amour de Dieu partagé entre chrétien.

    Paul utilise ce même mot pour parler de notre relation avec le Saint Esprit.

    Le Saint Esprit est une personne réelle, comme notre Père céleste est une personne réelle et Jésus est une personne réelle.

    En utilisant le mot KOINONIA pour parler de notre relation avec le Saint Esprit, Paul nous ouvre toute une nouvelle dimension de notre vie spirituelle.

    Ce même mot KOINONIA peut être traduit : communion, association, interaction, intimité, une participation et même une communication.

    Il y a une interaction possible avec l’Esprit de Dieu.

    Il ne s’agit pas juste d’être touché par le Saint Esprit.

    Est-ce que vous parlez au Saint Esprit ? Qu’est-ce que vous lui dites ?

    Pour avoir une conversation, une bonne communication avec le Saint Esprit il faut savoir les domaines où il peut opérés dans nos vies.

    Jean 14 :26  « Mais le consolateur, l’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. »

    Jean 16 :13, 14 « Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité car il ne parlera pas de lui-même mais il dira tout ce qu’il aura entendu et il vous annoncera les choses à venir. Il me glorifiera parce qu’il prendra de ce qui est à moi et vous l’annoncera. »

    Jésus nous dit que le Saint Esprit annonce, il parle.

    Il parle de quoi ? Il parle de Jésus, sa gloire et son Royaume.

    Il enseigne, il éclaire les choses qu’on n’avait pas comprises. Il rappelle des choses qu’on avait oubliées.

    Illus. Je fais l’expérience en préparant mes études sur les paraboles. Les paraboles très riches semblent couler facilement. Mais il y a des paraboles difficiles. Exemple : Matthieu 24 Le retour de Jésus est comparé à un éclair qui traverse le ciel d’est en ouest. Qu’est-ce que je fais de ça ? Déjà les éclairs ne tombent pas horizontalement mais verticalement. J’ai une page blanche devant moi. Je veux comprendre. Saint Esprit aide moi, éclaire-moi (!). Je commence une recherche google sur les différents éclairs et leurs trajectoires. Je fais une recherche partout dans la Bible où elle parle d’éclairs. Quand tout à coup je le vois…chaque fois qu’un événement spirituel majeur se produit sur la terre il y a un événement naturel majeur qui l’accompagne : la naissance de Jésus, la mort de Jésus, la venue du Saint Esprit, la conversion de Paul, le retour de Jésus.

    Le Saint Esprit connait le chemin qui mène à la vérité et il nous conduit sur ce chemin.

    Il est aussi le consolateur. Il n’est pas quelqu’un qui pleure avec toi.

    Consolateur (le paraklétos) signifie l’avocat de la défense.

    Il intervient pour toi. Il est l’ultime « aide à la personne ».

    Il est là tout le temps pour toi, dans chaque situation, peu importe ton état émotionnel.

    Il est notre assistant divin personnel. Il a été envoyé par le Père pour nous assister tout au long de notre vie.

    Illus Comme un ami avocat qui suit les dossiers, qui accompagne et apporte de bon conseil et qui devant le juge plaide pour toi.

    Le Saint Esprit est discret. Il travaille dans l’ombre. Il annonce Jésus mais ce qu’il fait il ne l’annonce pas toujours. On doit le découvrir.

    Illus. Pendant une période quelques personnes commençaient à venir au culte d’un secteur précis. Est-ce sans signification particulière ou le Saint Esprit est-il en train de faire une œuvre nouvelle dans le secteur ? On avance un pas à la fois.

    C’est lui qui nous fait ressentir la présence de Dieu.

    C’est lui qui nous donne la force quand on se sent faible, et la paix quand les choses ne se passent pas comme on le veut.

    1Corinthiens 2 :9-12

    « Mais comme il est écrit, ce sont des choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a pas entendues et qui ne sont point montées au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment. Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu.

    Lequel des hommes, en effet, connait les choses de l’homme si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui ? De même, personne ne connait les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu. Or, nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce. »

    Dieu m’a donné beaucoup de choses par sa grâce mais je ne les comprends pas forcément.

    C’est le Saint Esprit qui m’aide à les comprendre et les vivre pleinement.

    La communion de l’Esprit c’est de parler avec le Saint Esprit de ces choses… de ce que Jésus a enseigné, de comment les mettre en application aujourd’hui, et de comprendre ce qu’il y a en réserve pour moi.

    COMMENT LE SAINT ESPRIT NOUS PARLE

    C’est une question importante, parce qu’il y a des personnes à qui il parle et ils ne se rendent pas compte

     et il y en à d’autres qui sont convaincus que le Saint Esprit leur a parlé quand c’est leur propre projection.

    Quelques règles à respecter pour ne pas se tromper :

    Entendre le Saint Esprit n’est pas une science exacte, on peut se tromper.

    Quelqu’un qui n’admet pas la possibilité de se tromper se trompe déjà.

    Le Saint Esprit ne contredira jamais la Parole de Dieu, ni l’esprit de la Parole. Quelqu’un qui parle au nom du Saint Esprit avec arrogance ou dureté… ne l’écoutez pas.

    Est-ce qu’une « parole » se confirme par les faits ?

    Il faut tester une parole avant de pouvoir dire « Dieu m’a parlé ».

    Utiliser un langage plus nuancé « Je crois que Dieu me met quelque chose à cœur. »

    Finalement il n’y a qu’une façon sûre de savoir si c’était le Saint Esprit. C’est après coup, avec du recul, en voyant les fruits.

    Illus. A une certaine époque Denise et moi, avons mis en vente notre maison en région parisienne. Mais plutôt que passer par une agence nous avons décidé d’essayer de vendre de particulier au particulier. J’ai donc accroché un panneau à la fenêtre au premier étage. C’était un lundi. Le vendredi soir je rentre de ma journée à mon bureau à Paris et dans la voiture, dans ma tête et non d’une façon audible, j’entends : « Tu peux ranger ton panneau. La maison est vendue. ». En arrivant à la maison je l’ai expliqué à mon épouse, mais je n’ai pas enlevé le panneau, non pas par désobéissance mais pas prudence au cas où c’était une projection de ma part. Le samedi soir nous avons reçu un appel. Le lendemain, dans l’après-midi, un couple est venu pour visiter. Le lundi la maison été vendue.

    En fin de compte, il y a une autre façon de reconnaître quelqu’un qui parle avec le Saint Esprit et à qui le Saint Esprit parle …il devient plus comme Jésus…par son amour, son humilité et sa joie.

    La communion avec le Saint Esprit est possible pour toute personne qui la recherche. N’est-ce pas merveilleux !

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LA PLENITUDE DU SAINT ESPRIT

    Texte : Ephésiens 5 :17-21

    « C’est pourquoi ne soyez pas inconsidérés mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur. Ne vous enivrez pas de vin : c’est la débauche. Soyez au contraire, remplis de l’Esprit ; entretenez-vous par des psaumes, par des hymnes et par des cantiques spirituels, chantant et célébrant de tout votre cœur les louanges du Seigneur ; rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus Christ, vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ. »

    Paul écrit aux chrétiens de l’église d’Ephèse et il les exhorte de vivre continuellement « remplis » du Saint Esprit.

    Il y a, selon Paul, une dimension d’être rempli ou d’être vidé du Saint Esprit.

    Qu’est-ce que c’est être « rempli du Saint Esprit » ?

    Il y a la première expérience et ensuite, il y a l’entretien de cette plénitude dans une vie.

    LA PREMIERE EXPERIENCE

    Jean 7 :37-39  Jésus nous explique comment on est rempli du Saint Esprit

    « Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout, s’écria : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Ecriture. Il dit cela de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui ; car l’Esprit n’était pas encore, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié. »

    Jésus a parlé de 3 étapes pour être rempli de son Esprit :

    Avoir soif, venir à lui, et boire

    Laquelle des 3 est la plus importante ? avoir soif, venir à lui ou boire ?

    Illus. Quand Mon épouse et moi, nous venons d’arriver en France on m’a invité d’être l’orateur d’un camp de jeunes dans les Cévennes. Un soir on nous a fait des superbes pizzas au feu de bois. Je me suis régalé. Mais pendant la nuit je me suis réveillé avec une très grande soif. Les pizzas avaient été bien salés ! Notre chambre était à coté de la cuisine. J’étais désorienté. Je ne savais pas ou se trouvaient les verres et j’avais du mal à trouver l’interrupteur pour allumer. Mais j’avais très soif. Je me suis précipité sur l’évier, j’ai ouvert le robinet et j’ai bu, comme un chien ! Quel soulagement !

    Quand tu as vraiment soif tu ne fais pas le difficile !

    Illus. Je me souviens d’un homme pour qui j’ai prié à la fin d’une réunion en Australie. Je lui ai imposé les mains et il a était baptisé du Saint Esprit puissamment sur le coup. Après j’ai parlé avec lui. Il m’a dit qu’il avait entendu parler du Saint Esprit. Il habité à 1 000km de notre église mais il ne savait pas où aller pour qu’on prie pour lui alors il est monté dans sa voiture et il a fait les 1 000 km pour être présent dans une réunion. Il avait tellement soif qu’il est venu à Jésus et il a bu !

    C’est la soif qui nous pousse à venir et boire.

    L’EVIDENCE DE LA PLENITUDE DE L’ESPRIT DANS UNE VIE

    Est-ce que la preuve d’être rempli du Saint Esprit, c’est pouvoir parler en langue ? Non.

    Il est vrai que dans les Actes des Apôtres toutes les fois que les personnes ont été remplies, du Saint Esprit ils ont parlé en langues,

    à l’exception de Actes 8 et les convertis de la Samarie. Mais s’il n’est pas précisé qu’ils ont parlé en langues leur expérience était tellement forte que Simon le magicien voulait acheter la puissance qu’il avait vu se manifester.

    L’évidence de plénitude, c’est ce que Jésus nous dit dans Jean 7 :38

    « Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Ecriture. »

    Il est un chrétien fleuve et non un chrétien ruisseau.

    Illus. C’est la différence entre la Rivière des Galets à La Réunion en temps normal et la Rivière des Galets en plein cyclone.

    Il y a des chrétiens « ruisseau » et des chrétiens « fleuve ».

    La plénitude du Saint Esprit se voit par un fleuve d’amour, un fleuve de joie, un fleuve de bonté et de générosité qui dégage d’une personne.

    Illus. J’aime étudier les pubs. Il y a quelques années il y avait une pub à la télé pour une purée bien connue. Le cadre de la pub était le conte de fée « la belle et la bête ». La bête est à table. Il n’est pas de très bonne humeur. Il grogne, il rugit. La belle arrive avec un bol de purée. Elle lui dit gentiment « Regarde ce que je t’ai préparé…avec amour. » Sans dire merci la bête attaque le plat avec sa cuillère. Et en un instant il est transformé en très beau prince.

    C’est cela un chrétien rempli du St Esprit…la belle et non la bête ! Un fleuve d’amour.

    Et quand tu vies dans la plénitude du Saint Esprit, ton amour transforme les bêtes en beau prince.

     

    L’EVIDENCE DE LA PLENITUDE

    Quand tu prends un verre qui est vide et tu commences à le remplir d’eau. A quel moment peut-on dire que le verre est plein ? Quand il déborde.

    Etre rempli du Saint Esprit se voit.

    Ce n’est pas quelqu’un qui dit « je suis rempli du Saint Esprit ». C’est quelqu’un qui le montre par une vie débordante.

    J’aime être en compagnie de chrétiens débordants.

    Illus. Je pense à un pasteur en Angleterre, un vieux monsieur qui est à la retraite. C’est un homme de qui dégage la présence de Jésus. Il y a quelques années j’étais en visite dans son église dans le sud de l’Angleterre et je devais prêcher le dimanche matin. Juste avant le culte il y avait une réunion de prière où nous étions une quinzaine, assis en cercle quand tout à coup un petit garçon de 6 ans a fait irruption dans la pièce. Il s’est mis au milieu de tout monde. Il avait un cahier dans la main. Il nous a regardé avec un regard provocateur et il a flanqué son cahier à terre. Le pasteur l’a regardé avec un sourire et il a dit « ce garçon a du potentiel ! » Sa réaction m’a coupé le souffle.

    Le soir on se reposait dans son salon fatigué après une grosse journée. On parlait juste avant d’aller se coucher. Et le téléphone a sonné. Il était 22h. J’ai pensé « on l’appelle à cette heure-ci un dimanche soir ! ». Il se lève et il dit « Gloire à Dieu, quelqu’un a besoin de moi ! » Etonnante, sa réaction.

    Quelqu’un rempli du Saint Esprit, ça se voit. Et quelqu’un qui n’est pas rempli du Saint Esprit ça se voit aussi.

     

    AVOIR SOIF, VENIR, BOIRE

    Pour être un chrétien fleuve, pour être rempli du Saint Esprit :

    Il y faut avoir soif. Sans la soif tu ne recevras rien. Est-ce que tu as envie d’une vie spirituelle riche, épanouie, débordante ?

    Ensuite il faut venir à Jésus. On vient par la foi. On s’approche de sa Parole, on s’approche de sa présence.

    On supprime tout ce qui nous empêche de venir.

    Et il faut boire. Boire ce n’est pas être passif.

    Regarder un verre d’eau ce n’est pas boire. C’est activement recevoir dans ton corps l’eau que tu désires. Pour boire il faut prendre le verre dans sa main et le ramener à sa bouche.

    J’ai entendu des personnes qui n’étaient pas remplies du Saint Esprit dire des choses comme « Si Dieu veut que je sois rempli de l’Esprit, il me le donnera. »

    Boire ce n’est pas ça !

    Quand Paul a rencontré des disciples de Jean Baptiste à Ephèse, il a vu qu’ils étaient spirituellement à plat. Sa question n’était pas « Est-ce que Dieu vous a donné le Saint Esprit » mais « Avez-vous reçu le Saint Esprit quand vous avez cru ? Actes 19 :2

    Dans notre texte de départ Ephésiens 5 :18 il écrit à l’église où se trouvaient les 12 disciples de Jean-Baptiste qui ont reçu le baptême de l’Esprit avec Paul et il leur dit, « Soyez rempli de l’Esprit ».

    Le temps utilisé c’est « Soyez continuellement rempli de l’’Esprit. »

    Pourquoi « continuellement » parce que les événements de nos vies peuvent nous vider. Spirituellement le niveau peut baisser.

    Quand la soif n’est plus là, on vient moins à Jésus, on ne boit plus.

    Dans notre passage d’Ephésiens 5, Paul dit pour être continuellement rempli du Saint Esprit il faut chantez continuellement les louanges du Seigneur  et de rendre continuellement grâces à Dieu pour toutes choses. V20

    Illus. C’est comme ta voiture, pour qu’elle marche bien il faut faire la révision tous les 10 000kms sinon le moteur ne va pas tenir très longtemps.

    Et comme ça la garanti constructeur est toujours valable.

    Alors régulièrement révisons notre motivation, renouvelons nos moments passé avec Jésus, et notre réceptivité.

    Et nous serons des chrétiens qui vivent remplis du Saint Esprit

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LA PROMESSE DU SAINT ESPRIT

    Texte : Jean 14 :16,17

    Finalement la venue de Jésus a été pour une période très courte de l’histoire. 3 ans ce n’est vraiment pas beaucoup.

    Dans le calcul de Dieu, c’est encore plus court.

    Si un jour pour Dieu, c’est comme mille an (2Pierre 2 :8), la venue de Jésus était l’équivalent pour Dieu de 4,32 minutes.

    La venue de Jésus était comme une étoile filante.

    Il est venu et il est reparti très vite.

    Mais dans la fenêtre de son ministère public, il a établi deux choses :

    Premièrement, par sa mort et sa résurrection, il a établi le salut pour l’humanité, pour ceux qui viennent à lui.

    Deuxièmement, il a établi une promesse pour l’humanité, la venue du Saint Esprit.

    Et cette promesse aller porter l’homme jusqu’à l’éternité.

    Dans le timing de Dieu si Jésus est venue pour une durée de 4,32 minutes,

    le Saint Esprit est déjà présent sur la terre depuis 2000 ans depuis la Pentecôte. Cela fait 48 heures pour Dieu.

    OU SE TROUVE CETTE PROMESSE DU SAINT ESPRIT

    Jean 14 :16,17

    « Et moi, je prierai le Père et il vous donnera un autre consolateur afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité que le monde ne peut recevoir parce qu’il ne le voit point et ne le connait point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous et il sera en vous. »

    Les disciples, au temps de Jésus, avaient le Saint Esprit avec eux. Avec le Saint Esprit, ils ont pu chasser des démons et guérir des malades.

    Mais Jésus leur parle d’avoir une autre dimension du Saint Esprit…de ne pas seulement l’avoir avec eux mais EN eux.

    En fait, c’est une des différences majeures entre l’Ancien Testament et le Nouveau Testament.

    Dans l’Ancien Testament certains avaient le Saint Esprit AVEC eux mais dans le Nouveau Testament il fallait que le Saint Esprit soit EN eux.

    Jean 1 :32,33

    « Jean rendit ce témoignage : J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et s’arrêter sur lui. Je ne le connaissais pas mais celui qui m’a envoyé baptiser d’eau, celui-là m’a dit : Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et s’arrêter, c’est celui qui baptise du Saint Esprit. »

    Dans l’Ancien Testament : le Saint Esprit descendait…et remonter.

    Avec Jésus, le Saint Esprit est descendu et s’est arrêté.

    Dans l’Ancien Testament le Saint Esprit était AVEC eux, mais avec Jésus le Saint Esprit est EN nous.

    Et c’est cette dimension du Saint Esprit que Jésus a promis à tous ces disciples.

    Illus. Quand Denise et moi, nous nous sommes fiancés on avait beaucoup de plaisir de se voir. On se voyait plusieurs fois par semaines mais chaque fois je devais la ramener chez elle et moi je retrouver mes 6 copains co-locataires. Mais j’avais une promesse. Un jour Denise viendrait et elle ne repartirait plus. Le soir de notre mariage j’allais la ramener chez elle mais les choses avaient changé radicalement. Depuis ce jour je n’ai jamais plus ramené Denise chez elle. Elle est venue chez moi pour y rester !

    Ce que Jésus a vécu à son baptême, il voulait que tous ces disciples le vivent.

    L’Esprit qui s’arrête. L’Esprit qui demeure dans une personne.

    C’est une façon radicale de faire face à la vie.

    1Jean 4 :4 « Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu et vous les avez vaincus (les forces du mal) parce que celui qui est EN VOUS est plus grand que celui (l’esprit) qui est dans le monde »

    Celui qui a le Saint Esprit EN LUI est un chrétien 1Jn 4 :4 ou plus court un chrétien 4x4. Un chrétien tout terrain !

    Il peut rouler sur la 4 voie mais aussi dans les chemins dans les hauts. Il est fait pour tout monter. Il est fait pour tout traverser…un chrétien 1Jean 4 :4

    LA REALISATION DE LA PROMESSE

    Les disciples n’ont pas du attendre très longtemps pour que la promesse du Saint Esprit en eux se réalise. En fait l’attente était de 5 semaines.

    Et nous avons le jour de la Pentecôte décrit dans Actes 2.  Environs 120 Chrétiens étaient réunis dans une chambre haute.

    Mais où étaient les autres ?

    On apprend qu’à la résurrection de Jésus, il y avait au moins 500 Chrétiens.

    Donc, le jour de la Pentecôte où étaient les 380 ? Ils n’étaient pas là. Ils sont passés à côté. Cher lecteur, ne passe pas à côté !

     

    Actes 2:1-4

    Un bruit comme un vent violent, des langues de feu, et ils ont tous commencé à parler en langues.

    Mais parler en langues le jour de la Pentecôte ce n’était pas la chose la plus importante, pas plus que le vent ou les langues de feu.

    Ce qui était promis n’étaient pas le vent, le feu ou les langues.

    Ce jour-là, la promesse de Jésus s’est réalisée.

    Le Saint Esprit est venu EN EUX…des chrétiens 4x4

    LA PROMESSE EST POUR NOUS

    Mais est-ce que le Saint Esprit a été donné juste à ces premiers chrétiens pour lancer l’église et après le Saint Esprit est remplacé par l’institution ?

    NON, NON, NON !

    Regardez comment Pierre a prêché à la foule ce jour là

    Actes 2 :37-39

    v39 « Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en AUSSI GRAND NOMBRE que le Seigneur, notre Dieu, les appellera. »

    La promesse est pour nous !

    MAIS ici nous avons un problème : le Chrétien post-Pentecôte, n’est pas appelé à vivre avec la promesse de la venue du Saint Esprit.

    Illus. Une femme un jour m’a posé la question : combien d’année est-ce que je dois attendre la venue du Saint Esprit ? Pour moi ça fait 20 ans que j’attends !

    On ne vit pas maintenant avec la promesse mais avec la réalisation de la promesse le jour de la Pentecôte.

    La question donc, n’est pas est-ce que Jésus t’a envoyé personnellement le Saint Esprit,

    MAIS as-tu RECU le Saint Esprit ?

    Tu peux le recevoir comme à la Pentecôte…une expérience puissante.

    Mais, si tu n’as pas reçu comme à la Pentecôte et tu es un peu bloqué, il faut recevoir le Saint Esprit selon Marc 11 :24

    « C’est pourquoi je vous dis : Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu et vous le verrez s’accomplir. »

    « J’ai prié pour recevoir le Saint Esprit, je l’ai reçu par la foi, je peux vivre en chrétien 4x4. »

    Je SAIS que le Saint Esprit est EN moi.

    J’ai prié pour recevoir le don de parler en langues. Je l’ai reçu par la foi. Je peux maintenant louer Jésus en langues.

    Après il suffit de le faire.

    La promesse du Saint Esprit a été donné aux disciples par Jésus. Cette promesse a vu son accomplissement le jour de la Pentecôte.

    A chaque Chrétien de RECEVOIR le Saint Esprit et de VIVRE dans la plénitude de cette promesse réalisée.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires