• L'INCINÉRATION FUNÉRAIRE OU ENTERREMENT,
    LA BIBLE QU’EN DIT-ELLE ?

     


     


    Incinération ou crémation du corps plutôt que l’enterrement comme moyen de disposer du corps d’un défunt est une question de société qui se pose de plus en plus. En 2002 l’incinération a concerné environ 20% des décès en France. Un récent sondage Sofres (8 octobre 2003) révèle que 40% des personnes interrogées ont exprimé une préférence pour l’incinération.

    Pour le chrétien qui souhaite avoir une position reflétant celle de la Bible, Parole de Dieu, deux problèmes se posent :
    1. L’incinération du corps du défunt n’est-il pas un manque de respect, un déshonneur porté au corps, création de Dieu ?
    2. La destruction des ossements par le feu n’aurait-il pas des conséquences sur la résurrection du corps le dernier jour ?

    CEUX QUI SONT CONTRE L’INCINÉRATION
    Les arguments de ceux qui s’opposent à l’incinération en faisant appel à la Bible sont les suivants :

    1. Le corps de Jésus lui-même a été placé dans une tombe. De cette tombe il est ressuscité. – Matthieu 27:57-60.
    2. Dans la prophétie d’Ezékiel, l’armée est ressuscitée à partir des ossements
    – Ezekiel 37:1-4.
    3. Paul n’a-t-il pas écrit parlant du corps « Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, (le corps du chrétien) Dieu le détruira » –1Corinthiens 3:17.
    4. La résurrection des morts concerne ceux qui sont dans les sépulcres
    – Jean 5:28,29.
    5. Le feu est une image du jugement de Dieu dans la Bible – Genèse 19:24.

    LA LOI DE MOISE
    Dans la loi que Dieu a donnée à Moise, il y a des prescriptions sur de nombreux domaines de la vie :
    l’alimentation, l’accouchement d’un enfant, le traitement d’un malade, les relations, la sexualité, l’hygiène, les salaires, les crédits, la retraite.
    Etonnement il n’y a aucune directive sur comment disposer du corps du défunt. Dieu ne semble pas s’intéresser particulièrement à cette question.
    Dans son évangile, Jean appelle les pratiques funéraires des juifs des « coutumes »
    – Jean 19:40.
    Il fait allusion à l’ensevelissement du corps. Une personne riche et importante était même embaumée pour mieux le préserver.
    Les pauvres étaient mis dans des cimetières publics.
    Les « coutumes » n’ont pas une dimension sacrée et inviolable.

    LA POUSSIÈRE ET LA RÉSURRECTION
    L’homme a été créé par Dieu de la poussière – Genèse 2:7.
    Son corps est appelé non pas à rester des ossements, mais à redevenir poussière
    – Genèse 3:19 ; Psaume 103:14 ; Ecclésiaste 3:20.
    La préservation du corps ou de ses ossements n’est pas dans la logique de Dieu. .

    La résurrection ne peut pas dépendre de la façon dont le corps a été déposé ou ce qu’il devient.
    Ceci est évident dans le passage concernant la résurrection du corps dans
    – 1Corinthiens 15
     Le corps meurt (est semé) corruptible, il ressuscite incorruptible v42
     Le corps meurt méprisable, il ressuscite glorieux v43
     Le corps meurt infirme, il ressuscite plein de force v43
     Le corps meurt un corps naturel, il ressuscite un corps spirituel v44
     Le premier homme est tiré de la terre, le second est du ciel v47
     Le corps porte l’image du terrestre, nous porterons l’image du céleste v49.


    Paul présente avec grande clarté que la résurrection ne dépend ni de l’état du corps au moment de la mort, ni de ce qui reste du corps après la mort.

    Sa conclusion : la chair et le sang ne peuvent hériter le Royaume de Dieu, la corruption n’hérite pas l’incorruptibilité v 50.

    LES IMAGES BIBLIQUES DU CORPS
    Quand Paul parle du corps comme temple de Dieu, ne parle-t-il pas du chrétien pendant son vivant ? Une fois mort, le corps n’est plus le temple de Dieu parce que l’Esprit du Seigneur le quitte – Ecclésiaste 12:7 ; Luc 23:46.

    La tente détruite – 2 Corinthiens 5:1-4
    Paul le fabricant de tente – Actes 18:3 – comprenait à quel point une tente pouvait s’user et être détruite. De nouveau, il explique que « la demeure éternelle » n’a aucun rapport avec l’état de « la tente ».

    Le vase de terre – 2Corinthiens 4:7
    Le vase de terre est fragile. Sa seule force et valeur viennent du trésor qui l’habite. Une fois le trésor retiré, le vase n’a pas de valeur.

    L’herbe – Esaie 40:6-8
    Le corps est comme l’herbe et la fleur. L’herbe sèche et la fleur tombe. C’est fini.

    Le feu
    Tandis-qu’il est vrai que la Bible présente Dieu qui déverse son jugement par le feu, l’image du feu parle également de purifier – Psaume12:6 ; Malachie 3:2,3 ;
    1Pierre 4:12 ; 1Corinthiens 3:13.
    Il ne faut pas pousser un symbole trop loin. Le chrétien doit-il se priver d’une bonne merguez cuite au barbecue parce que Dieu a jugé Sodome et Gomorrhe par le feu ?


    CONCLUSION
    S’il est possible de formuler certains arguments pour l’enterrement plutôt que l’incinération à partir de quelques textes bibliques ce qui doit être reconnu, c’est que la Bible n’impose pas l’enterrement et n’interdit ni directement, ni indirectement l’incinération du corps du défunt.
    La décision appartient donc à la conscience individuelle.

    « la peine de mort »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    coquelin
    Vendredi 17 Juillet 2015 à 12:53

    Il est vraie que l’absence totale de corps aux obsèques peut rendre difficile le travail du deuil pour certaines personnes.

    Mais pour moi, cela me convient parce que ce n’est pas sur la tombe que mes proches se souviennent et qu’ils aiment les personnes disparues, mais par le cœur et la pensée.

    Comme vous, je trouve très plausible l’existence d’une survie d’une dimension de chaque personne humaine au delà de la mort biologique, je le pense rationnellement et par l’expérience concrète de ce qui fait la valeur de la vie et des êtres que nous aimons.

    Mais il ne faut à mon avis pas vivre en fonction de cela.

    Il faudrait presque l’oublier, au risque de passer à côté de sa vie présente.

    Nous devons chercher plutôt à vivre plus et mieux la vie présente.

    Avec cette qualité de présence qu’acquiert parfois une personne qui a frôlé la mort et qui se met à mieux goûter chaque jour, dans les petite set grandes choses, à être plus bienveillant envers les autres… nous ne sommes absolument pas obligés d’attendre de frôler la mort ou encore moins d’être mort pour commencer à aimer ainsi !

    C’est vrai cette question n'est pas un point de doctrine fondamentale.

    Elle ne concerne pas la personne de Dieu, de Jésus-Christ ou notre salut.

    La Bible ne se prononce pas sur ce sujet. C'est un point secondaire. Et dans ce cas, nous avons à appliquer les principes que Dieu nous laisse à travers Paul, dans l'épître aux Romains, chapitre 14.

    Sur de telles questions, c'est à la liberté que nous avons été appelés, tout en prenant garde à ne pas être un sujet de scandale ou de chute pour d'autres.

    Aussi veillons à respecter et à comprendre la décision prise par un frère, une sœur, une famille, de choisir l'ensevelissement ou la crémation

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :