• QUI ETES-VOUS ?

     

    EFSF – QUI ETES-VOUS ? Les statistiques continuent de parler ! Vous êtes nombreux à nous rendre visite sur notre page facebook mais aussi sur nos sites . Plus de 5000 (en une année) sur http://www.espace-foi-sans-frontières.re/, presque 900 sur notre nouveau blog http://vincent-esterman.eklablog.com/, sans compter les nombreux visiteurs des deux autres sites un peu plus âgés http://en.vincentesterman.fr/ (en anglais) et http://vincentesterman.fr/.... Donc vous nous connaissez, vous savez qui nous sommes. mais vous, qui êtes vous ? Si vous habitez la Réunion nous aimerions vous inviter à venir nous dire bonjour ..... (Les statistiques parlent et nous montrent qu'ici, la grande majorité demeurent région de Saint-Paul et aussi Saint-Denis) . Ca tombe bien, notre réunion du dimanche est à Saint-Gilles-les-Bains 10 h (Entrée par le théâtre de plein Air ) et le jeudi, même lieu, à 18h30 nous avons des soirées « Questions de Société » abordées à la lumière de l’actualité et de la bible par Vincent Esterman. Nous serions vraiment heureux de vous accueillir pour faire votre connaissance et établir ainsi un vrai contact. 06 92 79 70 26

     

     


     

                                         


       


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LES GRANDS HOMMES DE LA BIBLE

     Les messages de Vincent Esterman

     

    I- ABRAHAM
    1. Abraham : père d’ une multitude
    Abraham et Jésus sont respectivement des personnages clés de l’Ancien et du Nouveau testament. Abraham est le père de la foi pour ces deux périodes de l’histoire :
    A – Abraham est appelé de Dieu pour que naisse une postérité aussi nombreuse que le sable et les étoiles – Hébreux 11:8-12. De sa postérité, les soixante dix descendants de Jacob ont quitté la terre de Canaan pour se rendre en Egypte. Après 400 ans, le peuple d’Israël composé de 600 000 individus sortit d’Egypte et se dirigeait vers la terre promise.
    B – Galates 3:16-29 montre la relation très intime qui lie Abraham et sa descendance c’est à dire Christ, lui-même, et ceux qui sont en Christ. Dieu a choisi un homme pour construire un peuple qui est depuis 2000 ans composé d’incalculables millions. (aujourd’hui, par exemple, la Chine par elle seule compte environ 100 millions de chrétiens).


    2. L’appel d’Abraham
    Analysons le cheminement d’un homme qui répond à l’appel de Dieu. On parle de « vocation », le mot grec signifie invitation personnelle. Dieu appelle Abraham de façon personnelle :

    Genèse 12:1-3 Abraham a 75 ans quand Dieu l’appelle. La promesse est très générale et il n’avait certainement pas compris ce qui l’attendait
    Genèse 13:14-17 La révélation se précise, un pays lui appartient
    Genèse 15:1-20 Dieu promet un héritier (fruit de ses entrailles) et il établit une alliance avec Abraham.
    Genèse 17:1-22 Après 24 ans, Dieu confirme son alliance donne la circoncision comme signe et le nom Abram (père élevé) devient Abraham (père d’une multitude)
    Genèse 18:1-15 Une échéance est fixée, Sarah aura un fils dans un an
    Genèse 22:15-18 C’est un résumé de la vocation et des promesses faites à Abraham

     

    3. Comment Dieu révèle la vocation
    L’appel des grands hommes de Dieu tels qu’Abraham, Moïse et Paul est sans commune mesure avec celle d’hommes et de femmes plus ordinaires. Des faits spectaculaires, des apparitions (lumière, buisson ardent) et des visitations d’anges sont souvent présentés. Mais comment pouvons-nous connaître notre vocation sans de telles manifestations ?
    Hébreux 11:13-17 relate l’histoire d’hommes et de femmes qui sont morts avant l’accomplissement d’une promesse.. Mais, ils ont reçu une vocation car les expressions « Il parle, il en désire une meilleure, il les ont vu et salué de loin » montre que leur cœur passionné tend vers une vision lointaine.
    Notre cœur embrasé et passionné par quelque chose témoigne souvent de la révélation du plan de Dieu dans notre vie. Avec cette motivation profonde il répond à son appel et commence à s’y donner pleinement.

     


    4. La vocation est révélée en plusieurs étapes sur plusieurs années

    1. La vocation est la même du début à la fin :
    La vocation ne change pas, le même appel se poursuit dans le temps. Dieu ne change pas d’avis en cours de route. Il connaît la fin depuis le début.
    2. Elle a besoin du temps pour être bien comprise :
    Quarante années ont été nécessaires à Abraham pour comprendre le plan de Dieu pour sa vie. Nous sommes souvent impatients et nous avons l’impression de ne pas entrer dans ce que dieu a prévu pour nous. Au cours de cette période, prendre de bonnes décisions est crucial pour bâtir sur de solides fondements dans le temps.
    3. Dieu va toujours du général aux aspects précis :
    Les révélations deviennent plus précises et le plan de Dieu se précise progressivement et il est important de ne pas se spécialiser au début..

     

    5. La vocation contient des promesses
    Les expressions « Va et je te bénirais » Genèse 12:1-3 et « voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru » – Marc 16:15-17 montrent que la mission et la promesse sont liées. L’appel de Dieu révélé par prophéties, versets bibliques, voix intérieure est accompagné d’une promesse (puissance surnaturelle) qui est la clé de la bénédiction de Dieu.

     

    6. La vocation entraîne une alliance de la part de Dieu
    D’après Genèse 15, Abraham demande une confirmation de l’alliance. Une alliance c’est comme un mariage, il faut un changement de nom – Genèse 17. Nous avons affaire à un Dieu d’alliance « je serai avec vous jusqu’à la fin du monde » – Matthieu 28:20 qui s’engage formellement à nos côtés pour garantir le succès de l’appel « si Dieu est avec nous qui sera contre nous » – Romains 8:3. Il s’agit d’une déclaration solennelle – Actes 18:9 « je suis avec toi » qui nous permet d’avoir de la certitude face à toute incertitude.
    Dieu nous amène progressivement vers cette alliance (établissement d’une relation inconditionnelle) par une succession d’étapes (fiançailles, apprentissage, erreurs, épreuves). Soyons confiant et exprimons avec sagesse la promesse et l’alliance de Dieu pour notre vie.

     

    7. La vocation exige une réaction de foi
    L’appel de Dieu concerne des missions qui nous dépassent complètement. La foi est une condition nécessaire pour accéder au plan de Dieu. Cependant le premier schéma est incomplet.

    L’appel  La promesse  La réaction de la foi = Le fruit t

    La foi n’est pas un acquis mais elle a besoin d’être renouvelée et maintenue pour le temps fixé par Dieu afin que la promesse trouve son accomplissement :

    L’appel  La promesse  La foi  Le temps = Le fruit t

    Romains 4:19-20 révèle comment Abraham a surmonté l’incrédulité par le combat de la foi :
     Abraham a refusé de se porter sur une évidence visible. Il a refusé de considérer leurs corps déjà usés. L’incrédulité provient souvent de ce que l’on voit et pense.
     Il a réaffirmé la promesse de Dieu et ne douta point.
     Il a donné gloire à Dieu ce qui signifie il a loué Dieu.

    Abraham a contré l’évidence de ses yeux par la foi qu’il avait dans son cœur et qui s’exprimait par sa bouche. Il faut constamment vérifier le niveau de sa foi. Sommes-nous confiant que les promesses de Dieu se réaliseront ? Sommes-nous dans une situation qui dépasse notre capacité humaine et qui nécessite la foi dans l’intervention de Dieu ?

    8. La vocation nous appelle à l’action
    La position théologique qui mise tout sur la souveraineté de Dieu « Dieu fait ce qu’il veut, quand il veut, avec qui il veut » bien qu’en parti vrai peut déresponsabiliser le chrétien en mettant l’accent sur Dieu uniquement. Rappelons-nous que Dieu n’a pas choisi de travailler sans nous mais avec nous. L’apôtre Jacques nous rappelle que la foi sans les œuvres est morte. Beaucoup pensent qu’il faut être prêt avant d’agir. Ils mettent en avant de nombreux arguments (j’ai besoin d’être guéri, renouvelé, bien enseigné) et ils reportent sans cesse leurs actions. Genèse 12:1-3 montre que l’obéissance est le facteur principal qui a donné l’accès à la bénédiction. Souvent, nous disposons notre cœur à agir quand Dieu nous aura béni mais il n’en est pas ainsi :

    Dans l’équation ci-dessous, les deux dernières étapes peuvent être inversées mais notons que notre prise de position garde une place centrale.

    Dieu appel  Je réagis  Dieu agit en moi  Dieu agit à travers moi

    La foi, ce n’est pas attendre patiemment que Dieu agisse. Obéir c’est faire, réaliser son ministère c’est aussi faire afin que nos actions déclenchent le miracle de Dieu. Actions, prières et foi doivent être conjointes dans l’expectation de l’intervention divine. « Prie comme si tout dépendait de Dieu mais agit comme si tout dépendait de toi. » Pour obtenir la bénédiction de Dieu, Abraham a dû :

     quitté sa patrie
     s’établir dans une terre étrangère
     se faire circoncire
     offrir son fils en sacrifice.

    Ce furent des moments incontournables qui ont démontré l’attitude de cœur et la foi d’Abraham afin que la promesse de Dieu se réalise.

    9. La vocation sera éprouvée
    Abraham a tenu vingt cinq ans dans la foi avant d’obtenir la bénédiction. A la naissance d’Isaac, il vit dans un bonheur complet. Cependant quand Dieu lui demande Isaac, son fils bien aimé et tant attendu, en sacrifice, il doit de nouveau faire face à l’incertitude. Mais il obéit sans contester et sans comprendre. C’est le même Dieu fidèle qui lui demande d’accepter cette épreuve. Parce qu’il a obéit, Dieu l’appelle « mon ami » car son cœur est comme celui de Dieu, il est capable de faire ce que Dieu lui même accomplira. En effet, le sacrifice de Jésus est en tout point semblable à celui que devait pratiquer Abraham sur Isaac mais Dieu, dans le cas de Jésus, n’a pas ôter sa main afin que nous soyons sauvés. La fin d’Abraham est discrète et il a vécu encore quarante ans dans la bénédiction avant de mourir – Genèse 22:15-19.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LES GRANDS HOMMES DE LA BIBLE
     homme de Dieu

    (Les messages de Vincent Esterman)


    Paul est un homme instruit dont la voie semble toute tracée parmi les pharisiens. A cause de ses convictions extrémistes, il a mené une campagne pour éradiquer et chasser les chrétiens afin de défendre la loi juive contre la doctrine chrétienne. Mais à l’issu de sa conversion miraculeuse sur la route de Damas – Actes 9 – sa vie et sa destinée vont radicalement changer.
    Dieu se sert souvent d’individus qui sont habités par un idéal et qui n’ont pas le cœur partagé. Passionnés par Christ, habités par l’esprit, ces hommes font peu de cas de leur vie. Leur plus profond désir c’est d’accomplir l’œuvre et de réaliser des exploits pour Dieu.

    1. Son appel
    Dans Actes 26:16-18, Paul a raconté son témoignage devant le roi Agrippa. Il a reçu un ministère « afin que tu leur ouvres les yeux », il est envoyé comme ministre et témoin pour convertir les païens. Jésus lui demande d’annoncer l’évangile afin que par son intermédiaire les gens reçoivent le salut.

    Comment définir mon appel ?
    Notre appel est identique à celui de Paul et à celui donné aux 11 apôtres par Jésus lui-même « Allez par tout le monde et prêcher la bonne nouvelle » – Marc16:15 – Dieu place un appel sur chacune de nos vies et le plan cohérent de Dieu ne changera pas. Si Paul est l’apôtre des païens – Galates 2:7–, vers qui Dieu m’envoie t-il ? Quel est mon public ?
    La réponse à cette question donnera des pistes pour comment structurer sa vie pour toucher « ce public »

    2. Le Physique de Paul
    Paul a des problèmes de vue – Galates 4:13-15 et son apparence personnelle est critiquée – 2 Corinthiens 10:10. Pourtant, Dieu travaille avec nous tel que nous sommes et il choisit souvent des individus de piètre allure qui ne s’appuient pas sur leur apparence. Ce qui compte aux yeux de Dieu, c’est notre consécration, notre fidélité et notre passion.

    3. Passion et détermination de Paul
    Paul est passionné par son appel et il parle beaucoup de son ministère car c’est la source profonde de sa motivation, l’objet de tous ses désirs. Les païens qui se convertissent sont sa plus grande joie – Actes 13:47. Il a une cause, un combat à mener même au péril de sa vie – Actes 20:24. Préoccupé par sa mission – 2 Corinthiens 10, 11, 12, il communique sans cesse sur :
    - Le champ d’action de son ministère – Romains 11:13, 15:15-18
    - Le financement de son ministère – 1 Corinthiens 9:15-27
    - Les souffrances de son ministère – Ephésiens 3:1 « prisonnier pour vous païens »)
    - Son cœur et son fardeau pour les églises
    - La révélation qu’il a reçue
    - Les preuves de son apostolat

    4. Paul dans l’anonymat
    Après sa conversion sur la route de Damas, Paul est en préparation durant les treize voire quinze années suivantes et il parcourt différentes contrées :
    - En Arabie pendant trois ans, Paul reprend son métier de fabricant de tentes – Galates 1:17. Dans ce désert, le peuple d’Israël a erré pendant quarante ans, Moïse à reçu les tables de la loi (symbole de l’ancienne alliance), Paul a reçu le message de la justification par la foi et le prophète de l’Islam a reçu ses révélations. Le désert Sinaï apparaît comme un haut lieu de combat spirituel.
    - A Jérusalem, il passe quinze jours chez Pierre et Céphas. Mais les chrétiens encore méfiants se souviennent des persécutions qu’il a ordonnées et il n’est pas bien accueilli.
    - Syrie/Tarse (10 ans) : Paul homme de Dieu est préparé dans la discrétion. Pourtant, il est déjà à l’œuvre car il a planté des églises et il a pu faire ses preuves.
    - Jérusalem : Paul défend la justice par la grâce contre la loi et la circoncision

    Un homme de Dieu doit accepter un temps de préparation. C’est une flèche prête à être tirée qui est ainsi préparée. Nous n’avons pas besoin de faire notre propre promotion car Dieu agira en temps et en heure selon ses plans. Cependant dans le ministère, il faut achever la course et le combat – 2 Timothée 4:6. C’est la clé du succès, la clé de la victoire est se maintenir dans son premier appel.


    IV.2 Paul sa stratégie
    La volonté de Dieu, c’est que tout homme connaisse la vie éternelle en Jésus Christ. Mais, comment concrétiser son appel une fois qu’on l’a reçu la parole de Dieu ? Il faut définir une stratégie ciblée qui sera composée de moyens de communication efficaces et l’accompagner d’une vie de prière intense.

    Il y a trois phases du ministère de Paul dans le livre des Actes :
    - Paul va vers les autres (chapitres13-21)
    - Paul se retrouve au milieu des autres (chapitres 22-28)
    - Les autres viennent à lui (à partir du chapitre 28)

    Peu importe le pays dans lequel il se rendait, Paul avait pour coutume d’entrer dans la synagogue afin d’y prêcher l’évangile – Actes 13:4-5, 13:14, 17:1-4, 17:10, 18:4,18:19). Cette étape était un point fondamental de sa stratégie pour atteindre les païens car l’impact de l’évangile dans la synagogue était ressenti dans la ville. Nous devons formuler une stratégie qui nous permettra d’annoncer efficacement la parole de Dieu.

    Les différentes leçons de stratégies :

    1. La stratégie est la réponse à un appel de Dieu sur sa vie
    Sa stratégie a toujours produit de très bon résultats comparée aux autres moyens qu’il a mis en œuvre. A Athénes – Actes 17 lorsqu’il a essayé d’interpeller les intellectuels directement sans passer par la synagogue, les résultats étaient maigres.
    La formulation de la stratégie tout comme l’appel lui-même sont le résultat d’une direction du Saint-Esprit. ?

    2. La stratégie s’appuie généralement sur les expériences passées
    Paul, circoncis, Hébreu, et Pharisien avait passé toute sa vie dans les synagogues. Il y avait persécuté les chrétiens et c’était son lieu de prédilection. Il faut apprendre à puiser dans nos origines (background) pour trouver les éléments clés d’une stratégie personnelle.

    3. La stratégie doit exploiter les atouts personnels – Actes 22:1-4 et Actes 1:14-1
    Auprès des juifs, Paul valorisait souvent son excellente connaissance de l’ancien testament, et son apprentissage aux côtés de Gamaliel (sage et rabbin réputé). Grâce à ses atouts, il gagnait la confiance des juifs et il pouvait annoncer Christ en toute liberté
    – Actes 13:42-43. Quels sont nos atouts personnels ?

    4. La stratégie est souvent révélée dans les premières expériences de service
    – Actes 9:19-10. Les premières tentatives sont le reflet de la stratégie à venir. Quand il fut baptisé, aussitôt Paul prêcha dans les synagogues. Quelles ont été nos premières tentatives ? Que s’est-il passé ?

    5. La stratégie doit correspondre à la mentalité de ceux que nous souhaitons atteindre – Actes 17:1-3
    Les juifs aimaient se souvenir avec fierté des exploits que Dieu avait réalisé au sein de son peuple et Paul les entretenaient souvent sur l’histoire d’Israël, les prophéties et les lois – Actes 13: 16-:41. Il leur apportait exactement les paroles qui pénétraient leur cœur. Notre stratégie doit se baser sur la sensibilité, la culture, la mentalité et toutes les choses qui touchent le cœur des gens.

    6. La stratégie doit être applicable universellement.
    Une bonne stratégie offre de larges perspectives et elle est valable en toutes situations. Entrer dans les synagogues a permis à Paul d’évangéliser toutes les villes autour de la Méditerranée.

    7. La stratégie ne tremble pas devant l’opposition – Actes 13 :50-52 et 14 :1.
    Une opposition s’étant levé, Paul persévéra dans une autre ville et sa stratégie s’est révélée toujours efficace.

    8. La stratégie reste valable même après l’échec – Actes 18 :6-7
    Dans un moment de découragement Paul est excédé mais malgré ses états d’âmes, il repris la stratégie qui lui a toujours réussit – Actes 18:19.

    9. La stratégie ne nous empêche pas de tenter d’autres approches en parallèle
    – Actes 17:17 Paul se met à prêcher sur la place du marché car une nouvelle porte s’est ouverte.

    10. La stratégie était le tremplin pour d’autres opportunités inespérées (Actes 19 :8-10)
    Pour contrer les incrédules rencontrés à la synagogue, Paul se retira pendant deux ans dans une école biblique à partir de laquelle l’évangile se répandit dans toute l’Asie. Une bonne stratégie va ouvrir des portes imprévues.

    11. La stratégie reste valable jusqu’à la fin de son ministère – A ctes 28 :16-17
    Assigné à résidence Paul ne peut plus se rendre à la synagogue. Alors il fait venir les juifs chez lui. Avant sa mort à Rome, il a continué comme il avait toujours fait.

    La stratégie et les fruits viennent de Dieu tout comme l’appel. C’est passionnant de pouvoir répondre à ce que Dieu veut faire avec nous et à travers nous.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire

  • Enseignement Denise. E  avril  2014


    QUI DEVRAIT-ON PRIER – LE PERE, JESUS OU LE SAINT-ESPRIT ?

    LE PERE

    Jn. 4.23-24 « Mais l’heure vient, et elle est maintenant, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car aussi le Père en cherche de tels qui l’adorent. Dieu est esprit, et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité. »

    Prier le Père –

    Ps. 5.2-3 « Prête l’oreille à mes paroles, ô Éternel! Considère ma méditation.
    Sois attentif à la voix de ma supplication, mon Roi et mon Dieu, car c’est toi que je prie. » (Voir Ps. 116.4)

    Matt. 6.9-10 « Vous donc, priez ainsi: Notre Père qui es dans les cieux, que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne; que ta volonté soit faite, comme dans le ciel, aussi sur la terre. »
    Rom. 8.15 « Car vous n’avez pas reçu un esprit d'esclavage pour être de nouveau dans la crainte, mais vous avez reçu [l’]Esprit d’adoption, par lequel nous crions: Abba, Père! »

    JESUS - LE SEIGNEUR

    Jn. 5.22-23 « car le Père ne juge personne, mais il a donné tout le jugement au Fils; afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils, n’honore pas le Père qui l’a envoyé. » (Voir 1 Jn. 2.23)

    2 Pierre 3.18 « mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ. À lui la gloire, et maintenant et jusqu’au jour d’éternité! Amen. »

    Rom. 10.13 « car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé ».

    Prier au nom de Jésus –

    Jn. 16.23-24 « …toutes les choses que vous demanderez au Père en mon nom, il vous les donnera. Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom; demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit complète. »

    Jn. 14.13-14 « Et quoi que vous demandiez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai. »

    Actes 7.59-60 « Et ils lapidaient Étienne, qui priait et disait: Seigneur Jésus, reçois mon esprit. Et s’étant mis à genoux, il cria à haute voix: Seigneur, ne leur impute pas ce péché. »

    Eph. 5.20 « rendant toujours grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus Christ; étant soumis les uns aux autres dans la crainte de Christ. »

    1 Jn. 5.14-15 « 14 Et c’est ici la confiance que nous avons en lui, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. 15 et si nous savons qu’il nous écoute, quoi que ce soit que nous demandions, nous savons que nous avons les choses que nous lui avons demandées. »
    LE SAINT-ESPRIT


    Prier par la puissance du Saint-Esprit –

    L’Esprit Saint est incontestablement une personne de la Déité, Il est Dieu. Et si nous nous adressons dans nos prières à Dieu en tant que tel, sans se référer à une personne particulière dans la Déité, l’Esprit Saint est inclus, tout comme le Père et le Fils. Mais il n’est pas parlé dans le Nouveau Testament de prière adressée au Saint Esprit, mais bien de prière par [ou : dans] le Saint Esprit, c’est-à-dire dans la puissance du Saint Esprit.

    Rom. 8.26 « De même aussi l’Esprit nous vient en aide dans notre infirmité; car nous ne savons pas ce qu’il faut demander comme il convient; mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables »

    Jn. 16.13-14 « Mais quand celui-là, l’Esprit de vérité, sera venu, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de par lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses qui vont arriver. Celui-là me glorifiera; car il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera. » (Voir Jn. 15.26)

    Eph. 6.18 « priant par toutes sortes de prières et de supplications, en tout temps, par l’Esprit, et veillant à cela avec toute persévérance et des supplications pour tous les saints, »

    PRIER DIEU -

    Peut-être le meilleur moyen de mieux saisir le rôle que joue la Trinité dans la prière, c’est de prier le Père, au travers du Fils (ou en Son nom), et par la puissance du Saint Esprit. Car tous les trois sont des participants actifs dans la prière du croyant.

    Rom. 15.30 « Mais je vous exhorte, frères, par notre Seigneur Jésus Christ et par l’amour de l’Esprit, à combattre avec moi dans vos prières à Dieu pour moi, »

    2 Cor. 13.13 « [Que] la grâce du Seigneur Jésus Christ, et l’amour de Dieu, et la communion du Saint Esprit, soient avec vous tous! »

    Qui devrions-nous prier ? La seule réponse est Dieu. Prier Dieu, et Dieu seul, est hautement plus important que de savoir à quelle Personne de la Trinité nous devrions adresser nos prières.

    Héb. 4.14-16 « Ayant donc un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, tenons ferme ce que nous croyons; car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse sympathiser à nos infirmités, mais [nous en avons un qui a été] tenté en toutes choses comme nous, à part le péché. Approchons-nous donc avec confiance du trône de la grâce, afin que nous recevions miséricorde et que nous trouvions grâce pour [avoir du] secours au moment opportun. »

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • PRIER POUR VOS ENFANTS/PETITS-ENFANTS

    (Enseignement par Denise )


    « Le combat pour la vie de nos enfants est mené sur nos genoux. Quand on ne prie pas, c'est comme si nous étions assis dans des gradins regardant nos enfants dans une zone de guerre se faire tirer dessus de tous les côtés. Lorsque nous prions, nous sommes dans la bataille à leurs côtés, s'appropriant la puissance de Dieu pour nos enfants dans les choix qu’ils auront à faire pour leurs vies. En déclarant la parole de Dieu dans nos prières, nous nous servons d’une arme puissante contre laquelle aucun ennemi ne pourrait emporter la victoire. » (Stormie Omartian)

    Lorsque vous ne trouvez pas les mots ou ne savez pas comment prier, lorsque vous cherchez à prier puissamment pour vos enfants selon la volonté de Dieu, sachez qu'il n'y a pas de meilleure façon de prier que de prier la parole de Dieu. Dieu a promis d’honorer Sa propre parole donc vous pouvez prier avec confiance et avec foi pour chacun de vos enfants.

     

    31 VERTUS BIBLIQUES A DEMANDER EN PRIERE POUR VOS ENFANTS

    1. LE SALUT
    « Seigneur, que le salut s’épanouisse dans mes enfants, pour qu’ils obtiennent le salut qui est en Christ-Jésus, avec la gloire éternelle. »
    (Ac. 16.31 ; 2Tim. 2.10)

    2. L’AMOUR
    « Accorde à mes enfants, Seigneur, de marcher dans l’amour, par l’Esprit qui demeure en eux. » (1 Cor. 13 ; Eph. 5.2)

    3. LA CROISSANCE DANS LA GRACE
    « Je prie que mes enfants croissent dans la grâce et la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus–Christ. » (2 Pierre 3.18)

    4. LA MISERICORDE
    « Que mes enfants soient toujours miséricordieux, comme leur Père est miséricordieux. » (Luc 6.36)

    5. LA DROITURE ET L’INTEGRITE
    « Que l’intégrité et la droiture fassent partie de leurs vertus et les protègent ! »
    (Ps. 25.21)

    6. LA JUSTICE
    « Seigneur Dieu, fais que mes enfants aiment, comme Toi, la justice et qu’en tout, ils respectent le droit des autres. » (Ps. 11.7 ; Mi. 6.8)

    7. LA MAITRISE DE SOI
    « Père, fais que mes enfants, rejetant l’exemple qui est autour d’eux, se montrent vigilants et sobres. » (1 Thess. 5.6)

    8. LE RESPECT (vis-à-vis d’eux-mêmes, des autres et de l’autorité)
    « Père, accorde à mes enfants de témoigner à tout homme le respect auquel il a droit, comme le commande Ta Parole. » (1 Pi 2:17)

    9. L’ESTIME DE SOI SELON LA BIBLE
    « Aide mes enfants à développer une forte estime de soi, enracinée dans la conviction qu’ils sont l’ouvrage de Dieu et qu’ils ont été créés en Jésus-Christ. » (Eph. 2.10)

    10. L’AMOUR POUR LA PAROLE DE DIEU
    « Fais que mes enfants découvrent que Tes Paroles sont plus précieuses que l’or et plus douces que le miel qui coule des rayons. » (Ps. 19.10)

    11. LA PASSION POUR DIEU
    « Seigneur, accorde à mes enfants de vouloir s’attacher à Toi de tout leur être, passionnément. » (Ps. 63.8)

    12. LE COURAGE
    « Que mes enfants soient toujours forts et courageux, que ce soit dans leur caractère ou leurs actions. » (Deut. 31.6 ; Josué 1.9)

    13. LA PURETE
    « O Dieu ! Crée en eux un cœur pur, et que cette pureté se manifeste dans toutes leurs actions. » (Ps. 51.10)

    14. LA GENEROSITE
    « Accorde à mes enfants d’être généreux et prêts à partager, et qu’ils s’amassent ainsi un beau et solide trésor pour l’avenir. » (1 Tim. 6.18-19)

    15. L’AMOUR DE LA PAIX
    « Père, fais que mes enfants fassent tout leur possible pour contribuer à la paix. »
    (Rom. 14.19)

    16. LA FIDELITE
    « Que l’amour et la fidélité ne fassent jamais défaut à mes enfants, mais qu’ils les attachent autour de leur cou et les grave sur les tablettes de leur cœur. » (Prov. 3.3)

    17. LA JOIE
    « Que mes enfants soient remplis de la joie qu’apporte le Saint-Esprit. » (1 Thess. 1.6)

    18. LA PERSEVERANCE
    « Seigneur, apprends à mes enfants à faire preuve de persévérance dans tout ce qu’ils font, et à courir avec persévérance l’épreuve qui leur est proposée. » (Héb. 12.1)

    19. L’HUMILITE
    « Je Te prie, Seigneur Dieu, fais en sorte que mes enfants fassent preuve d’une véritable humilité envers tous. » (Tite 3.2)

    20. LA COMPASSION
    « Seigneur, fais que mes enfants se revêtent d’un esprit de compassion. » (Col. 3.12)

    21. LA FOI
    « Je prie que la foi s’enracine et grandisse dans le cœur de mes enfants, afin que par la foi ils obtiennent ce qui leur a été promis. » (Luc 17.5-6 ; Héb. 11.1-40)

    22. LE SENS DES RESPONSABILITES
    « Accorde à mes enfants d’acquérir le sens des responsabilités, car chacun doit porter sa propre charge. » (Gal. 6.5)

    23. L’ESPRIT DE PRIERE
    « Seigneur, accorde à mes enfants de vivre constamment en prière, qu’ils apprennent à prier dans l’Esprit en toutes circonstances et sous toutes sortes de formes. »
    (1 Thess. 5.17-18)

    24. L’EMPRESSEMENT AU TRAVAIL
    « Apprends à mes enfants, Seigneur, à apprécier la valeur du travail et à travailler de tout leur cœur, comme pour le Seigneur, et non pour des hommes. » (Col. 3.23)

    25. LE CONTENTEMENT
    « Père, apprends à mes enfants à être contents en toutes circonstances, à travers Christ qui les fortifie. » (Phil. 4.12-13)

    26. LE CŒUR D’UN SERVITEUR
    « Aide mes enfants, mon Dieu, à développer en eux le cœur d’un serviteur, qu’ils servent joyeusement comme s’ils servaient le Seigneur et non les hommes. » (Eph. 6.7)


    27. LA GRATITUDE
    « Fais que mes enfants vivent une vie pleine de reconnaissance, qu’ils rendent grâces pour tout et en tout temps à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus–Christ. »
    (Eph. 5.20 ; Col. 2.7)

    28. LA GENTILLESSE
    « Seigneur fais que mes enfants fassent toujours preuve de gentillesse les uns envers les autres et à l’égard de tous. » (1 Thess. 5.15)

    29. L’AUTODISCIPLINE
    « Père, je Te prie que mes enfants apprennent à mener une vie disciplinée et prudente, agissant avec justice, équité et droiture. » (Prov. 1.3)

    30. UN CŒUR MISSIONNAIRE
    « Seigneur, mets dans mes enfant le désir que Ta gloire soit proclamée parmi les nations, tes merveilles parmi tous les peuples. » (Ps. 96.3)

    31. L’ESPERANCE
    « Que le Dieu de l’espérance remplisse mes enfants de toute joie et de toute paix, pour qu’ils abondent en espérance, par la puissance du Saint–Esprit ! » (Rom. 15.13)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • UN BON ARBRE, UN BON FRUIT, UN BON TRESOR


    Texte : Luc 6:43-45

    Combien de dictons de la Bible sont couramment employés dans la société. La sagesse de Jésus est frappante de par sa simplicité. Ce qu’il dit va droit à la réalité d’une chose. Comme un radar qui repère un avion malgré les nuages, les paroles de Jésus éclaircissent une vérité.
    « Car chaque arbre se reconnaît à son fruit » v44.


    C’est tout à fait vrai, un pommier produit des pommes et pas des cerises. Identifier le fruit, c’est identifier l’arbre.

     

    L’HOMME BON
    Il a un bon cœur. Dans son cœur il y a un bon trésor – une richesse de bonté.
    Ce bon trésor réunit : amour, patience, humilité, altruisme, honnêteté, douceur, justice, vérité, pardon, espérance, confiance – 1Corinithiens 13:4-7
    Voir également Ephésiens 4:32 Colossiens 3:12-14.

    Ce bon trésor produit de bons fruits (de bonnes choses v45). Ce sont les attitudes et le comportement qui correspondent au bon trésor en lui.

    Il a de bonnes paroles « De l’abondance du cœur la bouche parle » v45
    Le cœur se révèle par les paroles qui sortent de la bouche.
    Paul exhorte les chrétiens à veiller sur leurs paroles– Ephésiens 4:29 ; Colossiens 4:6.

    Jacques utilise une autre image, celle de la source – Jacques 3:7-12. Une source d’eau douce, produit de l’eau douce. Un cœur en bénédiction exprime la bénédiction.

     

    L’HOMME MECHANT
    Il a un mauvais cœur dans lequel il y a un mauvais trésor qui produit de mauvaises choses. Il est une ronce donc il produit des épines v44.
    Le mauvais trésor représente ses valeurs mauvaises. Ses attitudes produisent ses mauvais comportements
    Ephésiens 4:31 amertume, animosité, colère, clameur, calomnies.
    1 Corinthiens 13:4-7 condamne rapidement, envieux, orgueilleux, malhonnête,
    égoïste, s’irrite, méfiant, injuste, n’aime pas la vérité, ne pardonne pas, ne fait pas confiance.
    Galates 5:19-21 impureté, ne respecte pas l’autorité, disputes, divisions, ivrognerie, excès de table.
    Ses mauvaises paroles aussi viennent de l’abondance de son cœur.
    Ecclésiaste 10:12, ses paroles détruisent

     

    L’HOMME SOUILLE – Matthieu 15:10-20
    Jésus aborde la question de la relation entre le cœur et la bouche d’une autre façon.
    La loi disait que l’homme qui mangeait certaines viandes se souillait en les mangeant.
    Jésus renverse la religion des Pharisiens. C’est le cœur et non l’estomac qui peut souiller l’être humain. Un peu crûment, Jésus parle de la fonction digestive qui se débarrasse de ce qui est dans l’estomac v17.

    Parallèlement, un homme n’est pas souillé du simple fait qu’il n’ait pas lavé ses  mains v20.

     
    Il est souillé par ce qu’il a dans son cœur et ce qui sortira de sa bouche v18.

    La méchanceté de l’homme vient d’un cœur mauvais – les mauvaises pensées, les adultères, les meurtres, l’immoralité, le mensonge, les calomnies v19.

    CŒUR – TRESOR – PAROLE
    Jésus souligne ce lien à plusieurs reprises tellement il est important dans la vie.
    Matthieu 6:21 « Car là où es ton trésor là aussi sera ton cœur »
    Matthieu 15:8 « Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est éloigné de moi ».

     

    LA NOUVELLE NAISSANCE
    La vie se joue au niveau du cœur – Proverbes 4:23
    Pour cette raison Dieu veut notre cœur. – Proverbes 23:26
    Si nous lui donnons notre cœur mauvais, il le transforme en cœur bon, ou comme dit le prophète Ezechiel 36:26
    « Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau, j’ôterai de votre cœur le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair ».

    Par le miracle de la nouvelle naissance le cœur mauvais peut devenir bon et l’homme souillé peut être purifié – Actes 15:8,9

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LE MAITRE ET SES SERVITEURS

    Les paraboles de Jésus


     


    Texte : Luc 12:35-40

    Les paraboles de Jésus ne sont pas que de belles histoires. Elles sont des images avec lesquelles « les mystères du Royaume de Dieu » sont révélés – Luc 8:9,10. Comprendre la signification d’une parabole c’est comprendre Dieu et comment les choses se passent dans Son Royaume. Très souvent la clé de l’interprétation juste d’une parabole se trouve dans la dernière phrase et c’est le cas pour la parabole du « Maître et ses serviteurs ».

     

    LE RETOUR DE JESUS
    Jésus a fait plusieurs prédictions le concernant : sa mort, sa résurrection, son ascension au ciel et son retour sur terre.

    La première venue de Jésus : dans l’anonymat et l’humilité dans une étable en forme de bébé fragile, né dans une famille sans importance et entouré de peu de personne.

    Son second avènement est décrit explicitement en Matthieu 24:29-33
    1. Sa venue sera glorieuse
    2. Il sera vu du monde entier
    3. Il viendra pour rassembler « ses élus »
    4. Son retour coïncidera avec la fin du monde
    5. Il revient pour le jugement final de tous les hommes

    La parabole du « Maître et ses serviteurs » réaffirme la promesse du retour de Jésus à ses disciples en les exhortant d’être « prêts ». Pour réussir certaines étapes il faut bien se préparer. C’est la cas pour un examen ou un voyage. Etre prêt c’est indispensable pour bien vivre le retour de Jésus.

     

    ETRE PRET
    Plusieurs paraboles tournent autour du thème d’une préparation ou d’une action en attendant le retour du Maître … la parabole des dix vierges – Matthieu 25:1-12 , la parabole des talents – Matthieu 25:14-30, la parabole des dix mines – Luc 19:11-27.

    Déjà dans Luc 12 la question d’être prêt avait été abordée dans l’histoire de l’homme riche insensé. Il n’était pas prêt pour le jour de sa mort.

    Selon Jésus, la vie est donc une période de préparation pour l’événement qui arrivera à la fin, soit la mort, soit son retour.

    Les deux images d’être prêt qui introduisent la parabole sont
     Ceindre les reins – allusion est faite à une ceinture utilisée pour permettre à une personne portant une tunique de travailler ou de courir – Ephésiens 6:14 ;
    1Pierre 1:13.
     Les lampes allumées – elles sont opérationnelles. Dans la parabole des dix vierges elles permettaient aux cinq vierges sensées de rentrer à la fête
    Matthieu 25:10.

     

    COMMENT SE PREPARER
    Le mot clé de la parabole est le mot « veiller » . Le sens du mot est vigilance ou monter la garde ou encore être éveillé pendant que d’autres dorment.
    Jésus cherche des serviteurs qui veillent pendant toutes les veilles … des chrétiens « veillant ».

    Veiller, c’est la seule qualité du serviteur qui sera prêt au retour de Jésus. La Bible précise comment nous devons veiller sur nos vies.

    1. Veiller et prier – Luc 21:36
    2. Veiller pendant les veilles – Luc 12:38 – ne pas s’appuyer sur ses propres raisonnements
    3. Veiller avec Jésus une heure – Matthieu 26:38-40
    4. Veiller et demeurer ferme dans la foi – 1Corinthiens 16:13
    5. Veiller sur ses fréquentations et les influences auxquelles nous nous exposons
    Actes 20:30,31
    6. Veiller avec actions de grâce – Colossiens 4:2
    7. Veiller avec sobriété – 1Thessaloniciens 5:4-6 – une personne alerte et non ivre, fatiguée ou distraite.
    8. Veiller habillé – Apocalypse 16:15

     

    LE MAITRE ET LE VOLEUR
    Il y a un contraste dans cette parabole entre le retour du Maître (Jésus) et l’infraction du voleur (le diable) – Jean 10:10 – Luc 12:39
    Ces deux images qui semblent contradictoires sont en fait liées.
    Pour résumer :
    Si nous sommes prêts pour la fin – c’est un roi qui revient dans sa maison pour la récompense
    Si nous ne sommes pas prêts pour la fin – c’est un voleur qui vient dans notre maison pour nous dépouiller.

     

    ON PASSE À TABLE
    Il y a un détail étonnant dans cette parabole. Jésus nous dit clairement que les serviteurs qui veillent, à son retour, seront ses invités et il leur servira un bon repas.
    Ceci nous fait penser aux Noces de l’Agneau où sont invités tous ceux qui iront au ciel Apocalypse 19:9

    La fête sera belle, mais peut-on vraiment imaginer que Jésus nous servira le repas ? !

    Veillons sur nos vies avec sérieux afin que celui qui vient soit pour nous un Maître et Seigneur et non un voleur.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L’INVITÉ PRÉTENTIEUX

    Les paraboles de Jésus


     

    Texte : Luc 14:7-11

    Dans la Bible, le ciel est à plusieurs reprises présenté comme un festin auquel l’homme est invité – Luc 14:15. Nous apprenons par cette histoire racontée par Jésus, qu’au grand repas des places sont attribuées selon « l’éminence » d’une personne (v8).
    Ce mot parle d’avoir du poids, d’être de haut rang. Il serait juste de comprendre que cette parabole s’applique également au banquet du ciel – Apocalypse 19:9.

    LE PRINCIPE SPIRITUEL
    C’est une nouvelle fois la dernière phrase de la parabole qui révèle le principe spirituel que Jésus voulait enseigner.
    v11 « Car quiconque s’élève sera abaissé et quiconque s’abaisse sera élevé ».
    Dans les relations humaines, la sagesse nous invite à vivre selon le même principe et cette parabole repose sur le bon conseil de Proverbes 25:6,7.
    Cependant, Jésus nous parle de Dieu et de son Royaume. C’est Dieu qui élève et qui abaisse en fonction de l’honneur qu’il attribue à une personne.
    Les Psaumes le confirment – Psaume 75:5-8.

     

    LE PROBLÈME DES PHARISIENS
    Nous retrouvons la phrase de Luc 14:11 à deux autres endroits dans les évangiles et dans les deux cas il s’agit d’avertissements à ne pas être comme les Pharisiens.

    Matthieu 23:12 – Jésus reprend les Pharisiens dans leur façon de s’élever aux yeux des autres en se donnant des titres – maître, père, directeur v8-10.
    Luc 18:14 – dans une autre parabole un Pharisien essaie de se présenter juste devant Dieu en s’appuyant sur sa bonne conduite. En voulant s’élever, il est abaissé.

    L’orgueil religieux cherche à se donner une importance aux yeux des hommes. Il se sert de Dieu pour son ambition personnelle et dans sa folie il veut se présenter devant Dieu digne d’honneur.

     

    DIEU FAIT GRÂCE
    Les proverbes vont une nouvelles fois servir aux auteurs du Nouveau Testament pour expliquer à qui Dieu attribue l’honneur – Proverbes 3:34.
    Jacques cite ce proverbe en appelant ses lecteurs à l’humilité – Jacques 4:6. Celui qui est réellement humble connaîtra la faveur de Dieu et sera élevé par Dieu v10.

    Pierre va également souligner l’importance de l’humilité de cœur en citant ce proverbe 1Pierre 5:5-7- c’est bien l’humble que Dieu élèvera « au temps convenable ».
    Car, dans le plan de Dieu il y a toujours les temps « convenables ».

    Il est important de souligner que dans les deux passages cités ci-dessus, la question de « résister au diable » revient. Le diable exploite l’orgueilleux et celui qui se laisse emporter par l’orgueil n’aura aucune capacité de résistance aux pièges du diable.

     

    LA DERNIÈRE PLACE
    Dans cette parabole, Jésus nous exhorte à ne pas choisir les premières places comme faisaient les Pharisiens – Matthieu 23:6.
    La place à prendre c’est la dernière si l’on veut être élevé par Dieu.
    C’est bien cette place qu’a prise Jésus et l’ayant prise, il a été élevé souverainement avec un nom qui est au-dessus de tout autre nom – Philippiens 2:5-11

    L’humilité se manifeste concrètement, non pas par des apparences d’abaissement, comme pratiquaient les Pharisiens, mais par une attitude vis-à-vis des autres
    Philippiens 2:3,4
    – voir les autres comme étant au-dessous de nous
    – considérer les intérêts des autres avant ses propres intérêts

    Il ne s’agit pas de s’anéantir et de se mépriser, mais de réellement mettre l’autre avant soi.
    Nous voulons donc servir les autres et non pas se servir des autres. Celui qui vit sa vie dans cette perspective sera élevé par Dieu.

     

    CONCLUSION
    Il est donc préférable de se préparer une bonne surprise d’être élevé que d’une mauvaise d’être abaissé.
    Et il ne faut surtout pas oublier que même celui qui occupe la dernière place aux noces est, malgré sa place, un invité privilégié qui passera l’éternité au ciel de l’agneau.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L’ÉCONOME INFIDÈLE

    Les paraboles de Jésus


     


    Texte : LUC 16:1-13

    Nous nous trouvons devant ce qui est peut-être la parabole de Jésus la plus difficile à bien interpréter.

    Une lecture superficielle pourrait conduire à des conclusions comme :
    Dieu félicite les gens malhonnêtes
    On peut acheter sa place au ciel
    En tant que chrétien il faut suivre l’exemple des païens en matière de gestion.

    Evidemment, ces conclusions seraient en contradiction avec tout l’enseignement de Jésus.

    La confusion vient du fait que nous cherchons, comme pour les autres paraboles de Jésus, à identifier les personnages. On pourrait se poser les questions :
    qui donc, est le maître, l‘économe est-il un chrétien rétrograde, qui sont les débiteurs du maître ?

    Pour une fois, si nous voulons bien comprendre le sens de cette parabole, il ne faut surtout pas essayer d’identifier les personnages, Jésus les regroupe ensemble, comme faisant tous partie d’une même catégorie de gens, « les enfants de ce siècle » v8.

    La clé de cette parabole c’est de comprendre qu’il s’agit uniquement des enfants du siècle. L’enseignement qui suivra présentera le comportement de l’autre catégorie – « les enfants de lumière ».

    Comme dans beaucoup de paraboles, le sens se trouve dans la dernière phrase v13.Il s’agit bien d’un contraste entre ceux qui servent Dieu et ceux qui servent Mammon – autrement dit les enfants de lumière et les enfants de ce siècle.

     

    LES ENFANTS DE CE SIECLE
    Ils sont tous les acteurs d’une société où il y a malhonnêteté, opportunisme, corruption et même admiration pour les malins.

    L’homme riche, l’économe infidèle et les débiteurs font partie d’un seul monde qui a choisi de servir Mammon (richesses) v13.

    La folie du monde qui sert Mammon plutôt que Dieu
    1. L’homme riche laisse encore le temps à l’économe de le frauder davantage
    2. L’économe cherche à acheter des amis
    3. Le maître félicite l’économe pour sa corruption
    4. Il pense que tout s’achète, même son avenir éternel

    Après les Pharisiens, ce sont les hommes riches que Jésus veut dénoncer dans leur comportement –Marc 10:23-27.

    L’apôtre Paul va également interpeller Timothée et avec lui, nous tous, au sujet de ce monde dans lequel on aime les richesses – 1Timothée 6:6-10, 17-19
    Pierre, après une manifestation puissante du Saint-Esprit a prononcé une condamnation sur un homme qui voulait acheter les choses spirituelles – Actes 8:18-24

     

    LES ENFANTS DE LUMIERE
    Les enfants de lumière se sentent en décalage dans une société dominée par les enfants de ce siècle.
    Jésus a exprimé cette même tension en disant aux disciples : « voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents et simples comme les colombes » – Matthieu 10:16.

    La phrase difficile du verset 9 ne peut-être comprise sortant de la bouche de Jésus, que s’il la prononce avec ironie. Les tabernacles éternels n’appartiennent pas aux amis achetés avec des richesses injustes. Seul Jésus prépare les demeures éternelles
    Jean 14: 2,3

    Enfants de lumière est un terme donné aux chrétiens dans plusieurs passages du Nouveau Testament – Jean 12:36 ; Ephésiens 5:8 ; 1Thessaloniciens 5:5.

    L’enfant de lumière aimera et servira Dieu. L’enfant de ce siècle aimera et servira l’argent. Les deux sont incompatibles.

     

    3 DOMAINES DE LA FIDELITE
    L’enfant de lumière se montrera fidèle à trois niveaux
    1– Il sera fidèle dans les moindres choses v10
    Pour cette raison on lui confiera les grandes choses – Luc 19:17

    2– Il sera fidèle dans la gestion financière – les richesses injustes v11
    Pour cette raison il se verra confier des richesses véritables.

    3– Il sera fidèle avec ce qui est à autrui v12.
    Pour cette raison, il recevra ce qui est à lui.

    L’enfant de lumière manifestera sa fidélité dans la façon dont il gère : les moindres choses, les questions financières et ce qui ne lui appartient pas.

    L’enfant de ce siècle, selon la parabole, dissipe les biens d’un autre. Il cherche son propre intérêt avant tout et se montre opportuniste.

    Les proverbes expriment avec regret « beaucoup de gens proclament leur bonté, mais un homme fidèle, qui le trouvera ? » – Proverbes 20: 6

    Les trois critères que Jésus nous donne dans la suite de la parabole de l’économe infidèle nous permettent de repérer un vrai homme fidèle

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LA VIGNE ET LES VIGNERONS

    Les paraboles de Jésus

     


     

    Texte : Matthieu 21: 33-46

    Cette parabole est d’une importance capitale et figure dans les 3 évangiles de Matthieu, Marc et Luc.
    Dans l’histoire que tous les juifs auraient compris, Jésus
    1. Présente le plan de Dieu sur la terre
    2. Trace le passé d’Israël
    3. S’annonce comme Fils de Dieu et prédit sa mort
    4. Prédit que l’Eglise remplacera Israël comme la nation n de Dieu

    LA VIGNE
    Tous ceux qui avaient étudié les prophètes connaissaient l’image : « la vigne de Dieu … c’est la maison d’Israël » – Esaie 5:7
    – voir également Psaume 80:9-11 et Jérémie 2:21
    Dieu avait confié sa vigne sur terre à des vignerons qui avaient la responsabilité de la travailler pour qu’elle produise des fruits. Les vignerons sont les responsables religieux juifs, les pharisiens et les scribes.

    Dans l’Ancien Testament Israël était la nation chérie de Dieu qui possédait son Royaume.
    Dieu cherchait des fruits au milieu de Son peuple.

    Il avait tout prévu pour la réussite des vignerons.
    La haie – une clôture de protection contre les fauves et les voleurs
    Le pressoir – pour transformer le raisin en vin
    La tour – pour surveiller la vigne mais pour loger également les vignerons.

    LES SERVITEURS ENVOYES
    La parabole reflète l’histosire d’Israël
    Dieu envoie à plusieurs reprises des serviteurs pour demander des comptes aux vignerons. Il s’agit des prophètes envoyés pour interpeller la maison d’Israël.

    Les prophètes commencent avec Samuel environ 1100 ans avant Jésus-Christ et se terminent avec Malachie environ 400 ans avant Jésus-Christ.

    Dans la parabole, les serviteurs sont battus, lapidés et tués par les vignerons. C’est bien ce qui est arrivé aux prophètes – Matthieu 23:37.

    LE FILS
    Dieu espérait que les chefs des juifs auraient du respect pour son fils.
    Les vignerons étaient jaloux de l’héritier comme les pharisiens qui n’acceptaient pas la réussite de Jésus auprès du peuple. – Luc 19: 47,48.
    Le fils est jeté hors de la vigne et tué. Quelle remarquable prédiction de la mort de Jésus, sur Golgotha, un lieu juste à l’extérieur de Jérusalem – Jean 19:17,20.
    Hébreux nous invite à sortir « hors du camp » pour suivre Jésus – Hébreux 13:12.

    Jésus savait parfaitement qu’il serait tué par les pharisiens

    LA PIERRE
    Israël, peuple méprisé et rejeté de toutes les nations, était dans l’Ancien Testament, le fondement sur lequel Dieu avait construit son Royaume sur terre. Jésus l’a bien résumé pour la Samaritaine « Le salut vient des juifs » – Jean 4:22.

    Cependant, quand les juifs ont rejeté Jésus, c’est Lui qui devient la pierre angulaire sur laquelle Dieu va construire.

    La citation du Psaume 118:22 figure de nouveau dans 1Pierre 2:7-10
    Le jugement final de toute l’humanité dépendra de la relation avec « la pierre »
    Esaie 8:14,15 ; Esaïe 28:16

    LA NATION
    Jésus l’a dit clairement : parce-que les juifs ont rejeté les prophètes et tué le fils le Royaume de Dieu leur sera retiré et il sera donné à une autre nation.
    Quelle est cette « autre nation » ?

    1Pierre 2:9,10 présente les chrétiens, ceux nés de nouveau en Jésus-Christ, comme une « race élue… une nation sainte, un peuple acquis » qui est devenu « le peuple de Dieu ».

    A cette nouvelle « nation » le royaume de Dieu a été donné.

    CE QUE NOUS APPRENONS SUR DIEU DANS CETTE PARABOLE
    Il cherche des fruits sur la terre
    Il confie son œuvre à des hommes
    Il est patient, lent à la colère
    Il a un fils
    Son jugement tombe en fonction de comment son fils est accueilli

    Ce n’est donc pas surprenant qu’après cette parabole les pharisiens voulaient arrêter Jésus. Ils étaient démasqués.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • « SACHEZ APPRÉCIER DE TELS HOMMES »



    C’est l’exhortation de Paul aux Corinthiens – 1Corinthiens 16:17,18.
    Savoir apprécier les conducteurs spirituels se fait à deux niveaux.


    1-POUR L’ŒUVRE FAITE
    Paul demande aux chrétiens de manifester de la considération et de l’affection pour leurs « dirigeants dans le Seigneur », non pas pour des raisons sentimentales, mais pour l’œuvre qui est accomplie par ses dirigeants – 1Thessaloniciens 5:12,13.
    L’apôtre nous montre l’exemple avec sa liste d’honneurs à la fin de Romains
    Romains 16:1-6 – Il veut honorer ceux qui ont œuvré.
    C’est également pour l’œuvre de l’enseignement et la prédication que les anciens sont dignes d’un double honneur (grec – littéralement double honoraire )
    1Timothée 5:17.
    L’œuvre pastorale d’un conducteur spirituel est seulement possible quand les chrétiens ont de la « déférence » pour lui – Hebreux 13:17.

    2-POUR LE MINISTERE RECU
    Nous apprenons que le corps de Christ ne peut venir à la maturité, que par l’exercice de 5 ministères : apôtre, prophète, évangéliste, pasteur, docteur
    Ephésiens 4:11,12.
    Paul appelle ces 5 ministères des dons de Dieu faits aux hommes
    Ephésiens 4:7,8.
    Cette dimension est merveilleusement exprimée concernant Jean-Baptiste.
    « Il y eut un homme envoyé de Dieu : son nom était Jean » – Jean 1:6.
    Comment ces dons de Dieu seront reçus de la population pèsera sur l’action de Dieu dans une ville.
    Jésus a pleuré sur Jerusalem parce qu’elle a tué les prophètes et lapidé ceux que Dieu lui a envoyés– Matthieu 23:37.
    Cependant, ceux qui reçoivent un prophète au nom d’un prophète reçoivent une récompense de prophète de la part de Dieu – Matthieu 10:41
    Jésus a dit que ce seraient les maisons et les villes qui reçoivent les évangélistes qui verront leurs malades guéris et entendront le message de l’évangile – Luc 10:5-9.

    QUELQUES EXEMPLES FRAPPANTS
    Jésus lui-même, accueilli par une population de Nazareth incrédule, n’a pu opérer aucun miracle – Marc 6:1-6
    Quand les Galates ont reçu Paul comme « un ange de Dieu » ils ont vécu une puissante visitation du Saint-Esprit – Galates 3 :5, 4:14.
    Mais, quand ces mêmes Galates ont rétrogradé spirituellement, pour retomber dans la loi, Paul est devenu pour eux comme un ennemi – Galates 4:16
    La Sunamite a honoré Elisée, le prophète, en lui faisant à manger et en aménageant une chambre, pour lui, dans sa maison. Elle ne l’a pas fait en vue d’une récompense, mais simplement parce qu’elle honorait l’homme de Dieu.
    Elle a toutefois reçu la récompense d’un prophète, un enfant miraculé
    2 Rois 4:8-16.


    Dieu soutient les hommes et les femmes qu’il envoie. Le peuple qui les reçoit et les accueille avec honneur, honore Dieu et recevra sa bénédiction.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Les paraboles de Jésus

    DES OISEAUX ET DES LYS


    Texte : Matthieu 6:25-34

    Une parabole est une histoire fictive racontée afin de communiquer un principe spirituel. Les images que Jésus utilise vont dans le même sens et peuvent être groupées avec les paraboles.

     

    LES SOUCIS ET LES INQUIETUDES
    Il n’y a peut-être pas meilleur passage pour montrer toute la pertinence de la Bible, et en particulier le message de Jésus, pour l’homme moderne. A cette époque, il y a 2000 ans, ils connaissent déjà très bien le problème du stress ! Ce n’est pas le seul passage qui aborde ce sujet – Luc 8:14 ; Luc 10:41 ; Luc 21:34 ; Proverbes 12:25 ; 1Pierre 5:7 ; Philippiens 4:6

    Ce que nous apprenons sur les soucis dans ce passage :
    1. Les soucis sont liés aux questions matérielles de la vie – manger, boire, se vêtir, (les finances)
    2. Les soucis n’apportent rien à l’être humain : « même pas une coudée »
    3. Les soucis sont liés au lendemain – l’avenir
    4. Les soucis se révèlent par des paroles – « …et ne dites pas » v31
    5. être accablé de soucis est la marque d’un païen
    6. Les soucis sont l’indication d’une foi faible
    7. Les soucis détournent une personne du Royaume de Dieu

     


    LES OISEAUX
    Pour répondre au souci de la nourriture, Jésus utilise l’image des oiseaux. Evidemment pour se nourrir, ils doivent travailler. Cependant, ils travaillent sans inquiétude. Dieu leur a donné la vie et leur donne ce qu’il faut pour vivre. De la même façon si Dieu nous a donné Jésus pour nous sauver, pourquoi ne nous donnerait-il pas tout ce dont nous avons besoin pour vivre pour Lui? – Romains 8:32
    Les oiseaux ne pensent pas au lendemain, ils ne font pas de réserves. Ils ne souffrent pas de la crainte de l’avenir. Ils n’ont pas de contrats d’assurances !
    Ils vivent pour AUJOURD’HUI – c’est le jour de Dieu – Hebreux 4:7.
    La foi, c’est maintenant.

    « Regardez les oiseaux » – c’est la directive de Jésus à l’homme. Le mot grec utilisé dans le texte biblique signifie non pas un regard rapide, mais de délibérément fixer son attention et contempler les oiseaux.
    En regardant les oiseaux, l’homme apprendra comment Dieu prend soin de lui, parce qu’il vaut beaucoup plus que les oiseaux aux yeux de Dieu – Matthieu 10:29-31 ; Phiippiens 4:19 ; Psaumes 23:1

     

    LES LYS DES CHAMPS
    Jésus utilise cette image pour parler du vêtement. Les lys, comme toute la nature, révèlent la nature de Dieu – Romains 1:18-20
    L’homme est appelé à « considérer » les lys. Le mot grec est très fort. Il signifie de faire une étude approfondie de cette fleur, en notant soigneusement ses caractéristiques. Ce qu’il faut particulièrement comprendre c’est « comment » croissent les lys v28.


    Ils croissent naturellement avec l’effet de terre – pluie – soleil. Donc, tout ce que Dieu a pourvu pour la croissance. Dans cette action, toute la beauté de Dieu est révélée une beauté que même Salomon dans sa gloire ne peut pas égaler. Cette beauté se révèle non pas en forçant mais en poussant naturellement.
    Et si Dieu fait cela pour une simple plante qui n’a qu’une durée de vie très limitée,
    pourquoi ne le ferait-il pas pour nous qui sommes sa création, appelée à vivre éternellement ? – Psaumes 139:14 ; Psaumes 8:5-6.

    Hélas, il est possible d’être un chrétien, mais tout en étant «des gens de peu de foi » – Matthieu 8:26 ; Matthieu 16:8.

     

    LA REPONSE AUX SOUCIS DE LA VIE
    Jésus nous donne deux moyens pour combattre l’étouffement spirituel des soucis de la vie.

    1.Cherchez premièrement le Royaume de Dieu v33
    Cela doit être la priorité d’une vie. Les païens cherchent premièrement selon leurs besoins (et envies) matériels. Nos besoins matériels sont réels. Ne pas faire de ces besoins l’objectif premier de notre vie est preuve que nous croyons que
     Dieu nous aime
     Dieu connaît nos besoins
     Dieu prend soin de ses enfants

    A ceux qui cherchent premièrement le Royaume de Dieu, pour leur vie il y a une promesse, celle d’un « pardessus ». Dieu donnera le Royaume et toutes les choses pour répondre aux besoins. Pour cette raison le chrétien peut vivre dans la confiance et le contentement – Philippiens 4:11-13, 19 ; 1Timothée 6:6-8.

    2.Ne pas s’inquiéter du lendemain v34
    Jésus n’encourage pas l’insouciance et la déresponsabilité en faisant cette déclaration. Le principe est simple : si nous avons construit aujourd’hui sur de bons principes, demain, quoiqu’il arrive portera ses fruits.
    Si nous avons obéi à Dieu aujourd’hui et appris à Lui faire confiance, demain ne cache pas un monstre qui nous tombera dessus.

    La célèbre phrase « à chaque jour suffit sa peine » ne présente pas une vie « pénible » difficile à supporter, mais un défi à bien construire aujourd’hui sur les principes de Dieu – ça vaut la peine ! On pourra donc être tranquille pour le lendemain.

    Ce magnifique passage invite l’homme moderne à faire confiance à Dieu afin de retrouver la confiance et la paix tout au long de sa vie – Esaie 30:15

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • Les paraboles de Jésus


    LE GRAIN DE SENEVE

     


     

    Texte : Marc 4: 30-32

    Cette parabole est l’une de plusieurs qui ont pour contexte l’agriculture. Curieusement, contrairement aux autres paraboles qui parlent de semer et moissonner, aucun personnage n’est cité.
    La vraie vedette de l’histoire est une toute petite graine.

    LE ROYAUME DE DIEU
    Le royaume de Dieu est essentiellement une graine pleine de vie qui doit pousser et qui deviendra un arbre plus grand que toutes les plantes.

    Dieu commence toujours avec ce qui est petit et insignifiant pour le faire grandir et prendre une dimension très importante.

    Jésus est passé de bébé à Seigneur des Seigneurs – Apocalypse 19:16.
    Il est né à Bethléem mais régnera sur tout l’univers – Philippiens 2:9,10.

    Déjà, dans l’Ancien Testament, Dieu utilise ce qui est petit pour l’élever en puissance.
    1. Joseph est passé de l’état d’un jeune détenu oublié dans une prison à celui de gouverneur de l’Egypte – Genèse 41:37-41
    2. Israël a commencé comme une seule famille en Egypte pour devenir un peuple redoutable – Josué 2:8-11
    3. Avec un petit nombre d’hommes, Gédéon a remporté une grande victoire –Juges 7
    4. David, le plus jeune des fils d’Isaï, est couronné roi –1Samuel 16:11-13

    Pour cette raison, Dieu nous exhorte à ne pas mépriser les faibles commencements Zacharie 4:8-10.

    LA VIE DANS LA GRAINE
    Le grain de sénevé est le plus minuscule de toutes les semences mais avec Dieu, ce qui est grand se cache dans ce qui est petit.
    C’est avant tout une question de la vie qui est dans la graine.
    Si c’est la vie de Dieu elle poussera et accomplira des exploits.

    Jésus a parlé de la foi comme étant un grain de sénevé – Matthieu 17:20.
    L’accent n’est pas mis sur avoir une grande foi, mais sur avoir une foi qui ose parler à une montagne et lui ordonner de se retirer.
    Avec une petite pierre, David a abattu le géant Goliath, parce que la graine de sénevé était dans son cœur. Il est passé à une action audacieuse– 1Samuel 17:41-51.
    C’est cette foi née de Dieu qui remporte des victoires –1Jean 5:4.

    DEUX CONDITIONS POUR QUE LA GRAINE DEVIENNE UN GRAND ARBRE

    1. SEMER DANS LE CHAMP
    Si un grain de sénevé n’est pas semé en terre aucune croissance n’est possible
    Le champ, c’est le monde, Jésus a dit – Matthieu 13:38.

    Le Royaume de Dieu s’il n’est pas semé dans le monde, si les chrétiens refusent le contact avec les païens en vue de l’élargissement du règne de Dieu dans les cœurs, aucun progrès spirituel n’est possible.
    Une graine est faite pour retrouver le champs – Marc 16:15 ; Jean 17:18

    2. LES OISEAUX DU CIEL DOIVENT ETRE EMPECHES DE S’ATTAQUER A LA GRAINE DE L’ARBRE
    Les arbres que donne le grain de sénevé eux-mêmes produisent le grain. Le développement de la culture dépend de la préservation du grain.
    Les oiseaux représentent la réelle menace à la reproduction de la graine.
    Jésus a expliqué que les oiseaux du ciel étaient les agents du diable, le malin
    Matthieu 13:4,19.
    La foi dans le cœur d’un chrétien est la première cible du diable pour empêcher que le Royaume de Dieu se répande sur la terre.
    La foi qui est menacée n’est pas la croyance qui n’a aucune puissance, mais la foi qui est dynamisée par Dieu dans le cœur.

    Cette foi pousse à l’action, surmonte la timidité, tient ferme et persévère devant les obstacles – Romain 4:19-21
    Elle est un bouclier – Ephésiens 6:16
    Elle fait tomber des murailles – Hebreux 11:30
    Elle produit des hommes et des femmes de rare qualité qui transforment des défaites en victoire et des épreuves en opportunité – Hebreux 11:32-34

    Il y a 2000 ans un petit enfant est né en Palestine et depuis, la graine de sénevé du Royaume de Dieu pousse dans le champ de l’humanité. La grandeur de l’arbre sera seulement réellement comprise devant le trône de Jésus après son retour sur la terre.

    Apocalypse 5:11-13 – « Je regardais et j’entendais la voix de beaucoup d’anges autour du trône des êtres vivants et des vieillards et leurs nombres était des myriades, des myriades et des milliers de milliers …
    et toutes les créatures qui sont dans le ciel sur la terre et sous la terre, sur la mer et tout ce qui s’y trouve je les entends qui disaient : à celui qui est assis sur le trône et à l’Agneau soit la louange, l’honneur, la gloire et la force, aux siècles des siècles ».

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Les paraboles de Jésus

    LES 10 VIERGES

     


     


    Texte : Matthieu 25:1-13

    Cette parabole, ainsi que celle des talents, se situe en plein milieu de l’enseignement de Jésus sur la fin du monde et son second avènement. Elle a donc, un caractère solennel.

    QUAND LA FIN VIENDRA-T-ELLE ?
     La parole de la fin de la parabole explique la signification - v13 « veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour ni l’heure ». Il s’agit donc de se préparer, d’être prêt.

     A plusieurs reprises la question de quand viendra la fin du monde a été soulevée
    Matthieu 24:36-39,42,44 ; Actes 1:6,7

     S’il est vrai que personne ne connaît ni le jour ni l’heure, Jésus nous appelle à discerner les signes des temps– Matthieu 16:1-3

     Quelques indications sont données : semblable au temps de Noé.
    – Ils mangeaient, buvaient, se mariaient
    – Ils ne se doutaient de rien
    – La vie semblait suivre son cours normal, à part cet homme curieux et insensé qui construisait une arche en pleine campagne.

    LE MARIAGE
    Le mariage décrit par Jésus dans cette parabole était typique d’un mariage de la bonne société de l’époque.
    Le moment tant attendu était l’arrivé de l’époux à la salle des noces où l’épouse et son entourage l’attendaient avec fébrilité pour la fête qui se déroulait sur une semaine.
    Pour augmenter l’effet suspense et surprise, l’époux arrivait à un moment inattendu. Alors, la fête pouvait commencer avec ceux qui étaient prêts et dans l’expectative.

    Des thèmes très importants pour le Royaume de Dieu sont abordés par cette parabole.
    – Jésus, quand reviendra-t-il ?
    – Qui sera prêt ?
    – Qui sera exclu ?
    – A quel moment sera t-il trop tard ?
    – Quelle signification ont la lampe et l’huile ?

    JESUS, TARDE-IL A REVENIR ?
    Les premiers chrétiens étaient convaincus que son retour était imminent.
    1Corinthiens 7:29. Ils pensaient que la période entre son Ascension et son Avènement ne serait que de quelques semaines – 1Thessaloniciens 4:15-18 ; Jacques 5:7,8 ; Hébreux 10:37.
    Pourtant dans la parabole, l’époux semble tarder – v5

    Pierre explique à ceux qui accusent Jésus de tarder qu’il ne tarde pas, il patiente
    2Pierre 3:4,9.


    Depuis 2000 ans, le chrétien vit dans l’attente de la venue de l’époux
    Apocalypse 22:20.
    Comment vivrait-t-on si l’on savait qu’il n’y avait plus que 3 jours avant le retour de Jésus ?

    QUI SERA PRET ?
    Les 5 vierges qui sont entrées aux noces remplissaient deux conditions
    – Elles étaient présentes, désireuses de participer.
    – Elles étaient prêtes.

    Etre prêt demande de la prévoyance, anticipez la suite et la possibilité de devoir durer dans le temps.

    L’exhortation à la vigilance « veillez » est en vue d’être prêt.
    Les chrétiens sont souvent appelés à « veiller ».
    Avec la prière – Matthieu 26:41 ; Colossiens 4:2 ; Ephésiens 6:18
    Ferme dans la foi – 1Corinthiens 16 :13
    Ne pas s’endormir – 1Thesssaloniciens 5:6
    Avec sobriété – 2Timothée 4:5 ; 1Pierre 4:7
    Contre le diable – 1Pierre 5:8.

    LA LAMPE ET L’HUILE
    La lampe est la source de lumière. Un enfant de lumière se distingue par sa bonté, sa droiture et son amour de la vérité. – Ephésiens 5:8,9.
    Ce qui permet à cette lumière de jaillir de la lampe, c’est l’huile – image du Saint-Esprit. – Luc 4:18 ; Actes 10:38.

    Ceux qui rentreront avec Jésus dans le Royaume de Dieu, seront ceux qui auront maintenu jusqu’à la fin leur lumière de bonté, de justice et vérité, alimentée par le Saint-Esprit.

    CEUX QUI SERONT EXCLUS
    Il y a plusieurs paraboles qui contiennent l’idée d’une éventuelle exclusion pour certains.
    Paraboles des talents – Matthieu 25:30 et le festin des noces – Matthieu 22:13.
    Dans la parabole des 10 vierges, les 5 vierges insensées étaient présentes et désireuses d’entrer mais n’étaient pas prévoyantes.
    Elles ont laissé éteindre leurs lampes, par manque d’huile.
    Ce sont des chrétiens rétrogrades qui n’ont pas entretenu leur vie spirituelle et le rayonnement de Jésus s’est éteint dans leur vie.

    Il y a un réel avertissement …. avoir de bonnes intentions concernant Dieu ne suffit pas. On ne peut pas entrer avec « l’huile » d’un autre. Chacun doit posséder sa propre huile et s’assurer que sa lampe sera bien entretenue jusqu’au retour de Jésus.

    Mais entrer avec l’époux et la fête des noces du ciel en vaut plus que la peine.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire

  • Les paraboles de Jésus

    LA PERLE DE GRAND PRIX

     


     


    Texte : Matthieu 13:45-46

    Certaines paraboles de Jésus se ressemblent. C’est le cas de la parabole de
    « la perle de grand prix » et de celle qui la précède, « le trésor caché ». Dans les deux cas pour posséder un objet de grande valeur il faut vendre d’abord, pour ensuite acheter.
    C’est l’homme qui cherche – Jean 1:38

    L’histoire du marchand et de sa perle est également un retour à un des thèmes récurrents des paraboles … chercher et trouver (voir les paraboles de « la brebis perdue » et « la drachme perdue » – Luc 15:3-10 et « les deux repas » – Matthieu 22:9,10
    et Luc 14:21-23).
    Si dans le cas de Jésus, il cherche ce qui est perdu – Luc 19:10 , l’homme est appelé à chercher et trouver ce qui est précieux.
    LE MARCHAND
    Le marchand de perles sait ce qu’il cherche. Il a la capacité de reconnaître la vraie valeur des perles. C’est son métier.
    Ce qu’il achète dépend d’une seule chose – la vraie valeur. Il ne sera pas tenté par une pauvre imitation, des bijoux fantaisies
    Celui qui n’a aucun discernement achètera des « bijoux » qui tapent à l’œil, qui n’ont aucune valeur et qui ne procurent pas le bonheur profond et réel – le plaisir, le sexe, l’argent, le fanatisme sportif.
    Le marchand de perles reconnaît les vraies valeurs – l’amitié, l’honnêteté, la fidélité, l’altruisme, le respect de la famille, la générosité. Il les collectionne.
    Jésus dit, si ces qualités ont une réelle valeur elles ne constituent pas à elles-seules le Royaume de Dieu. Ces qualités, nous pouvons les posséder sans posséder le salut et la vie éternelle que Dieu nous offre – voir la réaction du jeune homme riche
    Marc 10:17-20.
    Le marchand rêve de tomber un jour sur autre chose – une perle comme il n’en a jamais vu.
    LE CONTRASTE : BELLES PERLES ET GRAND PRIX
    Les belles perles représentent le BIEN
    La perle de grand prix représente le MIEUX

    Comment peut-on se contenter du bien quand il y a mieux ?

    Cette parabole s’adresse à tous ceux qui ont gardé des valeurs pour leur vie et que l’on pourrait appeler des gens de bien.
    Ils aiment le bien, ils font le bien, mais il y a mieux … le Royaume de Dieu, la perle de grand prix.

    C’est le contraste entre
     La fidélité des hommes et la fidélité de Dieu
     La bonté des hommes et la bonté de Dieu
     La justice des hommes et la justice de Dieu
     Le pardon des hommes et le pardon de Dieu
     L’amour des hommes et l’Amour de Dieu

    PIERRE ET LES PIERRES PRÉCIEUSES
    L’apôtre Pierre aime utiliser le mot « précieux » dans ses épîtres
    1Pierre 1:7 – la foi ; 2Pierre 1:1– une foi aussi précieuse que la nôtre
    1Pierre 1:19 – le sang de Jésus
    2Pierre 1:4 – les promesses de Dieu

    Cependant, c’est Jésus qui est la pierre précieuse – 1Pierre 2:4,6
    Quand nous croyons en LUI, nous recevons toute sa valeur inestimable dans
    1Pierre 2:7 « l’honneur » pourrait être traduit « la grande valeur ».

    La perle de grand prix a une valeur inestimable. Quand le marchand la possède la valeur de la perle retombe sur lui. C’est également le cas du vase de terre dans lequel il y a un trésor – 2Corinthiens 4:7.
    COMMENT LA POSSEDE-T-IL ?
    Il doit vendre, il doit se donner les moyens d’acheter cette perle. Il sera totalement impossible de tout garder.
    Parce qu’il a un juste discernement il n’hésite pas. Il vend sa collection de belles perles.
    Il saisit sa chance, parce que devenir le propriétaire d’un tel trésor ne vient qu’une fois dans la vie. Il ne faut surtout pas la louper.

    Pour posséder Christ et le salut éternel, il faut changer son échelle de valeurs.
    Il est impossible de calculer comme avant.
    Mathieu 10:37-39 ; Mathieu 16:24-26 ; Luc 9:57-62

    Malheureusement, pour toute sa sincérité et sa bonté, le jeune homme riche n’a jamais possédé « la perle de grand prix », parce qu’il n’a pas voulu vendre les belles
    perles – Marc 10:20-22

    Entrer dans le Royaume de Dieu et avoir Jésus comme son Sauveur pour l’éternité est un trésor inestimable pour celui qui connaît la vraie valeur des choses.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Les paraboles de Jésus

    LES DEUX FILS

     


     


    Texte : Matthieu 21:28-32

    En lisant les Evangiles, nous découvrons que Jésus lance constamment des appels. A de nombreuses personnes, il leur a tout simplement dit « suis-moi »
    Matthieu 8:22 ; 9:9 , 19;21 ; Jean 1:43 ; 21:22.

    Dans cette parabole il ne s’agit pas d’étrangers appelés à suivre Jésus, mais à des fils appelés à obéir au père qui les envoie travailler dans la vigne.
    Cette parabole s’adresse directement aux chrétiens pour sonder leurs réactions en vue de l’accomplissement de la volonté de Dieu.

    LA VIGNE
    C’est le lieu de travail et c’est dans cette vigne où il y aura des fruits. Dieu cherche l’efficacité. Il veut une récolte car il est glorifié par des fruits – Jean 15:1-8.
    La vigne est travaillée dans un seul but – la production de fruits.
    Entre l’être et le faire, il y a une différence. Dieu ne nous demande pas de faire de l’activisme, mais il ne veut pas non plus que son peuple fasse de la décoration. Pour le Royaume de Dieu la productivité est importante
    1 Corinthiens 4:20 ; Jacques 2:17,18
    Le père a une vigne qu’il veut travailler et voir fructifier. La réponse de ses deux fils sera déterminante.

    LE PREMIER FILS
    Le père demande avec tendresse, mais le fils refuse. Son premier réflexe est de dire NON.
    Pourquoi peut-on réagir négativement dans un premier temps ?
    1. La crainte – Jonas a refusé de répondre à l’appel de Dieu par crainte
    Jonas 1:1-3
    2. La rébellion – c’est le refus d’obéir à une autorité légitime – le cœur est rebelle
    Jérémie 5:23
    Cependant après réflexion, ce premier fils s’est remis en question. Il s’est repenti. La repentance est un changement de cap, un virage à 180°. C’est l’attitude que Dieu cherche – Ezechiel 18:30-32 – Actes 17:30.
    Ce premier fils qui a un tempérament difficile et réactif s’est remis en question.
    La repentance est indispensable pour faire la volonté de Dieu. Jean-Baptiste, Jésus et les apôtres l’ont prêchée – Luc 5:32 ; Actes 3:19,20 ; Actes 26:19-20.
    Par cette repentance, même les prostituées peuvent entrer dans le Royaume de Dieu
    Matthieu 21: 31,32.

    LE SECOND FILS
    Il n’est pas comme son frère, il veut faire plaisir à son père. Il dit « je veux bien Seigneur » … « oui, papa, j’vais ». Mais il n’a pas de parole. Il est mou. Il est de ceux dont Jésus parle en Matthieu 7:21.
    Les bonnes intentions et les belles paroles ne suffisent pas à Dieu. C’est l’obéissance qui compte – 1Jean 2:3-5.
    C’est comme le fumeur qui déclare à tous qu’il arrête de fumer et une heure plus tard, fouille dans la poubelle pour retrouver son paquet de cigarettes.


    Le contraste entre les deux fils est clair.
    Le premier fils représente les publicains, prostitués et gens de mauvaise vie. Par leur style de vie ils disent NON à Dieu, mais par honnêteté de cœur ils changent d’avis et se repentent. C’est eux qui entrent dans le Royaume de Dieu.
    Le second fils représente les pharisiens et les religieux. Ils ont un beau parler, mais ils font le contraire. Jésus avait souvent dénoncé cette hypocrisie religieuse Matthieu 23:1-3

    Par cette parabole, Jésus félicite ceux qui ont suivi Jean-Baptiste et qui ont répondu à sa prédication de repentance, mais ces mêmes religieux qui se sont opposés à Jean-Baptiste et à son message au Jourdain sont dévoilés – Matthieu 3:1-8
    La parabole des deux fils pourrait être résumée dans la déclaration de Jean-Baptise aux pharisiens – « Produisez- donc du fruit digne de la repentance »
    Matthieu 3:8

    LE TROISIEME FILS
    Mais où est-il ? C’est celui qui raconte l’histoire. Le troisième fils est Jésus lui-même. Il n’est ni comme le premier, ni comme le second.
    Il dit OUI au Père et il fait selon son engagement.
    Dans le jardin de Gethsémané le Père lui dit « mon enfant va travailler aujourd’hui dans ma vigne ». Jésus a dit OUI et le lendemain il a accepté de mourir sur une croix – Matthieu 26:42

    Quand le Père nous demande d’aller travailler dans sa vigne que notre
    OUI soit OUI. – 2 Corinthiens 1:17,18

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LE CLONAGE, LA BIBLE QU’EN DIT-ELLE ?

     


     

    La question du clonage touche à des questions d’éthiques fondamentales.
    Jusqu’à quel point l’homme peut-il trafiquer les lois de la nature? Y-a-t-il des limites à ne pas dépasser ? L’homme peut-il chercher à produire un surhomme ?
    Ces questions étaient d’actualité lorsque, dans les années 30, en Allemagne, Hitler voulait une race germanique supérieure en éliminant les gens non désirables et en produisant des hommes et des femmes parfaits.

    Modifier l’être humain génétiquement est d’autant plus complexe comme question, du fait que nous acceptons comme normales et bénéfiques des interventions pour contrôler ce qui est naturel, tel que la contraception, des traitements médicaux de tous genres et même l’élevage contrôlé d’animaux tels que les chevaux.

    Evidemment la Bible ne parlera pas directement du clonage, mais quels sont les principes qui nous permettent d’arriver à une position biblique sur cette question ?

    L’HOMME, UN CAS PARTICULIER
    La Bible déclare que Dieu a créé l’homme comme ultime étape de la création de la terre. Ce qui démarque l’homme des animaux crées précédemment vient du fait que Dieu a crée l’homme à son image et avec une âme, une dimension spirituelle – Genèse 1:26,27 ;
    Genèse 2-7 ; Genèse 5:1;2.
    Donc, ce qui pourrait être acceptable en ce qui concerne les animaux, ne le sera pas forcément pour l’homme.

    RESPECT DU CRÉATEUR
    Avec l’achat d’un appareil il y a une notice qui demande à l’acquéreur de respecter des règles de fabrication. Le bricoleur qui se croit au-dessus du fabricant et qui ne respecte pas ladite notice met en péril l’appareil. Il en est de même pour un véhicule, il est préférable de le faire réparer par le concessionnaire.
    La Bible présente l’homme non pas comme un produit de la science et de la nature mais en tant qu’une création divinement conçue et réalisée – Job 10:8 ; Psaume 119:73 ; Psaume 139:13-16.
    L’homme n’est pas le fabricant de l’homme – Psaume 100:3. Même au XXIième siècle, nous restons émerveillés devant le processus de la procréation que nous pouvons constater sans pouvoir l’expliquer – Ecclésiaste 11:5.
    L’homme qui respecte son créateur ne peut se substituer à lui et remplacer ses lois lorsqu’il s’agit de la procréation.

    DIEU CONFIE A L’HOMME UNE RESPONSABILITÉ
    Le Psaume 8 nous présente le rôle de l’homme dans la création. Dieu lui a attribué une place en dessous de lui-même, mais lui donne une couronne pour régner sur toutes les œuvres de Dieu – v 5,6.
    Dés sa création l’homme se voit confier cette responsabilité – Genèse 1:28:29.
    Cette même charge est confirmée à Noë après le déluge pour la nouvelle population de la terre – Genèse 9:1-2.
    Le principe fondamental que nous découvrons dans ces textes, est que l’homme ne doit pas subir la nature créée par Dieu mais la dominer. Dieu l’invite, donc, à intervenir afin de canaliser la nature pour le bien.
    Ceci, non seulement, ouvre la voie à la médecine et à la science mais également à toutes œuvres nécessaires au bien-être de l’homme sur la terre – Job 28:10,11.
    L’homme peut, donc, créer un réservoir pour contrôler un fleuve..
    SOUS LES PIEDS DE L’HOMME
    Mais l’homme peut-il aller jusqu’au clonage génétique de l’être humain ?
    Dieu a créé la nature qui subit la corruption et la faiblesse, après la chute de l’homme par la rébellion – Genèse 3.
    L’homme est gérant de cette nature. Il est appelé par Dieu à la maîtriser… à la mettre « sous ses pieds » – Psaume 8:6-8.
    En faisant référence à ce passage dans les psaumes, l’auteur de l’Epître aux Hébreux explique que si potentiellement Dieu a mis toute sa création sous les pieds de l’homme, manifestement, toutes choses ne lui pas encore soumises.
    Le dernier ennemi à maîtriser est « la mort » – 1 Corinthiens 15:26,27.

    LES CONCLUSIONS QUE NOUS POUVONS TIRER
    1. L’homme est une créature de Dieu
    2. L’homme tout en faisant partie de la création est au-dessus de cette dernière
    3. Dieu a confié à l’homme la responsabilité de dominer sur les forces de la nature
    4. Tout doit cheminer dans le sens de la victoire sur la mort qui sera seulement vaincue définitivement par la résurrection des morts le dernier jour –1Corinthiens 15:54-57
    5. La science et la médecine ont toute leur légitimité devant Dieu dans cette charge de dominer sur la création
    6. L’homme ne peut prendre la place de Dieu comme créateur de la nature.

    Pour toutes ces raisons nous pouvons faire la distinction entre un programme d’in vitro pour aider un couple à avoir un enfant et le clonage, la fabrication d’un être humain sur mesure. Le premier respecte la responsabilité de l’homme, le second usurpe la responsabilité de Dieu.
    Un dernier mot : évidemment aux différentes époques où la Bible a été écrite, le clonage était inimaginable, cependant, il y a dans la loi que Dieu a confiée à Moïse quelques indications que Dieu ne veut pas que l’homme trafique avec sa création.
    – Lévitique 19:19 – Deutéronome 22:9.

    Si aujourd’hui nous ne sommes plus « sous la loi », il est important de prendre conscience que Dieu ne donne pas à l’homme un chèque en blanc pour faire n’importe quoi au niveau de Sa création.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  
    LA PEINE DE MORT

    Dans l’Ancien Testament de la Bible il y a un paradoxe. L’un des dix commandements déclare catégoriquement « tu ne tueras point » – Exode 20:13.
    Cependant dans le chapitre suivant, nous apprenons que Dieu établit la peine de mort sous certaines conditions.
    Donc, selon l’ancienne alliance que Dieu fait avec l’homme et la loi transmise à Moise, l’homme ne peut pas prendre la vie d’un autre, sauf si ce dernier commet des actes qui selon Dieu mérite la mort. Dans ce cas, la culpabilité devait être confirmée par au moins deux ou trois témoins et la sentence était exécutée par les autorités.
    – Deutéronome 17:6
    Les conditions dans l’Ancien Testament pour lesquelles un homme serait mis à mort sont les suivantes :

    1. Frapper un homme mortellement – Exode 21:12
    2. Frapper son père ou sa mère – Exode 21:15
    3. Dérober un homme et le vendre comme esclave – Exode 21:16
    4. Maudire son père ou sa mère – Exode 21:17
    5. Etre le propriétaire prévenu d’un bœuf qui tue un être humain – Exode 21:29
    6. Pratiquer la magie – Exode 22:18
    7. Coucher avec une bête – Exode 22:19
    8. Offrir des sacrifices à d’autres dieux – Exode 22:20
    9. Etre un homme ou une femme adultère – Lévitique 20:10
    10. Coucher avec sa belle-mère – Lévitique 20:11
    11. Coucher avec sa belle-fille – Lévitique 20:12
    12. Etre un homme qui couche avec un homme – Lévitique 20:13
    13. Etre possédé par l’esprit d’un mort ou un esprit de divination– Lévitique 20:27
    14. Blasphémer le nom de Dieu – Lévitique 24:16
    15. Profaner le Sabbat– Exode 31: 14 ; Nombres 15:32-36
    16. L’étranger qui se rapproche du tabernacle – Nombres 1:51
    17. Celui qui incite à servir d’autres dieux– Deutéronome 13:6-9
    18. Une jeune femme qui perd sa virginité – Deutéronome 22:20,21

    Ces actes sont appelés « des crimes dignes de mort »

    Donc, selon la loi de Moïse, nous pouvons regrouper les actes qui mériteraient la peine de mort sous plusieurs catégories :
    Le meurtre, l’idolâtrie et la sorcellerie, les dérèglements sexuels, déshonorer ses parents, déshonorer Dieu.

    Aujourd’hui certains états islamiques appliquent la peine de mort pour plus ou moins les mêmes actes. Certains états des USA appliquent la peine de mort uniquement quand il y a meurtre et ceci non pas pour des raisons religieuses mais comme dissuasion.


    Œil POUR ŒIL
    La peine capitale qui a été pratiquée dans de nombreux pays occidentaux jusqu’à la deuxième guerre mondiale était basée sur le principe en Deutéronome 19:20-21
    « œil pour œil, dent pour dent » et « vie pour vie » – Exode 21:23.

    LA REPONSE DE JESUS
    Jésus va créer une révolution au niveau de cette forme de justice en appuyant sur ce même texte – Matthieu 5:38-45.
    Au lieu d’une rétribution « œil pour œil » Jésus demande à ses disciples de répondre à la méchanceté avec amour, bénédiction et la prière afin que nous soyons « fils de votre père qui est dans les cieux ».
    Dieu a changé !
    Il ne répond plus dans le Nouveau Testament à la méchanceté des hommes comme dans l’Ancien Testament et Jésus veut que nous soyons comme Dieu.
    Jésus a lui-même levé la peine de mort que méritait la femme prise en flagrant délit d’adultère– Jean 8: 3-11.
    Il est aussi l’exemple parfait de l’aspect le plus terrible de la peine capitale – l’exécution d’une personne innocente. Il a même été innocenté avant l’exécution par le gouverneur Ponce Pilate – Luc 23:15.

    MAIS PAUL …
    Il y a deux contre arguments qui doivent être avancés dans un souci d’objectivité par rapport à l’enseignement du Nouveau Testament.

    Premièrement Paul qui a tant façonné la pensée des premiers chrétiens par ses enseignements semble approuver la peine de mort comme ultime justice des hommes.
    Il possède à la fois la culture romaine et juive qui l’une comme l’autre acceptaient comme monnaie courante l’exécution de criminels condamnés par la justice. Avant sa conversion il participait activement à la mise à mort des chrétiens se basant sur
    Lévitique 24:16 et Deutéronome 13:6:9. – voir Actes 7:54-60.
    Pendant cette période de sa vie, Paul, appelé Saul de Tarse, approuvait pleinement ce chatiment pour des raisons religieuses – Actes 26:9-11; Galates 1:13,14.
    En tant qu’apôtre prêchant l’Evangile, Paul parait maintenir son soutien de la peine capitale – Actes 25:11

    Deuxièmement l’erreur de justice est l’argument le plus souvent avancé pour la suppression de la condamnation à mourir pour son crime. Pour une société civilisée et éclairée qui se félicite de sa mise en valeur de la dignité humaine, la chaise électrique est barbare. Or, nous assistons aujourd’hui plutôt à une dégradation alarmante de tout de qui est bon et honnête. Le laxisme ne favorise pas le bien mais le mal. Paul de nouveau semble approuver la peine de mort comme châtiment acceptable dans une société quand il parle du rôle de la justice des hommes – Romains 13.1-4.

    La conclusion donc de l’Apôtre Paul est la suivante :
    Si on ne fait pas le bien pour des raisons de conscience au moins on le fera pour des raisons de crainte de la punition.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L'INCINÉRATION FUNÉRAIRE OU ENTERREMENT,
    LA BIBLE QU’EN DIT-ELLE ?

     


     


    Incinération ou crémation du corps plutôt que l’enterrement comme moyen de disposer du corps d’un défunt est une question de société qui se pose de plus en plus. En 2002 l’incinération a concerné environ 20% des décès en France. Un récent sondage Sofres (8 octobre 2003) révèle que 40% des personnes interrogées ont exprimé une préférence pour l’incinération.

    Pour le chrétien qui souhaite avoir une position reflétant celle de la Bible, Parole de Dieu, deux problèmes se posent :
    1. L’incinération du corps du défunt n’est-il pas un manque de respect, un déshonneur porté au corps, création de Dieu ?
    2. La destruction des ossements par le feu n’aurait-il pas des conséquences sur la résurrection du corps le dernier jour ?

    CEUX QUI SONT CONTRE L’INCINÉRATION
    Les arguments de ceux qui s’opposent à l’incinération en faisant appel à la Bible sont les suivants :

    1. Le corps de Jésus lui-même a été placé dans une tombe. De cette tombe il est ressuscité. – Matthieu 27:57-60.
    2. Dans la prophétie d’Ezékiel, l’armée est ressuscitée à partir des ossements
    – Ezekiel 37:1-4.
    3. Paul n’a-t-il pas écrit parlant du corps « Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, (le corps du chrétien) Dieu le détruira » –1Corinthiens 3:17.
    4. La résurrection des morts concerne ceux qui sont dans les sépulcres
    – Jean 5:28,29.
    5. Le feu est une image du jugement de Dieu dans la Bible – Genèse 19:24.

    LA LOI DE MOISE
    Dans la loi que Dieu a donnée à Moise, il y a des prescriptions sur de nombreux domaines de la vie :
    l’alimentation, l’accouchement d’un enfant, le traitement d’un malade, les relations, la sexualité, l’hygiène, les salaires, les crédits, la retraite.
    Etonnement il n’y a aucune directive sur comment disposer du corps du défunt. Dieu ne semble pas s’intéresser particulièrement à cette question.
    Dans son évangile, Jean appelle les pratiques funéraires des juifs des « coutumes »
    – Jean 19:40.
    Il fait allusion à l’ensevelissement du corps. Une personne riche et importante était même embaumée pour mieux le préserver.
    Les pauvres étaient mis dans des cimetières publics.
    Les « coutumes » n’ont pas une dimension sacrée et inviolable.

    LA POUSSIÈRE ET LA RÉSURRECTION
    L’homme a été créé par Dieu de la poussière – Genèse 2:7.
    Son corps est appelé non pas à rester des ossements, mais à redevenir poussière
    – Genèse 3:19 ; Psaume 103:14 ; Ecclésiaste 3:20.
    La préservation du corps ou de ses ossements n’est pas dans la logique de Dieu. .

    La résurrection ne peut pas dépendre de la façon dont le corps a été déposé ou ce qu’il devient.
    Ceci est évident dans le passage concernant la résurrection du corps dans
    – 1Corinthiens 15
     Le corps meurt (est semé) corruptible, il ressuscite incorruptible v42
     Le corps meurt méprisable, il ressuscite glorieux v43
     Le corps meurt infirme, il ressuscite plein de force v43
     Le corps meurt un corps naturel, il ressuscite un corps spirituel v44
     Le premier homme est tiré de la terre, le second est du ciel v47
     Le corps porte l’image du terrestre, nous porterons l’image du céleste v49.


    Paul présente avec grande clarté que la résurrection ne dépend ni de l’état du corps au moment de la mort, ni de ce qui reste du corps après la mort.

    Sa conclusion : la chair et le sang ne peuvent hériter le Royaume de Dieu, la corruption n’hérite pas l’incorruptibilité v 50.

    LES IMAGES BIBLIQUES DU CORPS
    Quand Paul parle du corps comme temple de Dieu, ne parle-t-il pas du chrétien pendant son vivant ? Une fois mort, le corps n’est plus le temple de Dieu parce que l’Esprit du Seigneur le quitte – Ecclésiaste 12:7 ; Luc 23:46.

    La tente détruite – 2 Corinthiens 5:1-4
    Paul le fabricant de tente – Actes 18:3 – comprenait à quel point une tente pouvait s’user et être détruite. De nouveau, il explique que « la demeure éternelle » n’a aucun rapport avec l’état de « la tente ».

    Le vase de terre – 2Corinthiens 4:7
    Le vase de terre est fragile. Sa seule force et valeur viennent du trésor qui l’habite. Une fois le trésor retiré, le vase n’a pas de valeur.

    L’herbe – Esaie 40:6-8
    Le corps est comme l’herbe et la fleur. L’herbe sèche et la fleur tombe. C’est fini.

    Le feu
    Tandis-qu’il est vrai que la Bible présente Dieu qui déverse son jugement par le feu, l’image du feu parle également de purifier – Psaume12:6 ; Malachie 3:2,3 ;
    1Pierre 4:12 ; 1Corinthiens 3:13.
    Il ne faut pas pousser un symbole trop loin. Le chrétien doit-il se priver d’une bonne merguez cuite au barbecue parce que Dieu a jugé Sodome et Gomorrhe par le feu ?


    CONCLUSION
    S’il est possible de formuler certains arguments pour l’enterrement plutôt que l’incinération à partir de quelques textes bibliques ce qui doit être reconnu, c’est que la Bible n’impose pas l’enterrement et n’interdit ni directement, ni indirectement l’incinération du corps du défunt.
    La décision appartient donc à la conscience individuelle.

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • LE TERRORISME, LA BIBLE QU’EN DIT-ELLE ?

     


     


    Le terrorisme, comme le mot le laisse entendre, est la tentative de semer la peur par le moyen de la violence.
    Il y a deux motivations qui font naître des actes terroristes.
    Premièrement, il y a simplement le désir de créer un état de panique dans la population sans objectif particulier. Ceci a été le cas dans le Maryland aux USA en 2002 quand deux snipers ont tué plusieurs personnes sans motifs.
    L’autre expression est beaucoup plus répandue. C’est le désir d’imposer ses idéaux aux autres en les faisant plier par la peur que la violence engendre.
    Pour des objectifs politiques, surtout depuis la fin de la guerre froide, il y a eu d’innombrables détournements d’avions, enlèvements et séquestrations d’individus, attentats à la bombe et aux armes, attentats suicides, attentats chimiques, assassinats et tentatives d’assassinats.
    Une forme banale de terrorisme c’est la façon agressive dont certains automobilistes conduisent. Ne respectant en rien les distances, ils menacent la voiture devant pour la faire dégager. La violence pour faire peur et dominer l’autre existe partout !

    AU NOM DE LA RELIGION
    Quand cette violence pour provoquer la terreur se fait au nom d’un Dieu ou d’une religion, le but est d’imposer aux autres ce qui est perçu comme étant la volonté de Dieu.
    L’événement qui restera dans l’histoire de l’humanité comme référence de tout acte terroriste motivé par la haine religieuse est certainement la destruction des deux tours du World Trade Center à New-York USA, le 11 septembre 2001. Des jeunes fanatiques islamistes, au nom de leur dieu, ont tenté de détruire un symbole du capitalisme américain qualifié de « grand satan ».

    QUELQUES ACTES TERRORISTES DANS LA BIBLE
    La campagne de terreur dans la Bible la plus remarquable pour faire pression sur un individu vient d’une source stupéfiante. C’est Dieu lui-même qui veut faire plier la volonté du Pharaon afin qu’il libère le peuple d’Israël de l’esclavage en Egypte.
    – Deutéronome 34:10-12.
    Dieu l’a fait par l’intermédiaire de ses deux « terroristes », Moïse et Aaron et leurs armes étaient la foi, l’autorité de Dieu et la puissance de Dieu manifestées par les 10 plaies .
    – Exode 7:14-12:36.

    SATAN LE PREMIER DES TERRORISTES
    Il veut détruire par des catastrophes – Job 1
    Il veut également détruire par des mauvaises pensées et des pressions
    – 2Corinthiens 10:5.

    Paul lui-même, avait été bafoué par un terroriste diabolique
    – 2Corinthiens 12:7-10
    Ephésiens 6 est la réponse de Dieu au terrorisme de Satan.
    Le chrétien doit résister dans les mauvais jours plaçant le casque du salut sur sa tête pour la protéger ainsi que toute l’armure de Dieu– v10-17.
    Les traits sataniques sont des pensées négatives décourageantes.
    La flèche atteint sa cible mais c’est la flamme qu’elle porte qui fait le plus de dégâts.
    La réponse de Dieu est le bouclier de la foi. La flèche pique « tu as un passé très lourd », la flamme se répand « Comment Dieu pourrai-il se servir de moi ».
    Mais elle frappe le bouclier de la foi « il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ » – Romains 8:11
    La flèche du terroriste satanique tombe à terre.

    FACE A LA MENACE TERRORISTE
    Il y a les attentats au suicide provoqués surtout par de jeunes extrémistes qui ne sont pas seulement prêts à mourir, mais souhaitent le martyr pensant recevoir l’honneur des hommes et les grandes récompenses du ciel.

    En réalité, l’inverse est vrai pour le meurtrier –1Jean3:15.
    Certains dans la Bible ont réellement été victimes du terrorisme.– Job 30:9-15. David : Psaume 55:4-8 ; Paul : 2Corinthiens 11:26.
    Il y a également toutes ces formes plus ou moins subtiles pour essayer de faire plier l’autre par la violence et la peur, l’agression physique, le harcèlement moral, les paroles destructrices, l’humiliation, l’intimidation. L’homme moderne est devenu un terroriste latent avec ou sans sa religion.

    LA REPONSE DE DIEU AU TERRORISTE
    Il nous invite à demeurer sous son abri – Psaume 91:1,5,6.
    Un chrétien peut-il être victime d’un attentat ? Hélas, oui, mais il peut vivre sans crainte de l’attentat.
     La réponse de Jésus « ne craignez pas ceux …. » – Matthieu 10:28.
     La réponse de Paul « sans vous laisser aucunement … »
    – Philippiens 1:27,28.
     La réponse de Hébreux « que peut me faire … » – Hébreux 13:5,6.
     La réponse de Pierre « N’ayez d’eux aucune crainte »– 1Pierre 3:13-15.

    Le terrorisme est une des expressions du mal le plus primaire – violence, haine, arrogance, indifférence quant à la souffrance. Le chrétien face à ce fléau n’est pas appelé à avoir peur pour sa vie, mais à avoir l’amour pour cet ennemi de tout ce qui est bon.
    Heureusement que dans Romains:5:5 nous apprenons que nous avons les ressources spirituelles d’amour pour un tel ennemi.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LA LAĪCITÉ , LA BIBLE QU’EN DIT-ELLE ?

     


     


    Une société laïque est essentiellement celle qui veut évoluer sans la domination des lois, traditions et cultures imposées par la religion quelle qu’elle soit.
    Les domaines qui sont particulièrement sensibles sont les pouvoirs politiques, l’administratIon, l’éducatIon, mais aussi la santé publique, les médias, le milieu professionnel.

    L’ÉGLISE ET L’ÉTAT
    L’histoire de la France est marquée par la chrétienté et la toute puissante influence de l’église catholique sur le pouvoir et la société. Ce n’est pas pour rien que la France portait le titre « la fille aînée de l’église ». Quand la monarchie a été renversée par la révolution française en 1789 l’autorité politique de l’église a beaucoup baissé . Pendant le 19ème siècle, les philosophes humanistes et les découvertes scientifiques ont contribué à creuser un fossé entre l’église et l’état et finalement ce processus a conduit à une loi adoptée en 1905, par laquelle la société française devenait laïque, l’église ne pouvant plus réclamer un rôle politique.
    Deux tendances se sont révèlées ces dernières années.
    Premièrement une laïcité qui, prônant la tolérance et la liberté d’expression pour toutes religions, est devenue une laïcité hostile à la foi chrétienne et intolérante de ceux qui voulaient jouir de la liberté du culte. Les médias et la crainte des sectes en sont largement responsables.
    Deuxièmement, la montée de l’Islam qui refuse l’intégration dans une société républicaine et laïque suscite une vive réaction de vouloir défendre le principe d’une société laïque et libre des pressions religieuses.
    Aujourd’hui, le port du voile islamique à l’école focalise l’attention sur le conflit entre la libre expression de la religion et la défense de la laïcité.

    ISRAEL – UNE THÉOCRATIE DEVENUE ÉTAT LAĪQUE
    Le peuple d’Israël a pris forme pendant la période d’esclavage en Egypte. Quand Moïse l’a fait sortir d’Egypte, il a reçu la loi directement de Dieu, une loi qui façonnerait tous les domaines de la vie de ce peuple. Il est clair que Dieu voulait être lui-même le dirigeant, le berger de son peuple.
    La nomination du roi Saul n’était pas souhaitée par Dieu – 1Samuel 8.
    Au fil des siècles, jusqu’à la venue de Jésus, Israël était dominé par la loi de Moïse, ainsi que par les dirigeants religieux. Cependant, l’Israël du XXI ème siècle est devenu une société laïque dans laquelle les juifs orthodoxes forment un ou plusieurs partis politiques qui cherchent à influencer le débat public au même titre que les autres partis.

    L’ÉGLISE – PRIMITIVE ET CELLE DE L’ÉTAT
    L’église du Nouveau Testament possédait une puissance spirituelle, mais n’avait aucun poids politique. Elle a été contestée et persécutée par les chefs des juifs et sous plusieurs empereurs romains.
    L’église primitive n’était pas une menace à une laïcité, mais à l’emprise des religions sur le peuple.
    Avec la conversion de l’empereur Constantin, en 325, l’église chrétienne est sortie de l’ombre et a commencé à dominer toute la société occidentale et par la suite le monde entier par les missionnaires envoyés avec l’Evangile et les colonisateurs envoyés par les rois.

    L’Eglise catholique est devenue dans de nombreux pays l’église de l’état. Avec la Réforme lancée en 1517, en Allemagne, une même tendance s’est révélée. Dans certains pays dits protestants, une église de l’état a été établie.

    DIEU VEUT-IL LA LAĪCITÉ ?
    C’est une question fondamentale. Finalement deux questions doivent être posées.
    1. Dieu, veut-il établir un pouvoir et une culture chrétienne sur la société afin que la population soit obligée de lui obéir et de le servir ?

    2. Dieu, veut-il une société tolérante qui permet à ceux qui veulent lui obéir et le servir de le faire en toute liberté ?
    La réponse est évidente, mais comment la justifier bibliquement.

    L’APPROCHE DE JÉSUS
    Jésus a eu un profond respect pour le rôle joué par l’état, en l’occurrence vis à vis de César, l’empereur romain – Matthieu 22 :21
    L’accusation principale des juifs contre Jésus devant le gouverneur Ponce Pilate était que Jésus se voulait roi des juifs, une menace à l’autorité de l’empereur.
    Pilate a refusé la thèse d’un soulèvement contre l’état – Luc 23:1-4
    A ce même Pilate Jésus a expliqué que son Royaume n’était pas de ce monde. Il n’avait aucune aspiration au pouvoir politique – Jean 18:36.
    Il a fui toutes tentatives de l’établir comme dirigeant ou représentant du peuple
    Jean 6:15 – Luc 12:13,14
    Pour cette raison, il a repris Pierre lorsqu’il a utilisé une arme pour le défendre
    Jean 18:10,11.

    PAUL RESPECTE UNE SOCIÉTÉ LAĪQUE
    A Timothée, Paul a demandé la prière. Non pas, pour une société chrétienne, mais pour une société paisible et tranquille – c’est le meilleur contexte pour les chrétiens et l’évangélisation – 1Timothée 2:1-4.
    L’apôtre met les chrétiens de Rome devant leurs responsabilités d’obéir aux institutions de l’état et notamment « aux magistrats », un terme général qui peut s’appliquer à des gouverneurs et des officiers de la justice et de la police. Il fait même référence aux services fiscaux ! – Romains 13:1-7.
    Plutôt que de donner l’impression de désobéissance civile ne voulant « obéir » uniquement qu’à Dieu, Paul appelle les autorités civiles des serviteurs de Dieu avec une autorité venant de Dieu.
    A Tite, Paul souligne de nouveau sa confiance dans un état laïc – Tite 3:1-2.
    Quand Paul a été injustement traité par des agents de l’état, il n’a pas hésité à jouer la carte de sa citoyenneté romaine pour s’en sortir – Actes 22:22-29.
    Paul avait confiance dans le système et n’hésitez pas à l’exploiter quand il le fallait.

    PIERRE ABONDE DANS LE MEME SENS
    Avec la déclaration de l’apôtre Pierre dans 1Pierre 2:13-17, il est clair que l’église primitive avait un profond respect pour l’état et les autorités civiles. « Honorez le roi, écrit-il, et ses gouverneurs ».
    Ces instances sont en place pour défendre le bien et lutter contre le mal. Une société laïque qui se bat pour le bien contre le mal mérite le respect des chrétiens « à cause du Seigneur ».
    Verset 17, résume nos responsabilités.
     La crainte (profond respect) pour Dieu
     L’amour pour les frères
     Honneur pour le roi (et toutes les autorités)
     Honneur pour tout le monde

    L’ÉGLISE DANS UNE SOCIÉTÉ LAĪQUE
    Le mot grec traduit « église » est EKKLESIA qui signifie littéralement « ceux qui sont appelés à sortir ».
    Les chrétiens sont donc une nation dans une nation.
    Jésus a dit des chrétiens « ils sont dans le monde … mais ils ne sont pas du monde » Jean 17:11,16

    L’église doit accepter sa relation avec le monde et son rôle à jouer comme sel de la terre, une ville sur une montagne – Matthieu 5:13,14
    Elle n’essaiera pas de dominer la société, mais de prêcher l’évangile, d’amener des âmes à Christ et faire avancer le Royaume de Dieu dans les cœurs.

    Une vraie laïcité est un partenaire et non un adversaire à l’Evangile, le laissant s’exprimer avec respect et en toute liberté.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L’EUTHANASIE, LA BIBLE QU’EN DIT-ELLE ?

     


     

    L’euthanasie est généralement comprise comme étant l’acte d’assister une personne qui souhaite mourir à se donner la mort. La question de laisser mourir ou de provoquer la mort de quelqu’un qui ne peut plus faire ce choix est également impliqué dans ce débat.

    Il est important que l’euthanasie ne soit pas confondu au meurtre qui est l’acte de prendre la vie de quelqu’un qui ne souhaite pas mourir et au suicide qui est l’acte de se donner la mort soi-même.
    Parce que la médecine et la technologie permettent de maintenir des personnes en vie plus longtemps cette question est de plus en plus brûlante dans notre société. Le fait que l’occident abandonne ses racines judéo-chrétiennes et sa moralité a fait de l’euthanasie un des chevaux de batailles de ceux qui veulent changer l’ordre moral.

    DES EXEMPLES BIBLIQUES
    1. La mort de Saul –1Samuel 31:1-4
    Il est griévement blessé et tombera dans les mains des Philistins. Celui qui portait ses armes a refusé de de lui donner la mort. Saul s’est donné la mort lui-même.
    A noter : dans 2Samuel 1:1-16, nous avons une autre version de la mort de Saul dans laquelle l’euthanasie aurait eu lieu. Il s’agit certainement d’une fausse version racontée par l’Amalécite qui espérait être félicité pour son geste. Ce soi-disant acte d’euthanasie lui a coûté la vie.

    2. La mort de Abimélec – Juges 9:50-55
    Il est un homme méchant blessé au combat. Il demande la mort à son porteur d’armes qui le transperça avec son épée.
    Dans ces deux cas nous avons des hommes qui en rien n’avait une attitude spirituelle face à la mort.

    DES HOMMES DE DIEU DEMANDENT LA MORT A DIEU
     MoÏse a demandé à Dieu de le prendre à cause de la pression du peuple
    Nombres 11:15.
     Eli a demandé la mort parce qu’il était déprimé face à l’opposition– 1Roi 19:4.
     Jérémie aurait souhaité mourir avant sa naissance à cause de l’opposition du peuple à ses prophéties – Jérémie 20:17.
     Jonas a demandé à Dieu la mort par caprice – Jonas 4:3:8.
     C’est surtout Job dans sa profonde souffrance physique et morale qui a demandé la mort – voir Job 3:11,20-22; 6:8-9; 7:15.

    Evidemment, Dieu a le pouvoir de la vie et de la mort – Deuteronome 32:39.
    Il a néanmoins refusé chaque demande d’assistance pour mourir.
    La pression du travail, la dépression, l’opposition, ni même la souffrance n’ont été des raisons suffisantes pour prendre une vie.

    Moïse finira par avoir une belle mort aux portes de la terre promise.
    Eli n’allait pas connaître la mort. Il sera l’un des deux hommes à quitter la terre sans mourir.– voir 2Rois 2:11 – l’autre est Hénoc – Hébreux 11:5.
    L’Ancien Testament ne nous éclaire pas sur comment Dieu a repris à lui les prophètes Jérémie et Jonas.
    Job, quant à lui, a été rétabli dans son premier état et il a reçu le double de ce qu’il avait avant que Dieu ne le prenne – Job 42:10.

    NOUS POUVONS TIRER QUELQUES CONCLUSIONS
    L’homme ne détient pas la puissance de la vie et la mort – Ecclesiaste 8:8.
    L’euthanasie dans la Bible a été demandée par des hommes qui n’étaient pas spirituels
    Dieu a refusé d’assister à faire mourir ceux qui le lui ont demandé directement.
    Les motifs de dépression, opposition, pression ou souffrances physiques ou morales n’ont pas suffi pour que Dieu accorde une mort anticipée.

    ET LE SOUHAIT DE PAUL ?
    Paul a exprimé aux Corinthiens le désir de mourir –2Corinthiens 5:8
    En lisant le contexte de cette déclaration nous découvrons non pas un homme qui veut fuir la vie mais qui a une telle perspective de la gloire éternelle qu’il exprime son ardent souhait d’entrer dans cette gloire.
    Un chrétien peut-il demander la mort à Dieu ? Même s’il le fait, Dieu ne l’écoutera pas.

    LA FACON SPIRITUELLE DE SURMONTER LES EPREUVES DE LA VIE
    Le Seigneur veut nous communiquer la foi pour remporter des victoires devant nosennemis et nos difficultés – 1Jean 5:4.
    Paul a vécu toutes les calamités qui pouvaient pousser une personne à demander la mort …tribulations, angoisses, persécutions, faim, nudité, périls et épée – Romains 8:35.
    Cependant, il n’a jamais perdu son attachement et sa confiance dans l’amour de Christ.
    Il en est sorti chaque fois « plus que vainqueur » – Romains 8:35-39.
    « être vainqueur » – c’est avoir triomphé après le combat; « plus que vainqueur » c’est triompher au cœur du combat.

    MAIS QUELQUES QUESTIONS DEMEURENT
     Si nous pouvons accepter la légitimité de contrôler la naissance par la contraception pourquoi ne serait-il pas légitime de contrôler la mort ?

     Comment peut-on demander à une personne de mourir naturellement dans une souffrance épouvantable quand les médicaments ont contribué à prolonger sa vie et donc sa souffrance ?

     Si dans certaines situations exceptionnelles des cas désespérés ont connu une guérison inexpliquée nombreux sont les cas condamnés par la médecine qui finissent leurs jours dans l’agonie la plus totale. La possibilité d’un retournement exceptionnel devrait-il déterminer ce qui s’applique en règle générale ?

    A ces questions complexes, nous n’avons pas de réponses faciles. Finalement, si la loi du pays le permet, une décision devient une question de conscience.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L’AVORTEMENT, QU’EN DIT LA BIBLE ?

     


     


    Pour la personne qui s’inspire de la Bible pour sa vie les 10 commandements présentés dans Exode 20:7-17 sont à la base de sa moralité et éthique.

    Le 5ème commandement est tout simplement « Tu ne tueras point ». Plusieurs questions de société sont touchées par cet ordre que Dieu a donné à Moïse pour le peuple d’Israël. Il y a les questions de meurtre, suicide, terrorisme, guerre, peine de mort, euthanasie, et l’avortement, également appelé IVG (interruption volontaire de grossesse).

    Pour ce sujet qui divise surtout les pays occidentaux depuis plus de trente ans, la question fondamentale est à quel moment, à partir de la conception, peut-on parler de prendre une vie humaine.

    DIEU QU’EN PENSE T-IL ?

    Dieu perçoit-il la conception ou la fécondation d’un ovule par le sperme comme le début de la vie humaine ou comme simplement une première étape biologique laquelle éventuellement produira un être humain ?

    Les passages bibliques suivants répondent à cette question

    Job 10: 8-11 – Tu m’as revêtu de peau et de chair, tu m’as tissé d’os et de nerfs

    Job 31:15 – Celui qui m’a crée dans le ventre de ma mère ne les a-t-il pas créé ? Le même Dieu ne nous a-t-il pas formés dans le sein maternel.

    Psaumes 22:11 – Dès le sein maternel j’ai été sous ta garde, dès le ventre de ma mère tu as été mon Dieu.

    Psaumes 139:13 – C’est toi qui as formé mes reins, qui m’a tissé dans le sein de ma mère.

    Psaumes 139:16 – Quand je n’étais qu’une masse informe tes yeux me voyaient et sur ton livre étaient tous inscrits les jours qui m’étaient donnés avant qu’aucun d’eux existe.

    Ecclésiaste 11:5 – Comme tu ne sais pas quel est le chemin du vent ni comment se forment les os dans le ventre de la femme enceinte, tu ne connais pas non plus l’œuvre de Dieu qui fait tout.

    Jérémie 1:5 – Avant que je t’ai formé dans le ventre de ta mère je te connaissais et avant que tu sois sorti de son sein, je t’avais consacré, je t’avais établi prophète des nations.

    Zacharie 12:1 – Ainsi parle l’Eternel qui a étendu les cieux et fondé la terre et qui a formé l’esprit de l’homme au-dedans de lui.

    Luc 2:21 – On lui donna le nom de Jésus, nom qu’avait indiqué l’ange avant qu’il soit conçu dans le sein de sa mère.

    Gallates 1:15 – Mais lorsqu’il plut à celui qui m’avait mis à part dès le sein de ma mère et qui m’a appelé par sa grâce…

    LES CONCLUSIONS QUE NOUS POUVONS TIRER
    1. Avant la conception, Dieu connaît déjà la personne – Jérémie 1:5
    2. Avant la conception, Dieu connaît le nombre de jours que la personne vivra
    Psaumes 139:16
    3. Avant la conception l’appel de Dieu sur la vie d’une personne est établi..
    Luc 2:21
    4. Le processus de la conception à l’enfant tout formé dans le ventre de sa mère est une œuvre de Dieu – Job 10:11; Job 31:15; Psaumes 139:13; Ecclésiaste 11:5
    5. Avorter serait interrompre une œuvre de Dieu et de briser le plan de Dieu pour la vie de cette personne.

    LES QUESTIONS PLUS COMPLEXES
    1. Quand la vie de la mère est en danger
    2. Quand l’enfant naîtra avec des handicaps
    3. Les autres motifs avancés pour justifier un avortement : le viol, l’inceste, les problèmes économiques, une mère mineure ….

    Ayant bien posé les bases bibliques et dans le plein respect de celles-ci,
    un conseiller chrétien devra faire appel à toute la compassion et la sagesse de Dieu pour aider des personnes confrontées à ces différentes situations.

    ET POUR CELLE QUI DOIT VIVRE AVEC LE SOUVENIR D’UN AVORTEMENT ?
    Mettre fin à une vie humaine sauf dans quelques cas bien précis, comme la légitime défense, est une violation du 5ème commandement.
    Dans l’Ancien Testament, un meurtrier était lui-même mis à mort pour son crime
    – Nombres 35 :16
    Dans le Nouveau Testament, Jésus pardonne le meurtrier qui se repent sincèrement de son péché (voir la réponse de Jésus au malfaiteur – Luc 23:41-43)
    Même pour le pire des péchés le sang de Jésus peut laver de toute condamnation aux yeux de Dieu – Esaïe 1:18 ; 1Jean 1:7,9

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LES RELATIONS SEXUELLES HORS MARIAGE,

    QU’EN DIT LA BIBLE ?
    (2ère partie )

     


     

    INTRODUCTION
    Notre société occidentale du début du XXIème siècle a connu depuis 35 ans un changement de mœurs important. Ce bouleversement touche directement à la conception de vie de couple et celle de la famille et d’une manière plus globale à la moralité.

    Des comportements qui, il y a quelques années, étaient mal perçus sont maintenant ouvertement encouragés. Ceci est particulièrement vrai dans les relations entre garçons et filles où les rapports sexuels et le concubinage sont légitimés par de telles déclarations comme « c’est naturel », « ils s’aiment, ils se découvrent », « c’est la liberté ».
    Devant cette vague d’immoralité, le conseiller chrétien voulant aider les personnes honnêtes à vivre selon la volonté de Dieu a besoin de répondre aux questions précises avec une présentation claire de la position biblique.

    UN PROBLEME DE FOND
    Si ce même conseiller a parfois du mal à trouver des versets qui répondent aux questions d’un jeune couple qui s’aime, la raison se trouve dans la traduction française de la Bible.
    Le mot grec (langue originale du Nouveau Testament) qui s’adresse à l’immoralité sexuelle est « Pornia » ?
    Ce mot dans différentes formes pourrait être traduit par le mot peu utilisé actuellement « fornication ».
    C’est une expression qui a un sens large, englobant tout genre de manque de chasteté et tout abandon aux passions sexuelles.

    Plusieurs situations sont couvertes par ce mot « pornia »
    1. Rapports sexuels entre une prostitué et son client
    2. Rapports sexuels entre deux célibataires pour le plaisir
    3. Rapports sexuel entre deux personnes qui s’aiment sans être mariés
    4. Rapports sexuels entre deux fiancés qui se préparent au mariage
    5. Rapports sexuels entre deux personnes divorcés
    6. Rapports sexuels entre deux personnes vivant maritalement

    Ce mot couvre également tout acte d’adultère où il y a des rapports sexuels d’une personne mariée en dehors de son couple légitime et toute pratique sexuelle destinée à se faire plaisir soi-même (ce même mot grec est à l’origine du mot pornographie).

    La difficulté avec la tradition française c’est que pour éviter un mot trop peu connu comme « fornication », le mot « pornia » a été systématquement traduit par « débauche » qui n’est qu’une facette limitée de la racine.

    Le mot « débauche » évoque tout de suite l’image des orgies romaines, des prostituées, de la promiscuité, de l’hédonisme, des obsédés sexuels.

    La personne sérieuse, amoureuse, influencée par le laisser-aller de la société, ne se sent pas concernée par les versets bibliques dans la tradition française qui, malgré les apparences, s’adressent directement à son comportement.

    La personne qui veut sincèrement faire la volonté de Dieu et ne pas vivre dans le péché doit s’appuyer non pas sur la tradition française limitée dans son sens, mais sur le texte original dans lequel le Saint-Esprit a exprimé toute la puissance de la pensée de Dieu.

    QUELQUES DECLARATIONS DE LA BIBLE CONCERNANT
    LA FORNICATION

    Hébreux 13:4 « Que le mariage soit honoré de tous et le lit conjugal exempt de souillure car Dieu jugera les fornications et les adultères ».

    1Corinthiens 6:13 « Le corps n’est pas pour la fornication ».

    1Corinthiens 6:18 « Fuyez la fornication. Celui qui se livre à la fornication péche contre son propre corps ».

    Galates 5:19 « Or, les œuvres de la chair sont évidentes ce sont la fornication, l’impureté, le dérèglement… ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le Royaume de Dieu »

    Colossiens 3:5 « Faites donc mourir ce qui dans vos membres est terrestre, la fornication, les passions, l’impureté, les mauvais désirs ».

    1Thessaloniciens 4:3,5 « Ce que Dieu veut c’est votre sanctification, c’est que vous vous absteniez de la fornication, c’est que chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et l’honnêteté, sans vous livrer à une convoitise passionnée comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu »

    D’autres versets à méditer
    Matthieu 15:19 – 1Corinthiens 5:9-11 – 1Corinthiens 7:2 – 1Timothée 1:10,11
    Apocalypse 21:8 – 1Corinthiens 5:1 – 1Corinthiens 10:8 – Ephésiens 5:3-5
    Hébreux 12:15,16

    ET SI ON S’AIME … ?
    La Bible ne fait pas de distinction entre un acte de fornication motivé par l’amour et un acte de fornication motivé par le plaisir. S’aimer n’est pas le prétexte qui excuse tout. Bien au contraire. Si on aime, on souhaite protéger celui qu’on aime de tomber dans le péché.
    La question que nous devons nous poser n’est pas tellement est ce que nous nous aimons, mais est ce que nous aimons Dieu ? Est ce que notre amour pour Dieu déterminera la façon d’exprimer l’amour humain ?

    Un couple fondé sur un amour profond pour Dieu et sur le désir de lui plaire sera un couple solide, vivant dans la joie et la sécurité des vœux de mariage qui tiendront jusqu’à la mort.

    Quand on comprend l’enjeu, ne pas se conformer aux principes de ce monde moderne mais répondre au défi de la Parole de Dieu pour connaître sa bénédiction, vaut vraiment la peine.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire

  • LES RELATIONS SEXUELLES HORS MARIAGE,

    QU’EN DIT LA BIBLE ?
    (1ère partie )



    REMARQUES D’INTRODUCTION
    Avant même d’ouvrir la Bible sur ce sujet, il est important de se poser les questions suivantes :
    1-Est-ce que j’ai vraiment envie de connaître la volonté de Dieu révélée dans sa Parole ?
    2-Suis-je déterminé à obéir à la Parole de Dieu même si cela me coûte ?

    La pression dans la société aujourd’hui sur un individu pour qu’il ne vive pas selon une moralité clairement définie, les passions charnelles qui poussent sans cesse vers le péché ainsi que le combat intérieur avec la solitude peuvent très facilement convaincre le chrétien charnel que Dieu l’approuve dans un comportement qui est néanmoins une contradiction criante avec la Bible.
    Que notre profonde motivation soit celle de Jésus « Voici je viens pour faire ô Dieu ta volonté » Hébreux 10:7

    VERSET CLÉ POUR TOUTE LA BIBLE
    Genése 2:24 – « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme et ils deviendront une seule chair. »
    Cette déclaration est à la base de l’enseignement sur le mariage dans l’Ancien Testament, mais également dans l’enseignement de Jésus ainsi que de celui de l’apôtre Paul.
    A la création d’Adam et Eve, Dieu a précisé que les relations sexuelles entre un homme et une femme se situent dans le contexte d’une relation qui connaîtra trois étapes

    1. Quitter ses parents – Pendant l’enfance et la jeunesse la relation prioritaire et celle avec ses parents. Dieu a prévu que la priorité de cette relation serait remplacée lorsque devenu adulte il entre dans une relation avec un (e) conjoint (e). Pour que cela soit possible il devra « quitter » ses parents.

    2. S’attacher à une femme – Dans Genèse 2:24 le mot hébreu utilisé est « dabaq » qui signifie littéralement « se coller à » et qui évoque une relation de loyauté et de dévouement. Dans cette « attachement » les deux deviennent inséparables. Ce même mot est utilisé pour parler de la main d’Eleazar qui est restée attachée à son épée après le combat – 2Samuel 23:10.

    En citant ce verset Jésus ( Matthieu 19:5 ; Marc 10:7) et Paul (Ephésiens 5:31) utilisent le mot grec « proskollaomaï » qui signifie littéralement « coller deux choses l’une à l’autre uni par une jointure, lier ensemble ». La forme du verbe est le sens le plus fort de ce mot.

    3. Devenir une seule chair – C’est l’expression ultime de la relation entre deux personnes qui se sont « attachées » l’une à l’autre. L’engagement est consommé par l’acte sexuel. Pour Dieu, tout acte sexuel présuppose cet engagement que la Bible appelle un mariage solennel devant Dieu et les hommes possédant un caractère sacré – Matthieu 19:6. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint.

    Dans 1Corinthiens 6:16 Paul nous illustre la gravité d’un acte sexuel en dehors de cette relation de mariage.
    « Ne savez-vous pas que celui qui s’attache à la prostituée est un seul corps avec elle ? car il est dit, les deux deviendront une seule chair… ».
    Dans ce passage Paul de nouveau fait référence à Genèse 2:24. Il dit que devant Dieu une personne est liée comme dans un mariage avec celui ou celle avec qui elle a eu une relation sexuelle. Toute autre relation ultérieure prend donc sur elle un caractère d’adultère. Le péché d’adultère aux yeux de Dieu est beaucoup plus répandu que l’on puisse imaginer !
    Evidemment, Jésus pardonne l’adultère mais son pardon dépend aussi de la détermination de la personne de ne plus recommencer –Jean 8:11 et Jésus dit à la femme adultère « Je ne te condamne pas non plus, va et ne pèche plus ».

    LE JARDIN FERMÉ
    L’exclusivité qu’un époux donne à l’autre est également présentée par le livre Cantique des Cantiques comme « un jardin fermé ».
    Dans le chapitre 4 Salomon dit de sa fiancée, sa nouvelle épouse « tu es un jardin fermé » v4.
    Les fruits et arômes du jardin évoquent la joie de l’intimité d’une relation conjugale.
    La sulamithe l’invite « Que mon bien aimé entre dans son jardin » v16. Le jardin fermé de la sulamithe devient le jardin de Salomon, où ils vivront leur amour. Salomon rentre dans son jardin –Cantique des Cantiques 5:1.

    CONCLUSION
    Deux personnes qui s’aiment mais ne sont pas mariées ne sont pas encore « attachées ». Cela est évident du fait que du jour au lendemain quand la relation est mise à l’épreuve ils se séparent et en peu de temps, chacun en trouve une (un) autre pour la (le) remplacer
    La sincérité, les bonnes intentions, l’élan d’amour, les belles paroles doivent se concrétiser dans un engagement mutuel et sacré de fidélité « pour le meilleur ou pour le pire jusqu’à ce que la mort nous sépare ». Alors, les deux peuvent devenir selon la Bible « une seule chair ».


    Voir également – Proverbes 5:18,19 – Ecclésiaste 9:9

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Manuel d'enseignement en 15 leçons « Vivre pour Jésus »


     Liens en bas de page, qui renvoient à la leçon

     


    La Bible, en tant que parole écrite de Dieu aux hommes, doit être le fondement de votre vie chrétienne.

    Saisir les promesses, les directives et l’enseignement de la Bible est essentiel pour tout jeune converti. Cela donne une base solide pour grandir dans la foi, dans la connaissance de Dieu et de Sa volonté en tant que disciple de Jésus. Afin de tirer le maximum de profit de ce manuel, l’élève devra y passer du temps et non pas le parcourir rapidement.

    Chaque verset cité et toute référence biblique donnés augmenteront sa connaissance de ce que Dieu dit dans Sa Parole. …. S’il y a quelque chose d’incompris il ne devra pas hésiter à contacter les responsables de son assemblée.

    Une traduction moderne de la Bible aidera sûrement à mieux saisir les vérités simples contenues dans la Parole de Dieu. Différentes traductions sont à disposition dans les librairies chrétiennes.

    La série de questions qui se trouve à la fin de chaque étude a été spécialement conçue afin d’inciter à la réflexion.

    Pour certaines, les réponses seront évidentes; pour d’autres, il faudra réfléchir davantage.

    Ce questionnaire permettra de s’évaluer soi-même, afin de savoir si la leçon étudiée a bien été comprise. .


    De tout cœur, je prie pour que chaque étudiant de ce manuel devienne un homme ou une femme de la Parole de Dieu, afin que pleinement convaincu et possédant une bonne compréhension de cette parole, il passe le reste de sa existence à « VIVRE POUR JESUS ».

    Vincent Esterman

    Le salut

    Le baptême

    Puissance de la Parole

    La Bible, Parole de Dieu

    Baptême du Saint-Esprit

    A la découverte de Jésus

    Une bonne vie de prière à bâtir

    Qu'est-ce-que l'Eglise

    La foi qui grandit

    L'adoration

    Témoignage

    Dîme et offrandes

    Dons du Saint-Esprit

    Partager le pain et le vin

    La croissance spirituelle

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires